En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

02.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

03.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

04.

Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes

05.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

06.

L’amendement inutile : l’IMG, (Interruption médicale de grossesse) à 9 mois pour cause de détresse psychosociale

07.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Insolite
Spectateurs virtuels
Denver Broncos : les personnages de South Park s'invitent au stade pour les matches de NFL
il y a 7 heures 27 min
pépites > Défense
Chemin de la paix...
L'Arménie saisit d'urgence la Cour européenne des droits de l'homme après les tensions militaires avec l'Azerbaïdjan
il y a 9 heures 8 min
pépites > Economie
Outils de lutte contre la crise et face à la pandémie
Le gouvernement présente son projet de budget 2021
il y a 10 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contes et légendes" de Joël Pommerat : Pommerat au firmament

il y a 12 heures 38 min
Alimentation
Plus de la moitié des produits végétariens étudiés par une association contiennent de l’eau comme ingrédient principal
il y a 13 heures 17 min
pépites > Religion
Séparatisme
Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes
il y a 14 heures 42 min
décryptage > Economie
Nécessité d'un compromis

Sécurité sanitaire et emploi : les difficultés du "en même temps"

il y a 15 heures 9 min
pépite vidéo > Défense
Tensions
L'Arménie et l'Azerbaïdjan instaurent la loi martiale
il y a 15 heures 29 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

COVID-19 : France, Royaume-Uni, Espagne, comment faire baisser la contamination ? Des "Gilets jaunes des bars" maintenant ?

il y a 16 heures 1 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Malaise au poignet ? Le nouvel bracelet connecté de santé d'Amazon analyse votre voix et vos émotions
il y a 16 heures 43 min
light > Media
"En toute franchise"
Ségolène Royal va intervenir régulièrement sur le plateau de LCI dans le cadre d'un débat
il y a 7 heures 55 min
pépites > Politique
Candidature
Rachida Dati se confie dans la presse britannique sur son souhait de vouloir "gagner l'élection présidentielle de 2022"
il y a 9 heures 36 min
décryptage > France
Les entrepreneurs parlent aux Français

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

il y a 12 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vagabondages" de Lajos Kassak : sur les routes de Budapest à Paris avant 14, le savoir survivre d’un artiste prolétaire… une pépite de la littérature hongroise

il y a 12 heures 53 min
décryptage > Economie
Coronavirus

Impact du Covid-19 : vers un budget 2021 en apesanteur

il y a 14 heures 5 min
décryptage > Société
Licence to kill

L’amendement inutile : l’IMG, (Interruption médicale de grossesse) à 9 mois pour cause de détresse psychosociale

il y a 14 heures 49 min
Crise
La paralysie de l'économie due au coronavirus menace New York déjà très endettée
il y a 15 heures 18 min
décryptage > International
Disraeli Scanner

Donald Trump : comment le populiste s’est mué en conservateur

il y a 15 heures 46 min
décryptage > Santé
Confusion généralisée

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

il y a 16 heures 17 min
décryptage > Sport
Une deux, une deux

Fermetures des salles de sport : à quelles activités physiques se mettre pour garder la forme face à un automne semi-confiné ?

il y a 16 heures 47 min
© Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Tempora mori, tempora mundis recorda

Trump divise-t-il trop pour vraiment régner ?

Publié le 21 mai 2019
Oui, Donald Trump divise trop. Oui il change, mais encore peu. Oui ce sont les marchés financiers qui l’influencent pour le calmer un peu, pas ses soutiens politiques.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Oui, Donald Trump divise trop. Oui il change, mais encore peu. Oui ce sont les marchés financiers qui l’influencent pour le calmer un peu, pas ses soutiens politiques.

Regardons ainsi la récente séquence des événements mondiaux, avec la montée des tensions, puis les réactions, plus douces sinon en retrait, de Donald Trump. D’abord, on voit des attaques contre des pétroliers saoudiens dans le port émirati de Fujaïrah, à quelques encablures du détroit d’Ormuz, il y a dix jours. Puis ce sont d’autres attaques contre le principal oléoduc d’Arabie saoudite par un drone, sans qu’on en sache beaucoup plus. Puis viennent des réactions chinoises dans la séquence des tensions douanières entre États-Unis et Chine qui nous occupent depuis plus d’un an. Mais, cette fois, c’est la Chine qui monte fortement ses tarifs douaniers, en riposte aux séries de hausses (et aux propos) de Donald Trump. Puis la Chine fait savoir qu’elle a vendu pour 10 milliards de bons du trésor américain. Pour soutenir le yuan ? Pour envoyer un message ? Et il lui en reste plus de 1 100 !

Alors, on voit le Secrétaire d’état américain, Marco Pompeo, qui rencontre à Bruxelles ses « alliés » de l’Otan, mais sans les convaincre. Alors vient la décision américaine de repousser dans le temps la montée des taxes sur les exportations européennes aux États-Unis, notamment automobiles. Bien sûr, ceci n’empêche pas Donald Trump de continuer sa pression contre Huawei, mais de façon moins directement violente que contre ZTE il y a quelque temps – n’empêche, ceci fera mal. Donald Trump, sans pour autant changer de stratégie économico-politique, ce mettrait-il à mettre un peu d’eau dans son vin, face aux réactions qu’il suscite ?

Changer beaucoup non : les marchés financiers ne le demandent pas à Donald Trump. Ils manifestent cependant une inquiétude boursière devant ses excès et, en même temps, disent qu’il n’y a rien de plus sûr que les bons du trésor américain ! Donald Trump les suit : ils ne lui demandent pas (encore) de faire (trop) machine arrière. Ainsi, la bourse américaine a un peu baissé au début, face aux attaques en Arabie saoudite, sur lesquelles les informations restent clairsemées. Le Dow Jones passe de 25880 à 25300 le 13 mai. Les taux longs américains baissent aussi un peu, à 2,37% le 15, face à la crainte. Puis le Dow Jones remonte à 25900 le 16, puis les taux à 10 ans se redressent à 2,4%, pensant qu’ils ont eu « trop » peur. Les voilà respectivement à 25 700 et 2,41% : cette peur financière est donc modérée en bourse. Surtout, elle fournit sa propre antidote par la baisse des taux longs. Actuellement, le rendement du 10 ans américain est ainsi inférieur au taux d’inflation, à 2,4% contre 2,5% !

Changer non : la base politique Donald Trump le pousse moins encore à changer d’approche. Et même l’idée qu’il faut être dur avec la Chine (« qui espionne ») rencontre un large appui au-delà des Républicains, chez nombre de Démocrates.

Qu’en déduire ? Que la base politique américaine de Donald Trump est plus dangereuse que la finance, même excessive, car elle au moins se corrige vite, même si elle peut le faire trop. Certes, il est dangereux pour l’économie, non seulement américaine mais mondiale, que Donald Trump calque ses actions sur les réactions des marchés. Mais ce serait sans doute pire que sur ses appuis politiques, fondamentalement isolationnistes. On le sait : le bilatéralisme sied à Trump, pas le multilatéralisme. Voilà pourquoi il veut des deals « d’égal à égal » bien sûr (!), si possible, et rapidement, bien sûr aussi. C’est pour cela qu’il est mal à l’aise dans les accords internationaux, voire les dénonce comme « inégalitaires » ou demande leur réécriture. Mais il commence à comprendre leur complexité, reflet de celle du monde, dans un jeu est en fait nécessairement coopératif, parce qu’il est multilatéral. Cette pensée n’est pas nécessairement celle de sa base politique, mais celle des marchés financiers qui traitent les multinationales actuelles et surtout futures. C’est aussi celle des interdépendances entre la bourse d’un côté, qui épouse la volonté de croissance de Trump par la baisse des impôts et des régulations anti-business, et le marché obligataire de l’autre, indispensable pour boucler le déficit public trumpien – dangereusement croissant.

Et voilà que le Canada, le Mexique et les Etats-Unis viennent de trouver un accord pour lever les hausses de droits de douane sur l'acier (25%) et l'aluminium (10%) imposées par Washington. C’est l’annonce, vendredi 17 mai, du Président Trump, pour faciliter l’adoption du nouveau Nafta par le Congrès. Et celle des États-Unis et du Canada dans un communiqué commun !

Ce conflit commercial (partiel) entre États-Unis, Canada et Mexique qui vient juste de s’achever, après son lot d’excès trumpiens, est-il le signe d’un tournant ? On ne peut être l’ennemi de tous, ni même de beaucoup… si on veut une Amérique Great again ! Au fond, pour « gérer » Donald Trump, rien ne vaut le Dow Jones, même si ce réglage n’exclut pas les excès, mais au moins les rabote !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires