En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

04.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

05.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

06.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

07.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 19 min 54 sec
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique",
il y a 28 min 56 sec
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 1 heure 43 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 3 heures 37 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 4 heures 18 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 4 heures 44 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 4 heures 57 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 4 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 13 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 23 min 46 sec
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 1 heure 10 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 2 heures 33 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 3 heures 57 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 4 heures 34 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 4 heures 53 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 4 heures 57 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 4 heures 57 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 13 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 14 heures 6 min
© Sebastian Kahnert / dpa / AFP
© Sebastian Kahnert / dpa / AFP
Bonnes feuilles

Les abeilles, cette espèce matriarcale aux capacités uniques

Publié le 26 mai 2019
Christophe Gatineau et Sylvie Corré publient "Eloge de l’abeille" aux éditions Flammarion. Faire l'éloge de l'abeille n'est pas faire celui de l'apiculture, mais des abeilles, ce monde féminin pluriel qui approche les 1.000 espèces en France. Ce monde fragile et magique s'effondre, cloué au sol par un environnement hostile. Extrait 2/2.
Christophe Gatineau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Gatineau est un auteur, un cultivateur et agronome spécialisé en permaculture et agroécologie, un photographe et réalisateur né dans une famille d'agriculteurs le 9 août 1961 à Rochefort-sur-mer. Il vit aujourd'hui en Limousin. Historien de...
Voir la bio
Sylvie Corré
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvie Corré a publié Éloge de l'Abeille : Quand les insectes ont le bourdon aux éditions Flammarion 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Gatineau et Sylvie Corré publient "Eloge de l’abeille" aux éditions Flammarion. Faire l'éloge de l'abeille n'est pas faire celui de l'apiculture, mais des abeilles, ce monde féminin pluriel qui approche les 1.000 espèces en France. Ce monde fragile et magique s'effondre, cloué au sol par un environnement hostile. Extrait 2/2.

On s'imagine vite, trop vite à mon goût, que les insectes n'auraient aucune «personnalité», uniquement celle de leur espèce, un ensemble de comportements innés et génétiquement transmis par la femelle pondeuse. Et, effectivement, chaque colonie d'abeilles à miel ou de guêpes sociales a son caractère, plus ou moins agressif ou docile à l'égard des étrangers, un trait de caractère dominant transmis par la pondeuse. Quant à s'imaginer, comme chez le cheval, la vache, le chien ou l'humain, que chaque individu pourrait avoir son petit caractère, c'est un champ d'investigation complètement vierge. Pour illustrer, avec tous les bémols d'usage, sans jamais faire d'une expérience personnelle et isolée une généralité, j'ai vécu l'année dernière l'expérience suivante avec une gauloise.

Syl. – Précise avec une guêpe Polistes de type gauloise, car on frise le quiproquo. Gauloise, qui est d'ici, de la Gaule. Polistes gallicus, des voisines de la guêpe commune qui vivent dans des nids formés d'un seul rang d'alvéoles. Mais si le fonctionnement social de la gauloise s'organise autour de femelles fondatrices, comme toutes les guêpes et les abeilles sociales, sauf l'abeille à miel, les colonies de fuscatus, une espèce vivant en Amérique, sont structurées autour de plusieurs mères. Une hiérarchie très stricte qui mérite d'être soulignée car c'est rarissime dans le monde animal. 

Chr. – Tout de même, tu oublies les bonobos, les orques, les hyènes, les éléphants… Mais chez les insectes comme chez les humains, c'est plus rare! Chez les espèces domestiquées comme la vache ou le mouton, les cartes sont éminemment faussées, même si chacune est fortement hiérarchisée en fonction de critères tels que l'ancienneté dans le groupe, la taille, le poids, l'agilité et la dimension des cornes ou des dents. Mais d'une manière générale, tous les cas de figure se retrouvent dans la nature: de l'ours antisocial obligeant la femelle à s'éloigner pour élever ses petits, à certaines sociétés matriarcales d'Asie qui ne reconnaissent pas le papa comme le reproducteur… l'éducation étant alors prise en charge par la mère, sa famille ou le groupe. Qui donne et reproduit la vie? Pleine de bon sens, une réponse est donnée par ce dicton qui court chez ces agriculteurs de la région de Yongning en Chine: La part de l'homme est dans la reproduction, comme l'action de la pluie sur l'herbe des prairies: elle fait pousser, sans plus. Cette pensée, qui émane d'une des rares ethnies matriarcales encore en vie, leur a-t‑elle été inspirée en observant le petit peuple des abeilles?

Syl. – Osons rappeler que les guêpes ne sont pas des abeilles, contrairement aux bourdons… même si elles jouent un rôle primordial dans la pollinisation de certaines espèces végétales. Quant à ta gauloise, peut-être es-tu tombé nez à nez avec une physionomiste? 

Chr. – Comment le savoir? Comment peuvent-elles savoir qu'elles sont du même essaim, quand toutes proviennent de mères différentes? Alors, pour ne pas craindre les ingérences, il ne restait que la reconnaissance faciale aux guêpes Polistes fuscatus pour contrôler les allées et venues de celles nées dans un nid gouverné par plusieurs «reines»… Et les différentes publications montrent une organisation sociale nettement plus complexe que celle des abeilles à miel. En effet, outre que c'est le groupe qui semble élever l'ensemble de la progéniture, les reines mères dominent leurs propres filles, des ouvrières qui peuvent aussi pondre. Le summum étant que chaque individu doit en permanence savoir se situer dans la hiérarchie qui anime ces communautés. «Les guêpes et les humains ont développé de manière totalement indépendante des mécanismes hautement spécialisés pour mémoriser les visages», explique Michael Sheehan, l'un des auteurs de l'étude. «Ces mécanismes sont très similaires, même si leurs cerveaux et leurs vues sont différents.» Les travaux de ces chercheurs de l'université du Michigan, aux États-Unis, publiés dans la revue Science du 2 décembre 2011, ont mis en évidence la capacité de ces animaux à s'identifier grâce aux marques spécifiques qu'ils portent sur la tête.

Syl. – Et en 2010, une autre étude a mis en évidence que les abeilles à miel étaient capables de lire les expressions du visage de leur apiculteur…

Chr. – C'est ouf! À l'exemple de beaucoup d'animaux, j'avais déjà observé que les gardiennes pouvaient interpréter le rythme respiratoire de celui qui s'approche ou ouvre la ruche, pour évaluer le danger et la réponse à apporter; sachant qu'une respiration lente et profonde rassure par opposition à une rapide et saccadée.

Syl. – Et elles filtrent en permanence l'entrée de la ruche pour repousser les intruses, les seuls étrangers autorisés à rentrer sans montrer patte blanche étant les mâles. Quand les récolteuses sont en pleine activité, comme un poste d'avant-garde, les gardiennes n'hésitent pas à se positionner sur la planche d'envol pour contrôler les éventuelles pilleuses. Et elles se comportent exactement comme des vigiles, vérifiant via leurs odeurs l'identité de toutes celles qui atterrissent. Et suivant la nature de l'attaque, ou de l'attaquant, la vigile n'hésitera pas à appeler des renforts. C'est la dernière fonction de l'abeille en interne, avant de partir travailler à l'extérieur comme récolteuse.

Extrait du livre de Christophe Gatineau et Sylvie Corré, Eloge de l’abeille, publié aux éditions Flammarion

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires