En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Eric BARADAT / AFP
P3: American History X
Les dessous de la superpuissance américaine : les deux talons d’Achille du géant
Publié le 20 mars 2019
Derrière l'image caricaturale transmise par Hollywood ou la propagande anti-américaine, retour en six étapes sur l'état réel de la superpuissance américaine. Troisième partie.
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Derrière l'image caricaturale transmise par Hollywood ou la propagande anti-américaine, retour en six étapes sur l'état réel de la superpuissance américaine. Troisième partie.

Un système dans lequel le pouvoir et l'argent se concentrent aux mains d'une petite minorité porte un nom : la ploutocratie.

Faits et données sur la ploutocratie américaine - 1 - les riches

En 1774 aux Etats-Unis, les 1% des revenus les plus élevés perçoivent 8,5% de la richesse annuelle ; en 2012, ils en perçoivent 19,3%.
En 1895, les 6% des Américains les plus riches possèdent 66% de la richesse nationale ; en 2017, les 10% les plus riches en possèdent 77%.
En 1980, En Europe comme aux Etats-Unis, les 1% les plus riches de la société possèdent environ 10% du revenu national ; En 2017, en Europe, les 1% du sommet en possèdent 12% ; aux Etats-Unis, 20%.
Fin 2017, les 400 citoyens américains les plus riches possèdent plus que les 61% du bas de la pyramide sociale du pays ; les 20 Américains les plus riches possèdent plus que 152 millions d'Américains les moins riches.
En 1979, les PDG des grands groupes gagnaient en moyenne 30 fois plus que leurs employés ; en 2013, 300 fois plus.

Il y avait en 2018 2208 milliardaires dans le monde. 25% d'entre eux sont Américains.

Et ces inégalités s'aggravent (Tax Policy Center) : suite aux lois fiscales de D. Trump en 2017, (baisse de l'impôt sur les sociétés de 35% à 20%), 90% des supplémentaires bénéfices distribués iront aux 20% des Américains les plus riches.

Aux Etats-Unis, les barrières de classe sociale sont bien plus rigides qu'au Canada, Australie et Japon : si vous y naissez dans les 20% les plus pauvres de la population, vous n'avez que 5% de chance d'accéder aux 20% les plus riches.

Fortune moyenne (en 2017) d'un membre du Congrès US : ± $1m. ; fortune moyenne d'un ménage américain : $56 335.

Faits et données sur la ploutocratie américaine - 2 - les classes moyennes

Ménage US (un ou deux salaires) : il doit gagner ± 100 000 par an pour être "à l'aise". Or 50% de la population du pays (dont 35 millions, des classes moyennes) estime ne pas gagner assez bien sa vie. 80% des salariés américains vivent de salaire en salaire, sans pouvoir affronter une dépense imprévue. Logement, alimentation, éducation, transport, téléphonie : les ménages modestes n'y arrivent pas ; de 2000 à 2014, revenu médian des classes moyennes : - 4% ; revenu médian des plus pauvres, - 9%. Cela fait des Etats-Unis le pays le plus inégalitaire de toute l'OCDE.

Faits et données sur la ploutocratie américaine - 3 - les pauvres

45 millions d'Américains vivent sous le seuil de pauvreté ; 43 millions (12%) ont un travail mais un revenu annuel de moins de $12 140. 1/3 de la population n'a pas d'économies du tout ; un autre tiers, moins de $1000 d'économies.

40% des Américains ne peuvent affronter une dépense imprévue de $400. 22% se disent incapables de payer leurs factures mensuelles ; 25%, de payer leurs dépenses médicales. 46m. d'Américains vont aux banques alimentaires (+30% de 2007 à 2017.)

"Tiers-monde interne" - 5 millions d'Américains vivent dans un état de "pauvreté absolue" (définition : pas assez à manger, pas d'accès aux systèmes de soins). 37% des Américains les plus pauvres s'estiment malheureux et sont les premières victimes de la dépression, des suicides et de la toxicomanie.

Enfin, le taux de mortalité infantile des Etats-Unis est le plus élevé des 20 pays les plus riches du monde.

- Racisme (le vrai) [1]

Automne 2018, 153 ans après la libération effective des esclaves à la fin de la Guerre de sécession et le début (lent, pénible) de leur intégration à la société blanche américaine. Un siècle et demi plus tard, les choses empirent. "Le racisme est un très grave problème", disent 39% des Américains en 2016. Ils sont 46% en 2018. Ainsi les Etats-Unis, mère de toutes les sociétés "multiculturelles" (lire : multiethniques), n'échappent pas à l'unanime règle : nulle de ces sociétés ne vit paisiblement, harmonieusement, sans contrainte. Soit c'est la poigne de fer (Singapour) ; soit la discorde - ou pire - prédomine. Et s'il le faut, l'élément discriminé met la main à la pâte, en un "racisme" sans début ni fin ; sans contenu, définition ou limite, devenu une boule puante à jeter sur tout un chacun, à sa fantaisie.

Un cadet afro-américain de l'académie de l'US Air Force de Colorado Springs s'y trouve (sans doute) mal à l'aise ? En novembre 2017, il griffonne "Go Home Nigger" (pas besoin de traduire) sur sa porte, déchaînant un tumulte national. Le général commandant l'académie tonne, les médias tempêtent. Silence gêné ensuite, quand l'auteur du graffiti est découvert.

Mais bien sûr, ces tempêtes médiatiques ne s'élèvent que dans un climat favorable et sur un sol propice. Car 153 ans après la reddition du général Robert E. Lee, la misère, l'injustice, l'éducation bâclée, le chômage, le crime et les homicides, sont encore trop souvent le lot des Afro-américains. Les études, analyses, statistiques ethniques étant licites aux Etats-Unis, en voici une récente de la Federal Reserve Bank de St-Louis,

Miss., à stricte base raciale : en moyenne, les jeunes Blancs en échec universitaire ont une fortune trois fois supérieure à celle des jeunes Noirs diplômés d'études supérieures.

Héritage d'une famille blanche : ± $ 150 000 en moyenne,

Héritage d'une famille noire : ± $ 40 000 en moyenne,

Fam. blanche, niveau études sup. : 41% perçoivent un héritage de $ 110 000 ou plus,

Fam. noire, niveau études sup. : 13% perçoivent un héritage de $ 110 000 ou plus.

Au fil des décennies, pour l'essentiel, nulle amélioration nationale, durable et réelle n'est ici constatable.

 

[1] The Week - 22/10/2018 "Americans are far less concerned about terrorism and jobs than they were two years ago" - RT - 13/08/2018 "This state and constitution are't made for us - RT Doco follows African-American activists - Daily Mail - 23/07/2017 "White High school dropouts three times wealthier than educated blacks" - New York Times - 20/06/2018 "Fewer births than deaths among whites in majority of US states" - Le Monde - 10/11/2017 "Scandale du tag raciste dans une école de l'US Air Force : une des victimes en était l'auteur"

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Sidewinder
- 22/03/2019 - 02:40
Les paradis sur terre
Heureusement il y en a et c'est sûr que Xavier va nous en parler : la Corée du Nord, Cuba, le Venezuela....rien que du délice !
Benvoyons
- 21/03/2019 - 16:59
Le racisme existe sur toute la planète & cela tout aussi bien
chez les Blancs, les Beurs, les Noirs, les Jaunes . Maintenant il faudra toujours le marquer "noir sur blanc" car cela existera encore demain chez tout le monde. L'esclavage existe ponctuellement dans des pays mais cela est toujours possible dans les pays Islamiques car le Coran l'autorise & plus encore il autorise le croyant à l'utilisation sexuelle de l'esclave (donc le viol). Sourate 23 verset 1 à 7. Exemple http://www.lalibre.be/actu/international/en-mauritanie-les-filles-esclaves-de-9-ans-sont-violees-par-le-maitre-ses-fils-son-chauffeur-ou-son-hote-de-passage-58aece08cd70ce397f183305
Même aussi https://www.youtube.com/watch?v=ol7fyu5lgbM
Aussi https://www.youtube.com/watch?v=jcIcd3T2BMw
Comme a dit Mme Taubira: il ne faut pas trop en parler de la traite négrière Arabo-musulmane car cela stigmatiserait trop :)::)
+17millions de noirs, + de 3 millions de Blancs ( une peccadille qui n'avait aucune saine raison pour se trouver sur le mémorial de l'Esclavage )
C'est dire le camouflage honteux organisé par ces soient disant élites.
Sidewinder
- 21/03/2019 - 05:06
Bravo Benvoyons
En fait il ne faut pas trop le prendre au sérieux. Il est vieux le monsieur et il se croit encore à l'époque de Brejnev et toutes les sources sont de gauche. C’est de la haine à l’état pur à l’égard des US. Bon, après tout, si ca lui fait du bien…..