En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© NIKLAS HALLE'N / AFP
Plutôt que de s’en moquer
Brexit : Theresa May, la femme dont l’Europe devrait s’inspirer
Publié le 14 mars 2019
Suite au nouveau vote britannique refusant l'accord avec l'Union européenne, l'incertitude bat encore son plein avant la date fatidique du 29 mars.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite au nouveau vote britannique refusant l'accord avec l'Union européenne, l'incertitude bat encore son plein avant la date fatidique du 29 mars.

Atlantico : Quel serait le risque, pour l'Union européenne, de voir le Royaume-Uni soumis à une impossibilité technique ou juridique de procéder au Brexit ? En quoi une trop grande rigidité européenne - perçue comme une impossibilité de sortir de l'UE- pourrait-elle alimenter des rébellions à venir ? 

Edouard Husson: Je crois, tout d’abord, que nous devons avoir une lecture positive de ce qui se passe au parlement britannique. On ne peut pas à la fois déplorer la coupure entre le peuple et les élites et s’apitoyer, comme le font de si nombreux commentateurs, sur les divisions du Parlement britannique. Faut-il rappeler que la souveraineté britannique se trouve d’abord dans le Parlement? Il est vraisemblable que les parlementaires, le 23 juin 2016, dans le secret de l’isoloir, ont voté à 70% ou plus contre le Brexit. Or les mêmes ont respecté ensuite le vote majoritaire du peuple britannique. On ne peut pas dire la même chose du Parlement français en 2007, qui a voté le Traité de Lisbonne, réintroduction assumée du Traité Constitutionnel Européen qui avait été rejeté deux ans plus tôt par le peuple français. 

Ensuite, il est certain que les deux grands partis ont un problème de leadership. Jeremy Corbyn a l’air de privilégier une navigation à vue. Chez Theresa May, c’est le contraire: elle sait trop bien ce qu’elle veut, depuis janvier 2017, mais ne débat pas assez de sa vision du Brexit et doit régulièrement assumer une mise en minorité, qui n’empêche pas que le parti lui ait déjà renouvelé deux fois sa confiance. On est frappé par le contraste entre le courage personnel et la ténacité du Premier ministre et son incapacité à faire ce que Margaret Thatcher ou, encore plus, Tony Blair savait si bien faire: persuader, persuader, persuader. 

Enfin, nous avons tous, et les Britanniques les premiers, un énorme problème avec l’Union Européenne. Institution imaginée par des acteurs de l’âge des hauts fourneaux et du charbon, elle est totalement inadaptée à l’âge de l’information omniprésente, des start-ups et de l’industrie 4.0. Elle est complètement incapable de vivre avec l’énorme besoin de démocratie de notre époque. Je ne crois pas que l’UE puisse durablement bloquer le jeu, même si c’est ce qu’elle essaie de faire. Mais plus elle le fera plus elle provoquera des révoltes, des votes d’opposition. 
 

Ne pourrait-on pas s'inquiéter de voir la séquence actuelle - une impression d'impossibilité de quitter l'UE - être perçue par les populations comme une forme de mur de Berlin virtuel ?

C’est d’abord au Parlement britannique de trouver l’issue au blocage actuel. Je crois que l’Attorney General, Geoffrey Cox, n’a pas mesuré l’impact qu’a eu la sécheresse de l’avis qu’il a rendu sur les dispositions légales obtenues par Theresa May. En écrivant qu’il ne voyait rien qui garantisse absolument une sortie unilatérale du backstop, il a fait involontairement le jeu de ceux qui veulent bloquer leBrexit. Les discussions qui ont actuellement cours entre 10 Downing Street, le DUP, le European Research Group et M. Cox auraient dû avoir lieu dans la journée de mardi, quitte à retarder le vote. Tout incite à présenter une troisième fois le texte d’accord mais on peut parler de gâchis. En l’occurrence, Theresa May a plus de sens politique qu’un certain nombre de Brexiteers intransigeants: l’accord de retrait initie une phase provisoire, en attendant un nouveau traité entre la Grande-Bretagne et l’UE. Les députés Brexiteers intransigeants ont-ils si peu confiance dans leur capacité à influencer la construction d’un accord Grande-Bretagne-UE? Il est admirable que Theresa May ne se décourage pas. 

Il est tout à fait nécessaire que le Parlement britannique trouve une solution avec le Premier ministre; car la sortie de crise ne viendra pas de l’Union Européenne: ni la Commission, ni les deux principaux gouvernements qui devraient s’attacher à trouver une solution - l’Allemagne et la France - n’ont la volonté ou l’imagination pour construire un avenir commun avec la Grande-Bretagne. Il y a effectivement une rigidification des structures d’une institution, l’UE, complètement dépassée par son époque. En l’occurrence, nous autres Français devons constater qu’Emmanuel Macron ne comprend pas ce qui est en jeu. Il tape à bras raccourcis sur les Britanniques, dès qu’il le peut. Je comprends qu’il ait besoin d’assouvir la frustration qu’engendre en lui le refus de Berlin d’accéder à ses propres demandes. Mais lui-même ou son successeur ont toutes les chances, bientôt, de se faire rosser par les Britanniques, dès qu’ils auront résolu le Brexit. Et une fois de plus le peuple français trinquera pour le comportement erratique de ses dirigeants. 

 

Qu'est ce que l'Europe aurait à gagner d'une plus grande flexibilité de ses structures ? La flexibilité d'un tel ensemble ne serait-elle pas un renforcement comparativement à sa structure actuelle ? 

Nous ferions bien de ne pas trop nous moquer des Britanniques car nous avons devant nous la transformation de l’Union Européenne. A l’âge de la révolution de l’information, il est totalement absurde d’attribuer autant de domaines au niveau européen. De même que les Etats nationaux ont intérêt à réduire le champ de leurs interventions au profit d’instances régionales ou municipales, il va falloir procéder à un inventaire politique de la subsidiarité européenne, réduire considérablement le nombre de secteurs qui relèvent de décisions au niveau de l’Union et se demander si on les rend au niveau national ou infranational. Il y aura des points durs. En particulier, la gestion de la monnaie: l’idée de gérer de manière centralisée la monnaie pour une zone aussi hétérogène est totalement contraire aux besoins de l’économie moderne. Cependant, nous avons affaire à une croyance complètement irrationnelle des responsables économiques et politiques dans les vertus de l’euro. Il est probable que l’on ne va pas pouvoir réformer de sitôt la politique monétaire européenne. Il va falloir pour cette raison, gagner en flexibilité, de manière radicale, dans plusieurs domaines: l’espace Schengen est devenu totalement inadapté pour contrôler l’immigration; et il nous empêche de choisir notre immigration, en fonction de nos réels besoins économiques. Il est donc certain que nous devons rendre au niveau national le contrôle de la circulation des personnes. L’industrie 4.0 fait de moins en moins la différence entre industrie et services puisque la force des industrie du futur, c’est la quantité de service fournie avec le produit; il faut commencer à revoir complètement la politique commerciale de l’UE, en commençant par protéger - éventuellement reprendre au niveau national - les échanges de services, ce qui nous donnera le contrôle de l’innovation industrielle. Nous devons reprendre le contrôle de notre agriculture: non seulement nous débarrasser d’une PAC obsolète mais protéger nos agriculteurs de décisions de marché prises à des milliuers de kilomètres, encourager les nouveaux circuits de production et de commerce locaux pour régénérer nos territoires abîmés par l’agriculture industrielle. Les flux financiers échappent eux aussi largement au contrôle de l’UE, parce qu’ils obéissent à une logique mondiale; nous devons pouvoir nous battre, comme nation, à armes égales avec les autres quand ils s’agit d’attirer des investissements étrangers. 

Ce sont quelques domaines, d’une liste non exhaustive. Mais vous voyez que, naturellement, j’ai identifié les domaines clé de l’accord de Brexit négocié par Theresa May: immigration, agriculture, services, finance.  Ce n’est pas un hasard. Les Britanniques ont plusieurs années d’avance sur l’Europe continentale en matière de compréhension des mutations du monde. Ils n’ont pas eu les contraintes de l’euro - heureusement pour eux. Mais ils ont subi encore plus de pression que nous due à l’ouverture à la mondialisation de leur économie. Nos situations sont donc très semblables, au bout du compte. Nous devons non seulement souhaiter que le Brexit aboutisse vite mais nous référer à lui pour penser notre avenir. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
06.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
07.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 14/03/2019 - 15:16
la GB vraie République.
La Grande-Bretagne est encore une démocratie, ce que la France n'est plus depuis pas mal de temps. Mais le fonds de la question, c'est que les Britanniques, bien plus que beaucoup de Français, à la fois gueulards et soumis, ne sont peut-être pas des citoyens au sens plein du terme, malgré ( ou à cause paradoxalement ) de toute la logorrhée pseudo- révolutionnaire héritée de 89 et après.
hoche38
- 14/03/2019 - 15:11
On nous l'avait dit!
Maurice Allais: "Erreurs et Impasses de la Construction Européenne" écrit en 1992:

"Jusqu'ici deux erreurs essentielles ont été commises dans la construction européenne. La première a été de penser qu'il fallait commencer par l'Europe économique, alors que manifestement la réalisation d'une Europe économique réelle devait poser tôt ou tard et inévitablement des questions politiques majeures... La seconde erreur, conséquence de la première, a été de donner à l'organisation de Bruxelles des pouvoirs tout à fait excessifs, sans avoir clairement conscience des dangers évidents qui peuvent résulter pour l'Europe de décisions bureaucratiques et technocratiques, pour une large part irréalistes et à vrai dire irresponsables".
Hiris
- 14/03/2019 - 11:28
Theresa May
Vous avez raison plutôt que de critiquer saluons l énorme courage de Mme May a maintenir la barre par gros temps .A se demander si l Angleterre n est pas UNE ile ,feminine et forte qui engendre des femmes a son image la reine Elizabeth 1er,Victoria ,Elizabeth 2, margareth Tatcher ,theresa May et tant d autres qui prennent à bras le corps le destin de cette île en la tirant vers le haut ....Pendant ce temps au parlement les Boris ,Nick,john,et autres n en ont rien a faire du brexit ,de l avenir de leur pays ,seul les intéresse la place de premier ministre A PRÈS que theresa aura géré la sortie ,mal bien evidemment .Nous retiendrons leurs bruyantes invectives,leur mauvaise foi,le pitoyable spectacle qu' ils donnent de l Angleterre et de son parlement ....Souhaitons leur une femme forte pour les mener à bon port ce qui s est toujours produit dans leur histoire. Notre intérêt est de continuer à les considérer comme nos alliés, ce qu' ils sont .La France et son anti américanisme primaire oublie les boys venus chez nous pour mourir et nous libérer, les anglais recueillir De Gaulle et favoriser la résistance etc....On nous bassine avec le devoir de mémoire, il est sélectif ???