En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Polémique
Transphobie : pourquoi l’accusation de “mégenrage” doit être maniée avec infiniment de précautions
Publié le 05 avril 2019
Le terme de mégenrage sert à désigner le non respect du genre revendiqué par une personne.
Cécilia Lépine, née en 1991, est diplômée de l'université de la Sorbonne IV en lettres et civilisations anglophones. Elle s'est spécialisée sur les mouvements sociaux américains et s'est particulièrement intéressée au féminisme en rédigeant un mémoire...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cecilia Lepine
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cécilia Lépine, née en 1991, est diplômée de l'université de la Sorbonne IV en lettres et civilisations anglophones. Elle s'est spécialisée sur les mouvements sociaux américains et s'est particulièrement intéressée au féminisme en rédigeant un mémoire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le terme de mégenrage sert à désigner le non respect du genre revendiqué par une personne.

Atlantico : Alors qu'elle fait la couverture du Point, Zineb El Rhazoui a été accusée de transphobie pour un entretien dans lequel elle aurait pointé du doigt les dangers en termes notamment de pédocriminalité que recouvrait le concept LGBT de "mégenrage". Que signifie ce néologisme ? Quels dangers propre à la transidentité pointait du doigt Zineb El Rhazoui ?

Cecilia Lepine : Dans cet extrait de son passage sur CNEWS le 13 février dernier, l'argument de Zineb avait pour objectif d'appeler à la prudence quant aux revendications des minorités, qui parfois vont à l'encontre des intérêts du plus grande nombre. Elle donne pour exemple le principe de la transidentité, ou ce qu'on appelle l'identité de genre, selon lequel un individu ne se sent pas en adéquation avec son sexe de naissance. La plupart des organisations LGBT réclament ce qu'ils nomment le droit à l'autodétermination, soit la possibilité de se déclarer du sexe opposé, sans que personne ne trouve à y redire. Si un homme prétend "se sentir" femme au plus profond de lui-même, alors c'est une femme. Or, il existe un mouvement féministe, radical, dont je fais partie, farouchement opposé à cette idée. Nous considérons que le principe de l'identité de genre est une idéologie profondément régressive, anti-féministe, anti-matérialiste et anti-science, reposant sur le principe qu'être une femme, c'est "dans le coeur et la tête", que c'est une question de "sentiment" et que le sexe n'est qu'une insignifiante différence physique entre les êtres humains. L'exemple de Zineb fait référence aux répercussions que les lois visant à protéger l'identité de genre ont sur les femmes : Jonathan Yaniv, au Canada, a porté plainte pour discrimination au motif de son identité de femme contre 16 esthéticiennes de plusieurs salons de beauté pour femmes qui ont refusé de lui faire une épilation brésilienne. Par la suite, les captures d'une conversation privée entre Yaniv et une femme ont été publiées sur le net, dans laquelle il exprime le désir d'aider des jeunes filles aux alentours de 12 ans à mettre leur tampon, au prétexte délirant qu'il aimerait se lier à elles car lui-même aura bientôt "ses règles" grâce à son traitement hormonal. Sommes-nous censés croire pareil individu en toute bonne foi lorsqu'il dit être une femme ? N'y-a-t-il pas une discussion à avoir sur ce principe qu'on est un homme ou une femme selon des critères aussi flous que "l'identité profonde" d'une personne ? Remettre en question ces idées est cependant perçu comme transphobe, discriminatoire. Le concept du "mégenrage" vise à créer un délit selon lequel utiliser les "mauvais" pronoms à l'encontre des personnes trans constituerait une "violence inouïe", que l'on devrait punir, sous prétexte qu'en débattant de la transidentité, on participe à tuer des personnes trans. C'est ce dont Zineb a été accusée, au lendemain de l'agression de Julia. Mais elle n'a jamais dit que les personnes trans sont des pédocriminels. Elle relève une faille du concept qui permet à des hommes de s'adonner à des activités criminelles puisqu'on n'a pas le droit de douter de leur "identité".

Peut-on de fait distinguer un trans "véritable" d'un trans qui utiliserait cette identité pour commettre ses méfaits ?

C'est le problème de l'inscription du concept de "l'identité de genre" dans la loi. C'est un terme qui n'est pas clairement défini. Quand on demande à des militants transgenres ce que signifie ce terme, la seule réponse qu'on obtient c'est "C'est un sentiment. C'est comment on est à l'intérieur de soi, on sait qu'on est une femme et puis c'est tout". Je pense qu'il faut distinguer deux phénomènes : les transsexuels (terme honni mais qui mériterait de refaire surface), ceux qui souffrent vraiment d'une perception d'inadéquation par rapport à leur corps, et pour qui la dernière solution est d'entamer un traitement hormonal et parfois, la chirurgie esthétique. Et puis il y a la face déologique : le militantisme transgenre. C'est une nouvelle vision du transsexualisme, qui affirme qu'on peut être trans sans souffrir d'un décalage entre le corps et l'esprit, que c'est un phénomène tout à fait normal qui ne traduit aucun malaise d'ordre psychologique et qu'il y a autant de manières d'être trans que de personnes trans. Autrement dit, il n'existe aucun critère objectif de ce qu'est une "personne transgenre". Dans ce cas-là, tout le monde peut en être. Encore une fois, on parle de sentiment profond, d'identité toute personnelle et unique : "Je me sens femme, donc j'en suis une et puis c'est tout". Comment détecter les menteurs ? Bonne question... On se rend compte alors qu'on est dans le domaine du dogme. L'identité de genre est un concept dangereux précisément parce qu'il n'a aucune véritable définition. C'est quelque chose qui n'est pas vérifiable, qui relève de la perception mais on demande, on exige même, de la société toute entière, qu'elle y adhère. Quand elle est inscrite dans la loi, elle constitue une faille juridique énorme puisqu'elle entre en contradiction avec la notion de sexe, qui elle, est observable, matérielle, et par-dessus tout également protégée par la loi. Comment entend-on, en tant que féministe, protéger les femmes et les filles des violences masculines si on avance que tout le monde peut être une femme, qu'il faut croire des individus comme Yaniv sur parole ? Les espaces non-mixtes n'existent pas sans raison. De fait, rien ne distingue une "vraie" femme trans d'un homme qui prétend être une femme. Parce que dans les deux cas, ce sont des individus de sexe masculin qui n'ont de "preuve" que leur parole.

Zineb El Rhazoui a été attaquée pour avoir critiqué l'utilisation du terme "racisé" par SOS Homophobie sur Twitter, suite à l'agression d'une personne transexuelle lors d'une manifestation algérienne à Paris. Aujourd'hui, peut-on dire qu'une certaine forme de défense des droits LGBT, notamment celle qui défend le concept d'intersectionnalité, est devenue hostile au féminisme et à ses combats ?

Certainement. Au départ, le concept académique de l'intersectionnalité avait de la pertinence. Il relevait la double, voire la triple peine infligée aux femmes qui peuvent être aussi victimes de lesbophobie, de racisme, celles qui sont dans la précarité. Aujourd'hui, on assiste à une véritable perversion de ce concept. Il divise les féministes parce qu'il appauvrit l'analyse : interdiction de critiquer le voile si on est pas musulmane et si on a la peau blanche, interdiction de critiquer d'autres cultures si on est une occidentale, interdiction de critiquer l'identité de genre si on n'est pas trans, interdiction de critiquer la pornographie et la prostitution si on n'est pas actrice porno et prostituée, tout ceci sous couvert de liberté et, encore et toujours, d'autodéterminisme. On prétend que les femmes peuvent se libérer en prenant part à des systèmes qui les exploitent. On refuse de remettre en question l'idée que le choix n'est pas toujours synonyme de liberté réelle, on avance que les pratiques sexuelles violentes sont acceptables à partir du moment où on y consent, comme si le consentement était toujours éclairé. Il s'est construit une hiérarchie dans ce féminisme intersectionnel, qui prétend profiter à toutes les femmes, mais qui consiste en réalité à empiler tous les facteurs possibles d'oppression pour déterminer laquelle a le droit de s'exprimer sur tel sujet, au lieu de réfléchir ensemble. Lors de la manifestation "NousToutes", on a vu des femmes hurler "White féministes, vous êtes complices !". Où est la sororité ? À quoi ça rime, tout ça ? Plus que tout, c'est un féminisme bien plus préoccupé par la question raciale que la libération des femmes. Mais aussi, on médiatise excessivement des minorités LGBT inventées de toutes pièces comme les non-binaires, les genderfluid, les agenres et j'en passe, et on réclame de la lutte féministe qu'elle leur cède la priorité, qu'elle les "inclue". On attribue à toutes ces minorités une fragilité sociale extrême, que le mouvement féministe doit chouchouter. La question des rapports de sexe entre les hommes et les femmes a été reléguée au dernier plan. Les femmes, qui constituent la moitié mondiale de la population, ont été reléguées au dernier plan de leur propre mouvement, qui doit materner toutes les causes. C'est la confusion la plus totale. Le féminisme est pour les femmes, toutes les femmes, oui, et uniquement les femmes. L'angle d'analyse qui doit primer dans le féminisme, c'est le sexe. Dire que le féminisme est pour tout le monde n'a pas de sens : il est exclusif par principe puisqu'il a pour objectif de libérer les femmes. Ce n'est pas d'un féminisme intersectionnel dont nous avons besoin, mais d'un féminisme tout court.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
02.
Un Américain a passé un an à ne manger que des aliments aux dates de péremption dépassées, voilà les leçons qu’on peut en tirer
03.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Arabie saoudite : mais pourquoi la France ferme-t-elle les yeux sur la condamnation à mort d’un jeune militant arrêté à 13 ans pour une manifestation à vélo ?
06.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
07.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Forbane
- 06/04/2019 - 08:24
Pour être heureux, vivons cachés!
au vu du bouillonnement des délires de persécution et idées autocentrées du monde actuel, je suis affligée de la pauvreté de ma petite vie :
La semaine, Boulot pour nourrir ma famille, ce matin les courses et le ménage, cet apm les gosses au sport....
Et pendant ce temps, des gosses atteints de cancer, essayent de sauver leur peau...
Un petit stage à l’institut Gustave Roissy ( à prévoir aussi pour les « miséreux persécutés » de nos banlieues) leur ferait - peut-être - voir la vie autrement.
Monde absurde, je me sens totalement déconnectée....
Jardinier
- 06/04/2019 - 07:56
Et de la meme maniere que l'on doit prendre en compte
La souffrance terrible des personnes au sexe indéterminé, je demande qu'on prenne en compte la souffrance de l'immense partie de la population qui ne comprend plus rien à ces délires sociétaux. Je demande un psy remboursé par la sécu pour chacun de nous pour comprendre et accepter (ou pas) ces formidables évolutions.
Jardinier
- 06/04/2019 - 07:43
Pour aller à l'envers ces dérives profondemment débiles,
Dans le cadre d'un RIC futur (et improbable :D), je propose d'interdire les opérations de changements de sexe (hors cas médicaux) qui parait il se développent de manière exponentiels aux États-Unis.