En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Buzz
Pesticides : une étude montre que les abeilles meurent beaucoup plus à cause d’un parasite qu’à cause des néonicotinoïdes
Publié le 12 avril 2019
Selon une étude publiée par l'Université de Wageningen aux Pays bas, le fort taux de mortalité des abeilles en Europe serait principalement la conséquence d'un parasite, le "varroa destructor".
François Lasserre est auteur d'un ouvrage de vulgarisation sur les insectes, J'observe les insectes, édité chez La Salamandre, et vice-président de l'Office pour les insectes et leur environnement. Il est également co-président de Graine Ile...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Lasserre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Lasserre est auteur d'un ouvrage de vulgarisation sur les insectes, J'observe les insectes, édité chez La Salamandre, et vice-président de l'Office pour les insectes et leur environnement. Il est également co-président de Graine Ile...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude publiée par l'Université de Wageningen aux Pays bas, le fort taux de mortalité des abeilles en Europe serait principalement la conséquence d'un parasite, le "varroa destructor".

Atlantico : Selon une étude publiée par l'Université de Wageningen aux Pays bas, le fort taux de mortalité des abeilles en Europe serait principalement la conséquence d'un parasite, le "varroa destructor". Cette hypothèse est-elle crédible alors que les néonicotinoïdes sont régulièrement montré du doigt ?

François Lasserre : Le varroa est un petit acarien qui s’installe sur les abeilles et qui leur aspire le sang et qui joue un rôle important dans la crise des abeilles.

Cependant, les causes sont multifactorielles et la question du varroa est pointée depuis longtemps. Mais selon le bilan de la DGAL pour 2015, les pesticides ne concerneraient que 4% de la mortalité des abeilles (mortalité d'origine toxicologique certaine, tout en prenant en compte le fait que le pesticide qui est pointé du doigt est utilisé en agriculture bio. (http://draaf.bourgogne-franche-comte.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/_Bilan_annuel_mortalites_SRAL_JANV2016_FM_MAAF-bleu__cle036c3e.pdf )

Ce bilan de la DGAL (ministère de l’agriculture) sur la hausse de la mortalité des abeilles parvient à un résultat qui pointe du doigt les mauvaises pratiques apicoles en premier lieu (et notamment la mauvaise gestion du varroa, parfois avec des produits trop puissants, parfois avec des remèdes de grand-mère). 

C’est un point que l’on entend rarement de la part des apiculteurs, qui sont des éleveurs dont certains cherchent de la productivité, mais depuis des millénaires, ils croisent les abeilles, ont pu importer ou exporter des maladies, et ont accentué la présence du varroa. Cela est normal dans un processus ou les apiculteurs élèvent des abeilles en essayant d’en tirer un certain rendement, et en essayant de ne pas se faire piquer. Mais cela a conduit à sélectionner des abeilles qui sont devenues un peu “faiblardes”. Quand on prend l’exemple du frelon asiatique -comme d’autres espèces - , il s’attaque aussi facilement aux abeilles parce que celles-ci sont justement fragiles, ou “faiblardes”. Cela révèle quelque chose. 

Au final, concernant cette crise des abeilles, c’est la lutte contre le varroa qui serait impliquée en premier lieu. On peut aussi citer d'autres mauvaises pratiques apicoles, comme les mauvaises préparations d’hivernage. Certains apiculteurs ne savent pas toujours bien faire de l’apiculture, même s’ils ne sont pas majoritaires. 

Ce qui est également vrai, c’est que quand les abeilles s’en vont pour se nourrir, elles se trouvent confrontées à un problème quantitatif et qualitatif, elles meurent de faim. Ce qui est ici soupçonné, c’est les conséquences du moment ou nous avons arrêté de favoriser les jachères. Les jachères sont des terrains qui sont remplis d’herbes folles, très diversifiés en terme de flore et donc très diversifiés en termes de pollens et de nectar. Or, comme nous, si les abeilles ne se nourrissent que d’un nectar ou que du pollen d’une seule plante, cela les fragilise. Non seulement les abeilles trouvent de moins en moins cette diversité sauvage, moins présente dans nos environnements, et lorsqu’elles en trouvent, la diversité n’est pas suffisante. Le résultat est un problème de qualité et de quantité de nourriture.  Et ce problème ne concerne pas que les abeilles, ce sont plus de 10 000 espèces qui sont confrontées à ce problème de quantité et de qualité de nourriture. Le varroa et cette absence de diversité seraient les deux principales causes de la situation actuelle. 

Les chercheurs de cette université ont également pu montrer que les abeilles traitées contre ce parasite accumulaient des résidus de ces substances dans la cire et dans le miel, alors que certaines colonies non traitées ont pu développer certaines résistances à ce parasite. N'a-t-on pas ici sous-estimé la capacité d'adaptation naturelle des abeilles ?

Je ne sais pas à quel point on sous estime l’évolution, mais celle-ci est toujours en marche. La biodiversité est une dynamique permanente. Chaque génération qui arrive, chaque bébé abeille qui arrive est différent. Ce sont des mutants, et certains sont plus adaptés que leurs congénères. Et puisque les insectes se reproduisent beaucoup plus, la dynamique de l’évolution est particulièrement rapide chez les insectes. On sait que les insectes évoluent et c’est aussi pour cela que l’on fait régulièrement de nouveaux pesticides. En revanche, il est toujours compliqué de se dire que l’on peut miser sur cette évolution, parce qu’il est très compliqué de maîtriser cette sélection. Cela prend du temps, et cela est compliqué. Cela dit, les entomologistes savent depuis longtemps que les insectes mutent très rapidement. On peut citer en exemple le fait que l’on parle actuellement d’abeilles ayant muté qui se mettent à voler en zigzag, ce qui les protège des attaques du frelon à pattes jaunes.

Cette même étude indique que les apiculteurs pourraient ainsi se concentrer sur des processus de sélection naturelle, en favorisant la reproduction des colonies résistantes au parasite. Ces méthodes de sélection naturelle pourraient-elles être une solution, à terme, de la "crise des abeilles" ?

Il est vrai qu’il est difficile de faire de cette évolution un allié, parce que cela n’est pas maîtrisé, l’évolution est le fruit du  hasard. Cela nécessite du temps et de l’argent, que les apiculteurs n’ont pas. C’est la confrontation qui existe entre un court-termisme inhérent à un business et l’évolution qui est un processus plus long. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
04.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
05.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
06.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
07.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
04.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
05.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
06.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ullman
- 12/04/2019 - 18:28
LE MYSTÈRE DE LA CHAMBRE JAUNE
J’ai été apiculteur amateur, ne travaillant pas au rendement, et avec des varroas : mes populations d’abeilles étaient nombreuses et produisaient du miel en quantité dans un environnement défavorable (des vignes).
L’année où les agriculteurs ont planté du tournesol avec des graines enrobées, j’ai trouvé toutes mes ruches vides de tout : ni miel, ni abeilles, ni cadavres d’abeilles.
Toutes les années suivantes, j’ai vu s’installer dans mes ruches des essaims spontanés au printemps, et à chaque automne mes ruches étaient vides.
Presque 3 décennies plus tard, les « experts » s’interrogent toujours sur l’origine de la mortalité des abeilles.
Dieu merci, il n’y a pas de mortalité chez les experts, ils se portent même très bien…
zen aztec
- 12/04/2019 - 15:46
c'est tellement facile...
...d'accuser encore une fois les agriculteurs pour essayer d'obtenir des aides alors qu'on est responsable de ses propres conneries
J'accuse
- 12/04/2019 - 11:05
Les pires parasites sont les écolos et les politiciens
L'élevage intensif (des abeilles comme des vaches ou des poulets) favorisent la propagation des parasites et des bactéries, comme ça se passe dans les grandes concentrations humaines.
Les apiculteurs préfèrent accuser les autres, qui sont "méchants", au lieu de remettre en cause leurs propres pratiques. Par démagogie, idéologie et incompétence, les politiciens les écoutent en multipliant les interdictions de pesticides et d'OGM. Ce qui aggravera les problèmes: non seulement les abeilles continueront à crever, mais en plus les plantes seront de plus en plus la proie de leurs propres parasites et bactéries, dans un effet circulaire cumulatif.
Les "écolos" détruisent la nature, et l'homme qui en fait partie, en prétendant la protéger.