En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

05.

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

06.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

07.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

05.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

06.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

ça vient d'être publié
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 13 heures 48 min
pépites > Consommation
BILAN MITIGÉ
Soldes : un résultat décevant
il y a 14 heures 48 min
pépites > Faits divers
VAL-DE-MARNE
Vincennes : deux morts dans un incendie
il y a 15 heures 24 min
light > Loisirs
MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS
Elle se fait tatouer à 103 ans
il y a 17 heures 14 min
pépites > France
MOUVEMENT DE FOULE
Cannes : crise de panique après une rumeur de fusillade
il y a 17 heures 52 min
pépite vidéo > International
NIGER
Six humanitaires français tués au Niger
il y a 18 heures 46 min
décryptage > Santé
PANDÉMIE ET INSÉCURITÉ

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

il y a 20 heures 15 min
décryptage > Style de vie
ALIMENTATION

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

il y a 20 heures 49 min
décryptage > Politique
LIBAN ET BIÉLORUSSIE

L’Europe face au dilemme biélorusse

il y a 21 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 1 jour 9 heures
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 14 heures 36 min
pépites > France
DÉJÀ !
Les vendanges débutent avec plusieurs semaines d'avance
il y a 15 heures 7 min
light > France
AÏE
Méditerranée : un poisson mord les mollets des vacanciers
il y a 16 heures 59 min
pépites > Santé
VRAIMENT ?
Selon Poutine, la Russie aurait développé le "premier vaccin" contre le coronavirus
il y a 17 heures 35 min
pépites > France
ATTAQUE ARMÉE
Niger : qui étaient les victimes ?
il y a 18 heures 17 min
décryptage > Economie
ASSURANCES

L’autre test du Covid : les assurances seront-elles à la hauteur des promesses d’indemnisation de leurs polices face aux dégâts de l’épidémie

il y a 20 heures 5 min
décryptage > International
DOSSIER LIBANAIS

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

il y a 20 heures 35 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Bilan du tourisme français : bienvenue à Corona-beach, entre 30 et 45 milliards d’euros de pertes pour la saison 2020

il y a 21 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 1 jour 8 heures
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 1 jour 9 heures
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
République

Bénie soit la République

Publié le 20 avril 2019
L'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris a donné lieu à une union inattendue du peuple.
Vincent Petit
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Petit, agrégé et docteur en histoire (Paris-1 et Fribourg), est spécialiste d'histoire religieuse, culturelle et politique de la France.Il vient de publier God save la France : La religion et la nation (Cerf), un essai dans lequel il étudie...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris a donné lieu à une union inattendue du peuple.

A voir, ce matin, l’unanimité autour des cendres de Notre-Dame, une question se pose dans ce pays si attaché à la laïcité : la nation France n’est-elle plus appréhensible, visible et sensible que dans les sanctuaires ? Le 15 novembre 2015, la Marseillaise a retenti dans la nef de Notre-Dame, et les drapeaux tricolores étaient déployés dans la grande synagogue de Paris. Le 15 juillet 2016, un catafalque tricolore ornait le choeur de la cathédrale de Nice. Le 27 juillet 2016, à Notre-Dame encore, toutes les autorités de la République étaient assises au premier rang. En 1918 un Te Deum avait marqué la fin de la guerre, et le 26 août 1944 – lendemain de la saint Louis, précise-t-il dans les Mémoires de Guerre –, le général de Gaulle célèbrait la libération de Paris par le Magnificat à Notre-Dame et celle du territoire français par un Te Deum le 8 mai 1945 à Strasbourg et le lendemain à Paris. Seules des circonstances très extraordinaires et pour tout dire tragiques rompent avec cet invariant.

Ainsi, le 19 mai 1940, à Notre-Dame de Paris, le gouvernement de Paul Reynaud s’associe aux prières publiques prescrites par l’Eglise en assistant à une procession des reliques de sainte Geneviève. L’antagonisme entre les catholiques et la république relève d’une longue histoire, et sa résorption est récente. A chaque fois qu’elle sembla se faire, en 1848 ou en 1875, elle ne dura pas. N’est-elle que réelle et sans doute ambiguë que depuis que le général de Gaulle, issu d’une famille de « monarchistes de regret » selon sa belle expression, a dessiné sur ses mesures cette république monarchique dans laquelle le suffrage populaire a quelque chose de l’onction sacrale que l’évêque, les fidèles et les grands donnaient au monarque de droit divin.

La prière pour l’Etat s’inscrit dans une longue histoire. Puisque toute autorité vient de Dieu comme le dit saint Paul, les Ecritures commandent aux fidèles d’obéir et de prier pour leur souverain légitime. Les Juifs ont prié pour les souverains païens qu’étaient Darius, Démétrius et Nabuchodonosor, les premiers disciples du Christ prièrent pour les empereurs romains, et plus naturellement encore quand ceux-ci devinrent chrétiens. Sous l’Ancien Régime, l’Eglise faisait prier pour le roi, de droit divin et couronné lors de la cérémonie du sacre : prière qui est aussi un rappel des devoirs chrétiens que doit remplir le souverain... La définition de la souveraineté nationale amène un glissement important : les chrétiens prient désormais pour le peuple souverain c’est-à-dire pour eux-mêmes !

C’est ce qu’écrit le clergé rallié à la Révolution. Un nombre non négligeable de prêtres réfractaires prêtera les serments civiques en 1792, en 1795, en 1797 pour pouvoir exercer le culte, dans le respect des lois. La République proclamée en 1792 exige les mêmes rites de souveraineté qui étaient dévolus au monarque. Napoléon aussi qui impose par la législation concordataire que les cultes reconnus (catholicisme, protestantisme, judaïsme) prient pour le souverain, la dynastie et la prospérité du régime. Les victoires sont marquées par des Te Deum, Napoléon suscite un saint à son nom fêté le 15 août, et chaque messe dominicale se termine par le Domine salvum fac Imperatorem (Dieu sauve l’Empereur) comme on chantait le Domine salvum fac Regem (Dieu sauve le Roi) avant 1789 et le Domine salvam fac Rempublicam (Dieu sauve la République) en 1848, en 1870... Le Concordat l’impose jusqu’en 1905 – la pratique est donc toujours actuelle en Alsace-Moselle et la République tout anticléricale qu’elle soit oblige les catholiques, les protestants et les juifs, à le faire. En 1962, le général de Gaulle célèbre la réconciliation franco-allemande avec un Te Deum à Reims, même si contrairement au chancelier Adenauer, il n’a pas communié (en public). Alors que les protestants et les Juifs, minoritaires et bénéficiaires de la liberté des cultes, ont toujours témoigné plus de loyalisme, les catholiques les plus intransigeants répugnent de plus en plus à prier pour des régimes politiques qui ne sont plus officiellement chrétiens, voire qui sont hostiles à l’Eglise. Ils prient volontiers pour le pape et pour le peuple français, ses saints et ses saintes, et non plus pour l’Etat, qu’elle que soit sa forme. Avant même la loi de séparation de 1905, il y a une dissociation de plus en plus grande entre le spirituel et le temporel. En 1941, les démarches de Vichy pour que la prière soit adressée au maréchal Pétain se heurteront à une fin de non-recevoir de la part des autorités ecclésiastiques. Avec le concile de Vatican II et la réforme liturgique, les fidèles pourront implorer (en français !) leurs gouvernants de respecter les valeurs évangéliques.

L'histoire de l’État, tant dans ses aspects pratiques que théoriques, ignore généralement la relation qu’il crée entre ses sujets par la prière qu'ils sont contraints de lui adresser. Les historiographies libérale et marxiste s’accordent à penser l’autonomie des individus comme le produit de leur émancipation par rapport aux liens féodaux, claniques, ethniques et l’inscrivent dans un même progrès qui identifie la naissance de l’Etat avec la construction d’une unité culturelle et d’un marché économique national.

Dans ce processus, la puissance publique se résume à l’émanation de la volonté générale, et en particulier à son extraction par rapport aux querelles religieuses qui menacent la paix civile. La nécessité de ménager les intérêts temporels, sur lesquels désormais la puissance publique engage sa légitimité et son existence même, nécessite la mise en sourdine de l’Eglise universelle ou sa division en autant d’Eglises nationales soumises aux règles communes. Elle le fait au nom d’une philosophie politico-religieuse propre au christianisme, s’attache encore à réduire les rapports entre Eglise et Etat à une antithèse fondamentale et à un conflit permanent, réactivant le schéma médiéval d’une juridiction ecclésiastique et pontificale illimitée – fustigée sous le nom d’hildebrandisme – pire ennemi de la liberté des nations, autrefois pour la gauche patriote (en particulier Edgar Quinet), aujourd’hui pour la droite nationaliste (voir l’essai de Jean-Louis Harouel, Revenir à la nation, éditions Jean-Cyrille Godefroy, 2014).

A partir du XVIIe siècle, les réformes protestantes dénouent le problème par la mise en adéquation du souverain temporel et du chef de l’Eglise, la souveraineté étant dès lors étroitement renfermée dans des frontières données. Mais même dans les pays catholiques, la rupture avec Rome n’a été évitée qu’en conférant une toujours plus grande autorité du souverain temporel sur l’Eglise de son ressort territorial. Au siècle des Lumières, les élites catholiques entendent justifier la religion par son utilité sociale au service du bien commun. Après la Révolution, elles entendent démontrer leur patriotisme et leur attachement, au-delà des tribulations constitutionnelles, à la France. Les catholiques français ont prié pour la France et pour le régime politique en place – pour sa conservation et éventuellement sa conversion ! Il y a donc une tension entre Etat et Eglise qui est bénéfique : l’effondrement de la pratique religieuse n’a pas mécaniquement alimenté une reviviscence de la démocratie française. La prière peut donc être considérée comme un outil de cohésion politique, destinée à produire du contentement. C’est au début de la Révolution, quand les premières élections se déroulaient dans les églises, c’est au creuset de la religion civique et du pacte de fédération de 1790 qu’il faut sans cesse revenir pour refaire nation. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires