En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© HOW HWEE YOUNG / POOL / AFP
Tempête dans les palais de Riyad

MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman

Publié le 19 mars 2019
Depuis l'affaire Khashoggi, le tout-puissant prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane semble être de plus en plus en retrait, symptôme d'une lutte de pouvoir au sein de la monarchie du Golfe.
Roland Lombardi est consultant indépendant et analyste associé au groupe d'analyse JFC-Conseil. Docteur en Histoire, il a soutenu sa thèse en 2015 à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) d’Aix-Marseille Université....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Lombardi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Lombardi est consultant indépendant et analyste associé au groupe d'analyse JFC-Conseil. Docteur en Histoire, il a soutenu sa thèse en 2015 à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) d’Aix-Marseille Université....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis l'affaire Khashoggi, le tout-puissant prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane semble être de plus en plus en retrait, symptôme d'une lutte de pouvoir au sein de la monarchie du Golfe.

Atlantico:  Comment interpréter les multiples absences de Mohammed ben Salmane lors d'importants rendez vous ces dernières semaines ? Faut-il y voir une perte de pouvoir et d'influence ou une stratégie du Royaume ?

Rolland Lombardi : Depuis l’affaire Khashoggi, le prince héritier saoudien, Mohammed Ben Salmane (MBS), a vu dans les médias occidentaux et les intelligentsias européennes et américaines et ce, en un claquement de doigts, son statut de « jeune et fringant prince réformateur » passé à celui de véritable monstre. Devant le tollé provoqué par cette macabre affaire, dont MBS est sûrement l’instigateur, certaines Chancelleries européennes ont courageusement condamné et demandé des comptes à l’Arabie saoudite. L’image du Royaume et quelques accords commerciaux en ont évidemment pâti. C’est la raison pour laquelle, sur les conseils de ses communicants, mais également et sûrement à la demande de son père, le roi Salmane, et de ses conseillers, MBS s’est fait depuis beaucoup plus discret. D’où ses différentes absences lors de ces dernières semaines durant des évènements officiels. Alors mise à l’écart, « bouderie » ou retrait tactique du prince ? Peut-être un peu des trois.

Or, ne nous faisons pas d’illusions : pour l’instant, le jeune et sulfureux prince n’a pas été officiellement déchu de son titre de « prince héritier ». Il lui suffit donc juste de faire preuve de patience et d’attendre son heure et que, surtout, l’orage finisse par passer...

Quel est encore la place de Mohammed ben Salmane ? Son statut est-il menacé ? Quels sont ses rapports avec le Roi ?

Pour l’instant non. Mais avant même l’affaire Khashoggi, depuis janvier 2015 et l’arrivée sur le trône de son père, le fils préféré du roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud (82 ans) a su jusqu’ici écarter, par la ruse mais surtout de manière brutale, tous les rivaux dans sa course fulgurante vers le pouvoir. Ses diverses purges, les « disparitions » et la traque impitoyable des récalcitrants, ont réveillé plus que jamais les vieilles rivalités claniques et tribales, et ont exacerbé les frustrations et les rancœurs au sein même de la maison des Saoud. Ses actions ont fait beaucoup de mécontents. Longtemps protégé par son père, ce dernier, malade et vieillissant, a dû finir par être irrité de l’orgueil et de l’impétuosité de son fils. MBS est allé assurément trop vite et trop fort. Outre les tensions avec les grands seigneurs du Royaume, d’autres ont pu naître entre le vieux roi et le prince. Certainement que le roi et ses proches conseillers veulent reprendre la main du « système » complètement chamboulé et jouer les médiateurs et les conciliateurs, afin d’apaiser les querelles princières et également, redorer l’image du royaume à l’international.

Mais attention, il faut savoir ce que l’on veut. Et au passage, il est bon de rappeler certaines vérités notamment sur le funeste épisode d’Istanbul qui a coûté au prince héritier les faveurs occidentales. D’abord, l’ardeur de certains pour pointer du doigt l’affaire Khashoggi ne fut malheureusement pas la même pour dénoncer les crimes de l’armée saoudienne au Yémen, les centaines de décapitations annuelles, l’enfermement et les conditions de détention déplorables des militantes féministes et des blogueurs du Royaume ou encore les dizaines d’enlèvements et les « disparitions » de hauts dignitaires saoudiens en exil qui ont déjà précédé pourtant l’épisode tragique du consulat d’Arabie à Istanbul…

De même, si cela n’excuse en rien le crime abject et l’horreur des sévices dont Khashoggi a été victime, rappelons que ce journaliste, alors âgé de 60 ans, n’était pas un pauvre petit pigiste, héraut de la Liberté, ou même un lanceur d’alerte esseulé et traqué comme on a essayé de nous le présenter. Fils d’une grande et riche famille saoudienne, son oncle est un grand marchand d’armes de la région. Il fut aussi un proche du prince Tourki ben Fayçal Al Saoud (plus connu sous le nom de Tourki Al-Fayçal), l’ancien puissant chef des services secrets saoudiens, le Al Mukhabarat Al’Ahmmah… C’est d’ailleurs grâce à sa couverture de journaliste que Khashoggi aurait alors mené de nombreuses missions en Afghanistan, au Soudan ou en Algérie… Il a également rencontré, à plusieurs reprises, Oussama Ben Laden en Afghanistan et au Soudan…

Enfin, le journaliste saoudien était un fervent défenseur des Frères musulmans comme le confirment ces tribunes passées. N’étant plus en sécurité dans le Royaume et sûrement alerté de la grande purge qui surviendra en décembre 2017 à l’initiative de Mohammed Ben Salmane, Khashoggi quitte alors le pays en septembre 2017 et se réfugie aux États-Unis où il devient chroniqueur pour le Washington Post. Donc, comme nous l’avons vu, Khashoggi est un homme du sérail, du « système » diraient certains… Mais c’est justement cet ancien « système » saoudien que MBS s’efforce de mettre à bas. Ce même « système » qui faisait que dans la monarchie tribale et basée sur un pouvoir « horizontal » où prévalait le consensus entre la famille royale, les oulémas, les grandes tribus et les nombreux princes. Ces derniers, du moins pour certains d’entre eux, ont souvent joué leurs propres partitions en propageant et finançant (avec, ne soyons pas dupes, l’accord tacite ou pas des vieux Saoud) le poison du salafisme à travers le monde arabe et la planète, tout en « arrosant » grassement tous les establishments occidentaux, médias comme responsables politiques. Aux Etats-Unis, Khashoggi et ses riches compatriotes n’avaient-ils pas critiqué la campagne de Donald Trump et financé allègrement celle d’Hillary Clinton ? Lorsque MBS présentait ses belles réformes cosmétiques au monde, il était le « jeune prince réformateur ». A présent qu’il s’attaque de plus en plus violemment, à la manière orientale, à cet ancien « système » pour instaurer sa propre dictature et sa future monarchie absolue, beaucoup ne le regardent plus avec les mêmes yeux… Et donc, on comprend mieux l’acharnement du Washington Post, de CNN, des Démocrates et autres, à vouloir à présent, et littéralement, la peau du futur despote, soupçonné d’être le commanditaire de l’assassinat d’Istanbul,  qui plus est, présenté comme l’homme de Trump ! Tout se recoupe…

Pour certains, un prince qui, jouant les Louis XIV du désert, nettoie de la sorte les écuries d’Augias, élimine les poules aux œufs d’or (ou leurs amis) de beaucoup et qui est, comble de l’horreur, soutenu par Trump mais également par Poutine à présent, ne peut être finalement qu’un démon !

Quels sont encore ses soutiens, aussi bien intérieurs qu'extérieurs au pays ?

En interne, depuis 2015 et jusqu’ici, MBS a littéralement verrouillé le système à son profit en s’entourant d’une équipe de jeunes conseillers, et surtout, en plaçant des « hommes liges » efficaces, souvent des cousins loyaux et fidèles et bien sûr ses frères et demi-frères, aux postes clés de la sécurité et de la défense du royaume comme de sa propre personne.

Au niveau régional, MBS a encore le soutien de ses deux mentors et modèles, le président égyptien Sissi et le prince héritier des Emirats arabes unis, Mohammed Ben Zayed.

Enfin à l’international, il a encore, malgré les turbulences actuelles, les appuis de poids que sont Trump et Poutine, pour les raisons évoquées plus haut. Pour les présidents russe et américain, qui sont loin d’être des sentimentaux, le prince Salmane est l’homme fort qui peut, certes de manière violente et pour leurs propres intérêts, changer la face du royaume saoudien. Mais ces soutiens ne sont pas gratuits : Outre le fait de « faire le ménage » parmi certains puissants princes du royaume, corrompus et qui soutiennent d’une manière ou d’une autre le salafisme jihadiste ou les Frères musulmans, MBS a été choisi par Trump pour l’aider à imposer, à tort ou à raison, son fameux « big deal » aux Palestiniens et aux Arabes en général. Quant à Poutine, il compte également sur le jeune prince pour faire revenir, à terme, la Syrie d’Assad dans la Ligue arabe et par la suite, attirer les investissements du Golfe à Damas.

Au final, si MBS venait à être définitivement écarté du trône, les plans de Trump et Poutine pourraient être compromis et nous risquerions alors, de revenir à l’ancien « système » saoudien que j’ai évoqué précédemment et qui fut si longtemps néfaste pour toute la région.  

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition Stéphane Gayet

04.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

07.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

06.

Pourquoi cette étude confirme l'absence de lien entre vaccination et sclérose en plaques (mais ne suffira probablement pas à recréer la confiance)

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lémire
- 11/05/2019 - 16:49
Kashoggi, c'est vraiment MBS ?
Sachant que MBS a viré les anciens patrons des services secrets saoudiens, personne n'est tenté de penser que ceux-ci s'en sont pris de manière grossière et peu professionnelle à un journaliste pas vraiment dangereux pour MBS à seule fin de le discréditer ? Ce ne serait pas la première fois dans l'histoire que les cadres d'un service secret serviraient une politique bien différente de celles de leur autorité politique... Le zèle d'Erdogan me paraît aussi suspect que, disons, la cécité des Pakistanais vis à vis de la résidence d'Oussama Ben Laden. Et MBS aurait-il été aussi stupide pour un tel manque de discernement et de discrétion ?
Pour le reste, bon article
Marie-E
- 19/03/2019 - 16:21
merci pour cet article
qui me fait penser que MBS va bien rester la surtout avec ses soutiens exterieurs locaux (je ne lels nommerai pas tous) et naturellement Trump et Poutine. les droits de l'homme sont bien loin mais ils etaient loin aussi de Khashoggi
BienVu
- 19/03/2019 - 12:05
Enfin...
Enfin une analyse réaliste de la situation, qui nous change des larmes de crocodile de la presse américaine, suivie par les toutous européens, tout ça dégoulinant de "bons sentiments". Un petit regret tout de même, que l'auteur n'ait pas évoqué le rôle de la Turquie d'Erdokan, allié des Frères Musulmans et adversaire des Saoud (le califat contre les gardiens des lieux saints), sans doute aussi important que celui de Trump ou Poutine, mais dans le sens opposé bien sûr.