En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 5 heures 44 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 6 heures 43 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 11 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 12 heures 51 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 14 heures 14 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 15 heures 21 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 15 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 16 heures 27 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 16 heures 58 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 17 heures 35 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 5 heures 56 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 9 heures 58 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 11 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 13 heures 13 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 15 heures 10 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 15 heures 35 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 16 heures 7 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 16 heures 37 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 17 heures 15 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 17 heures 44 min
© KENZO TRIBOUILLARD / POOL / AFP
© KENZO TRIBOUILLARD / POOL / AFP
Soirée débat

"La Crise et après ?" : Plus que répondre à la question, les chefs de partis ont placé leurs pions

Publié le 21 mars 2019
Le débat organisé par BFM et intitulé "La crise, et après ?" s'est tenu ce mercredi 20 mars au soir entre les 6 chefs des principaux partis.
Arnaud Benedetti
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne. Il vient de publier Le coup de com' permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille les stratégies de communication d'Emmanuel Macron.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le débat organisé par BFM et intitulé "La crise, et après ?" s'est tenu ce mercredi 20 mars au soir entre les 6 chefs des principaux partis.

Atlantico : Le but du débat était d'entendre les propositions de sortie de crise des politiques après un Grand débat qui n'a pas convaincu. Sur ce plan, le débat de ce soir a-t-il tenu ses promesses ?

Arnaud Benedetti : Chacun est resté dans son couloir déclinant son offre , sans réelles surprises . À l’exception des deux représentants des partis majoritaires , on y a assisté à une critique en règle de la politique du gouvernement . Il ne fallait sans doute pas s’attendre à autre chose d’un exercice dont l’enjeu se situait à mi-chemin de la sortie du grand débat et des élections européennes . Sur le plan des personnalités , les plus aguerries et les plus différenciées dans leur volonté de rompre avec la politique d’Emmanuel Macron  ( Mélenchon , Marine Le Pen ) ont sans doute occupé avec plus de densité l’arène . Sur le fond , Stanislas Guerrini s’est efforcé de tenir la barre , mais sa prestation a fait ressortir le déficit abyssale du parti du président en leaders , en ressources combattantes susceptibles de " performer " ... L’impression générale qui a pu se dégager d’une émission qui ne restera pas dans les annales de la communication politique c’est un retour à la case départ pré-présidentielle , sans un certain nombre de sensibilités ( Hamon , les écologistes , Dupont-Aignan , etc ...) . Cette absence sur-soulignait à sa façon la crise de la représentation aiguë que nous traversons . Pas sûr que dans le contexte de crise des " gilets jaunes" les téléspectateurs ne soient pas ressortis de ce débat tout aussi dubitatifs qu’ils n’y étaient rentrés ... On a de facto eu le spectacle des blocages de la société française , de ses contradictions , de l’anomie de sa scène politique .

Le format "combat des chefs" n'a-t-il pas montré certaines limites, reproduisant par bien des aspects ceux qui ont précédé l'élection présidentielles ?

Les uns et les autres ne poursuivaient pas des objectifs identiques . Loin de là ... Pour Stanislas Guerrini, il s’agissait de faire " ses preuves ", pour François Bayrou de se positionner comme le môle d’expérience d’une majorité mise à mal , pour Marine le Pen de poursuivre l’exorcisme de l’effet toxique de son débat raté de l’entre-deux tours de 2O17 , pour Laurent Wauquiez de se différencier de Marine le Pen et d’incarner une droite lisible , pour Jean-Luc Mélenchon de retrouver la dynamique qui lui avait presque réussie lors de l’élection présidentielle , pour Olivier Faure tout simplement d’exister après qu’il eut confié les clés de la liste ps aux européennes à Raphaël Glucksmann. La réalité c’est qu’encore une fois , outre que l’ombre d’Emmanuel Macron et des gilets jaunes  planaient sur l’ensemble du débat , la situation politique est apparue encore plus confuse qu’il n’y a deux ans . Ce qui n’est rassurant ni pour les forces politiques , et pas plus pour pour l’exécutif .

Quels autres enseignements tirez-vous de ce débat ?

Il a été marqué par la conjoncture . Les questions d’ordre public , de fiscalité y ont prédominé . Par ailleurs se dessinait en creux comme une frontière entre les anciens chefs et les nouveaux avec Marine le Pen , Jean-Luc Mélenchon , François Bayrou d’un côté et Stanislas Guerrini , Olivier Faure , Laurent Wauquiez de l’autre .Marine le Pen y a modéré son image , poursuivant sa dédiabolisation , notamment lorsqu’elle a dit son opposition à la militarisation du maintien de l’ordre .Mélenchon a réaffirmé qu’il était le plus talentueux . Bayrou a répété son personnage . Guerrini a voulu faire le job , mais il a surtout démontré à son corps défendant qu’il n’était pas donné à tout le monde d’être un leader . Olivier Faure a renforcé l’image d’un ps à la recherche ( désespérément ?) de sa voie ...et de sa voix aussi . Laurent Wauquiez s’est mécaniquement attelé à procéder à la pédagogie d’un projet qu’il veut rendre audible entre l’orléanisme de Macron et le nationalisme de Marine le Pen . Quoi qu’il en soit , pour les uns et les autres , l’enjeu n’était pas tant la sortie du grand débat que de poser les premières briques télévisuelles de leur campagne en vue des européennes . Ce round là fut surtout en quelque sorte d’observation et de retenue .

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberté-on-étouffe
- 22/03/2019 - 22:01
Débat des chefs de partis sur la crise
Lequel a le plus tiré profit de ce débat un peu brouillon ?
Bien sûr chacun a son propre avis suivant son attirance politique.
Personnellement, j'ai été admirative de la prestance et de la prestation réaliste de Laurent Wauquier. Oui d'énormes économies sont à réalisées en commençant par l'Elysée et ainsi de suite.....(véhicules, chauffeurs, réceptions non utiles, déplacements incessants et à plusieurs ect....Nous ne sommes plus en Royauté, surtout les caisses sont vides et nous sommes endettés jusqu'au coup. Alors STOP.
lasenorita
- 21/03/2019 - 14:37
Les gauchistes ont des oeillères!
Je ne voterai jamais pour un parti ''de gauche'' parce que les gauchistes ont des œillères! Hier encore, un musulman a pris, en otage,51 enfants dans un bus, à Milan!.. Les musulmans s'en prennent aux non-musulmans s'ils ne réussissent pas dans la vie! mais ce n'est pas la faute des non-musulmans (les Européens)s'ils sont mal éduqués et s'ils sont déjà tarés à la naissance!.. Une enquête de la Fondation pour la recherche médicale(Forum 2017) dit que 38,30% des mariages, en Algérie, sont consanguins; le taux le plus élevé de consanguinité a été enregistré à Tébessa (à l'est de l'Algérie) avec 88%..aussi quand les gauchistes disent que les musulmans sont ''pareils'' que les non-musulmans, j'affirme que c'est FAUX!
zen-gzr-28
- 21/03/2019 - 13:45
Critères de sélection dans la macronie ?
Les inconditionnels macronistes ont dû être époustouflés par "la grandiose prestation" de Stanislas GUERRINI et vont, sans doute, le conforter comme leur chef dans les prochains jours. Les deux dernières recrues, dans ce gouvernement se distinguent par un amateurisme évident.