En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

02.

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

03.

Le risque d’une généralisation de l’épidémie à toute la France est pris très au sérieux par les chefs d’entreprise, mais pas par les Français. Alors pourquoi ?

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes

07.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Organigramme
LREM : Aurore Bergé est nommée "présidente déléguée" des députés marcheurs
il y a 5 min 46 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Nez" de Nikolaï Gogol : une farce nasale et masquée

il y a 1 heure 8 min
Faune
La ministre de l'Ecologie annonce la fin des animaux sauvages dans les cirques itinérants et dans les parcs aquatiques
il y a 3 heures 27 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

il y a 4 heures 20 min
décryptage > Société
Distanciation sociale

Bulle sociale ou cérémonies restreintes : petits conseils pour bien choisir ses proches sans se fâcher

il y a 4 heures 40 min
pépite vidéo > Economie
Mesures contre le virus
Bruno Le Maire évoque son expérience du Covid-19 : "Une fois qu'on y est passé, on voit les choses différemment"
il y a 4 heures 58 min
pépites > Société
Sécurité
La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris
il y a 5 heures 44 min
Poison
Cueillette de champignons : ne pas faire confiance aux applications de reconnaissance sur téléphone mobile
il y a 6 heures 18 min
décryptage > Environnement
Quel sale temps

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

il y a 6 heures 36 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Le risque d’une généralisation de l’épidémie à toute la France est pris très au sérieux par les chefs d’entreprise, mais pas par les Français. Alors pourquoi ?

il y a 6 heures 41 min
pépites > Terrorisme
Profil
Attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo : l'assaillant a reconnu être âgé de 25 ans et non de 18
il y a 43 min 15 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nuit sombre et sacrée" de Michael Connelly : une enquête minutieuse au suspens garanti

il y a 1 heure 27 min
light > Science
Loin
Nouvelle découverte d'eau sur Mars : plusieurs lacs sur des milliers de km2
il y a 3 heures 54 min
pépites > Santé
Succès
Coronavirus : plus de 12 millions de téléchargements pour l'application britannique officielle de traçage
il y a 4 heures 27 min
décryptage > Economie
Compétitivité

Veut-on vraiment être compétitifs ?

il y a 4 heures 47 min
décryptage > Politique
Impact sur l'opinion

Des Français déboussolés et désemparés

il y a 5 heures 23 min
décryptage > Consommation
Craintes chez les consommateurs

Reconfinement non exclu : avec le recul, faut-il se jeter sur le papier toilettes au cas où ?

il y a 5 heures 55 min
décryptage > Politique
La France a-t-elle les moyens de ses ambitions (à lui)...?

Emmanuel Macron et les tentations dangereuses

il y a 6 heures 19 min
décryptage > International
Il y a mis du temps

Et Macron osa (enfin) nommer le Hezbollah

il y a 6 heures 37 min
décryptage > International
Grand silence à l’Est

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

il y a 6 heures 45 min
© Reuters
© Reuters
Personnes âgées

Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile

Publié le 16 mai 2019
L'organisation vient d'éditer un guide de recommandations pour réduire le risque des syndromes démentiels, un des défis sanitaires majeurs de ce siècle.
Christophe de Jaeger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le docteur Christophe de Jaeger est chargé d’enseignement à la faculté de médecine de Paris, directeur de l’Institut de médecine et physiologie de la longévité (Paris), directeur de la Chaire de la longévité (John Naisbitt University – Belgrade), et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'organisation vient d'éditer un guide de recommandations pour réduire le risque des syndromes démentiels, un des défis sanitaires majeurs de ce siècle.

Les syndromes démentiels sont certainement un des défis sanitaires majeurs de notre siècle. L’OMS vient d’éditer un guide de recommandations pour réduire le risque de démence. Cette préoccupation de l’OMS est parfaitement justifiée dans la mesure où les syndromes démentiels sont en forte croissance et sans traitement aujourd’hui véritablement efficace. Un syndrome démentiel regroupe un certain nombre de symptômes dont la perte de mémoire qui devient alors majeure ( on ne se souvient plus de son nom, où on se trouve, du nombre de ses enfants, etc…) et également possiblement des troubles du comportement allant de l’apathie à l’agressivité. Il existe actuellement 72 causes de démences répertoriées dans la littérature. La maladie d’Alzheimer est l’une d’entre elles et la plus connue. Les syndromes démentiels qu’ils soient d’origine dégénérative (maladie d’Alzheimer…), vasculaire, infectieuse, carentielle, toxique, etc… conduisent à la perte d’autonomie et entraînent des coûts sociétaux considérables (financiers, mais également humains avec la souffrance et l’épuisement des proches). Sans traitement accessible, sauf pour les démences dites curables, il est en effet fondamental d’essayer au maximum de les prévenir et /ou d’en limiter la progression. C’est l’objectif de ce guide de recommandations qui est d’autant plus important que la plupart des gens ignorent que l’on peut agir par le biais de la prévention sur l’âge de début de ce type de maladie en la retardant et sur sa progression en la ralentissant.

Pratique régulière du sport, suppression du tabagisme ou alimentation plus saine, sur quels critères s'axent principalement les recommandations de l'OMS ?

Ces recommandations sont classiques et utiles pour la prévention d’un grand nombre de maladies (maladies cardio-vasculaires, diabète, maladies inflammatoires, cancers….). Il s’agit de mesures élémentaires de « santé ». La pratique régulière du sport en respectant un minimum de 150 minutes d’exercice modéré par semaine est globalement favorable à notre santé globale, mais également cérébrale. Un des mécanismes protecteurs a été mis en évidence ces dernières années. En effet, une pratique sportive (cardio-training) permet d’augmenter le débit cardiaque et donc le débit sanguin cérébral. Lorsque l’augmentation de ce débit avoisine une heure, il stimule la sécrétion cérébrale de facteurs de croissance neuronaux utiles au bon fonctionnement du cerveau. Une activité physique modérée certes, mais régulière et d’intensité adaptée.

L’arrêt du tabagisme, ou mieux encore, ne jamais commencer, va permettre de supprimer un toxique important qui a un impact négatif sur les bronches, les poumons, mais également le système cardio-vasculaire. Or, le système cardio-vasculaire permet l’irrigation du cerveau et la prise de tabac va donc contribuer à l’altérer à travers l’altération du système artériel cérébral. Ne pas s’intoxiquer au tabac a donc un effet positif sur l’ensemble de notre organisme. L’alcool a également un effet toxique direct sur le cerveau. Cet effet est d’autant plus important que les personnes et parfois même très jeunes, vont recourir à l’ivresse.

Une alimentation plus saine à pour avantage de ne pas surcharger notre organisme en graisses et en sucre, mais également lui apporter plus de vitamines, d’oligo-éléments… nécessaires à son bon fonctionnement.

Réduire son cholestérol, traiter efficacement un diabète (ou éviter qu’il ne survienne) sont là aussi autant de mesures évidentes, mais qu’il convient de rappeler.

Il est évident que maintenir un bon poids corporel de forme est également le reflet de l’ensemble des mesures précédentes. Cela nous permet simplement de voir si notre implication en termes nutritionnelle, d’activités physiques, etc… est suffisante.

L'impact bénéfique de ces mesures était-il déjà connu ? Qu'apporte cette série de recommandations ?

L’ensemble de ces mesures était déjà bien connu des professionnels. Mais le fait de les rassembler en un guide ayant pour cible le grand public est important. Trop peu de gens sont informés que prévenir ou retarder les syndromes démentiels est possible, en tout cas pour certains d’entre eux. Montrer que l’on peut diminuer le risque à terme de démence en agissant sur sa vie quotidienne est important. Nous avions déjà des guides pour les maladies cardio-vasculaires, pour le diabète… mais rien sur les démences qui sont excessivement anxiogènes dès que l’on dépasse 50-60 ans et que l’on a un trou de mémoire. Ce guide est simple et montre que notre cerveau également souffre de nos excès et que l’on peut l’aider à bien vieillir. Un certain nombre d’experts pensent d’ailleurs que l’amélioration de notre style de vie pourrait diminuer le nombre des démences de 30 pour cent, ce qui est considérable et doit nous conduire à une plus grande responsabilité personnelle vis-à-vis des mesures de prévention.

Les maladies neurodégénératives sont-elles une conséquence inévitable de la vieillesse ? Peut-on envisager à long-terme une limitation drastique voire la disparition de ces pathologies ?

Les chiffres montrent clairement que le vieillissement est un facteur de risque majeur de démence, mais ce n’est pas non plus physiologique ou naturel ou encore inéluctable. C’est la raison pour laquelle il faut au maximum réduire les facteurs de risques que nous connaissons depuis longtemps, mais qui nécessitent une vraie prise de conscience de nos contemporains. La prise de poly vitamines au hasard des comptoirs ou des promotions sur internet est évidemment contre-productif et je crois qu’il faut dénoncer cette tendance à la facilité. Le risque, en dehors du fait que ces prises à l’aveugle sont inutiles, est qu’elles risquent de vous donner l’impression que vous faites quelque chose pour votre santé, que vous n’avez pas besoin de faire une activité physique ou mieux manger, alors que c’est évidemment erroné.

Mais au-delà de ces recommandations de premier niveau que nous donne ici l’OMS et dont l’intérêt me parait considérable, ne serait-ce qu’en sensibilisant nos contemporains à leur santé et en particulier à leur santé cérébrale, nous pouvons encore aller plus loin. Le cerveau vieillit à travers également l’installation de carences spécifiques, d’un excès chronique de sucre (la glycation), d’une inflammation à bas bruit, du stress oxydant… qui sont autant de facteurs de fragilisation de celui-ci, favorisant l’émergence des syndromes démentiels. Des progrès immenses sont faits dans ces domaines et vont nous permettre à terme, et je l’espère le plus tôt possible, de juguler l’augmentation des démences.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires