En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

02.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

03.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

04.

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

05.

Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience

06.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

07.

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

05.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

06.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 6 heures 10 min
light > Culture
Secteur menacé par la crise ?
La fréquentation "s'écroule" au château de Versailles face à l’absence de touristes étrangers
il y a 6 heures 44 min
pépites > Politique
Nouvelle affectation ?
Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience
il y a 8 heures 34 min
light > Media
Nouvelle équipe
Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler
il y a 9 heures 44 min
pépites > Politique
Vice-présidente
Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris comme colistière avant l’élection présidentielle face à Donald Trump
il y a 10 heures 54 min
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 14 heures 23 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 14 heures 51 min
décryptage > International
Idéologie

Communisme revisité : ces nouveaux penseurs dont s’inspire Xi Jinping pour diriger la Chine d’une main de fer

il y a 15 heures 9 min
décryptage > International
En même temps à risque

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

il y a 15 heures 34 min
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 1 jour 10 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 6 heures 16 min
pépites > Politique
Démocratie
Biélorussie : Emmanuel Macron exprime sa "très grande préoccupation"
il y a 7 heures 23 min
pépites > Santé
Impact de la catastrophe
Liban : plus de la moitié des hôpitaux de Beyrouth seraient "hors service" après l’explosion
il y a 9 heures 8 min
pépites > Europe
Accident ferroviaire
Un train de passagers déraille en Ecosse, les autorités redoutent un lourd bilan
il y a 10 heures 28 min
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 11 heures 45 min
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 14 heures 43 min
décryptage > Science
Espace

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

il y a 15 heures 1 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Mata Hari : du mouvement Metoo au Bureau des Légendes

il y a 15 heures 21 min
décryptage > Société
Protection contre le virus

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

il y a 15 heures 44 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 1 jour 11 heures
© DR
© DR
Niveau des océans

Dérèglement climatique : vers une montée des océans plus importante que prévue ?

Publié le 24 mai 2019
Une étude publiée dans les comptes-rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS) lundi 20 mai estime que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100. Ce nouveau scénario alarmiste pose la question des méthodes de projection climatique.
François Gervais
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Gervais est physicien, spécialiste de thermodynamique et professeur émérite à l'Université François-Rablais de Tours. Il est l'auteur de L'innocence du carbone aux éditions Albin Michel (2013).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude publiée dans les comptes-rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS) lundi 20 mai estime que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100. Ce nouveau scénario alarmiste pose la question des méthodes de projection climatique.

Atlantico : Selon les chercheurs, si la situation reste inchangée, le niveau des océans s'élèverait très probablement de 62 à 238 cm d’ici à 2100, tandis que le rapport du GIEC prévoyait en 2013 une augmentation de moins d'un mètre. Que penser de ces résultats ? Pourquoi sont-ils si différents ?

François Gervais : L’article des chercheurs de l’Institut de Postdam publié dans PNAS appelle quelques remarques. Dans les tableaux 1 et 2 de l’article, l’unité (millimètres ou centimètres ?) dans laquelle sont exprimées les hypothèses de hausse du niveau des océans n’est pas indiquée. Dans le contexte de l’article, on croit comprendre que l’unité serait des centimètres mais un comité de lecture qui se respecte n’aurait jamais dû laisser passer une telle légèreté. Par ailleurs, pourquoi les 22 experts interviewés n’ont-ils pas eux-mêmes écrit un article en commun au lieu que d’autres chercheurs se fassent leur porte-parole ? Une telle information « de seconde main » est assez inhabituelle en Science. Le point commun entre le rapport du GIEC et cette étude est une incertitude qui reste exagérément élevée, même pour une même hypothèse de hausse de température de la Terre. Depuis le début de l’accélération des émissions de CO2 en 1945, cette température moyenne s’est accrue de 0,4°C hors fluctuations selon le Hadley Center britannique (HADCRUT4). On reste loin des hypothèses d’augmentation de température de 2°C, voire de 5°C sur lesquelles sont basées les projections de l’article.  Parker et Ollier (Phys. Science Int. J. 6, 119-130) rapportent une hausse moyenne du niveau des océans mesurée par les centaines de marégraphes qui bordent les côtes du monde entier de seulement 1,04 millimètre par an, soit une hausse extrapolable à 8,3 centimètre d’ici 2100 puisqu’aucune accélération n’est décelée. Les mesures par satellites, initiées plus récemment, donnent 3 millimètres par an, extrapolable à 24 centimètres en 2100. Cela pose une autre question : pourquoi de tels écarts entre mesures et surtout entre mesures et projections ?

Comment endiguer la fonte des glaciers, notamment des inlandsis du Groenland et de l'Antarctique ? Les moyens mis en place jusque-là sont-ils efficaces ?

Mayewski et coauteurs en 2017 (Quaternary Science Review 155, 50-66) rapportent une légère diminution de la température moyenne de l’Antarctique lors des 35 années précédentes. L’inlandsis Antarctique est de loin la plus grande masse de glace de la Planète. Pourquoi fondrait-elle si sa température diminue ? Les satellites ont mesuré en 2018 dans l’Antarctique le record absolu de froid : -98,6°C.      

La divergence des prévisions entre le dernier rapport du GIEC (2013) et cette étude ne témoigne-t-elle pas d'une division au sein même de la communauté scientifique quant aux méthodes à employer pour les prévisions ? Faut-il préférer le modèle physique prôné par le GIEC à la méthode semi-empirique de ces études ?

Les projections de hausse du niveau des océans dépendent des projections de température moyenne de la Terre. On ne peut qu’inviter les experts à nous indiquer quelles seraient leurs projections non pas en fonction de projections de modèles de climat qui ne sont d’ailleurs pas d’accord entre eux comme le montre l’amplitude considérable des incertitudes tant du GIEC que de l’article de l’Institut Postdam, mais sur l’extrapolation de la hausse de 0,4°C observée depuis 1945. Le Professeur Nix-Axel Mörner de l’Université de Stockholm qui a beaucoup publié sur le sujet ces dernières années ne fait par exemple pas partie des experts consultés dans l’article et il n’est pas cité. Ses conclusions basées non sur des modèles de climat virtuel mais sur des observations en particulier dans les iles du Pacifique ou les Maldives, minimisent considérablement les projections. Par ailleurs, Luijendijk et coauteurs ont publié en 2018 dans Nature Science Report (DOI:10.1038/s41598-018-24630-6) qu’en dépit de l’érosion de certains rivages, les plages du monde entier voient en moyenne leur superficie augmenter. Là encore, les travaux faisant appel aux observations se démarquent des projections basées sur des modèles de climat. Ces quelques exemples soulignent effectivement une division au sein de la communauté scientifique quant aux méthodes à employer pour les prévisions. Celles basées sur les observations et les mesures concluent à des perspectives de hausse des océans systématiquement moindres que celles basées sur des modèles de climat.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jipebe29
- 25/05/2019 - 11:10
Elémentaire, mon cher Watson
Les marégraphes mesurent les variations de niveau sur les côtes, car c’est cela qui intéresse nos sociétés. Les satellites font des mesures globales sur les océans, ce qui est très différent. Au début, les satellites étaient en cohérence avec les marégraphes mais un changement de calibration a fait grimper leurs mesures à 3,2mm/an, ce qui pose question, comme le dit avec diplomatie le climatologue Ole Humlum sur http://www.climate4you.com/ onglet oceans, see level from tide gauges.
Depuis le début des années 2000, il y a divergence croissante entre les observations de la TMAG (température moyenne annuelle globale) par satellites (et ballons-sondes) et celles prévues par les modèles numériques. Plus le temps passe, plus le quasi non-réchauffement perdure (tendance d’environ +0,1°C/décennie-mesures UAH et Hadcrut4), plus les projections de température par les modèles numériques se révèlent erronées. Comme les variations de niveau des océans sont pilotées par les variations de la TMAG, et comme la crédibilité des projections d’évolution de la TMAG est nulle, celle des augmentations de niveau des océans l’est également. Elémentaire, mon cher Watson !

pierre de robion
- 24/05/2019 - 22:30
Pipeau
Depuis toujours je dis que l'Homme n'y est pas pour grand chose: le climat évolue depuis que la Terre a une atmosphère!
Mais c'est si bon d'affoler les populations, et c'est si jouissif de jouer à se faire peur!
Les seuls qui gagnent sont les enfumeurs de bobos et ceux qui leur piquent leur pognon!
Mais nous aussi nous en sommes victimes avec les taxes!
Jardinier
- 24/05/2019 - 17:03
Un article climato realiste suit un article climato alarmiste,
La on est dans le débat, merci atlantico.