En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© FRANK PERRY / AFP
Causes de la disparition des abeilles
Ne répétons pas les erreurs de la “Beepocalypse”
Publié le 30 avril 2019
Avec Bill Wirtz
Les populations d'insectes ne font pas l'objet de recherches suffisantes pour donner des indications sur leur disparition mondiale.
Bill Wirtz travaille comme analyste de politiques publiques pour le Consumer Choice Center, une organisation de consommateurs qui défendent leur libre choix comme consommateurs responsables.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bill Wirtz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bill Wirtz travaille comme analyste de politiques publiques pour le Consumer Choice Center, une organisation de consommateurs qui défendent leur libre choix comme consommateurs responsables.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les populations d'insectes ne font pas l'objet de recherches suffisantes pour donner des indications sur leur disparition mondiale.
Avec Bill Wirtz

En 2006, un nombre considérable d'apiculteurs américains ont remarqué que des populations entières d'abeilles abandonnaient leurs colonies, laissant la reine avec un nombre insuffisant d'abeilles derrière elles pour recréer une ruche saine. Ce phénomène a été baptisé “Syndrome d'effondrement des colonies d'abeilles”,dont la cause été attribuée à des organismes génétiquement modifiés (OGM). Cette suspicion n'ayant pas été prouvée scientifiquement, le blâme a été porté sur les néonoïdes (abréviation de néonicotinoïdes), une classe relativement nouvelle d'insecticides.

Des milliers d'articles et d'opinions ont été publiés à la suite de ce qu'on a appelé la "Beepocalypse" (apocalypse des abeilles). Conséquence ? L’interdiction de certaines néoniques en Europe. Aux États-Unis, les législateurs ont choisi de ne pas procéder à des interdictions complètes. En fin de compte, le déclin des colonies de 2006 a été jugé multifactoriel, il ne repose pas sur l’unique cause des insecticides, les virus étant également considérés comme un autre facteur de décès répandu. Par ailleurs, il est à noter que les populations d'abeilles sont en hausse en Amérique du Nord, en Europe et dans le monde depuis plus d'une décennie.

La majorité des publications médiatiques n’ont pas cherché à rectifier leur reportages sur le sujet, et par conséquent, l’opinion publique des consommateurs tend à penser que  la “Beepocalypse” est réelle.

On se croirait voyager dans le passé quand on  lit des titres comme “L’apocalypse est proche… pour les insectes” (Courrier international, 30 novembre 2018), “Disparition des insectes: homme en danger” (LCI, 18 février 2019), “L’inquiétante disparition des insectes” (France24, 20 février 2019), “Les insectes menacées par une extinction mondiale” (Le Soir, 11 février 2019), “Disparition massive des insectes: “L’ampleur est catastrophique” (RTBF, 12 février 2019).

La source principale de ces titres provient d'une étude intitulée "Worldwide decline of the entomofauna : A review of its drivers" par Francisco Sánchez-Bayo, de la School of Life & Environmental Sciences de l'Université de Sydney. Bayo prévoit un déclin en spirale de la population mondiale d'insectes, ce qui entraînera l'effondrement de l'écosystème tout entier. Il prétend qu'il s'agit d'une perte annuelle de 2,5% au cours des 25 à 30 dernières années. "C'est très rapide. Dans 10 ans, vous aurez un quart de moins, dans 50 ans, plus que la moitié et dans 100 ans, vous n'en aurez plus", a déclaré Sánchez-Bayo au Guardian en février.

Le scientifique espagnol pense que les néonicotinoïdes et l'insecticide fipronil sont responsable. Il cible également l'intensification agricole, s’opposant aux champs dénudés et le traitement intensif avec des engrais et des pesticides.

La disparition de tous les insectes d'ici 2119 est une revendication audacieuse qui a conduit Clive Hambler et Peter Alan Henderson du Département de zoologie de l'Université d'Oxford à soumettre une critique intitulée "Challenges in Measuring Global Insect Decline" à Biological Conservation (la revue qui a publié l'étude Sánchez-Bayo), dans laquelle ils posent quelques questions fondamentales sur la méthodologie utilisée.

Étonnamment, la recherche de Sánchez-Bayo a passé en revue un total de 73 études, mais n'a ciblé que celles qui montraient un déclin de la population d'insectes. Les chercheurs d'Oxford accusent également cette étude de "fausses déclarations sur le manque de données pour les fourmis".

Hambler et Henderson abordent également les "listes rouges" dans leur critique, à travers lesquelles Sánchez-Bayo revendique l'extinction d'espèces, alors qu'en fait, elles sont en train de disparaître au niveau régional. Ce phénomène peut se produire à cause des changements climatiques et fait que les insectes sont absents de la région et non pas disparus à l'échelle mondiale.

Il convient également de souligner que les estimations concernant le nombre exact d'espèces d'insectes varient entre 2 et 30 millions, ce qui rend au mieux douteuses les allégations concernant le déclin mondial des populations d'insectes sur la base de certaines espèces. De plus, il est très difficile d'évaluer le nombre d'insectes sauvages. L'indice est dans le nom, ils sont "sauvages" et donc, pas faciles à compter.

Plus frappant encore, l'étude Sánchez-Bayo a mal interprété la recherche sur laquelle elle a basé sa théorie. On remarque également que trois rois études dont il se sert pour prouver que les pesticides sont la seule cause du déclin des insectes, n’arrivent pas à cette conclusion.

Une chose est certaine : les populations d'insectes ne font pas l'objet de recherches suffisantes pour donner des indications sur leur disparition mondiale. Et oui, il faut du temps et des efforts pour lire le sujet avant de prendre des décisions ou même de légiférer en fonction de celui-ci. Les journalistes ont leur responsabilité en cette matière.

D’autant plus que l'erreur a été commise une fois auparavant.
 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
04.
Loi Alimentation : sans surprise, les effets pervers s'accumulent
05.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
06.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
07.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
05.
La droite après Les Républicains
06.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tatouzou
- 01/05/2019 - 00:00
On nous refait le coup du réchauffement climatique anthropique
C'est la même démarche.
Des spéculations fondées sur quelques études très discutables permettent de prédire une future apocalypse.
Si on le répète assez souvent et assez bruyamment, plus personne n'osera contester l'hypothèse de départ.
Et on aura matière à proposer des interdictions et de coûteux remèdes, à financer en priorité au nom de l"urgence écologique ", validés par des "Groupe d'experts intergouvernementaux ", relayés en France par le tout nouveau "conseil de défense écologique " dont la création a été annoncée la semaine dernière.
J'accuse
- 30/04/2019 - 12:06
Trop rares vérités
Toutes les études à la mode écolo sont bidon.
Plus de CO2 et de chaleur, c'est plus de végétaux, aériens et aquatiques, d'eau douce et d'eau salée; et donc plus d'animaux, insectes inclus.
Selon eux, à la fois plus de moustiques (ah, la peur du "tigre" !) et moins d'abeilles: curieux, non ?
Les bactéries savent muter pour résister au antibiotiques, mais les insectes ne sauraient pas évoluer face aux produits industriel (à supposer qu'ils soient néfastes): bizarre, non ?
Les prophètes de malheur (motivés par leur carrière et leur idéologie) ne voient que ce qu'ils veulent voir; ils interprètent tout dans le sens catastrophique, en faisant croire qu'ils savent tout, alors qu'ils ne savent rien.