En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© Reuters
Révolution en Amérique

Hausse des salaires : Jeff Bezos peut-il révolutionner le capitalisme américain ?

Publié le 18 avril 2019
Dans une lettre adressée à ses actionnaires, Jeff Bezos, entrepreneur milliardaire à la tête du géant Amazon, a mis au défi ses concurrents au défi de s'aligner sur le relèvement du salaire minimum au sein de sa société, soit 15$ par heure.
Philippe Waechter est directeur des études économiques chez Natixis Asset Management.Ses thèmes de prédilection sont l'analyse du cycle économique, le comportement des banques centrales, l'emploi, et le marché des changes et des flux internationaux de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Waechter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Waechter est directeur des études économiques chez Natixis Asset Management.Ses thèmes de prédilection sont l'analyse du cycle économique, le comportement des banques centrales, l'emploi, et le marché des changes et des flux internationaux de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans une lettre adressée à ses actionnaires, Jeff Bezos, entrepreneur milliardaire à la tête du géant Amazon, a mis au défi ses concurrents au défi de s'aligner sur le relèvement du salaire minimum au sein de sa société, soit 15$ par heure.

Atlantico : Dans une lettre adressée à ses actionnaires, Jeff Bezos, entrepreneur milliardaire à la tête du géant Amazon, a mis au défi ses concurrents au défi de s'aligner sur le relèvement du salaire minimum au sein de sa société, soit 15$ par heure. En quoi cet exemple pourrait-il illustrer un changement progressif des mentalités ? Ne pourrait-on pas voir la notion de "néolibéralisme" dériver vers une approche plus "inclusive" ? 

Philippe Waechter : Non il ne s'agit pas de fordisme, cette doctrine qui indiquait qu'Henry Ford augmentait les salaires de ses ouvriers pour leur permettre d'acheter des voitures.

Le geste de Jeff Bezos est plus en ligne avec une accentuation de la concurrence et la volonté d'imposer son modèle.

Pour s'en convaincre on fera deux remarques. La première est issue d'un interview récent du regretté Alan Krueger. Il indiquait que le passage à 15 dollars pour le salaire minimum était une marche un peu trop haute pour l'économie américaine. Il avait écrit, il y a longtemps, un papier avec David Card indiquant qu'une hausse du salaire minimum n'avait pas d'impact sur l'emploi parce que le marché du travail n'est pas un marché comme les autres. La hausse du salaire n'est pas synonyme de réduction de l'emploi. Krueger estimait dans cet interview que le passage généralisé de 7.25 USD à 15 dollars n'était pas tenable pour l'économie américaine. Dès lors, on ne peut imaginer que la proposition de Bezos ait un caractère macroéconomique soutenable. Ce n'est donc pas une incitation, pour les autres entreprises, à faire la même chose spontanément. D'ailleurs Walmart a indiqué qu'elle ne suivrait pas.

Et c'est là que les choses deviennent intéressantes. Le monde des entreprises est devenu plus hétérogène avec l'arrivée des innovations technologiques. Les grandes entreprises de plateforme sont profitables et associées à un niveau très élevé de productivité. Elles peuvent donc payer des salaires très chers et généralement elles le font. Les entreprises qui n'ont pas cette caractéristique  de plateforme sont à rendement décroissants et ont une productivité plus faible. Elles ne peuvent pas payer des salaires très élevés. La proposition de Bezos les fragilise. Elles ne peuvent pas suivre et Amazon les renvoie à des entreprises de seconde zone. C'est malin de la part de Bezos d'avoir généralisé cette situation de salaire élevé parce que la productivité de l'entreprise est élevée et de ne pas cantonner cette caractéristique qu'aux têtes pensantes.

Au cours de ces dernières années, certaines institutions comme le FMI ou l'OCDE, ont pu produire des documents de rechercher prenant de plus en plus en compte des thématiques liées aux classes populaires et aux classes moyennes occidentales, qui semblerait marquer un virage idéologique. Comment expliquer ce virage, et quel peut-être son influence sur les politiques publiques ? 

Il ne s'agit pas d'un virage idéologique mais d'une analyse calée sur des faits. On constate depuis une vingtaine d'années que les jobs intermédiaires, ceux des personnes peu et moyennement qualifiés, diminuent alors que les emplois qualifiés augmentent avec des salaires conséquents et que les emplois pas qualifiés du tout prospèrent également mais en raison d'une moins grande sécurité de l'emploi, une plus grande précarité et parce que les primes des gouvernements (en France notamment) permettent d'abaisser le coût de ces emplois. Les emplois intermédiaires sont ceux qui sont en concurrence avec les innovations qui progressivement entrainent des automatisations de tâches. De nombreux jobs de ce type vont encore disparaitre dans les années à venir. De ce point, de vue, les femmes sont un peu plus concernées que les hommes.

Ces emplois, 50 % du marché du travail au moins, sont associés à la classe moyenne. Ils étaient nombreux et très bien rémunérés dans la période de forte croissance, ce n'est plus le cas et la classe moyenne est un peu désespéré. Les mouvements populistes trouvent une partie de leur terreau sur ces données économiques. Cela est d'autant plus criant que les gains de productivité globaux sont plus faibles et qu'ils ne sont pas redistribués sur la classe moyenne puisque celle-ci est associée à un univers qui change. Cette dynamique ne va pas et ne peux pas s'inverser rapidement. Il y a un coté déterministe qui appelle à l'action.

Cela veut dire qu'il faut prendre des orientations pour inverser ce phénomène. C'est le sens des propositions récentes de l'OCDE. Il peut y avoir des mesures fiscales pour redistribuer les fruits de la croissance autrement et un peu plus au bénéfice des classes moyennes. Ce phénomène est déjà plutôt important en France. Il y a surtout la nécessité d'accentuer la formation pour qualifier davantage la population à risque. Cela la rendra plus compétitive face aux innovations mais cela donnera surtout aux populations concernées les moyens de développer d'autres activités. C'est aussi cela le rôle de la formation que de donner à quiconque la capacité de changer sa trajectoire. Ce point sera clé dans tous les pays développés dans les prochaines années et pas simplement pour les classes moyennes. C'est essentiel pour celles-ci mais il faut disposer de la capacité, pour l'ensemble de l'économie, à se réinventer en raison du changement structurel de l'économie.

Si le Prix Nobel attribué à Friedrich Hayek en 1974 est parfois présenté comme un point de départ important de la propagation des idées qui ont été qualifiées de néolibérales, ne pourrait-on pas voir la période actuelle comme une période de transition vers un autre système ? Ce qui a été présenté comme néolibéralisme n'est-il pas déjà, en ce sens, déjà derrière nous ? 

L'idée d'une économie qui se place sur la bonne trajectoire spontanément est une hérésie. Il est nécessaire de corriger les allures et les trajectoires pour éviter les dérives qui sont couteuses sur le plan macroéconomique. La période récente, faite d'innovations, de renouvellement de la concurrence et d'ouverture au monde, est complexe et on ne peut imaginer une capacité à converger vers la trajectoire qui satisfera tout le monde. Il est bien que l'on sorte de cette forme de réflexion inefficace.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

03.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

04.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

05.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

06.

Pourquoi le sectarisme flambe

07.

Voilà ce qu’on protège vraiment en protégeant le mode de vie européen (et pourquoi le défi est de taille)

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Insécurité : la sombre réalité française dans le match des criminalités européennes

04.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

05.

L’insécurité, grenade dégoupillée pour la fin du quinquennat Macron ?

06.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

01.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

02.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

03.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Université d'Evergreen (États-Unis) : une terrifiante vidéo qui montre le vrai visage de la nouvelle bête immonde

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 18/04/2019 - 12:59
Heureusement que vous dites que cela n'est pas applicable
partout car en fait Bezos considère que sa puissance n'entrainera pas de concurrence :):)
Mais même si vous êtes puissant quand vous mettez vos prix trop vers le haut en effet alors vous augmentez le pouvoir d'un & des concurrents.
Mais il aura une porte de sortie de cette situation il remplacera l'Humain par des humanoïdes
En fait il fait il fait un simple coup Média & que des aveugles pensent être une réalité qui serait un bien pour les autres.