En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

04.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 1 heure 46 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 2 heures 24 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 5 heures 7 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 6 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 7 heures 8 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 9 heures 53 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 10 heures 4 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 10 heures 26 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 11 heures 4 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 11 heures 11 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 2 heures 7 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 4 heures 9 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 5 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 7 heures 3 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 9 heures 46 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 10 heures 1 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 10 heures 16 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 10 heures 30 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 11 heures 8 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 11 heures 12 min
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Grandes vacances

Si vous êtes en train de planifier les activités de vos enfants pour cet été, voilà une erreur commune à ne pas commettre

Publié le 28 mai 2019
Mettre ses enfants dans des cours très spécialisés pendant les congés ne participe pas à leur épanouissement et à leur réussite.
Florence Millot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Psychologue pour enfants.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mettre ses enfants dans des cours très spécialisés pendant les congés ne participe pas à leur épanouissement et à leur réussite.

Atlantico : A l'approche des grandes vacances, de nombreux parents (en particulier aux Etats-Unis) décident d'inscrire leurs enfants à des camps d'été où ils étudient de façon intensive les mathématiques, l'informatique ou le sport. Devant l'exigence de réussite et la concurrence croissante entre les enfants, les parents paniquent et optent souvent pour une spécialisation accrue dans certains domaines. Orienter très tôt son enfant vers une activité particulière (sport, musique etc.) constitue-t-il une stratégie d'éducation judicieuse et équilibrée ?

Florence Millot : En général, quand l'enfant a une compétence particulière, c'est plutôt l'inverse qui se passe : c'est l'enfant lui-même qui demande à son parent d'en faire plus ou va de lui-même chercher à se renseigner (en musique, informatique etc.) Généralement, il n'y a pas que le parent stimule une motivation parce qu'elle est déjà là. Cependant, certains enfants n'aiment pas la compétition ou n'aiment pas faire toujours la même chose, mais dans la catégorie des enfants performants dans leur domaine extrascolaire, c'est plutôt l'enfant qui demande à son parent de faire son activité. Dans ce cas, le parent n'est là que pour guider l'enfant : c'est donc bénéfique.

En revanche, quand c'est le parent qui décide que son enfant fasse telle activité parce qu'elle a de l'avenir, cela a moins de sens pour l'enfant parce que ce n'est pas son désir. Certains enfants sont mêmes sensibles à la concurrence que leurs parents font peser (volonté de réussite pour son enfant), qu'elle soit consciente ou non. Dans ce cas, c'est le parent qui détermine l'avenir de l'enfant, et l'enfant ne se sent jamais à la hauteur de ses parents. Dans les familles, la réussite d'un enfant peut créer de la jalousie entre les frères et sœurs : quand un enfant est déjà compétent et qu'on mise tout sur lui, tous les autres enfants n'ont pas le droit au même traitement.

Cette compétition entre les enfants et les stratégies d'investissement des parents dans l'avenir de leurs enfants sont-elles une tendance nouvelle ?

Le système scolaire français a changé. Aujourd'hui, dès la maternelle, on pense aux meilleures écoles, on veut que l'enfant fasse le primaire, le collège, le lycée. Avant, il s'agissait juste d'aller jusqu'au baccalauréat. Dans une école à deux vitesses avec le public qui a été beaucoup décrié et maintenant la survalorisation du privé, qui a tendance a avoir les pleins pouvoirs (dès que l'enfant ne va pas bien, on menace de le virer dès le début). Les enfants sont notés dans leur comportement, avec des feux rouges ou verts : chaque jour, dès la fin de la maternelle, l'enfant est jugé sur son comportement et subit une énorme pression qui fait que les écoles privées ont les pleins pouvoirs. Comme les parents les veulent absolument, certaines écoles se permettent de ne pas être forcément à l'écoute de l'enfant et parlent aux jeunes enfants comme à des adolescents. Cela joue donc sur l'inquiétude des parents parce qu'avant, on mettait son enfant à l'école et cette dernière se chargeait de guider l'enfant. Maintenant, on donne des cours après l'école, les parents se substituent aux instituteurs et on lui impose des stages : l'enfant a l'école deux fois, parce que les parents veulent trop maitriser l'éducation de leurs enfants. L'école a pris une importance inédite dans la mesure où on parle du chômage et de la réalité du travail aux enfants dès leur plus jeune âge.

Aujourd'hui, les enfants ont accès aux mêmes médias que les adultes et sont donc au courant de l'actualité (attentats, terrorisme, chômage etc.) Même si les parents ne leur en parlent pas, ils en parlent entre eux à l'école et se fixent des challenges entre amis à l'école, médiatisés sur les réseaux sociaux etc. Les parents n'ont même plus de pouvoir là-dessus.

Quels sont les dangers de cette tendance à l'utilitarisme dans l'éducation des enfants (dans le cadre familial comme dans le cadre scolaire) ?

Il n'y a pas forcément une tendance à l'hyperspécialisation parce qu'aujourd'hui la nouvelle génération aura sept travails différents. Il faut s'ouvrir à des spécialités différentes et non se surspécialiser dans une : il faut savoir toucher à tout pour gérer son entreprise, être capable de changer de pays ou de métier. La surspécialisation trop tôt n'a pas de sens parce que les métiers de demain sont encore à inventer. Un enfant change rapidement de goût et cela a du sens puisque le but de l'enfance est d'explorer toutes ses facettes. Il ne faut donc pas qu'il se spécialise d'emblée parce qu'il manque des expériences qui seront plus dures à faire plus tard.

Sauf si cela vient de lui, la surspécialisation n'est pas souhaitable. Chez environ 20% des enfants, on remarque dès le primaire qu'ils savent déjà ce qu'ils souhaitent faire : ce n'est plus un métier mais une vocation. C'est différent puisqu'on peut leur donner des moyens de faire des stages ou de se spécialiser, mais à leur niveau. On parle maintenant du "burn-out" des enfants : en réalité, les enfants sont épuisés de devoir être présents sur plusieurs terrains, plusieurs activités etc. Grâce à internet, de nombreux champs de compétence sont apparus : c'est la confiance en lui qui compte, puisque du moment qu'on a l'envie d'apprendre on l'aura toujours pour tout.

Aujourd'hui, en France, on n'est plus dans l'ère de la compétence parce qu'on peut se former à tous les âges et partout, mais plutôt dans celle du savoir-être parce que les enfants sont de plus en plus concernés par des questions importantes. Le challenge de cette génération est émotionnel : les enfants sont de plus en plus éveillés, et il faut donc savoir encadrer cet intérêt.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 28/05/2019 - 22:39
"aujourd'hui la nouvelle
"aujourd'hui la nouvelle génération aura sept travails différents" ?!? ... Mais bien sûr ! Un petit cours de spécialisation en orthographe et en syntaxe durant les vacances peut-être ?