En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Atlantico-Business
La taxe carbone va prendre l’avion, très bonne idée, sauf que ceux qui vont payer ne sont pas ceux que l’on croit
Publié le 21 mai 2019
Dans la surenchère écologique qui a envahi la campagne électorale, la tentation de créer une taxe sur les billets d’avion a refait surface dans la tête des députés de la République en marche.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans la surenchère écologique qui a envahi la campagne électorale, la tentation de créer une taxe sur les billets d’avion a refait surface dans la tête des députés de la République en marche.

Une taxe par jour... L’imagination politique se cantonne décidément à la sphère des taxes et impôts. Du moins, dans la dernière ligne droite des campagnes électorales.

Puisque la demande de lutte contre le réchauffement climatique est très forte, puisque les gilets jaunes se sont mis en colère au départ contre le projet de taxe carbone qui pénalise les transports en voiture, lesquels sont incontournables pour la majorité et puisque le transport aérien est un des plus gros pollueurs du monde, taxons les voyages en avion. Ceux qui voyagent sont riches, croit-on ! Ils pourront payer.

C’est donc l’idée que viennent d’avoir des députes LREM, pour répondre à la grogne des uns (les gilets jaunes) et à la demande des autres (les écologistes).

Donc, dans le cadre de la loi sur les mobilités qui doit réguler le secteur du transport public, des députés ont déposé un amendement pour augmenter le prix des billets d’avion pour les voyages au départ de Paris ou à l’arrivée. Le projet est très sophistiqué, ils proposent de moduler le prix en fonction de la durée du voyage et  de la classe de transport. Ça pourrait aller de 10 euros à 50 euros par billet.

Alors, c’est évidemment une très bonne idée qui était déjà dans les marmites de Bruxelles qui cherche à appliquer des taxes sur le kérosène puisque le kérosène utilisé dans les avions en est exonéré. La taxe sur le kérosène ne sera jamais appliquée, sauf accord international parce que les compagnies, qui ne sont pas complètement autistes, peuvent se ravitailler là où le kérosène est le moins cher. D’où le succès des compagnies du Golfe qui achètent leur pétrole à la source.

Reste donc la surtaxe des billets d’avion... Très bonne idée, a priori, les clients de compagnies aériennes sont plutôt riches ou alors ils se font payer les billets par leur entreprise. Donc ils peuvent participer à la lutte contre le réchauffement climatique.

Ajoutons à cela que les députés, dans un effort de démagogie, veulent préciser que le produit de cette taxe carbone sera versé à un fonds qui financera les moyens de transports alternatifs et propres.

Tout est bien, sauf que le projet ne tiendra pas au-delà de l’échéance électorale. La taxe Chirac, prélevée sur les billets d’avion pour un vol au départ d’un des pays participants à cet accord, devait servir à financer des actions de santé publique dans les pays développés. Cette formidable idée, née en 2005, appliquée dans plus de 30 pays avaient adopté, n‘est plus appliquée que par neuf pays dans le monde qui n’ont pratiquement pas d’activité de transport aériens qui leur soit propre. En dehors de la France, on trouve dans la liste des neuf des pays d’Afrique liés à la France ou à Air France. Donc on oublie.

Le projet français qui revient à majorer le prix du billet, ne sera pas mieux accueilli que la taxe Chirac ou la taxe sur le Kérosène imaginée par Bruxelles qui n’a jamais réussi à la vendre aux pays de l’UE.

Dès son application, on va s’apercevoir que la greffe ne prendra pas.

D’abord, parce qu’elle va pénaliser les voyageurs pauvres. Le transport aérien a connu un développement exceptionnel grâce aux baisses de prix, au low cost rendu possible par les gains de productivité. Maintenant si les impôts et taxes renchérissent le prix d’entrée dans l‘avion, beaucoup renonceront à voyager. Mais pas les riches et les hommes d’affaires.

Ensuite, c‘est uns très mauvaise idée parce qu’on ne voit pas comment le produit de cette taxe sera utile à la transition écologique. Elle servira à équilibrer la SNCF dont il faudra d’ailleurs établir un bilan complet du carbone, à renforcer d’autres moyens de transport comme les ferries, les bus  etc.

Enfin comme la France sera seule, la taxe va pénaliser les compagnies françaises et notamment Air France, qui n’en a pas franchement besoin en ce moment. Le voyageur français s’arrangera pour prendre un avion affrété de l’étranger. Et si la loi impose la taxe sur tous les avions se posant ou décollant à partir du territoire français (ce qui serait possible), ça nous ramènera  à l’époque où les charters ne pouvaient pas se poser à Paris et par conséquent, embarquaient leurs passagers français à Bruxelles ou à Luxembourg. Le trafic charter (ancêtre du low cost) avait développé une activité de transport par bus au départ de Paris.

La taxation des activités polluantes est sans doute une des solutions pour inciter les producteurs et les consommateurs à abandonner leur activité ou alors à en découvrir des moins polluantes.

A court terme, la lutte contre le réchauffement climatique par des moyens fiscaux qui s’avèrent finalement punitifs et pèsent forcément sur l’activité et la croissance. Donc, ceux qui paient le prix fort de cette lutte sont ceux qui se voient privés des fruits de la croissance. C’est la raison pour laquelle la mise en œuvre des politiques environnementales efficaces sera très difficile dans les pays émergents auxquels on va imposer des normes qui vont freiner leur développement.

A moyen terme, le seul outil qui permet de lutter contre le réchauffement climatique en préservant les chances de bénéficier de la croissance passe par l’innovation sous toutes ses formes. L’innovation technologique, technique, digitale, qui permet de découvrir des process capables d’économiser l’énergie et d’éliminer les formes de pollution. Sur l’automobile par exemple, que beaucoup rêvent d’interdire, on a complément oublié qu‘il y a moins de vingt ans,  une voiture particulière consommait plus de 10 litres de carburant aux 100 KLM, alors qu‘aujourd’hui, la voiture de même catégorie ne brûle pas 5 litres aux 100 KLM.

Dans le transport aérien, les progrès réalisés sur les moteurs et les fuselages ont été exceptionnels. Ces progrès sont évidemment masqués par le développement considérable des flottes et du trafic. Mais rien n’empêche d’imaginer les progrès à venir sur la carburation et la gestion des vols.

La recherche et l’innovation sont les clefs les plus importantes pour accélérer la transition écologique mais les véritables moteurs du changement ne sont pas dans la fiscalité.

Les moteurs du changement sont dans les mains des consommateurs, des salariés et des investisseurs. On sous-estime complètement l’impact des entreprises dans l’effort écologique. Parce qu’elles n’ont pas le choix. L’entreprise intelligente doit tenir compte de ses clients, de ses salariés et de ses investisseurs.

Les clients ont de plus en plus d’exigences qui remettent en cause le marketing quantitatif classique. Les salariés ont besoin de savoir que leur travail dans leur entreprise a un sens qui va au delà de la seule création de richesse monétaire, quant aux investisseurs, plus de la moitié des fonds d’investissement conditionnent leur participation à la qualité des critères de RSE, responsabilité sociale et environnementale.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La France mal classée à "l'indice de misère"
02.
Dangereuses pour la santé
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
02.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Nominations européennes: le jeu dangereux d’Emmanuel Macron face à l’Allemagne
06.
Indignez-vous… en permanence ! Stéphane Hessel et Twitter ont-il étranglé la démocratie ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 22/05/2019 - 11:53
taxe taxe taxe taxe
Et en plus si le fameux réchauffement n'est pas anthropique c'est finalement le CON sommateur qui paiera comme dab
Ullman
- 21/05/2019 - 18:58
BONNE NOUVELLE
Ainsi, les députés de la République en marche auraient donc une tête ? Quelle bonne nouvelle ! C’est pas une fakenews au moins ?
Nos c… de politiciens ont détruit une industrie construite en 2 siècles, livrant irréversiblement un savoir-faire inestimable à ceux qui aujourd’hui nous concurrencent.
Ils sont en train de bousiller une filière automobile PROPRE qui après 25 ans de R&D arrive à maturité et nous permettrait d’exporter. Tout ça pour importer des véhicules électriques de Chine, qui ne polluent pas sur la route mais là où on produit l’électricité, avec un bilan écologique négatif. Sans compter les éléments rares et parfois cancérigènes extraits par des gamins de 10 ans qui sont des esclaves (germanium, indium, cobalt…).
Ils ont maintenant le projet de s’en prendre au transport aérien.
Si demain nos députés (pour ceux qui sont présents dans l’hémicycle…) se voyaient taxer de connerie congénitale, ils ne l’auraient pas mérité ?
ajm
- 21/05/2019 - 15:50
L'innovation fiscale
Les avions ne cessent de consommer moins car , même non taxé, le kérosène coûte très cher aux compagnies aériennes . C'est pour cette raison que ces dernières renouvellent aussi activement leurs flottes. S' agissant du réchauffement climatique, s'il existe, c'est plutôt une bonne chose,historiquement les périodes de réchauffement ayant coincidé avec des périodes de grand développement pour l'être humain et tout ce qui vit en général. En France, tout débat se termine par des taxes, notre seule capacité d'innovation collective, semble-t-il.