En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

07.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

01.

Remaniement ministériel

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 7 heures 55 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 10 heures 37 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 12 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 13 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 14 heures 4 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 15 heures 3 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 15 heures 59 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 17 heures 13 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 17 heures 45 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 18 heures 17 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 10 heures 17 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 11 heures 23 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 13 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 13 heures 54 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 14 heures 16 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 15 heures 27 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 16 heures 52 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 17 heures 43 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 18 heures 4 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 18 heures 50 min
© CHRISTOPHE SIMON / AFP
© CHRISTOPHE SIMON / AFP
Bonnes feuilles

Le témoignage d’un évêque du Kazakhstan sur la situation des chrétiens dans les ex-républiques soviétiques

Publié le 12 mai 2019
Paul Bablot publie "Du mékong à la place Saint-Pierre" (éditions Première partie). Après une année de volontariat avec les Missions Étrangères de Paris en Thaïlande, il s’est lancé le défi de rentrer à vélo à Paris. Paul Bablot retrace ses rencontres avec les communautés chrétiennes sur la route entre l’Extrême-Orient et l’Occident. Extrait 2/2.
Paul Bablot est consultant. Il a été volontaire dans le nord de la Thaïlande avec les Missions Etrangères de Paris. Il est diplômé d’un Master Business Consulting de l’Université Paris Dauphine. Paul Bablot a publié "Du Mékong à la place Saint-Pierre,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul Bablot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul Bablot est consultant. Il a été volontaire dans le nord de la Thaïlande avec les Missions Etrangères de Paris. Il est diplômé d’un Master Business Consulting de l’Université Paris Dauphine. Paul Bablot a publié "Du Mékong à la place Saint-Pierre,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul Bablot publie "Du mékong à la place Saint-Pierre" (éditions Première partie). Après une année de volontariat avec les Missions Étrangères de Paris en Thaïlande, il s’est lancé le défi de rentrer à vélo à Paris. Paul Bablot retrace ses rencontres avec les communautés chrétiennes sur la route entre l’Extrême-Orient et l’Occident. Extrait 2/2.

Dimanche 12 février 2017, J81. Almaty 

Presque une semaine que je suis bloqué, ça n’est que le début. Il va falloir prendre son mal en patience. 15 jours a minima pour un passeport, m’a-t-on dit au consulat de France. Et encore après, il faudra lancer les demandes de visas pour les pays suivants… Je ne suis pas encore sorti de ces galères administratives qui plombent le quotidien des voyageurs ne souhaitant que rouler. J’en profite pour rencontrer les différentes Églises et visiter les édifices. La cathédrale orthodoxe de l’Annonciation est absolument magnifique. Toute de bois et construite à l’aube du XXe siècle, elle rayonne par sa couleur crème au milieu d’un parc enneigé. Personne ne parle anglais, pas la moindre indication dans cette langue, encore moins en français. Cela s’annonce compliqué de pouvoir échanger avec les orthodoxes. Au moins, je pourrai essayer de revenir un peu plus tard. 

Avec quelques difficultés, je trouve l’évêché catholique. Une discrète porte fermant un porche en demi-lune semi-enterré. Sur les côtés, discrètement sculptés dans la pierre et en vis-à-vis, le christogramme et celui du blason de l’évêque. Le père Paul Miky m’accueille avec un grand sourire, visiblement ravi de me voir. Nous prenons date pour un rendez-vous quelques jours après avec l’évêque Mgr Mumbiella da Sierra, espagnol et membre de l’Opus Dei, missionnaire au Kazakhstan depuis 20 ans. Je partage ici l’échange sous forme d’entretien que j’ai pu avoir avec lui :

Paul : Quelle est la vie d’un diocèse dans un pays d’Asie centrale, durablement marqué par le communisme et les influences de Tamerlan et Gengis Khan ?

Mgr : Tout d’abord il faut savoir que le Kazakhstan est un pays qui a été évangélisé depuis près de 2000 ans ! En effet, au IIIe siècle, des chrétiens venus de Syrie – les Nestoriens – ont commencé à évangéliser l’Asie centrale jusqu’à la Chine. Traversant l’Arménie, l’Iran, ils sont arrivés jusqu’en Chine en traversant le Turkestan. Les historiens s’accordent sur l’établissement de deux patriarcats sous le règne de l’Empereur de Chine Tai Tsung, de la dynastie Tang, en 635. Cependant, il faut attendre le XIIIe siècle pour que la christianisation de l’Asie centrale prenne toute son ampleur. Les franciscains et dominicains sont arrivés par la route de la soie pour fonder des monastères dans ces contrées immenses. La présence chrétienne est donc aussi ancienne qu’en Europe, et bien que les relations diplomatiques avec le Saint-Siège aient été établies avec le Grand Khan, la suite n’a pas donné autant de fruits. Ces liens ont néanmoins permis la conversion de nombreux khans, rois et nobles de haut rang. Le prince Tartare Satar, fils du Khan Batia, est devenu chrétien vers 1254. 

L’érection de la province franciscaine de Terre Sainte en 1217 a été un élément central dans l’envoi de missionnaires ici. Gengis Khan était très ouvert sur le plan de la liberté religieuse et a permis une expansion des chrétiens sous son règne. Le pape Nicolas III a donné un évêque à notre jeune Église, en la personne du franciscain Gérard de Prato en 1278. Cela a permis de structurer l’Église locale avec un diocèse. 

La conquête progressive de l’Islam a empêché la christianisation complète de l’Asie centrale et les monarques chrétiens ont été détrônés au profit des dynasties islamiques. En 1342, le travail des franciscains cesse brusquement lorsque le Khan Ali détruit le monastère de la ville d’Almalik et met à mort l’évêque Richard de Bourgogne ainsi que six moines pour refus d’apostasier. Tamerlan signe la fin de l’expansion du christianisme ici jusqu’au XIXe siècle. S’ensuit une longue période sans évêque pour ces régions, jusqu’à 1997 et l’érection du diocèse de la SainteTrinité d’Almaty dont je suis en charge. Renaissance de l’Église six siècles après, sur le sang des martyrs.

Paul : C’est donc en fait une Église ancienne mais renouvelée que nous avons ici. Quelle est donc la situation actuelle des catholiques à Almaty et au Kazakhstan plus généralement ?

Mgr : Le Kazakhstan a été marqué par la période soviétique puisque de nombreux déportés au goulag y ont été envoyés. Principalement des Allemands et Polonais vivant près de la Volga, catholiques pour la majorité. Ainsi nous avons vu dans les années vingt et trente un afflux de catholiques grâce aux communistes. En cela, Staline a été le plus grand missionnaire pour le Kazakhstan ! En 1905, une première église est créée à Almaty, appelée à l’époque Vierni, mais comme nous l’évoquions ça n’est qu’en 1997 que le diocèse sera créé. Les franciscains reviendront eux dès 1991, immédiatement après l’indépendance, pour refonder le monastère d’Almaty. Le Vatican a établi des relations diplomatiques avec le Kazakhstan rapidement après son indépendance intervenue en 1991. Dès 1994, un nonce était présent à Almaty. 

Les catholiques représentent 1,5 à 2 % de la population, en constante augmentation depuis l’indépendance. Ici, vous pouvez confesser votre foi librement, changer de religion également, ainsi que construire des églises. Il y a une réelle liberté religieuse, qui permet de mener un travail d’apostolat dans des conditions favorables. 

La tâche est immense car, durant la période communiste, des prêtres déportés ont exercé leur ministère d’une façon cachée, baptisant et évangélisant des villages dans le secret. Nous n’avons donc pas d’archives précises de tout cela et avons régulièrement la surprise d’apprendre que telle ou telle famille est catholique, lorsque des prêtres visitent les faubourgs d’Almaty. 

Mgr Alexandre Chira (+ 1983), évêque de Moukhatchevo des gréco-catholiques en Ukraine et déporté à Karaganda a organisé rapidement un véritable diocèse clandestin sur l’ensemble du territoire des républiques soviétiques d’Asie centrale : Kazakhstan, Turkménistan, Ouzbékistan, Kirghizistan et Tadjikistan. C’est grâce à son action discrète et à la bienveillance de certains responsables communistes que des églises ont pu être construites à la fin des années soixante, dont celle de Karaganda. Aujourd’hui nous y avons une cathédrale et un séminaire où 18 séminaristes étudient. Deux prêtres ont été ordonnés l’année dernière. Sans cette Église souterraine, fidèle à sa foi malgré les difficultés immenses, nous n’en serions certainement pas là aujourd’hui.

Paul : Il y a donc une réelle liberté ici, qui n’est pas théorique. Comment peut-on l’expliquer ?

Mgr : Nous sommes ici dans un pays soviétique. Les musulmans sunnites représentent 70 % de la population mais la pratique religieuse est très faible. Les mœurs sont ici presque équivalentes à ce que vous pouvez trouver en Occident. Les 20 % d’orthodoxes représentent une minorité qui a du poids, et le gouvernement Kazakh souhaite surtout que l’intégralité de la population puisse vivre en paix selon ses croyances.

L’État est laïc et contrôle simplement pour assurer la sécurité. C’est une vision russe et orthodoxe de la liberté, qui vise à ce que chacun suive personnellement son chemin. Les élites sont ici d’origine russe et donc plus sensibles à la foi catholique que dans les pays voisins. La volonté d’ouverture au monde aide également.

Extrait du livre "Du Mékong à la place Saint-Pierre, 20.000 km à la rencontre des Chrétiens" de Paul Bablot, publié aux éditions Première partie. 

Lien direct vers la boutique : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

07.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

01.

Remaniement ministériel

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires