En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© EVARISTO SA / AFP
L'armée des douze singes
Scandale autour du WWF en Afrique : comment l’anti-humanisme a contaminé une partie de l’écologie
Publié le 22 mai 2019
Le WWF a récemment été épinglé pour avoir soutenu des programmes de stérilisation et des groupes paramilitaires violents pour lutter contre le braconnage.
Sylvie Brunel est géographe, économiste et écrivain. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvie Brunel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvie Brunel est géographe, économiste et écrivain. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le WWF a récemment été épinglé pour avoir soutenu des programmes de stérilisation et des groupes paramilitaires violents pour lutter contre le braconnage.

Atlantico: Si l'action de la WWF peut par bien des aspects être jugée salutaire, ce genre de dérapages ne montre-t-il pas l'existence d'une tendance fortement anti-humaniste au sein des mouvements écologistes aujourd'hui ?

Sylvie Brunel : Tout à fait. Bien sûr, il ne faut pas les mettre toutes dans le même sac, mais globalement ces organisations idéalisent la nature, forcément bienveillante, et détestent l'humanité, vue comme proliférante, nuisible, destructrice. Leur discours, fondé sur la peur, met en scène l'idée d'une trajectoire linéaire vers le désastre liée aux activités humaines. L'humanité préparerait sa propre destruction parce qu'elle détruirait la planète.

La collapsologie, ou science de l'effondrement du monde, est devenue une discipline à part entière, une religion qui a ses prophètes, ses prêtres, ses bibles, et toute une infrastructure, d'autant plus efficace qu'elle est largement subventionnée par les Etats, qu'elle bénéficie de l'oreille complaisante de nombreux médias, qui relaient les cris d'alarme sans prendre le recul critique nécessaire. Le paganisme écologique s'est installé en Occident, et il porte en lui un dangereux discours de ségrégation et de violence, fondé sur le refus de la modernité, des techniques et du progrès, au profit d'une idéalisation du passé, d'un monde de petites communautés agrariennes, vivant simplement au contact de la nature, en autoconsommation.

Mais, double paradoxe, d'une part ce discours est porté par des urbains qui bénéficient des derniers acquis de la modernité et font un usage intensif des techniques les plus modernes de communication, d'autre part il s'exerce précisément contre des populations pauvres, qui, parce qu'elles manquent de tout, prélèvent largement les ressources naturelles, animales et végétales, déforestent et braconnent pour survivre… menant en réalité la vie de chasseurs cueilleurs dont ces organismes font par ailleurs l'apologie lorsqu'ils célèbrent le mode de vie du paléolithique contre la modernité destructrice. La contradiction est résolue par le fait que les pauvres sont accusés d'être trop nombreux et que c'est ça qui pose le principal problème : pour qu'ils retrouvent une vie heureuse en harmonie avec la nature, il faut en restreindre le nombre, au besoin par la stérilisation forcée, voire l'élimination physique !


Via quels réseaux ces tendances ont-elles prospéré et diffusé leurs idées ces dernières années ?

Les ONG environnementales se sont imposées dans les représentations mondiales à partir de la fin de la guerre froide, en 1991, qui voit la fin de l'affrontement binaire entre deux puissances rivales, les Etats-Unis et l'Union soviétique. Avec la disparition de cette dernière et l'émergence de nouvelles puissances issues de l'ex Tiers-Monde, comme la Chine, l'aide publique au développement, jusque-là outil stratégique au service de la prééminence de l'Occident, se réoriente vers l'environnement. Jusque-là, les organisations environnementales intervenaient dans des niches, protection des oiseaux, création de parcs et de réserves. A partir du Sommet pour la terre de Rio de Janeiro de 1992, où apparaissent les conventions Climat et Biodiversité, elles deviennent toutes puissantes, d'autant que, depuis leur apparition au XIX ° aux Etats-Unis, elles se caractérisent par une très forte consanguinité avec les milieux politiques et d'affaires, ce qui leur donne une puissance de feu bien plus forte. La volonté du Nord développé de préserver son mode de vie et ses ressources leur donne un champ d'action planétaire en réactivant l'idée d'une planète menacée par la croissance démographique et les aspirations au développement des pauvres.

Ce discours n'est pas nouveau : Malthus en 1798, mais aussi le Club de Rome en 1972, avec le rapport "The limits to growth" le tenaient déjà.  L'idée que la capacité de charge de la Planète est limitée et qu'il faut restreindre, au besoin autoritairement, le nombre des pauvres et leur accès au développement est aussi ancienne que l'émergence du courant naturaliste en Occident. Les figures de proue du XIX ° du mouvement écologiste américain, Emerson, Thoreau, déplorent déjà la modernité et regrettent le passé ! La sanctuarisation des territoires s'effectue déjà au détriment des populations locales qui y vivent et les façonnent, Indiens d'Amérique comme Aborigènes d'Australie. Les méthodes sont brutales, voire génocidaires. Il faut attendre le début des années 60 pour que les Aborigènes acquièrent la citoyenneté australienne, alors qu'ils occupent le pays depuis 50 000 ans ! !

Et la tendance s'accentue. La conférence des Nations Unies dite de Nagoya en 2010 s'est donnée pour but d'augmenter les superficies protégées (entendons, protégées des populations locales) de 13 % à 17 % des terres émergées d'ici 2020, de 1 à 10 % des aires marines. Partout pêcheurs et paysans souffrent, du loup et de l'ours chez nous, de l'éléphant en Afrique, du léopard en Asie, du requin à la Réunion. Les grands prédateurs sont vus comme nobles et nécessaires. Le reste de la chaîne alimentaire, incluant l'être humain, n'a qu'à s'incliner, ou s'adapter. C'est une vision élitiste issue de l'origine de ces mouvements, les classes supérieures éduquées …qui par ailleurs ne se refusent rien pour elles-mêmes.

Ce qui est nouveau, c'est que les réseaux sociaux et la montée des peurs qu'ils alimentent, leur capacité à actionner des mécanismes d'émotion planétaire en mettant en scène des animaux menacés considérés comme attachants, exacerbe ce qu'Hemingway qualifiait déjà de sensibilité "animalitaire", radicalisant les discours et les actes. Ecoguerriers, actions violentes contre les supposés destructeurs de la nature, agressions contre les agriculteurs qui utilisent des machines dans leurs champs, soupçonnés de polluer alors qu'ils sont en train de protéger leurs récoltes des bioagresseurs (de plus en plus nombreux avec la mondialisation et le changement climatique), voire simplement de semer le blé qui nous nourrit… nous assistons à une dérive inquiétante de ce courant. Au point que certains mouvements comme le VEHMT (Voluntary Human Extinction Mouvement) préconisent l'extinction volontaire de l'humanité !


Quelle vision, respectueuse à la fois de l'humain et de l'environnement, peut-on opposer à ces discours ?

Un constat simple : chaque fois que le niveau de vie de l'humanité s'élève, chaque fois que des pauvres sortent de la pauvreté pour accéder à la classe moyenne, ils font de la protection de leur cadre de vie une priorité et accèdent aux techniques et aux moyens financiers pour réparer la planète. Dans un premier temps, on prélève, dans un second on recrée et on reconstruit. La capacité de charge d'un territoire dépend des techniques dont nous disposons pour le mettre en valeur. Plus on est avancé, plus on apprend à découpler la création de bien-être et la pression sur les ressources, et à en créer de nouvelles. L'humanité peut être destructrice, mais son histoire montre qu'elle sait aussi être formidablement amélioratrice. Sinon nous ne serions pas 7,5 milliards avec une espérance de vie mondiale de 72 ans, contre 3 milliards vivant 45 ans comme en 1960. L'environnement, de l'ancien français viron, le cercle, c'est ce qui exerce ses contraintes sur l'humanité et ce qu'elle façonne en retour. Partout, ce qui est à l'œuvre, quand la paix et la coopération s'exercent, et non les condamnations, les accusations et la violence, c'est une formidable intelligence collective pour trouver des réponses aux défis qui nous attendent, nombre, métropolisation, sécurité alimentaire, mobilité, changement climatique, ressources… préservation de la biodiversité. Le vrai développement durable, c'est vivre tous ensemble en paix sur une belle planète, ce qui est parfaitement possible quand nous serons 10 milliards sur la terre…

 

Sylvie Brunel est l'auteur de "Toutes ces idées qui nous gâchent la vie" publié aux éditions JC Lattès

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La France mal classée à "l'indice de misère"
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
02.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Nominations européennes: le jeu dangereux d’Emmanuel Macron face à l’Allemagne
06.
Indignez-vous… en permanence ! Stéphane Hessel et Twitter ont-il étranglé la démocratie ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mark de san
- 23/05/2019 - 21:21
WWF et stérilisation en Afrique
Quand cesserons-nous de faire l'autruche: l'Homme est aujourd'hui une espèce invasive et probablement des plus dangereuse car elle a la possibilité de ne pas se plier a l'équilibre naturel qui gère en fait toute forme de vie sur cette planète. Ne voyons nous pas les dégats que provoquent un taux de fécondité de 6 par femme dans de grandes régions africaines entr'autre. Alors comment limiter la natalité lorsque les dirigeants de ces mêmes régions préfèrent s'enrichir plutôt que de développer les moyens nécessaires à une limitation consentie des naissances. Si les chinois n'avaient pas limités les naissances ou en seraient-ils, et nous, avec la pollution de la planète? Il est facile de se réfugier dans une bonne conscience mais voilà, avec ce que nous savons, quelle planète donnerons-nous aux générations futures? Dans ce cas-ci nous ne pouvons plus avoir l'excuse de dire que nous nous sommes trompés car nous avons aujourd'hui les moyens prospectifs nécessaires pour choisir. Plus nous tardons plus ce choix sera douloureux.
AZKA
- 23/05/2019 - 08:03
@Lasenorita
Il me semble que ce sont les occidentales dechristianisee depuis longtemps qui sont stériles de par leurs acquis sociétaux. Ouvrir les frontières à des familles fort nombreuses et culturellement sûres de leurs valeurs face aux champions et championnes du relativisme ne pouvait qu'amener nos sociétés à l'époque formidable que nous vivons. Colombey les deux mosquées approche un peu plus vite...
Benvoyons
- 22/05/2019 - 18:39
Le rêve absolu des Ecologistes mettre en place une Dictature
Écologiste sur la Planète. En fait si personne ne bouge nous n'en sommes plus très loin & bien nous irons vers une Guerre Civile Planétaire, entre les Parfaits Écologistes & ceux qui voudront vivre avec la Science & ses découvertes. La Science & ses découvertes 99% du Recyclage possible alors que nous en sommes à 65%. Aussi la science permet aujourd'hui de faire les bouteilles plastiques en Chanvre donc parfaitement biodégradables, l'isolation avec des parpaing de chancre (plus besoin d'ajouter de l'isolation) des pièces automobiles etc...& plein d'autres solutions parfaitement Biodégradables. Faut ajouter l'Hydrogène (Filière propre dont l'énergie nécessaire est propre puisque issu du soleil & de l'éolien) pour les transports au lieu du Pétrole. etc....