En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
25 ans d’Eurotunnel
“Toujours voisins” : mais que veulent vraiment de nous les Britanniques ?
Publié le 06 mai 2019
Une affiche apposée sur la façade de l'ambassade du Royaume-Uni rappelle les liens de "voisinage" de la France et de la Grande-Bretagne.
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une affiche apposée sur la façade de l'ambassade du Royaume-Uni rappelle les liens de "voisinage" de la France et de la Grande-Bretagne.

Atlantico : 25 ans après l'inauguration du tunnel sous la Manche qui est un emblème des bonnes relations entre la France et le Royaume-Uni, et dans une période de tension liée au Brexit et aux déclarations d'Emmanuel Macron, pensez-vous que ces bonnes relations entre nos pays pourraient en pâtir ?

Christophe Bouillaud : En dehors de conflits sectoriels et sectorisés éventuels autour de la définition des zones et périodes de pêche, ou de la gestion des flux migratoires entre le continent et les îles britanniques, je n’arrive pas à imaginer des raisons fortes qui amèneraient les relations entre la France et le Royaume-Uni à se détériorer vraiment. Il faudrait vraiment un événement impensable, un événement historique au sens fort du terme, pour que tout d’un coup deux siècles de paix depuis Waterloo dérivent vers quelque chose comme un réel conflit.

Il faut noter par ailleurs une asymétrie dans les sentiments exprimés par des minorités xénophobes dans chaque pays. Il existe effectivement au Royaume-Uni, surtout dans une partie de la presse eurosceptique, un fantasme anti-Jacobin, anti-Napoléonien. Cette presse voit parfois « l’Europe » comme un complot français contre l’indépendance et la liberté des îles britanniques. Ce sentiment contre les « mangeurs de grenouille » me parait tout de même largement sur-joué, presque ludique en fait, même dans ce camp-là. Il suffit de voir que les partisans du Brexit sont bien contents d’avoir la visite et l’appui des partisans du Frexit. Les eurosceptiques britanniques savent bien que tous les Français ne sont pas des « napoléoniens ».  Par contre, le sentiment vraiment antibritannique n’a plus aucune consistance du côté de nos propres nationalistes ou xénophobes. Qui, aujourd’hui, sera assez « vichyste » en France pour se référer sérieusement à « Fachoda » ou à « Mers-el-Kebir » ?  Je ne suis même pas sûr que 1% des Français connaissent ces symboles d’un autre temps.

Bref, en dehors de rivalités sportives, pour le grand public des deux côtés de la Manche,  il n’y a rien pour alimenter la détestation de part et d’autre. Il faut d’ailleurs noter qu’il existe parallèlement un antiaméricanisme bien vivace en France, mais il ne se confond pas avec la détestation de « la Perfide Albion » - dont tout l’épisode du Brexit démontre d’ailleurs qu’elle n’est plus guère « perfide », mais plutôt égarée.

 

Concrètement si le Brexit se vérifie, quelles pourraient être les clés de la préservation des bonnes relations entre la France et l'Angleterre ?

Trois éléments majeurs : tout d’abord, les liens économiques. Il ne faut pas oublier que le premier traité de libre-échange est signé entre la France de Napoléon III et le Royaume-Uni de la reine Victoria. Ces liens sont anciens et n’ont cessé de s’approfondir. D’ailleurs, en suivant les craintes exprimées autour du Brexit, tout le monde a plutôt craint un ralentissement, une gêne, pour les échanges, plutôt qu’un blocage complet. Il faut d’ailleurs se rappeler qu’au pire du pire, la France et le Royaume-Uni restent tous deux membres de l’OMC. Dans ce cadre, je vois mal les Britanniques renoncer de bonne grâce à la manne que représente le tourisme français à Londres et ailleurs dans les îles de Sa Gracieuse Majesté.

Ensuite, les liens humains. Il y a de très nombreux Français installés au Royaume-Uni et de très nombreux Britanniques sur le territoire français. Je ne vois pas une grande expulsion réciproque se faire. Et même si cette expulsion devait avoir lieu, je ne doute pas que, du côté français tout au moins, la France accepte comme citoyens français des Britanniques en rupture de ban avec leur pays choisissant de s’isoler. L’histoire franco-anglaise est de fait tellement longue et intriquée qu’un Britannique peut facilement adopter une identité française, et inversement d’ailleurs.

Enfin, les liens stratégiques, militaires. Même en cas de Brexit, la France et le Royaume-Uni resteront de vieux alliés. Certes chacun étale désormais plus ses faiblesses que ses forces, mais, tout de même, ce sont les deux pays du continent européen qui disposent de l'arme nucléaire et de forces conventionnelles à peu près en état de combattre si nécessaire.

 

N'a-t-on pas trop tendance à surestimer le "couple franco-allemand" d'un côté et à sous-estimer le couple « franco-britannique » de l'autre ?

Oui, mais si j’ose dire, c’est un peu la différence entre le mariage et l’amitié. Le « couple franco-allemand » fait partie du cœur même de la construction européenne dès les années 1950. C’est l’une des raisons d’être de toutes ces institutions communautaires que d’étouffer dans l’œuf les futurs conflits entre une Allemagne de l’Ouest qui se rebâtit et les autres pays ouest-européens dont la France. Aujourd’hui, ce mariage de raison est miné par la divergence de vue sur la manière de gérer la zone Euro : les Français veulent plus de communautaire et les Allemands veulent rester chacun avec son budget.

Au contraire, le couple « franco-britannique » n’a jamais eu une grande importance pour impulser les avancées européenne, parce que les Britanniques se sont trouvés souvent seuls contre tous les autres Européens dont la France,  ou inversement ont réussi à dégager une majorité contre les idées françaises. Mais, comme les Britanniques ont eu l’immense sagesse de ne pas rentrer dans la zone Euro, suite à la crise de change de 1992, ils s’épargnent tous les conflits possibles à ce sujet avec les autres pays, dont la France. L’amitié peut donc se renforcer. C’est un peu triste à dire, mais l’absence de conflit de fond, et donc l’amitié franco-britannique, tient en effet  largement à cette bonne idée des Britanniques de ne pas être dans l’Euro. S’ils avaient été dans l’Euro, ces mêmes Britanniques auraient exigé de tous les autres pays de la zone Euro, dont la France, que l’on gère la zone Euro en fonction des nécessités de la City. Cela aurait été sans doute difficile. David Cameron, le Premier Ministre britannique, pendant la crise de la zone Euro, s’est en plus bien gardé de jeter de l’huile sur le feu aux moments cruciaux. Il aurait sans doute pu, avec l’aide de la City, faire chavirer le navire de l’Euro, mais il s’est montré au final bon camarade.

La raison pour laquelle le couple « franco-britannique » n’a jamais eu l’importance qu’il aurait pu avoir dans l’histoire européenne est que dès le départ les gouvernants britanniques ont été beaucoup plus prudents dans leur approche de l’intégration européenne, parce qu’ils ont toujours été dans une réflexion pessimiste sur les possibilités réelles d’un fédéralisme européen.  Ils se sont ralliés dans les années 1970 à un projet qui n’était pas le leur, et le Brexit s’explique largement par cette réticence initiale qui est restée inscrite dans les esprits.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
04.
Il manque d'écraser un malvoyant et sort de sa voiture pour le frapper
05.
"Vous pesez autant qu'un épagneul breton" : la charge d'un élu RN contre Ian Brossat
06.
La métropole du Grand Paris prépare la transhumance des urbains vers les campagnes
07.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
06.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 06/05/2019 - 18:47
Voisins peut-être mais bien malgré soi
quant au copinage, c'est une autre paire de Manche.
Citoyen-libre
- 06/05/2019 - 17:51
La force ou la faiblesse des peuples
Les anglais sont un peuple fier, difficile et combatif. S'allier avec eux aurait eu le mérite de constituer un mariage "sportif" ou la compétition (comme au rugby) aurait été rude. Mais dans ce cas, les deux protagonistes se tirent vers le haut. Avec les allemands, le mariage est convenu, arrangé, mielleux. L'histoire est là, qu'on le veuille ou non. Il y a eu l'occupation, l'humiliation, etc. Après la défaite, celui qui aurait du prendre l'ascendant (Mitterrand) ne l'a pas fait ou n'a pas pu. Les allemands, fidèles à eux mêmes, se sont redressés, psychologiquement et économiquement, et depuis 30 ans exercent la domination qui est dans leurs gènes. Il y a maintenant, clairement, un dominant et un soumis. Nous sommes les soumis. S'allier aux anglais aurait changé la donne et sans doute équilibré l'Europe. Aujourd'hui, les anglais cherchent leur place dans l'Europe, mais ne veulent pas être celui qui va tenir la bougie dans un mariage à trois.
BADIN
- 06/05/2019 - 15:46
Perfide Albion
L'Entente cordiale s'est réalisée après 1870. Avant les Anglais étaient nos ennemis jurés. Que s'est-il passé à ce moment là? Eh bien l'Allemagne unifiée grâce à la volonté farouche de Bismarck est devenue LA puissance dominante en Europe à la place de la France. Et pour les Anglais il fallait contrebalancer cette puissance dominante en s'alliant aux Français devenus "le maillon faible". Le but était d'entretenir un équilibre des forces en Europe continentale. Ce qui signifie que les alliances avec les Anglo-saxons ne sont que des épisodes diplomatiques et elles peuvent disparaitre du jour au lendemain si la situation change. Cette politique a été reprise par les US aujourd'hui et au niveau mondial. Contrairement à ce que Macron nous laisse entendre, il n'y a donc jamais d'amis en politique. Des alliés du moment oui, des amis non! Jamais!Les intérêts sont primordiaux et ils passent au dessus des alliances. Il n'y a que la France (d'aujourd'hui) pour s'imaginer qu'il peut y avoir des amitiés dans ce domaine. Et nous irons de déconvenues en déconvenues à suivre nos alliés du moment au lieu de défendre les intérêts supérieurs de notre nation.