En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Grandes vacances

Si vous êtes en train de planifier les activités de vos enfants pour cet été, voilà une erreur commune à ne pas commettre

Publié le 28 mai 2019
Mettre ses enfants dans des cours très spécialisés pendant les congés ne participe pas à leur épanouissement et à leur réussite.
Psychologue pour enfants.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florence Millot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Psychologue pour enfants.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mettre ses enfants dans des cours très spécialisés pendant les congés ne participe pas à leur épanouissement et à leur réussite.

Atlantico : A l'approche des grandes vacances, de nombreux parents (en particulier aux Etats-Unis) décident d'inscrire leurs enfants à des camps d'été où ils étudient de façon intensive les mathématiques, l'informatique ou le sport. Devant l'exigence de réussite et la concurrence croissante entre les enfants, les parents paniquent et optent souvent pour une spécialisation accrue dans certains domaines. Orienter très tôt son enfant vers une activité particulière (sport, musique etc.) constitue-t-il une stratégie d'éducation judicieuse et équilibrée ?

Florence Millot : En général, quand l'enfant a une compétence particulière, c'est plutôt l'inverse qui se passe : c'est l'enfant lui-même qui demande à son parent d'en faire plus ou va de lui-même chercher à se renseigner (en musique, informatique etc.) Généralement, il n'y a pas que le parent stimule une motivation parce qu'elle est déjà là. Cependant, certains enfants n'aiment pas la compétition ou n'aiment pas faire toujours la même chose, mais dans la catégorie des enfants performants dans leur domaine extrascolaire, c'est plutôt l'enfant qui demande à son parent de faire son activité. Dans ce cas, le parent n'est là que pour guider l'enfant : c'est donc bénéfique.

En revanche, quand c'est le parent qui décide que son enfant fasse telle activité parce qu'elle a de l'avenir, cela a moins de sens pour l'enfant parce que ce n'est pas son désir. Certains enfants sont mêmes sensibles à la concurrence que leurs parents font peser (volonté de réussite pour son enfant), qu'elle soit consciente ou non. Dans ce cas, c'est le parent qui détermine l'avenir de l'enfant, et l'enfant ne se sent jamais à la hauteur de ses parents. Dans les familles, la réussite d'un enfant peut créer de la jalousie entre les frères et sœurs : quand un enfant est déjà compétent et qu'on mise tout sur lui, tous les autres enfants n'ont pas le droit au même traitement.

Cette compétition entre les enfants et les stratégies d'investissement des parents dans l'avenir de leurs enfants sont-elles une tendance nouvelle ?

Le système scolaire français a changé. Aujourd'hui, dès la maternelle, on pense aux meilleures écoles, on veut que l'enfant fasse le primaire, le collège, le lycée. Avant, il s'agissait juste d'aller jusqu'au baccalauréat. Dans une école à deux vitesses avec le public qui a été beaucoup décrié et maintenant la survalorisation du privé, qui a tendance a avoir les pleins pouvoirs (dès que l'enfant ne va pas bien, on menace de le virer dès le début). Les enfants sont notés dans leur comportement, avec des feux rouges ou verts : chaque jour, dès la fin de la maternelle, l'enfant est jugé sur son comportement et subit une énorme pression qui fait que les écoles privées ont les pleins pouvoirs. Comme les parents les veulent absolument, certaines écoles se permettent de ne pas être forcément à l'écoute de l'enfant et parlent aux jeunes enfants comme à des adolescents. Cela joue donc sur l'inquiétude des parents parce qu'avant, on mettait son enfant à l'école et cette dernière se chargeait de guider l'enfant. Maintenant, on donne des cours après l'école, les parents se substituent aux instituteurs et on lui impose des stages : l'enfant a l'école deux fois, parce que les parents veulent trop maitriser l'éducation de leurs enfants. L'école a pris une importance inédite dans la mesure où on parle du chômage et de la réalité du travail aux enfants dès leur plus jeune âge.

Aujourd'hui, les enfants ont accès aux mêmes médias que les adultes et sont donc au courant de l'actualité (attentats, terrorisme, chômage etc.) Même si les parents ne leur en parlent pas, ils en parlent entre eux à l'école et se fixent des challenges entre amis à l'école, médiatisés sur les réseaux sociaux etc. Les parents n'ont même plus de pouvoir là-dessus.

Quels sont les dangers de cette tendance à l'utilitarisme dans l'éducation des enfants (dans le cadre familial comme dans le cadre scolaire) ?

Il n'y a pas forcément une tendance à l'hyperspécialisation parce qu'aujourd'hui la nouvelle génération aura sept travails différents. Il faut s'ouvrir à des spécialités différentes et non se surspécialiser dans une : il faut savoir toucher à tout pour gérer son entreprise, être capable de changer de pays ou de métier. La surspécialisation trop tôt n'a pas de sens parce que les métiers de demain sont encore à inventer. Un enfant change rapidement de goût et cela a du sens puisque le but de l'enfance est d'explorer toutes ses facettes. Il ne faut donc pas qu'il se spécialise d'emblée parce qu'il manque des expériences qui seront plus dures à faire plus tard.

Sauf si cela vient de lui, la surspécialisation n'est pas souhaitable. Chez environ 20% des enfants, on remarque dès le primaire qu'ils savent déjà ce qu'ils souhaitent faire : ce n'est plus un métier mais une vocation. C'est différent puisqu'on peut leur donner des moyens de faire des stages ou de se spécialiser, mais à leur niveau. On parle maintenant du "burn-out" des enfants : en réalité, les enfants sont épuisés de devoir être présents sur plusieurs terrains, plusieurs activités etc. Grâce à internet, de nombreux champs de compétence sont apparus : c'est la confiance en lui qui compte, puisque du moment qu'on a l'envie d'apprendre on l'aura toujours pour tout.

Aujourd'hui, en France, on n'est plus dans l'ère de la compétence parce qu'on peut se former à tous les âges et partout, mais plutôt dans celle du savoir-être parce que les enfants sont de plus en plus concernés par des questions importantes. Le challenge de cette génération est émotionnel : les enfants sont de plus en plus éveillés, et il faut donc savoir encadrer cet intérêt.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

02.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

03.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

04.

Un Rugy de perdu, 10 populistes de retrouvés ? Quand les opérations mains propres ne produisent pas la vertu escomptée

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

07.

Du CETA aux particules ultra-fines, comment de vraies questions sanitaires ou environnementales se transforment de plus en plus en peurs irrationnelles

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 28/05/2019 - 22:39
"aujourd'hui la nouvelle
"aujourd'hui la nouvelle génération aura sept travails différents" ?!? ... Mais bien sûr ! Un petit cours de spécialisation en orthographe et en syntaxe durant les vacances peut-être ?