En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
Bonheur de cuisiner
Le marché de Rungis a officiellement lancé sa plateforme en ligne pour les particuliers en cette période de confinement
il y a 1 heure 27 min
pépites > Science
IHU Méditerranée Infection
Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique
il y a 2 heures 33 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Sibeth Ndiaye décide de remanier les membres de son cabinet ministériel
il y a 6 heures 38 min
pépites > Terrorisme
Espoir
Sophie Pétronin serait toujours en vie, selon le fils de l'otage française enlevée au Mali
il y a 7 heures 27 min
pépites > France
Printemps et confinement
Covid-19 : Christophe Castaner met en garde les Français qui auraient l’intention de partir en vacances
il y a 9 heures 25 min
pépite vidéo > Société
Ministère de l'Intérieur
Violences conjugales : un numéro d'urgence est dorénavant accessible par un simple SMS
il y a 10 heures 38 min
décryptage > Politique
LR

Aurélien Pradié : "Non, je ne suis pas anti-libéral"

il y a 11 heures 46 min
décryptage > International
Campagne électorale

Les élections américaines face à l’émergence d’un nouveau candidat : le coronavirus

il y a 13 heures 6 min
décryptage > International
Il paraît que c’est de l’humour

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

il y a 13 heures 43 min
décryptage > Consommation
Mesures barrières... contre les kilos

Déjeuner chez soi par temps de confinement : attention surpoids

il y a 14 heures 8 min
pépites > Economie
Brétigny-sur-Orge
Covid-19 : des salariés d’Amazon ont été contaminés en France et un d’entre eux aurait été placé en réanimation
il y a 2 heures 5 min
pépites > Santé
Prise de guerre ?
Covid-19 : une commande française de masques aurait été détournée et achetée en liquide par les Etats-Unis en Chine juste avant l'acheminement vers la France
il y a 6 heures 2 min
pépite vidéo > Europe
Courage des Britanniques
Le prince Charles adresse un message de solidarité aux Britanniques face à l’épreuve du coronavirus
il y a 7 heures 10 min
light > High-tech
Bonheur en famille
Confinement : grâce à Google et à la réalité augmentée, il est possible de recréer un véritable zoo à la maison
il y a 8 heures 44 min
pépites > France
Nouveau délai
Coronavirus : Gérald Darmanin précise le calendrier et le décalage de la déclaration d'impôts
il y a 10 heures 6 min
décryptage > Economie
Solidarité nationale

Appel de l’Etat aux dons pour les plus affectés par le Coronavirus : et la France inventa le Fisc fucking

il y a 11 heures 13 min
décryptage > Europe
Nouvel épicentre de la pandémie

L’Union européenne en réanimation : pronostic vital engagé

il y a 12 heures 28 min
décryptage > Société
Contagion

Petites prévisions sur l’impact du Coronavirus sur les inégalités

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Santé
Crise silencieuse

Coronavirus : le défi des corps (contagieux) des malades décédés

il y a 13 heures 56 min
décryptage > Politique
Stratégie offensive

"La France unie" : Emmanuel Macron lance un slogan bien moins rassembleur qu’il n’y paraît

il y a 14 heures 25 min
© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP
Bonnes feuilles

Peut-on concilier la liberté de procréer avec l’intérêt de l’enfant et l’intérêt général ?

Publié le 11 mai 2019
Antoine Bueno publie "Permis de procréer" aux éditions Albin Michel. L'état d'urgence ultime est décrété. La démographie le démontre : avec une population mondiale de 11 milliards en 2100, notre planète est plus que jamais en péril. Nous ne pourrons pas survivre. Un seul constat s'impose : il faut repenser la liberté de procréer. Extrait 1/2.
Antoine Bueno est écrivain et chargé de mission au Sénat. Il se produit aussi dans son seul en scène, "Antoine Bueno, l'Espoir".
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Bueno
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Bueno est écrivain et chargé de mission au Sénat. Il se produit aussi dans son seul en scène, "Antoine Bueno, l'Espoir".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Bueno publie "Permis de procréer" aux éditions Albin Michel. L'état d'urgence ultime est décrété. La démographie le démontre : avec une population mondiale de 11 milliards en 2100, notre planète est plus que jamais en péril. Nous ne pourrons pas survivre. Un seul constat s'impose : il faut repenser la liberté de procréer. Extrait 1/2.

Aujourd'hui, la liberté de procréer naturellement est absolue. Or aucune liberté, aucun droit n'est illimité. Tous doivent être conciliés entre eux (la liberté des uns s'arrête où commence celle des autres) et avec des principes collectifs qui leur sont supérieurs. La liberté d'expression est limitée par le droit à la vie privée ou le secret défense ; la liberté d'aller et venir par le droit à la propriété privée ou la sécurité des personnes ; la liberté du commerce et de l'industrie par l'indisponibilité du corps humain ou la santé publique. De la même manière, la liberté individuelle de procréer naturellement devrait être conciliée avec l'intérêt de l'enfant à naître et l'intérêt général. Quel est l'intérêt de l'enfant ? Posée aussi largement, la question est aussi problématique que celle de savoir ce qu'est un « bon parent ». L'intérêt de l'enfant est-il d'avoir des parents aimants, riches, puissants, empathiques, religieux ? Tenter de définir positivement l'intérêt de l'enfant pourrait susciter autant de réponses qu'il y a d'individus. En revanche, il n'est pas difficile de dégager un consensus sur ce qu'est un « mauvais parent ». L'enfant a intérêt à ne pas être maltraité ni négligé. Et ce, même avant sa naissance. Un embryon et un fœtus ont droit à la santé. Tout le monde peut s'accorder là-dessus. 

Ainsi défini, l'intérêt de l'enfant se confond avec celui de la société qui paye un très lourd tribut à la maltraitance infantile. La collectivité doit détecter les enfants maltraités  et négligés, les protéger et subvenir à leurs besoins. Elle prend aussi en charge les dépenses de santé engendrées par la maltraitance. Or les victimes souffrent des effets de la maltraitance tout au long de leur vie. La maltraitance pèse sur la société en termes d'éducation, d'emploi, de santé et de criminalité. Un enfant maltraité mal pris en charge a beaucoup plus de risques qu'un enfant bien traité de devenir un adulte malade, marginal, voire délinquant. Un chiffre éloquent : 28% des SDF français déclarent avoir subi des mauvais traitements dans leur enfance2. Enfin, non seulement la maltraitance peut ruiner la vie entière des victimes, mais elle a aussi le pouvoir de créer un cercle vicieux de la violence, les personnes ayant été maltraitées devenant à leur tour plus souvent maltraitantes que les autres. Nous reviendrons sur l'évaluation du coût financier global de la maltraitance. Il est astronomique. Mais à ce stade de l'analyse, nul n'est besoin d'en dire davantage pour démontrer que la liberté de procréer naturellement devrait être encadrée. Tout comme l'exercice de la liberté d'aller et venir en voiture est subordonnée à la nécessité de passer son permis de conduire.

Extrait du livre "Permis de procréer" d’Antoine Bueno, publié aux éditions Albin Michel. 

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 11/05/2019 - 17:07
Pour Africains musulmans ou pas.
Ou les tarés consuméristes égoïstes et antifamilles (sauf celles des homos) admirateurs d'un pasteur anglican débile mort il y a plus de 150 ans.
Forbane
- 11/05/2019 - 16:46
Chine
Depuis 2015, la Chine a stoppé sa politique de l’enfant unique
cloette
- 11/05/2019 - 16:20
oui, livre à faire paraitre
en Inde ou en Afrique ( en Chine ils n'ont le droit que de faire un enfant, et encore, ils dissuadent !)