En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

03.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

06.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

07.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bridgestone : tout le monde ment et l’État paie très cher pour faciliter le mensonge partagé

il y a 19 min 38 sec
pépites > Politique
Calendrier électoral
Présidentielle 2022 : EELV décide de repousser la désignation d’un candidat après les régionales
il y a 14 heures 12 min
light > Culture
Icône du théâtre et du cinéma
Mort de l'acteur Michael Lonsdale à l'âge de 89 ans
il y a 16 heures 3 min
pépites > Justice
ENM
Eric Dupond-Moretti propose l'avocate Nathalie Roret pour diriger l'Ecole nationale de la magistrature
il y a 17 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman au Théâtre de la Reine blanche : une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais

il y a 19 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le métier de mourir" de Jean-René Van Der Plaetsen : spécial rentrée littéraire, un avant-poste confiné en territoire hostile. Le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 19 heures 20 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La Chine plus forte que le Covid. La France et les autres, au garde-à-vous

il y a 19 heures 47 min
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 21 heures 11 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 22 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 22 heures 49 min
pépites > Politique
Coincidence
La femme de ce député qui va rejoindre le Modem vient d'être embauchée par ... le MoDem
il y a 33 min 20 sec
light > Culture
Bilan inquiétant
Journées du patrimoine : la fréquentation en net recul suite à l'impact de la crise sanitaire
il y a 15 heures 17 min
pépites > Santé
Briser les chaînes de contaminations
Coronavirus : de nouvelles mesures de restrictions vont être appliquées à Lyon
il y a 16 heures 34 min
pépites > Société
Annonces
Emmanuel Macron présentera sa stratégie de lutte contre les "séparatismes" le 2 octobre prochain
il y a 18 heures 37 min
pépites > International
Argent sale
« FinCEN Files » : l'argent sale et les grandes banques mondiales
il y a 19 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Détour" de Luce D'Eramo : survivre et revenir de l’enfer, un témoignage poignant, un livre rare

il y a 19 heures 29 min
pépites > Social
Paradoxe
La Métropole du Grand Paris est marquée par de fortes inégalités sociales qui ont augmenté
il y a 20 heures 7 min
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 21 heures 38 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 22 heures 23 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 23 heures 18 min
Viser la lune

La Maison Blanche veut retourner sur la Lune, et voilà pourquoi c'est une très bonne idée pour l'économie américaine

Publié le 28 mars 2019
50 ans après Niel Armstrong et Buzz Aldrin, premiers hommes à marcher sur la lune le 20 juillet 1969, Donald Trump a affiché son souhait, ce mardi 26 mars, de voir des astronautes américains sur la lune d'ici cinq ans.
Olivier Sanguy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Sanguy est spécialiste de l’astronautique et rédacteur en chef du site d’actualités spatiales de la Cité de l’espace à Toulouse.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
50 ans après Niel Armstrong et Buzz Aldrin, premiers hommes à marcher sur la lune le 20 juillet 1969, Donald Trump a affiché son souhait, ce mardi 26 mars, de voir des astronautes américains sur la lune d'ici cinq ans.

Atlantico : 50 ans après Niel Armstrong et Buzz Aldrin, premiers hommes à marcher sur la lune le 20 juillet 1969, Donald Trump a affiché son souhait, ce mardi 26 mars, de voir des astronautes américains sur la lune d'ici cinq ans. Au delà de la question technique, en quoi ce types de réalisations peuvent avoir un véritable effet positif sur la population, que cela soit en termes de prestige, de fierté, ou de capacités de projections ?


Olivier Sanguy : En terme de prestige et de fierté, on retrouve là un schéma comparable, mais pas totalement identique, car la situation géopolitique est bien évidemment différente, à celui de la course à l’espace des années 1960 entre les États-Unis et l’URSS : c’est-à-dire que la performance spatiale d’un pays est censée être un indicateur de la performance de son moteur économique et de ses choix politiques. Dans la réalité c’est bien entendu plus compliqué. L’annonce relayée par le vice-président Mike Pence le 26 mars est aussi un message politique à plusieurs niveaux en direction de l’électorat américain. Amener des astronautes américains sur la Lune d’ici 5 ans est aisément en phase avec le credo « make America great again ». N’importe qui peut le comprendre. De plus, le fait que la Maison-Blanche demande à la NASA d’accélérer le pas permet à l’exécutif de montrer qu’il n’hésite pas à secouer l’administration pour qu’elle soit plus efficace, et là aussi on voit sans peine une posture très politique en accord avec les idées de Donald Trump. En terme de capacités de projection, n’oublions pas que si les États-Unis ont plusieurs fois redéfini les priorités de leur programme spatial habité civil, le retour vers la Lune initié par George W. Bush fut par exemple annulé par Barack Obama, la doctrine de Space Dominance n’a jamais été remise en cause. Les États-Unis sont persuadés, et ils ont sans doute raison, que pour rester une hyper-puissance ils ne peuvent pas être en retrait sur le spatial. Et actuellement, la place américaine dans monde signifie occuper la première place dans l’espace. La Lune étant le corps céleste le plus proche, la Space Dominance passe par notre satellite naturel, même s’il s’agit d’y mener une exploration à but scientifique et même en coopération avec d’autres pays. L’important étant que la NASA, donc les États-Unis, soit à l’initiative. Dans une société de la connaissance, être à l’initiative de missions scientifiques est un aspect incontournable du « soft power » et permet d’asseoir ou conforter son emprise géopolitique.


Quels sont les bienfaits qui pourraient également en être le résultat, du point des besoins en recherche et développement, en innovation, qui pourraient "ruisseler" vers d'autres secteurs ?


Même si le spatial ne crée par forcément de nouvelles technologies (ça arrive aussi bien entendu), il peut accélérer leur perfectionnement au point de donner un avantage compétitif. Surtout, il faut bien comprendre qu’on n’a jamais mis des liasses de milliards de dollars sous des coiffes de fusées pour les disperser sur orbite ! Un programme spatial c’est avant tout de l’argent public distribué dans le tissu industriel et universitaire du pays concerné. On finance des infrastructures certes, mais aussi des salaires et des formations de haut niveau. Bref, on tire vers le haut de multiples secteurs et les emplois. Enfin, n’oublions pas de quoi on parle, car en matière de spatial on entend souvent des termes comme pharaonique pour qualifier les dépenses. La NASA, qui est l’agence spatiale civile qui reçoit le plus gros budget dans le monde, représente pourtant à peine moins de 1 % du budget fédéral américain !


Du point de vue européen, quels pourraient être les bienfaits d'une telle entreprise, ou d'autres projets analogues ?


En Europe, via les agences de chaque pays, le CNES en France par exemple, et via l’Agence Spatiale Européenne (ESA), cette « recette » du spatial pour irriguer le tissu industriel et universitaire est appliquée depuis longtemps. L’Europe est d’ailleurs devenue aujourd’hui un partenaire de premier rang en matière spatiale. Or, plus vous êtes un partenaire important dans un projet spatial et plus vous en avez les retombées pour votre industrie et vos universités. L’ESA a ainsi demandé à Airbus et Thales Alenia Space d’étudier ce que pourrait être la contribution européenne au projet de station autour de la Lune de la NASA, la LOP-G pour Lunar Orbital Platform-Gateway. Si les États membres de l’ESA sont d’accord, il pourrait par exemple y avoir un module européen dans cette station donc, par réciprocité, une participation importante aux missions scientifiques voire aux vols habités. Le Canada de son côté a déjà officiellement confirmé sa participation et l’Agence Spatiale Canadienne a clairement dit qu’elle s’appuierait sur le tissu industriel et universitaire national. Reste une interrogation : comment se concrétisera l’accélération demandée par l’exécutif américain avec sa volonté de voir des Américains marcher sur la Lune en 2024 ? Aller vite en spatial demande la possibilité technique de le faire mais aussi les budgets qui vont avec. Et là, le vote du Congrès devient incontournable et ne dépend plus de la seule volonté de la Maison-Blanche.?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Sidewinder
- 29/03/2019 - 03:43
@ Djams
Vous pensez exactement comme Obama : d'abord ça n'a pas marché, c'est même le contraire qui s'est passé, et je ne suis pas certain que vous réalisiez bien les enjeux. Non, ils ne se raccrochent pas à ce qu'ils connaissent, un retour sur la lune sera fait avec des technologies qui n'ont rien à voir avec les anciennes mais au contraire l'occasion d'en développer des nouvelles. Sur un plan stratégique, la possession d'une base lunaire est incomparable. Il ne faut pas se faire d'illusion : tous les développements auront une application militaire, on ne peut pas laisser ça aux autres si on est sérieux. Sur le plan économique c'est un boom du PNB et de l'emploi.
Djams
- 28/03/2019 - 18:57
Peur
Les Etats-unis ont surtout peur d'être déchu de leur première place dans le monde donc il se raccroche à ce qu'ils connaissent c'est-à-dire le voyage vers la lune pour se rassurer. Mais est-ce vraiment une si bonne stratégie que cela ? J'en doute, je pense qu'il faudrait plutôt qu'ils s'attachent à resserrer les liens sociaux au sein de leur propre pays pour leur permettre de vivre mieux les uns avec les autres.