En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

04.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

05.

Comment Poutine a réussi à subtiliser le Moyen-Orient au nez et à la barbe des Etats-Unis

06.

L'arrestation du fils d'El Chapo entraîne des affrontements violents entre la police et le cartel de Sinaloa

07.

Yassine Belattar décide de démissionner du Conseil présidentiel des villes

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Catalogne
Grève générale : très forte mobilisation des indépendantistes catalans dans les rues de Barcelone
il y a 7 heures 45 min
pépites > Justice
EI
La justice française a émis un mandat d'arrêt international contre Abou Bakr al-Baghdadi
il y a 8 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Surface" d'Olivier Norek : la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 9 heures 47 min
pépite vidéo > International
Culiacan
L'arrestation du fils d'El Chapo entraîne des affrontements violents entre la police et le cartel de Sinaloa
il y a 10 heures 52 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand on fait mieux que le superlatif et quand on s’illumine comme une éclipse : c'est l’actualité des montres en veille de Brumaire
il y a 11 heures 59 min
pépites > France
Casse-tête budgétaire
L'Assemblée nationale valide la suppression de la taxe d'habitation
il y a 12 heures 44 min
pépites > France
TER
Un mouvement social "inopiné" à la SNCF perturbe la circulation
il y a 13 heures 9 min
décryptage > Société
Bonne gouvernance

Pour sortir (enfin) de la crise des services publics

il y a 15 heures 36 min
rendez-vous > France
Géopolitico-scanner
Destin méditerranéen, immigration, communautarisme, délinquance : Marseille sans fatalisme mais sans langue de bois, entretien avec un homme politique qui monte, Bruno Gilles
il y a 16 heures 12 min
décryptage > Economie
Règle commune

Taxation des multinationales : l’OCDE fait un petit pas sur un très grand chemin

il y a 16 heures 41 min
pépite vidéo > International
Meilleur président ?
Donald Trump ironise sur le bilan d'Emmanuel Macron sur la question du chômage
il y a 8 heures 11 min
light > Politique
Lettre ouverte
Yassine Belattar décide de démissionner du Conseil présidentiel des villes
il y a 9 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Avant que j'oublie" de Anne Pauly : un magnifique roman sur le deuil

il y a 10 heures 38 min
pépites > Justice
Blanchiment aggravé
Patrick Balkany condamné à 5 ans de prison et à 10 ans d'inéligibilité, 4 ans de prison ferme sans mandat de dépôt pour son épouse Isabelle
il y a 11 heures 26 min
pépites > Terrorisme
Lutte antiterroriste
Un projet d'attentat "inspiré du 11 septembre" a été déjoué en France
il y a 12 heures 15 min
décryptage > Société
Laïcité

Sur le voile, Jean-Michel Blanquer a dix longueurs d’avance sur Emmanuel Macron

il y a 12 heures 59 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 8 min
décryptage > France
Effets

Loi alimentation : le gouvernement persiste malgré les effets pervers

il y a 16 heures 55 sec
décryptage > Europe
Brexit

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

il y a 16 heures 23 min
décryptage > Consommation
Non on ne vous parle pas d’Apple

Cosmic Crisp, la nouvelle pomme américaine qui part à l’assaut du monde

il y a 17 heures 11 min
25 ans d’Eurotunnel

“Toujours voisins” : mais que veulent vraiment de nous les Britanniques ?

Publié le 06 mai 2019
Une affiche apposée sur la façade de l'ambassade du Royaume-Uni rappelle les liens de "voisinage" de la France et de la Grande-Bretagne.
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une affiche apposée sur la façade de l'ambassade du Royaume-Uni rappelle les liens de "voisinage" de la France et de la Grande-Bretagne.

Atlantico : 25 ans après l'inauguration du tunnel sous la Manche qui est un emblème des bonnes relations entre la France et le Royaume-Uni, et dans une période de tension liée au Brexit et aux déclarations d'Emmanuel Macron, pensez-vous que ces bonnes relations entre nos pays pourraient en pâtir ?

Christophe Bouillaud : En dehors de conflits sectoriels et sectorisés éventuels autour de la définition des zones et périodes de pêche, ou de la gestion des flux migratoires entre le continent et les îles britanniques, je n’arrive pas à imaginer des raisons fortes qui amèneraient les relations entre la France et le Royaume-Uni à se détériorer vraiment. Il faudrait vraiment un événement impensable, un événement historique au sens fort du terme, pour que tout d’un coup deux siècles de paix depuis Waterloo dérivent vers quelque chose comme un réel conflit.

Il faut noter par ailleurs une asymétrie dans les sentiments exprimés par des minorités xénophobes dans chaque pays. Il existe effectivement au Royaume-Uni, surtout dans une partie de la presse eurosceptique, un fantasme anti-Jacobin, anti-Napoléonien. Cette presse voit parfois « l’Europe » comme un complot français contre l’indépendance et la liberté des îles britanniques. Ce sentiment contre les « mangeurs de grenouille » me parait tout de même largement sur-joué, presque ludique en fait, même dans ce camp-là. Il suffit de voir que les partisans du Brexit sont bien contents d’avoir la visite et l’appui des partisans du Frexit. Les eurosceptiques britanniques savent bien que tous les Français ne sont pas des « napoléoniens ».  Par contre, le sentiment vraiment antibritannique n’a plus aucune consistance du côté de nos propres nationalistes ou xénophobes. Qui, aujourd’hui, sera assez « vichyste » en France pour se référer sérieusement à « Fachoda » ou à « Mers-el-Kebir » ?  Je ne suis même pas sûr que 1% des Français connaissent ces symboles d’un autre temps.

Bref, en dehors de rivalités sportives, pour le grand public des deux côtés de la Manche,  il n’y a rien pour alimenter la détestation de part et d’autre. Il faut d’ailleurs noter qu’il existe parallèlement un antiaméricanisme bien vivace en France, mais il ne se confond pas avec la détestation de « la Perfide Albion » - dont tout l’épisode du Brexit démontre d’ailleurs qu’elle n’est plus guère « perfide », mais plutôt égarée.

 

Concrètement si le Brexit se vérifie, quelles pourraient être les clés de la préservation des bonnes relations entre la France et l'Angleterre ?

Trois éléments majeurs : tout d’abord, les liens économiques. Il ne faut pas oublier que le premier traité de libre-échange est signé entre la France de Napoléon III et le Royaume-Uni de la reine Victoria. Ces liens sont anciens et n’ont cessé de s’approfondir. D’ailleurs, en suivant les craintes exprimées autour du Brexit, tout le monde a plutôt craint un ralentissement, une gêne, pour les échanges, plutôt qu’un blocage complet. Il faut d’ailleurs se rappeler qu’au pire du pire, la France et le Royaume-Uni restent tous deux membres de l’OMC. Dans ce cadre, je vois mal les Britanniques renoncer de bonne grâce à la manne que représente le tourisme français à Londres et ailleurs dans les îles de Sa Gracieuse Majesté.

Ensuite, les liens humains. Il y a de très nombreux Français installés au Royaume-Uni et de très nombreux Britanniques sur le territoire français. Je ne vois pas une grande expulsion réciproque se faire. Et même si cette expulsion devait avoir lieu, je ne doute pas que, du côté français tout au moins, la France accepte comme citoyens français des Britanniques en rupture de ban avec leur pays choisissant de s’isoler. L’histoire franco-anglaise est de fait tellement longue et intriquée qu’un Britannique peut facilement adopter une identité française, et inversement d’ailleurs.

Enfin, les liens stratégiques, militaires. Même en cas de Brexit, la France et le Royaume-Uni resteront de vieux alliés. Certes chacun étale désormais plus ses faiblesses que ses forces, mais, tout de même, ce sont les deux pays du continent européen qui disposent de l'arme nucléaire et de forces conventionnelles à peu près en état de combattre si nécessaire.

 

N'a-t-on pas trop tendance à surestimer le "couple franco-allemand" d'un côté et à sous-estimer le couple « franco-britannique » de l'autre ?

Oui, mais si j’ose dire, c’est un peu la différence entre le mariage et l’amitié. Le « couple franco-allemand » fait partie du cœur même de la construction européenne dès les années 1950. C’est l’une des raisons d’être de toutes ces institutions communautaires que d’étouffer dans l’œuf les futurs conflits entre une Allemagne de l’Ouest qui se rebâtit et les autres pays ouest-européens dont la France. Aujourd’hui, ce mariage de raison est miné par la divergence de vue sur la manière de gérer la zone Euro : les Français veulent plus de communautaire et les Allemands veulent rester chacun avec son budget.

Au contraire, le couple « franco-britannique » n’a jamais eu une grande importance pour impulser les avancées européenne, parce que les Britanniques se sont trouvés souvent seuls contre tous les autres Européens dont la France,  ou inversement ont réussi à dégager une majorité contre les idées françaises. Mais, comme les Britanniques ont eu l’immense sagesse de ne pas rentrer dans la zone Euro, suite à la crise de change de 1992, ils s’épargnent tous les conflits possibles à ce sujet avec les autres pays, dont la France. L’amitié peut donc se renforcer. C’est un peu triste à dire, mais l’absence de conflit de fond, et donc l’amitié franco-britannique, tient en effet  largement à cette bonne idée des Britanniques de ne pas être dans l’Euro. S’ils avaient été dans l’Euro, ces mêmes Britanniques auraient exigé de tous les autres pays de la zone Euro, dont la France, que l’on gère la zone Euro en fonction des nécessités de la City. Cela aurait été sans doute difficile. David Cameron, le Premier Ministre britannique, pendant la crise de la zone Euro, s’est en plus bien gardé de jeter de l’huile sur le feu aux moments cruciaux. Il aurait sans doute pu, avec l’aide de la City, faire chavirer le navire de l’Euro, mais il s’est montré au final bon camarade.

La raison pour laquelle le couple « franco-britannique » n’a jamais eu l’importance qu’il aurait pu avoir dans l’histoire européenne est que dès le départ les gouvernants britanniques ont été beaucoup plus prudents dans leur approche de l’intégration européenne, parce qu’ils ont toujours été dans une réflexion pessimiste sur les possibilités réelles d’un fédéralisme européen.  Ils se sont ralliés dans les années 1970 à un projet qui n’était pas le leur, et le Brexit s’explique largement par cette réticence initiale qui est restée inscrite dans les esprits.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

04.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

05.

Comment Poutine a réussi à subtiliser le Moyen-Orient au nez et à la barbe des Etats-Unis

06.

L'arrestation du fils d'El Chapo entraîne des affrontements violents entre la police et le cartel de Sinaloa

07.

Yassine Belattar décide de démissionner du Conseil présidentiel des villes

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 06/05/2019 - 18:47
Voisins peut-être mais bien malgré soi
quant au copinage, c'est une autre paire de Manche.
Citoyen-libre
- 06/05/2019 - 17:51
La force ou la faiblesse des peuples
Les anglais sont un peuple fier, difficile et combatif. S'allier avec eux aurait eu le mérite de constituer un mariage "sportif" ou la compétition (comme au rugby) aurait été rude. Mais dans ce cas, les deux protagonistes se tirent vers le haut. Avec les allemands, le mariage est convenu, arrangé, mielleux. L'histoire est là, qu'on le veuille ou non. Il y a eu l'occupation, l'humiliation, etc. Après la défaite, celui qui aurait du prendre l'ascendant (Mitterrand) ne l'a pas fait ou n'a pas pu. Les allemands, fidèles à eux mêmes, se sont redressés, psychologiquement et économiquement, et depuis 30 ans exercent la domination qui est dans leurs gènes. Il y a maintenant, clairement, un dominant et un soumis. Nous sommes les soumis. S'allier aux anglais aurait changé la donne et sans doute équilibré l'Europe. Aujourd'hui, les anglais cherchent leur place dans l'Europe, mais ne veulent pas être celui qui va tenir la bougie dans un mariage à trois.
BADIN
- 06/05/2019 - 15:46
Perfide Albion
L'Entente cordiale s'est réalisée après 1870. Avant les Anglais étaient nos ennemis jurés. Que s'est-il passé à ce moment là? Eh bien l'Allemagne unifiée grâce à la volonté farouche de Bismarck est devenue LA puissance dominante en Europe à la place de la France. Et pour les Anglais il fallait contrebalancer cette puissance dominante en s'alliant aux Français devenus "le maillon faible". Le but était d'entretenir un équilibre des forces en Europe continentale. Ce qui signifie que les alliances avec les Anglo-saxons ne sont que des épisodes diplomatiques et elles peuvent disparaitre du jour au lendemain si la situation change. Cette politique a été reprise par les US aujourd'hui et au niveau mondial. Contrairement à ce que Macron nous laisse entendre, il n'y a donc jamais d'amis en politique. Des alliés du moment oui, des amis non! Jamais!Les intérêts sont primordiaux et ils passent au dessus des alliances. Il n'y a que la France (d'aujourd'hui) pour s'imaginer qu'il peut y avoir des amitiés dans ce domaine. Et nous irons de déconvenues en déconvenues à suivre nos alliés du moment au lieu de défendre les intérêts supérieurs de notre nation.