En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

04.

Cette guerre mondiale qui pourrait voir le jour dans l’Arctique

05.

Le coronavirus, danger massif pour la zone euro

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

06.

Faut-il défendre le "droit au blasphème" ou la liberté d'expression ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Non, la France n'est pas la Thuringe : voilà pourquoi la droite ne PEUT pas s'allier à l'extrême droite !

06.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

ça vient d'être publié
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 34 min 43 sec
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 16 heures 36 min
light > Sport
Biathlon
Emilien Jacaquelin champion du Monde de poursuite
il y a 17 heures 20 min
pépites > Faits divers
Déboires d'arrière cuisine
Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco
il y a 18 heures 8 min
pépites > Justice
Conséquences
Affaire Griveaux : Piotr Pavlenski et sa compagne en garde à vue
il y a 19 heures 51 min
décryptage > Economie
Vidéo Betbeze

Bourse, le coronavirus est derrière nous

il y a 20 heures 33 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

il y a 21 heures 23 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le général de Gaulle a su que la France devait être une République couronnée par les urnes pour pérenniser la grandeur de la Nation

il y a 21 heures 25 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Le choix cornélien de la Manif pour Tous et de la France de Johnny Hallyday : suivre la révolte des classes populaires ou rejoindre l’alliance des bourgeoisies

il y a 21 heures 29 min
décryptage > International
Back to 1962

Cette guerre mondiale qui pourrait voir le jour dans l’Arctique

il y a 22 heures 48 min
décryptage > Politique
Grève

Grève dans les transports : que reste-t-il vraiment sur la réforme des retraites ?

il y a 57 min 36 sec
pépites > Politique
Municipales
Agnès Buzyn sera la tête de liste LREM à Paris
il y a 17 heures 11 min
pépite vidéo > Sport
Système D
Confiné à cause du coronavirus, il court un marathon... dans son salon
il y a 17 heures 38 min
décryptage > Politique
Il a besoin d’une boussole...

Macron se plaît à déplorer « l'affaiblissement de l’Occident ». Mais connaît-il seulement le sens de ces mots?

il y a 19 heures 3 min
décryptage > International
Poker

Les Etats-Unis et "l'art" incertain de la dissuasion nucléaire

il y a 20 heures 17 min
rendez-vous > Culture
Atlantico Lettres
Soif de père
il y a 21 heures 9 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Comment le mauvais traitement médiatique de l’information scientifique pollue le débat sur le glyphosate et menace l’avenir de l’agriculture

il y a 21 heures 23 min
décryptage > France
Entretien avec ...

Gabrielle Cluzel : "Les bourgeois, ce sont les autres"

il y a 21 heures 27 min
décryptage > Culture
Culture

Pessimisme de l’intelligence : Aamin Maalouf, du naufrage du Proche-Orient à celui des civilisation

il y a 22 heures 29 min
décryptage > Economie
Virus éco

Le coronavirus, danger massif pour la zone euro

il y a 23 heures 4 min
© JACQUES DEMARTHON / AFP
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Blues post-débâcle

Les Républicains bien partis pour rater (une nouvelle fois) leur défaite électorale

Publié le 28 mai 2019
En reportant le sujet du maintien de Laurent Wauquiez à plus tard, les Républicains semblent incapables de tirer des enseignements de leur échec et de s'accorder ensemble sur les réponses fondamentales qui permettraient de rebondir.
Essayiste, diplômé de Sciences Po, il a débuté sa carrière au cœur du pouvoir législatif et administratif avant de se tourner vers l'univers des start-up. Il a coécrit avec Dimitri Casali L’histoire se répète toujours deux fois (Larousse, 2017).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Gracia
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Essayiste, diplômé de Sciences Po, il a débuté sa carrière au cœur du pouvoir législatif et administratif avant de se tourner vers l'univers des start-up. Il a coécrit avec Dimitri Casali L’histoire se répète toujours deux fois (Larousse, 2017).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En reportant le sujet du maintien de Laurent Wauquiez à plus tard, les Républicains semblent incapables de tirer des enseignements de leur échec et de s'accorder ensemble sur les réponses fondamentales qui permettraient de rebondir.

Atlantico : Alors que l'absence de participation de Bruno Retailleau et de Gérard Larcher au bureau national de LR ou la déclaration de Valérie Pécresse semblaient montrer que les ténors du parti de droite poussaient Laurent Wauquiez à tirer les leçons de sa défaite aux élections européennes et à démissionner de son poste de président, ce dernier a fait savoir qu’il souhaitait rester et a proposé à son parti d’organiser des états généraux pour organiser sa refondation. Cette porte de sortie est-elle satisfaisante ?

Olivier Gracia : A l’évidence, c’est une issue bien légère à ce qu’est cette déroute pour le parti de droite. Il semble que depuis la défaite de Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle, la droite multiplie après chaque défaite les mêmes ateliers de refondation de la droite. Depuis Nicolas Sarkozy, la droite est en quête d’un homme providentiel et un chef digne de ce nom. Elle essaye de le faire naître par une forme de collégialité et de recours à l’idéologie. A défaut d’avoir trouvé une personnalité qui permette de trouver quelqu’un qui permet de rassembler la droite et le centre, comme l’a oublié Laurent Wauquiez, ils sont toujours sur un postulat idéologique, celui de la ligne et de la stratégie. En proposant ces états généraux, Laurent Wauquiez ne fait donc que poursuivre les années de déshérence de la droite post-Sarkozy, et donc révèle son incapacité à incarner celui qu’il souhaiterait pourtant incarner : la figure de l’homme fort et légitime pour la droite. Pour la droite, depuis le général de Gaulle, on avait eu l’habitude d’avoir, malgré quelques guerres d’egos à l’époque, toujours et constamment des chefs de clans légitimes et légitimés d’abord par les élections. Les élections au sein des partis pour la droite se devaient d’être - et l’étaient - un plébiscite en faveur du candidat naturel. C’est ainsi que Jacques Chirac l’a emporté au RPR, puis Sarkozy à l’UMP. Le premier couac est venu avec la querelle entre Copé et Fillon après 2012. Copé s’était alors fait élire dans un contexte compliqué et de justesse, et avait fini par abandonner ce qu’était alors l’UMP pour permettre à Fillon bien après de revenir par le biais des primaires bien après, dans le cadre de l’élection présidentielle de 2017. 

Ce qu’on constate, c’est que le départ de Nicolas Sarkozy a eut pour effet de précipiter la droite dans la tourmente la plus complète. Le résultat d’hier vient répéter logiquement les erreurs commises par la droite après chaque défaite depuis celle de leur dernier grand leader en 2012. 

Qu’est-ce qui explique cette incapacité à tirer les leçons de la défaite de la droite ?

Ce qui est amusant, c’est de voir que Nicolas Sarkozy malgré sa défaite en 2012 et son retrait de la vie politique reste à ce jour l’homme de droite préféré des sympathisants de droite. Malgré toutes les années écoulées et malgré l’émergence de plusieurs nouveaux hommes forts depuis, la droite préfère aujourd’hui le chef qui a perdu en 2012. Certains rêveraient même, dans certains moments de crise de le récupérer. Et ce même si, pour autant, il ne faut pas oublier que Nicolas Sarkozy s’est quand même présenté aux primaires des présidentielles et a échoué. Néanmoins, il reste celui pour qui les sympathisants de droite aujourd’hui ont le plus de préférence. 

Depuis 2012, la droite n’arrive pas à encaisser sa défaite historique face à François Hollande. Les autres défaites sont des répliques. Certes Emmanuel Macron a accéléré très nettement la dissolution de la droite en rassemblant le centre alors que Laurent Wauquiez laissait faire en capitalisant sur sa droite. Mais finalement, ce qu’on voit aujourd’hui, c’est que Laurent Wauquiez a échoué, et le scrutin d’hier le confirme, en allant vers le RN. Et par ce pas dangereux, il a perdu une bonne partie du centre qui ne se retrouve pas pour autant complètement représenté par Emmanuel Macron. 

C’est finalement accorder beaucoup de crédit à Emmanuel Macron que de lui accorder que le centre lui est complètement acquis. Il y a une erreur de stratégie. Laurent Wauquiez aujourd’hui dit surtout qu’il ne compte pas partir aujourd’hui. Il laisse entendre qu’il a compris l’échec de sa stratégie, et qu’il va viser cet électorat qui fait partie de son spectre naturel. Mais il ne semble pas être celui capable de ramener ces gens là, il a mené la stratégie inverse pendant toute sa mandature. Et le problème de cette refondation est qu’elle n’est guère menée comme telle mais comme une guerre des chefs. Ce genre de batailles ont affaibli le parti car les Français ne veulent plus de guerres d’ego. Et cela devrait pérenniser le déclin de la droite… sauf si un chef naturel venait à surgir, mais rien ne semble aller dans cette direction aujourd’hui.

Ce constat a été celui fait par Valérie Pécresse lors du bureau national. Cette dernière a par ailleurs soutenu François-Xavier Bellamy et lui a dit sa « reconnaissance ». On aurait pu s’attendre à moins de conciliation. Comment l’expliquer ?

Il faut croire que la stratégie de Valérie Pécresse lui fait penser qu’elle a besoin de l’étiquette des Républicains, et qu’elle n’a donc pas à prendre le risque de se froisser avec celui qui incarne l’autorité. Elle ne souhaite pas partir sur un coup d’éclat, et elle pourrait le faire plus tard. Mais aujourd’hui, l’opposition à Laurent Wauquiez a un poids, mais qu’on peut juger insuffisant. Gérard Larcher qui a critiqué le choix de Bellamy est institutionellement un géant, mais électoralement un nain. Idem pour Retailleau. 

Le choix de Bellamy est complexe : il est plébiscité par nombre de sympathisants et d’hommes politiques qui apprécient ce qu’il apporte à leur famille politique. Ils ont vu en lui le renouveau de la droite, un renouveau intellectuel. Il a fait une bonne campagne - bien meilleure que Nathalie Loiseau notamment - malgré le résultat, et je ne pense pas qu’il faille lui tenir rigueur de cette défaite. Valérie Pécresse a par ailleurs bien compris cela. Bellamy a réussi à enrober les propositions de Laurent Wauquiez. Mais le positionnement reste un problème. Il ne peut pas rassembler comme il serait nécessaire. Il est un atout pour cette droite-là, et pourrait la représenter. Pour une personne comme Pécresse, il serait une bonne chose que Bellamy en vienne à prendre la place de Wauquiez dans cette frange de sa famille politique, dont elle a aussi besoin.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

04.

Cette guerre mondiale qui pourrait voir le jour dans l’Arctique

05.

Le coronavirus, danger massif pour la zone euro

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

06.

Faut-il défendre le "droit au blasphème" ou la liberté d'expression ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Non, la France n'est pas la Thuringe : voilà pourquoi la droite ne PEUT pas s'allier à l'extrême droite !

06.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 28/05/2019 - 20:40
Le courage obstiné de la tortue.
Ce ne sont pas les idées qui manquent à la droite , les idées tout le monde les connaît plus ou moins, c'est le courage dans la DUREE au sein d un pays élevé et éduqué dans l'idéologie socialiste , les nuées " droit -de- l'hommistes" et maintenant les délires ecolo-libertariens, sur fond d'individualisme forcené et d'inculture grandissante , malgré la montée du niveau moyen de diplôme. Rien ne dit que le RN lui-même aurait le courage d'affronter longtemps les inévitables tempêtes s'il était "au pouvoir". D'ailleurs les propos de ses dirigeants sont déjà " modérés" sur certains sujets ou pas clairs, empruntant à la langue de gauche ou de droite en fonction des sujets ou même simultanément, faisant du macronisme sans le savoir. En réalité, seuls des événements majeurs, que l'on ne peut pas espérer mais redouter, pourraient convaincre les Français. Il suffit de parler à des Polonais, des tchèques , des Vénézuéliens etc..En réalité, sauf catastrophe, seul un petit bricolage gentillet de droite, modeste dans le style mais persévérant, petite tortue obstinée, a des chances de durer et d'être mis en pratique dans ce pays.
jurgio
- 28/05/2019 - 19:42
Les partis de "droite" ont-ils jamais existé ?
Ce sont les déceptions qui alimenteront de nouveau un parti déserté. Les partis sont fabriqués comme des filets pour attraper les pigeons. Les électeurs de ce pays ne savent même pas précisément définir ses diverses tendances politiques et ils sont des papillons de nuit et il suffit d'allumer une lampe pour les attirer.
Liberte5
- 28/05/2019 - 18:54
LR peut disparaitre pas la droite.
Pas plus que le RPR et l'UMP, LR ne représente pas la droite. C'est un parti attrape tout pour gagner des élections, mais en aucun cas pour sortir de la France du déclin et de la décadence. Le problème est là. Tous ceux qui se sont succédés à la tête de l'UMP puis de LR ont surtout pensé à leur carrière, mais pas à la France . Voilà la raison profonde des défaites successives de cette droite sans idées. E. Macron a trouvé le moyen de récupérer une partie de l'électorat de LR, mais en aucun cas il ne redressera le pays. La situation de la France sera encore plus mauvaise à la fin de son mandat. La France est devenu un pays en voie de tiers mondialisation.C'est devenu un pays socialiste. Le modèle social Français a vécu. Celui qui expliquera qu'il faut en sortir pour que la France puisse à nouveau remonter la pente pourra gagner la confiance des Français