En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

03.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

06.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

07.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 41 min 31 sec
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 14 heures 59 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 17 heures 2 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 18 heures 21 sec
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 19 heures 43 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 21 heures 18 sec
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 21 heures 58 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 22 heures 26 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 23 heures 14 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 1 jour 11 sec
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 56 min 14 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 15 heures 46 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 17 heures 34 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 19 heures 20 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 19 heures 56 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 21 heures 43 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 22 heures 16 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 22 heures 58 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 23 heures 43 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 1 jour 23 min
© DAVID MCNEW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© DAVID MCNEW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Triste réalité

Plus de morts dans les salles de bains que sur les routes : ces causes de mortalité évitables qu’on oublie souvent

Publié le 30 avril 2019
Beaucoup de décès pourraient être évités, mais ils sont souvent négligés : chutes, suicides, accidents domestiques, expositions aux radiations, noyades, etc.
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Beaucoup de décès pourraient être évités, mais ils sont souvent négligés : chutes, suicides, accidents domestiques, expositions aux radiations, noyades, etc.

Atlantico : Le ministre du Logement, Julien Denormandie a présenté un plan dans lequel il ambitionne notamment de débloquer 1 milliard d'euros pour rénover et transformer 200 000 salles de bain, notamment pour installer des douches à la place de baignoires. Le but : lutter contre les chutes (9600 morts), qui représenteraient un nombre de morts plus important que les accidents de la route (3645 morts en 2012). Si on entend souvent parler des accidents de la route, quelles sont les causes de mortalité oubliées - si on enlève les principales, accidents cardiovasculaires et cancers ? Qu'est-ce qui les explique et comment lutter contre ?

Stéphane Gayet : On oppose habituellement les décès causés par l’évolution d’une maladie chronique (cancer du pancréas, insuffisance respiratoire chronique) ou parfois aiguë (méningite, encéphalite) et ceux qui sont provoqués par un accident (événement brutal). Certains accidents de santé mortels relèvent d’une cause endogène (infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, embolie pulmonaire), mais on évite de les appeler des accidents, pour bien les distinguer des accidents de cause exogène (blessure mortelle, intoxication chimique, brûlure étendue, suffocation par inhalation accidentelle d’un corps étranger). Les accidents de cause exogène sont classés en cinq groupes. Le premier est constitué des « accidents dits de la vie courante » ou AcVC, qui comportent ceux survenant à domicile, sur les aires de sports ou bien de loisirs, ou encore à l’école. Le deuxième est constitué des accidents de la circulation ou de la voie publique. Le troisième des accidents dits du travail. Le quatrième de ceux qui sont causés par des éléments naturels (séismes, raz-de-marée, tempêtes, foudroiements, inondations, épidémies). C’est dans le cinquième que se trouvent les accidents qui relèvent d’une intention : les suicides et les agressions avec ou sans arme.

Les accidents de la vie courante (AcVC) sont donc des accidents non intentionnels et qui ne sont en lien, ni avec un mode de transport ni avec une activité professionnelle. Ils surviennent en grande partie dans le cadre du domicile qui est un lieu de vie où sont menées de nombreuses activités, mais le plus souvent sans culture sécurité. La culture sécurité s’est beaucoup développée et pour cause, dans les domaines de l’armée, de l’énergie, des transports, du bâtiment, de la finance et du sport de compétition, en somme dans toutes ou presque les activités professionnelles ; mais elle est encore presque absente dans le cadre du domicile ; les Français sont tout de même plus latins que germaniques et la prévention n’est pas leur point fort.

Les accidents de la vie courante ont eux-mêmes des causes multiples. Parmi celles-ci : les chutes, les noyades, les blessures liées à un appareil ou un outil, les intoxications, les brûlures et électrocutions, les suffocations et les défenestrations (non intentionnelles) sont les plus fréquentes. Les AcVC graves concernent principalement les jeunes enfants et les personnes âgées. Ils sont bien sûr favorisés par une vulnérabilité particulière aux âges extrêmes de la vie ainsi que, chez l’enfant, par un manque d’expérience et, chez la personne âgée, par des limitations locomotrices et sensorielles. On considère que 90 % des parents d’un jeune enfant ont déjà au moins une fois laissé leur enfant exposé à un grave danger, par méconnaissance ou par négligence. Il est bien sûr difficile pour des parents de trouver le juste milieu entre l’autoapprentissage de l’enfant par les expériences et une tendance naturelle à la surprotection. Mais beaucoup de documents clairs et assez concis sont élaborés et proposés par les ministères concernés ainsi que par les agences nationales de santé. L’Institut national pour l’éducation et la prévention dans le domaine de la santé (INPES) - qui fait maintenant partie intégrante de « Santé publique France » - a toute une gamme de documents à visée préventive, vraiment utiles : http://inpes.santepubliquefrance.fr

Chez le petit enfant, les chutes, les blessures avec des outils ou appareils, les brûlures, les intoxications, les noyades et les suffocations font partie des causes les plus fréquentes d’accident possiblement mortel. Les difficultés de prévention sont liées au fait qu’il ne faut quelques secondes pour que l’accident survienne ; c’est dire toute l’importance d’une réflexion en amont et d’une anticipation au moment des projets et des achats. C’est également toute l’importance du choix avisé de la personne à laquelle on confie son enfant pendant notre absence.

Chez la personne âgée, les chutes occupent une grande place dans les causes d’accidents domestiques. Leur prévention est complexe, car beaucoup de facteurs s’associent pour les favoriser : faiblesse musculaire (sarcopénie), raideurs articulaires (arthrose), troubles de l’équilibre, ralentissement des réactions, baisse de l’acuité visuelle (cataracte, presbytie) et auditive, affaiblissement cognitif (mémoire, compréhension) qui est source de difficultés d’appréciation des obstacles, etc. D’une part, la personne âgée est diminuée et ainsi fort exposée à la chute, d’autre part, et on le comprend, elle tient à garder son autonomie et à agir comme bon lui semble. Parmi les lieux de chute à la maison, il y a d’abord la salle de bains, la cuisine, les toilettes et les escaliers. La salle de bains est une pièce qui est particulièrement dangereuse ; c’est surtout la baignoire dont il faut enjamber le bord ; mais, même si l’on remplace les baignoires par des cabines de douche, les dangers ne sont pas éliminés : avant, pendant et après la douche, le corps est nu et sans aucune protection contre les blessures ni le froid, les pieds sont nus et il y a de l’eau savonneuse par terre, les objets blessants ne manquent pas ; de plus, la toilette du corps est pratiquée en général tôt le matin ou le soir, à des heures où le corps est plus vulnérable, car soit endormi, soit fatigué. En outre, pour une raison de pudeur bien compréhensible, la personne âgée, malgré ce qu’on lui recommande, tient à faire sa toilette seule, c’est naturel.

Certes, le plan de remplacement des baignoires par des cabines de douche est un bon projet (de surcroît, la douche est à la fois plus saine et plus écologique) ; mais cela ne suffit pas : c’est toute l’ergonomie de la salle de bains qui doit être revue. Les radiateurs sont redoutables : quand le crâne heurte l’un deux dans sa chute, il est souvent fortement blessé. Il convient encore d’équiper les salles de bains des personnes âgées de dispositifs d’alarme opérationnels ; les médaillons ne suffisent pas. On retrouve des dangers comparables dans la cuisine, mais ils sont plus faciles à gérer. À ce sujet, il y a une tendance actuelle presque obsessionnelle à vouloir supprimer tous les tapis au domicile des personnes âgées ; c’est parfois simpliste : il vaut mieux dans certains cas un tapis mince et à bords plats qu’un sol nu qui peut être glissant : ce qu’il importe surtout de supprimer, ce sont les tapis épais à bords qui se relèvent. Et puis l’ergonomie des chaussures d’intérieur est essentielle : les chaussures dont l’avant se relève légèrement évitent que le pied ne bute sur des aspérités du sol.

Par ailleurs, il est souvent possible d’apprendre aux personnes âgées à chuter de façon à réduire le risque de blessure ; car la phobie de la chute et l’absence d’éducation à l’amortissement de la chute (sans parler des accessoires de protection) sont de nature à accroître son danger. Il n’en reste pas moins vrai que de nombreuses chutes ne produisent aucun traumatisme grave, mais il suffit d’une fracture de l’extrémité supérieure du fémur pour faire basculer la vie d’un sénior.

- Suicides : 12 900 morts par an

Les causes des suicides sont elles aussi variées. On dit qu’il règne un climat de morosité en France. On peut distinguer de façon schématique les suicides des adolescents, ceux des adultes jeunes ou d’âge mûr et ceux des personnes âgées. Ceux qui frappent les adolescents sont les plus difficiles à voir venir et à prévenir. Leur fragilité émotionnelle, leur désir d’idéal et les fréquentes tensions avec leurs parents constituent un terreau favorable à la germination d’actes violents qui sont des cris de détresse ou de réelles pulsions de mort pour échapper à une réalité insupportable. L’aide d’un psychologue est précieuse, mais est-il possible de la proposer à tous les adolescents en proie à des difficultés existentielles ? Les parents et les enseignants peuvent souvent détecter une personnalité fragile et en souffrance chez les jeunes, ce qui peut permettre de commencer telle ou telle démarche, qui peut avoir différentes formes en dehors de la psychothérapie. Il faut être vigilant vis-à-vis du cannabis dont la consommation augmente dangereusement chez les adolescents. Bien sûr, il y a aussi parmi les causes de suicide les violentes peines de cœur, qui ne sont pas l’apanage des adolescents, mais sont fréquentes à cet âge. Il faut encore mentionner le harcèlement notamment scolaire qui deviendrait de plus en plus fréquent.

Dans le cas du suicide de l’adulte d’âge mûr, le burn-out est souvent en cause. C’est un état d’épuisement professionnel qui est l’aboutissement d’un parcours plus ou moins long fait d’investissement intense, de relative discrétion, de goût affirmé pour le travail bien fait et de non-reconnaissance. La perte d’emploi est évidemment une autre cause de suicide. Le passage à l’acte chez l’adulte est en général plus facile à voir venir et à anticiper que chez l’adolescent. Les antidépresseurs ne sont pas une solution, tout au plus une aide temporaire pour franchir une période particulièrement critique.

Les suicides des séniors augmentent en fréquence eux aussi. Ils sont particulièrement douloureux pour les générations qui les suivent, car ils traduisent souvent un état de relatif abandon que chacun ressent comme injuste et qui pourtant est une réalité plus ou moins contrainte par notre mode de vie moderne.

- Les accidents de la maison (suffocation, intoxication, brûlures, noyades : plus de 5000 morts par an)

C’est pour la prévention de ces accidents que Santé publique France – Institut national pour la prévention et l’éducation dans le domaine de la santé (INPES) occupe un rôle essentiel. Car ces accidents possiblement mortels sont trop souvent le fait d’ignorance et de négligences. Des idées reçues et un manque d’intérêt pour la prévention font partie des facteurs qui expliquent la fréquence de ces accidents. Dans les familles à grande fratrie, les plus grands se sentent souvent responsables des plus petits et les surveillent, ce qui est donc un facteur protecteur. Mais les dangers qui guettent les enfants en bas âge sont fort nombreux dans un domicile ; d’où l’intérêt des documents de l’INPES qui donnent des conseils clairs et assez faciles à mettre en application. Mais la prévention est exigeante : dans le cas des piscines, il suffit d’un oubli de fermer la barrière de sécurité et l’enfant explorateur aura vite fait d’en profiter. Concernant les brûlures des enfants à l’occasion de la préparation du repas, les facteurs d’accident sont nombreux : interruption de tâche chez l’adulte qui prépare, ambiance festive souvent alcoolisée et en fin de compte ce manque critique de culture sécurité. Il est vraiment frappant de constater que lorsque survient un drame de ce type, relayé par les médias, beaucoup de personnes s’en émeuvent, mais très peu en profitent pour revoir sérieusement leur prévention au quotidien.

- Les expositions aux radiations (3000 naturels, plus autres causes)

Les radiations dangereuses sont nombreuses et peu perceptibles. Certaines agissent à court terme comme les radiations solaires et la radioactivité liée à l’énergie nucléaire. Surtout dans les pays chauds (Inde particulièrement), les rayons du soleil tuent par coup de chaleur (insolation) qui résulte d’une exposition intense aux heures chaudes de la journée. On a bien sûr à l’esprit les accidents liés à l’énergie nucléaire (accidents de réacteurs nucléaires). Mais certaines radiations agissent à moyen et long terme comme celles qui sont émises dans certaines régions et nuisent lentement à la santé.

- Noyades : 401 morts ?

Les noyades ne concernent pas que les enfants. Elles sont encore trop nombreuses et il paraît évident qu’elles sont le plus souvent dues à une négligence. Là encore, les maîtres-nageurs, les municipalités possédant des plages, les directions des piscines font preuve de responsabilité pour avertir des dangers de la baignade. La plupart des règles préventives sont qui plus est assez intuitives : ne pas se baigner immédiatement après avoir mangé copieusement, éviter les brusques écarts de température, doser progressivement les efforts de natation, tenir compte des alertes concernant les marées et les menaces météorologiques. Mais la noyade ne concerne pas que les personnes en train de nager délibérément : elle frappe aussi les pêcheurs, les pagayeurs, les véliplanchistes, les surfeurs et autres plaisanciers. Les activités aquatiques sont assez peu dangereuses en comparaison à d’autres sports tels que l’alpinisme ou le parapente, mais elles tuent chaque année.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 02/05/2019 - 18:28
Si celui qui se douche pensait à
rincer la douche ou la baignoire pour le suivant, il y aurait beaucoup moins de glissades; je n'arrête pas de le répéter à ma femme.
Benvoyons
- 01/05/2019 - 14:02
Pourquoi vouloir éviter le suicide alors que des gens
demandent qu'il y ait l'Euthanasie ??
castres81
- 30/04/2019 - 22:09
L'hygiène tue
plus que l'alcool au volant et la survitesse réunis . c'est affreux !