En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

05.

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

06.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

07.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 min 19 sec
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 1 heure 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 2 heures 38 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 4 heures 25 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 6 heures 25 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 7 heures 12 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 7 heures 33 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 7 heures 47 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 8 heures 18 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 8 heures 30 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 1 heure 11 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 2 heures 43 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 5 heures 15 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 6 heures 53 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 7 heures 19 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 7 heures 38 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 8 heures 4 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 8 heures 24 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 22 heures 36 min
Tant qu'on a des likes...

Vous trouvez les animaux exotiques adorables sur Instagram ? Attention, cela leur porte vraisemblablement préjudice

Publié le 03 avril 2019
Sur les réseaux sociaux et en particulier sur Instagram, la vogue des photographies d'animaux "mignons", parfois mis en scène dans des situations humaines, est de plus en plus importante.
Jocelyne Porcher est zootechnicienne et sociologue à l’INRA (UMR Innovation, Montpellier). Ses recherches portent sur la relation de travail entre humains et animaux.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jocelyne Porcher
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jocelyne Porcher est zootechnicienne et sociologue à l’INRA (UMR Innovation, Montpellier). Ses recherches portent sur la relation de travail entre humains et animaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sur les réseaux sociaux et en particulier sur Instagram, la vogue des photographies d'animaux "mignons", parfois mis en scène dans des situations humaines, est de plus en plus importante.

Atlantico:  Exemple de ce mouvement, Limbani, un jeune chimpanzé, est suivi par plus de 500 000 abonnés sur Instagram. Ces animaux sont-ils toujours traités dignement ? Le fait même de les mettre en scène ne disqualifie-t-il pas cette hypothèse à vos yeux ?

Jocelyne Porcher: L'importance des animaux sur les réseaux sociaux témoigne d'abord de l'importance qu'ils ont dans nos vies, qu'il s'agisse des espèces domestiques, chiens, chats,  cochons nains... ou d'animaux apprivoisés d'espèces non domestiques comme les chimpanzés. Si la vidéo est une capture de la vie quotidienne avec un animal, cela n'ôte rien à l'animal. Par contre, si il y a effectivement mise en scène et que l'animal est enrôlé dans une représentation de soi anthropomorphique ou qui ne lui plaît pas, c'est beaucoup moins légitime. Et s'il y a infantilisation de l'animal, comme dans le cas de Limbani, effectivement, tout le côté émotionnel, affectif... est contagieux et on a envie d'avoir le même animal à la maison. Il faut remarquer toutefois que les scientifiques sont les premiers à avoir amené des animaux à la maison (singes, perroquets...). 

Une étude américaine a montré que le visionnage de photos d'animaux exotiques en présence d'humains augmente de 30% la possibilité pour l'observateur humain de trouver l'animal attrayant comme animal de compagnie et diminuait la proportion d'observateurs qui classaient ces animaux comme "espèce en danger". Quel phénomène vous semble-t-il à l'œuvre dans ce genre de représentations ? Pourquoi s'exerce-t-il en particulier sur les réseaux sociaux ?

Le fait que les animaux soient filmés avec des humains dans des situations non contraintes peut laisser penser effectivement qu'ils ne sont plus sauvages mais apprivoisés et que donc ils sont des compagnons. De fait, la représentation de l'animal apprivoisé -que l'on peut voir - occulte peut-être l'espèce sauvage  que l'on ne voit pas. Et les humains ont une capacité d'empathie énorme mais elle est fondée sur la proximité que ce soit une image ou la présence réelle. Pour penser l'espèce en danger, il faut faire appel à sa raison. Pour trouver un animal mignon, il suffit de le voir en vidéo. Et les réseaux sociaux fonctionnent essentiellement sur l'image. Donc si sur votre compte instagram, facebook ou autres, vous recevez sans cesse des images de chimpanzés mignons qui embrasse les gens ou font des bêtises rigolotes, ce sont vos émotions qui sont sollicitées et pas votre raison. 
 

En quoi cette confusion entre le monde des hommes et le monde des animaux est un danger pour les animaux mais aussi pour l'homme ?

Le monde des animaux domestiques est, du fait que le point de rencontre entre nous est le travail, à l'intersection entre leur monde propre, de cochon, de chien... et le monde humain. Un petit cochon nain qui fait de l'agility et qu'on peut voir sur les réseaux sociaux habite dans son propre monde de cochon et sa perception du monde est lié à ses sens, notamment l'olfaction, mais aussi et beaucoup au monde humain du travail. Lorsque les animaux font des choses, comme de l'agility, en fait ils travaillent. Ils s'investissent pour atteindre un objectif et cela en fonction de règles qu'ils ont apprises voire négociées. Dans le cas de l'agility, il faut savoir par où passer, où sauter... Donc, dans le cas des animaux domestiques, il n'y a pas de confusion. La relation domestique est une croisée de mondes et c'est ce qui fait toute sa richesse. Ce qui est important, c'est de se rappeler que les animaux sont aussi dans leur monde propre. Et qu'un cochon ou un chien est aussi dans son monde et pas seulement dans le nôtre. Et il faut respecter cela. 

Pour les animaux d'espèces non domestiques, la situation est différente mais pas tant que cela. Un chimpanzé, un lion, un éléphant... sont des animaux apprivoisés. Ils sont eux aussi entrés dans le monde humain du travail et notre rencontre avec eux est aussi une croisée de monde. Ce qui est différent, c'est l'antériorité de leurs relations avec nous. Les animaux domestiques vivent avec nous depuis dix mille ans, on se connaît fort bien. Par contre, un chimpanzé, un lion... d'où viennent-ils ? Est-ce qu'ils sont nés "sous la main de l'Homme" comme un animal domestique ? Si oui, je pense que la relation prime sur la génétique et qu'un animal né chez un humain, dans un zoo, dans un cirque est dès son enfance en apprentissage avec des humains. L'enjeu est de faire en sorte d'une part que sa vie avec les humains soit intéressante, même si elle diffère complètement de la vie qu'il aurait eue dans la nature, et d'autre part que son monde propre soit respecté. 

Toutes les représentations d'animaux sont-elles, à ce titre, problématiques ? Ou certaines représentations seraient-elles favorables au développement d'une véritable relation homme-animal ?

Je pense que le mot clé dans nos relations aux animaux domestiques ou non est le respect. Respect de la dignité de l'animal, respect de son intégrité, respect de son monde, de son intelligence... Si le chimpanzé va lui-même chercher une casquette pour la mettre sur sa tête, cela nous amuse et cela l'amuse aussi. Si un cochon nain fait un parcours d'agility et joue le jeu de son plein gré en s'amusant lui aussi, il n'y a pas de problèmes. Les problèmes commencent quand l'animal ne veut pas jouer le jeu, ne veut pas travailler, et qu'on l'y contraint par la force ou la violence. Ce peut être de ridiculiser un animal quand on peut très bien s'apercevoir qu'il est contrarié. Ce peut être de lui faire avoir des comportements sans relations avec ce qu'il ferait volontairement, par exemple, le mettre sur un vélo alors qu'il a manifestement peur... 

Nos relations aux animaux sont fondées sur notre longue histoire avec les animaux domestiques. Et ce qui fonde ces relations, c'est la rationalité relationnelle (ce que j'ai montré dans mes recherches). Nous ne vivons pas avec les animaux uniquement par intérêt. Nous n'avons pas domestiqué les moutons pour leur piquer leur laine ou domestiqué les vaches pour leur lait ou les chiens pour qu'ils nous servent de valets. La domestication est une rencontre avec l'espèce humaine et des espèces animales et le premier vecteur, durable jusqu'à aujourd'hui de cette rencontre, est la recherche de relations. Car elle ouvre au monde de l'autre. Grâce à la domestication, nous sommes entrés dans le monde des chevaux, des moutons, des chiens, des cochons... et eux sont entrés dans le monde humain. Ce qui importe, comme je viens de l'écrire, c'est de se rappeler que les animaux domestiques ne relèvent pas que du monde humain mais qu'ils vivent aussi dans leur propre monde. Et c'est leur rattachement à ce monde là qui doit fonder notre respect car ce monde là nous échappe en grande partie. Il ne faut pas confondre un humain avec un chien ou un chimpanzé. Nous ne sommes pas semblables. Un chimpanzé ou un cochon n'est pas mon prochain. Mais nos liens domestiques ont tracé des ponts entre nous -y compris avec des espèces "sauvages" et des individus apprivoisés- et cela nous permet de construire des choses ensemble. L'enjeu est que ce que nous construisons ensemble soit intéressant pour tout le monde.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

05.

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

06.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

07.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires