En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
P1: American dream
Les dessous de la superpuissance américaine : les États-Unis, ce pays si familier que nous connaissons pourtant mal
Publié le 18 mars 2019
Derrière l'image caricaturale transmise par Hollywood ou la propagande anti-américaine, retour en six étapes sur l'état réel de la superpuissance américaine. Première partie.
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Derrière l'image caricaturale transmise par Hollywood ou la propagande anti-américaine, retour en six étapes sur l'état réel de la superpuissance américaine. Première partie.
Qu'en est-il vraiment des Etats-Unis d'Amérique ? S'agissant de ce pays (comme du reste)une média-sphère à la pratique et aux réflexes toujours plus semblable à ceux d'un prédateur des mers, capte ce qui s'agite et saigne- et néglige le reste : les chamailleries du président Trump avec la nomenklatura de Washington, quelques attentats et massacres : le reste est oublié.

Cependant, pour nous Européens, l'Amérique reste familière. Nous la connaissons pour nous y rendre par millions chaque année ; pour savoir mille choses sur elle, lues souvent dans sa langue, que nous parlons tous plus ou moins ; nous voyons à la télé ou au cinéma ses films, ses séries ; nous baignons au quotidien dans sa culture.

Approchons-nous pour autant le réel américain ? Non - loin s'en faut. Le coupable de cet aveuglement estnotre familiarité même avec l'Amérique ; l'habitude prolongée et persistante que nous avons d'elle - sa proximité. 

 Or là est l'énorme piège, qu'ainsi définit la phénoménologie « Ce que nous rencontrons tout d'abord n'est pas le proche, mais toujours l'habituel. L'habituel possède en propre cet effrayant pouvoir de nous déshabituer d'habiter dans l'essentiel - souvent, de façon si décisive qu'il ne nous laisse plus jamais y habiter... Ainsi sommes-nous souvent victimes de l'ivresse de l'habituel » (Martin Heidegger, Qu'appelle-t-on penser ?) 

Suffit-il alors de connaître l'"Amérique habituelle" ? Non - la vision réaliste doit s'imposer, et pour une bonne raison : les Etats-Unis restent - à un niveau qui surprendra même le lecteur - une écrasante puissance militaire. Puissance souffrant même d'un sévère déséquilibre entre son administration civile et son appareil militaire. A ce niveau du récit, suffiront ces deux petites notes d'ambiance : 

- Dans l'ensemble de l'appareil d'Etat américain, plus de personnels servent dans les orchestres militaires de l'Armée, que dans toutle ministère des Affaires étrangères (State Department).

- Le budget américain de la Défense est à lui seul plus important que celui des six pays suivants réunis (Russie, Chine, etc.).

 D'où l'idée de rechercher, d'analyser et présenter les Etats-Unis réels de 2019, partant de critères et concepts criminologiques ; ce, en allantde la périphérie vers le centre : comment se situe l'Amérique dans le monde ; ce qu'elle entend être, en tant que pays ; enfin, sa réalité stratégique intime.

Le cadre mondial 

Le monde entier est le lieu même de la puissance américaine ; dans l'idée-force qu'ils ont d'euxdepuis au moins le XIXe siècle, les Etats-Unis jouissent d'un état exceptionnel, d'une singularité (variante négative : d'un durable délire collectif) leur permettant d'intervenir partout et quand ils le décidentau monde, sans avoir vraiment à s'en justifier. Dans leur propre idée, les Etats-Unis ont le droit divin, la mission assignée de susciter et protéger des "démocraties", de transfigurer un monde imparfait, pour qu'enfin il s'améliore.

Le plus souvent tout au long du XXe siècle et au début du XXIe siècle, cet exceptionnalisme à socle géopolitique a trouvé au Congrès de Washington un support bipartisan, des budgets militaires ad hoc et l'appui de l'opinion du pays.

Ainsi s'épanouit et s'imposa le "monde libre" (1945-1989) puis post-guerre-froide (1990-2018) ; plus de sept décennies sans conflit majeur et après l'effondrement de l'URSS, un ordre international frisant l'hégémonie libérale ; ordre certes bancal et fragile, mais pour l'Amérique, constant jardinier de ce parc global, un job au coût raisonnable (Dépenses militaires en 2017, ±4% du PNB, 1941-1944 (2e Guerre mondiale) ± 40% du PNB.

Cela représente quand même un budget de Défense (dollars constants) de ± 1 560 milliards de US$/an, de 2001 à 2017 (Irak et Afghanistan inclus).Plus : dépenses prévues par la présidence Trump (2019-2023), des budgets "de guerre" d'environ 757 milliards de US$/an.

Au niveau mondial cependant, l'économie américaine perd de sa superbe: à son apogée de la fin de la 2e guerre mondiale, elle représente la moitié du produit brut mondial (PBM) ; 22,5% en 1985, 15,1% en 2018. En 2023, ce sera (±) 13,7 % du PBM.

En mars 1999 encore, l'éditorialiste-Faucon Thomas Friedman claironnait ainsi la formule magique du pouvoir de Washington "La main cachée du Marché ne fonctionnera jamais sans un poing bien caché. McDonalds ne peut prospérer sans McDonnell-Douglas qui fabrique le F-15 (avion de chasse). Et le poing caché qui maintient le monde en paix au profit des technologies de Silicon Valleys'appelle l'Armée américaine, l'Armée de l'Air, la Marine nationale et le corps des Marines"  .

Mais la recette-Friedman subit la loi des rendements décroissants ; vers la fin 2017, les choses se gâtent. En février 2018, à la traditionnelle conférence de Munich consacrée à la sécurité internationale, le correspondant de La Croix capte dans la salle des vibrations plutôt négatives :"L'ordre libéral international, cet ensemble d'institutions et de normes conçues après la seconde Guerre mondiale, et façonné par les Etats-Unis, s'effiloche de toute part. L'universalité des droits de l'homme, la légitimité des institutions internationales et des accords commerciaux sont toujours plus contestés... Le sentiment de vivre la fin d'un monde".

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La vraie raison qui pousse Apple à multiplier le nombre d’Iphones qu’ils veulent lancer chaque année
02.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
03.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
06.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
07.
Les princes William et Harry n’auraient jamais dû s’appeler ainsi
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Sidewinder
- 19/03/2019 - 01:38
Well,...
En 1865 les US sortaient de la guerre civile et étaient dévastés. A la fin du 19eme les US étaient effectivement 1ere puissance économique mais avec une armée digne du Zimbabwe. Les années 2008-2016 ont été dévastatrices sous le règne d'Obama : toutes les branches militaires n'avaient plus que 30% de leur matériel en état de marche. La remontée va être longue et chère. Obama a fait plus de mal aux USA en 8 ans que l'URSS en 74 ans.