En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© MANDEL NGAN / AFP
Eco-responsable

One Planet Summit : comment aider l’Afrique à jouer sa part dans la lutte contre le réchauffement climatique sans plomber son développement ?

Publié le 14 mars 2019
La troisième édition du One Planet Summit, événement organisé par la France et les Nations Unies notamment se tient cette année à Nairobi au Kenya.
François Gemenne est chercheur en sciences politiques, au sein du programme politique de la Terre. Il est enseignant à l'université de Versailles-Saint Quentin, et à Sciences Po Paris.Spécialiste du climat et des migrations.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Gemenne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Gemenne est chercheur en sciences politiques, au sein du programme politique de la Terre. Il est enseignant à l'université de Versailles-Saint Quentin, et à Sciences Po Paris.Spécialiste du climat et des migrations.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La troisième édition du One Planet Summit, événement organisé par la France et les Nations Unies notamment se tient cette année à Nairobi au Kenya.

Atlantico : Le thème principal de ce sommet est la lutte contre le réchauffement climatique en Afrique. Cependant, cela n’aurait pas de sens de demander à l’Afrique la même chose qu’on demande aux pays occidentaux. Dès lors, comment faire pour qu’en Afrique et dans les autres pays en voie de développement la lutte environnementale puisse aussi être menée efficacement, d’autant plus dans cette région du monde qui est la plus touchée par les effets de la crise écologique ?

François Gemenne : Tout d’abord il y a une importance symbolique à tenir ce sommet en Afrique. Après les deux première éditions à Paris et New York, le risque était que ce sommet apparaisse comme un sommet des pays riches alors qu’on sait que les premiers touchés par l’impact du réchauffement climatique sont les pays en développement. Il y avait dès lors une sorte d’urgence à rééquilibrer au moins en termes d’image la balance. 

Deuxièmement, il faut noter qu’alors au départ le One Planet Summit était très orienté sur les questions de la finance, et de la finance carbone, principalement axé autour des politiques de réduction des émissions dans les pays du nord, ici l’idée est à la fois de voir comment la finance peut financer des solutions d’adaptation au sud et comment on peut accélérer le déploiement de solutions technologiques pour réduire les émissions de gaz à effet de serre au sud également. Vous l’avez dit, cela n’a pas de sens de demander aux pays d’Afrique les mêmes efforts qu’aux pays industrialisés. Néanmoins, l’enjeu est de trouver quel type de développement alternatif on va pouvoir proposer aux pays africains en tenant compte bien entendu de leur évolution démographique. Ce qui est certain, c’est que si les pays africains suivent le même développement que les pays industrialisés, celui à base de la combustion d’énergie fossile, il est certain qu’on va dans le mur.

Dès lors, on sait qu’il y a tout à faire en termes de propositions de développement alternatif fondé sur les énergies renouvelables. Le grand espoir, c’est que l’Afrique fasse avec l’énergie ce qu’elle a fait avec la téléphonie mobile. Ils ont sauté une étape en passant directement à la téléphonie mobile sans passer par les lignes fixes. De la même façon, l’espoir des pays du Nord est aujourd’hui que l’Afrique passe directement aux énergies renouvelables sans passer par la case énergie fossile. 

D’où l’importance d’un sommet tel que celui-là pour accélérer le transfert de technologies et évidemment aussi le transfert de ces technologies.

 

En plus des questions précédemment traitées au cours des On Planet Summit sur le réchauffement climatique, ce dernier introduit la question de la biodiversité. Pourquoi ce choix ? Par ailleurs l’Afrique connait-elle une crise similaire à la nôtre dans ce domaine ?

Je dirai qu’ils sont dans une situation similaire à la notre en ce qu’il y a une réserve de biodiversité considérable en Afrique mais aussi une surexploitation des ressources. Ce choix s’inscrit dans un mouvement de fond qui cherche à moins segmenter les enjeux environnementaux que ce qu’on a fait par le passé mais cherche à avoir une vue globale pour réaliser que les enjeux de climat touchent aussi les enjeux de biodiversité et vice versa. Cela pourrait vouloir marquer une sorte d’inflexion du sommet qui n’est plus seulement un sommet sur le climat mais un sommet sur l’environnement et qui lui permet peut-être de trouver une plus grande complémentarité par rapport aux COP qui sont des sommets précisément sur le climat. C’était un peu ce qu’on craignait lors de la première édition, que ce One Planet Summit ne fasse un peu doublon par rapport au COP. Avec cette approche plus large, ils pourront dès lors se différencier des COP. 

 

Cette troisième édition vient après l’édition de Paris puis New York ces deux années précédentes. Si on devait faire un premier bilan de cette initiative portée notamment par la France et son président Emmanuel Macron, lequel serait-il ?

La première édition à Paris était encourageante. C’était une opération de communication très réussie qui avait quand même permis une série d’annonce de la part du secteur privé. Je ne veux pas dire que ces annonces ne se seraient pas faites sans le sommet, mais celui-ci avait été une sorte de catalyseur de ces annonces notamment celles de la Banque mondiale ou Axa qui renonçait au financement de projets carbone. Dès lors, le premier sommet avait quelque part mis l’accent sur le rôle de la finance et donné une forme d’impulsion pour lancer le processus de l’accord de Paris. 

Le deuxième sommet a été une déception totale. Organisé en catimini dans un grand hôtel new-yorkais, presque personne n’en a entendu parlé. On avait l’impression que le soufflet était complètement retombé dans la deuxième édition. Il va falloir que cette troisième édition parvienne à installer durablement ce sommet comme une sorte de rendez-vous important, sinon cela sera une sorte de petite réunion en marge qui mourra de sa mort lente. Il y a beaucoup d’attente après cette deuxième édition très décevante. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

02.

Finale de la CAN : 48% des Français pensent qu'il est normal pour des personnes d'origine algérienne de manifester leur joie et leur attachement à leur pays lors des victoires de l'Algérie en football

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

06.

Le pape François a transmis un message "très touchant" à Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert

07.

Contamination au tritium des rivières françaises : anatomie d’une opération destinée à générer une peur infondée sur le nucléaire

01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

06.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 14/03/2019 - 10:21
J'aime le carbone
Je l'aime sous toutes ses formes, y compris combiné sous forme de gaz avec l'oxygène.
J'en veux partout, et surtout dans mon jardin. D'ailleurs, c'est parce qu'il y a du CO2 qu'il y a des jardins.
Il faut brûler les fossiles (pétrole, charbon), source irremplaçable d'énergie permettant à la vie de se recycler: d'organismes vivants en pétrole, puis de pétrole en CO2, puis de CO2 en organismes vivants en commençant par les plantes.
Mais je déteste la "finance sur le carbone", expression d'énarques pour éviter d'utiliser le mot "TAXES".
Je déteste les COP et autres Planet Summit, réunions de politiciens où la seule chose dont on parle vraiment, c'est d'augmenter les taxes.