En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© FRED DUFOUR / AFP
Plastique
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
Publié le 21 avril 2019
Alors que les magasins « en vrac » connaissent un certain succès du fait d'une sensibilisation grandissante de la population aux problèmes de pollution par le plastique, plusieurs études ont démontré que la suppression des emballages plastiques pouvait conduire à une hausse des invendus dans les supermarchés.
Jean Hornain est le directeur général de Citeo, entreprise spécialisée dans le recyclage des emballages ménagers et des papiers graphiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Hornain
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Hornain est le directeur général de Citeo, entreprise spécialisée dans le recyclage des emballages ménagers et des papiers graphiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les magasins « en vrac » connaissent un certain succès du fait d'une sensibilisation grandissante de la population aux problèmes de pollution par le plastique, plusieurs études ont démontré que la suppression des emballages plastiques pouvait conduire à une hausse des invendus dans les supermarchés.

Atlantico : Alors que les magasins « en vrac » connaissent un certain succès du fait d'une sensibilisation grandissante de la population aux problèmes de pollution par le plastique, plusieurs études ont démontré que la suppression des emballages plastiques pouvait conduire à une hausse des invendus dans les supermarchés. Comment expliquer ce résultat ?

Jean Hornain : Cette tendance du « vrac », comme d’autres nouveaux modes de consommation, montre d’abord, et cela va dans le bon sens, que la société cherche à agir pour l’environnement, à travers des choix de consommation responsable. Le tri et recyclage de l’emballage sont des dimensions essentielles de cette responsabilité. La notion de juste emballage est devenue centrale car l’emballage a des fonctionnalités essentielles pour le produit. L’emballage sert avant tout à le protéger, à le transporter et à préserver sa qualité. Si on le supprime, on supprime aussi toutes ces fonctionnalités, avec un risque pour sa conservation ou sa qualité, avec les risques associés que vous rappelez. En tant que tel, l’emballage limite le gaspillage alimentaire, comme il limite d’autres gaspillages liés par exemple à la dégradation du produit pendant son transport ou sa mise en rayons. Le juste emballage au contraire vise à permettre des emballages dont l’impact environnemental global est minimum.

Du coup, prêcher une suppression totale des emballages plastiques n'est-il pas une fausse bonne idée ?

Le plastique reste un matériau relativement jeune. Il s’est rapidement imposé dans nos modes de consommation et de production pour sa praticité et ses avantages, notamment de légèreté et de résistance. L’enjeu des acteurs du recyclage, et en particulier des entreprises de la grande consommation, est d’apporter des solutions à 100 % des emballages afin de les intégrer dans une véritable approche circulaire de la production et de la consommation des produits du quotidien. En matière d’emballages plastiques, 50 % de ceux consommés sont recyclables, 25 % ont des solutions en cours de développement et 25% doivent faire l’objet de solutions d’éco-conception pour en réduire ou en éliminer l’usage. Nous savons que, face à l’épuisement des ressources fossiles et à la nécessité de limiter notre impact environnemental global, nous devons abandonner nos modes de production linéaires et créer des boucles vertueuses, réintégrant les emballages - comme les papiers d’ailleurs - dans la production de nouvelles matières. Avec les entreprises productrices et distributrices qui exercent leur responsabilité environnementale à travers Citeo, nous agissons autour de trois dimensions essentielles : la réduction, grâce à l’éco-conception qui permet de diminuer la quantité de matériau utilisé et de substituer à des résines sans solution de recyclage des matériaux parfaitement recyclables comme le PET, utilisé pour les bouteilles ; le geste de tri ensuite, qui est indispensable à  l’économie circulaire et qui est la responsabilité de chacun d’entre nous au quotidien pour ne pas gâcher ni polluer ; enfin, les solutions de recyclage, qui incluent aujourd’hui le réemploi quand il a une valeur environnementale ou la valorisation énergétique, c’est-à-dire la création de combustibles. Depuis 1992, ces entreprises ont ainsi consacré 9,5 milliards au financement de l’éco-conception, du tri et du recyclage en France. Le résultat est qu’aujourd’hui, 68% des emballages ménagers et 59% des papiers sont effectivement recyclés. Notre ambition est de franchir un nouveau cap dans les années qui viennent.  Plus que le 0 emballage plastique, peu réaliste encore, l’enjeu est d’arriver au juste emballage et d’utiliser toutes les solutions à notre portée pour que 100% de nos déchets deviennent des ressources.

Ne vaut-il pas mieux dès lors continuer à développer des matières toujours plus recyclables et favoriser la recherche et développement dans le secteur de l'emballage ?

Vous avez raison, c’est indispensable. Nous parviendrons à notre objectif sociétal et économique de faire de nos emballages et nos papiers des ressources, uniquement si nous mobilisons toutes les solutions à notre disposition et si nous innovons massivement. L’investissement dans la recherche et le développement est un axe prioritaire pour les entreprises clientes de Citeo qui agissent pour réduire l’impact environnemental de leurs emballages. Citeo consacre chaque année environ 10M€ à la R&D. Là encore, nous cherchons à faire progresser toutes les solutions : en matière d’éco-conception, il faut trouver les matériaux de l’avenir, comme par exemple la fibre cellulosique comme possible substitut à certains plastiques. En matière de technologie de recyclage, Citeo explore les potentiels du recyclage moléculaire qui permet d’arriver à une qualité comparable à celle des résines plastiques vierges, et de faciliter le retour à l’emballage et au contact alimentaire. Il s’agit également de moderniser les centres de tri, qui s’équipent en nouvelles technologies comme le tri optique ou l’intelligence artificielle ; et d’imaginer et stimuler les nouveaux débouchés et les nouveaux usages pour les matières recyclées. Enfin les programmes de R&D peuvent nous aider à développer des modes de collecte innovants pour que le geste de tri devienne un réflexe au quotidien. Tous nos efforts convergent pour offrir à chaque emballage et chaque papier sa solution de réduction, de réemploi, de recyclage ou de valorisation énergétique.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Automobile : des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon
07.
Colis piégé à Lyon : pourquoi la menace terroriste ne parviendra pas à prendre cette élection en otage
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 21/04/2019 - 17:36
Epuisement ?
On est très très loin de l'épuisement des ressources fossiles, tarte à la crème depuis quelques décennies.