En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

04.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

05.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

07.

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 10 heures 20 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 11 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 13 heures 28 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 14 heures 14 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 15 heures 38 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 17 heures 1 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 17 heures 39 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 17 heures 57 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 18 heures 1 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 18 heures 2 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 11 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 13 heures 24 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 13 heures 33 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 14 heures 47 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 16 heures 42 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 17 heures 22 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 17 heures 49 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 18 heures 1 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 18 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 1 jour 2 heures
© RYAD KRAMDI / AFP
© RYAD KRAMDI / AFP
Régime autoritaire

Ce que les Français ne comprennent pas bien de l’Algérie et de sa culture politique

Publié le 13 mars 2019
Le président Bouteflika a annoncé qu'il ne comptait pas se représenter à la prochaine élection et a décalé la tenue des élections prévues sans annoncer encore de date pour la prochaine échéance.
Lounes Guemache
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lounes Guemache est journaliste, directeur de Tout sur l’Algérie (TSA, www.tsa-algerie.com).
Voir la bio
Thibault Delamare
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thibault Delamare est doctorant interdisciplinaire à l'Université de Aix-Marseille et enseignant à Sciences Po de Politique comparée et Relations internationales.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président Bouteflika a annoncé qu'il ne comptait pas se représenter à la prochaine élection et a décalé la tenue des élections prévues sans annoncer encore de date pour la prochaine échéance.

Atlantico: Jusqu'à quel point les Algériens s'attendent-ils à ce que leur pays change ? Un scénario où Bouteflika était remplacé par un autre "homme fort" sans qu'une transition démocratique réelle soit opérée est-elle envisageable ?  

Lounes Guemache : Pour l’instant, il est encore difficile de se projeter dans l’avenir. Tout dépendra de l’issue du bras de fer entre la population qui manifeste pacifiquement depuis le 22 février et le pouvoir. Ce dernier a émis, lundi soir, de nouvelles propositions. Elles ont été rejetées par la rue parce qu’elles ne répondent pas du tout à ses attentes et à ses revendications. Le pouvoir propose une fausse transition. Il cherche clairement à gagner du temps pour permettre au président Bouteflika de mourir au pouvoir et, dans le même temps, préparer tranquillement le successeur. Mais les Algériens pensent que le changement viendra et il sera favorable. 

Le scénario d’un remplacement de Bouteflika par un « homme fort »  parait très peu probable à ce stade.

Abdelaziz Bouteflika a déclaré hier ne pas vouloir briguer un cinquième mandat et les algériens craignent que cela soit là un écran de fumée pour faire croire à une réelle concession démocratique. Quel était vraiment le degré de liberté (d'expression, politique…) sous le régime de Bouteflika ?

Thibault Delamare : Comme tout régime autoritaire, la vie politique en Algérie sous la présidence Bouteflika repose sur les leviers classiques : élections truquées, ce qui mène à une faible participation (35.6%), répression policière et judiciaire des opposants, individuellement (arrestation) ou collectivement (dissolution d’association ou de syndicats, comme par exemple SNATEGS, ou la minorité musulmane du courant ahmadi).

Les institutions de la démocratie représentative, l’exécutif et le législatif, sont des façades : le parlement sert principalement de centre de cooptation, avec une opposition tolérée qui ne peut choisir qu’entre boycotter et participer avec réserves. Les fraudes sont : bourrage d’urnes, liste d’électeurs opaques, comptage douteux des voix. Ces élections sont un moment, tout de même, de « faire peuple » même en contexte autoritaire, par les tentatives d’achat de voix et la compétition interne au parti unique pour obtenir un siège (et les avantages liés, dont l’immunité n’est pas la moindre).

Le pouvoir exécutif n’a donc rien à craindre d’un éventuel contrôle parlementaire ni du débat contradictoire pour faire adopter ses lois, budgets, etc.

Le caractère frauduleux du processus électoral est révélé par l’insistance, depuis le début des manifestations février 2019, des autorités politiques sur le caractère « sincère et transparent » des futures élections. Ce qui ne les empêche pas aujourd’hui de tenter de bloquer l’entrée de journalistes étrangers sur le sol algérien.

Entre la question de la Kabylie, celle des frontières problématiques avec le Mali ou la Lybie et les autres enjeux sécuritaires peu connus par les Français, l'Algérie est-elle vraiment unie ou ces élections montrent-elles que certains enjeux, notamment sécuritaires, donnent à la crise actuelle un autre relief ? 

Lounes Guemache :Dans ces manifestations, l’Algérie est vraiment unie. Vous parlez de Kabylie, nous avons diffusé des vidéos dans lesquelles on entend des manifestants à Tizi Ouzou scander des slogans en arabe. A Alger, les slogans sont scandés aussi bien en arabe qu’en kabyle.

 Pour les problèmes chez les pays voisins, ils n’ont aucun impact direct sur la société. La gestion est purement sécuritaire et elle est assurée par l’armée qui est positionnée aux frontières. D’ailleurs, vous remarquerez que dans la presse algérienne on parle très peu de ces conflits. Non seulement, on ne les comprend pas bien mais en plus, ils ne nous impactent pas de manière direct en tant qu’Algériens. 

Le pouvoir utilise souvent cette question d’instabilité à nos frontières pour faire peur et surtout justifier indirectement les énormes dépenses dans l’armement. Mais ce discours, comme celui sur l’islamisme radical ou la crainte d’un retour aux années noires du terrorisme ont peu d’impact sur la population qui manifeste. Les Algériens ont peur de l’avenir. C’est une crainte suffisante qui fait oublier toutes les autres. L’Algérie est un pays très mal géré et les Algériens savent que sans changement de régime, ça risque de devenir comme le Venezuela.

Au vu des impératifs sécuritaires, quelles sont vraiment les chances de voir une profonde libéralisation du pays ?

Thibault Delamare : Sur le plan du terrorisme, les services de sécurité algérien réussissent à contenir les groupes encore actifs. Une redite de la décennie noire paraît très, très peu probable. Eventuellement, ces groupes pourraient tenter de profiter des troubles pour commettre des attentats. La Tunisie nous a appris qu’une transition démocratique pouvait « tenir » contre ce type d’événement, sans parler de la lutte de guérilla au mont Chaambi ou le voisinage libyen, qui n’ont pas suffi à remettre en question l’organisation d’élections sincères. A l’inverse, les attentats du Bardo et de Sousse ont accéléré la professionnalisation des services de sécurité tunisien, quand la lutte de contre-insurrection à l’Ouest a éprouvé l’armée.

La division du pays sur fondement ethnique paraît très peu probable, au regard de la mobilisation des Kabyles au côté du reste du peuple algérien.

Le caractère conservateur et religieux de la population algérienne, souligné par Karima Dirèche, n’est pas antinomiqueavec une aspiration démocratique, à la fois par la garantie des libertés et des processus électoraux sincères.

L’évaluation des chances est ardue. On identifie trois grands types de scénarios : répression, libéralisation contrôlée, démocratisation sincère.

Aujourd’hui, considérons que : les manifestations sont sincères et les défections nombreuses, les forces de sécurité n’ont pas employé une violence disproportionnée, le pouvoir politique a commencé à faire des semblants de concessions (nouveau gouvernement, passage du « 5èmemandat » au « 4ème prolongé (4+) », soi-disant conférence nationale inclusive, etc.) que, une fois encore, les manifestants « n’achètent pas ». La crainte d’une répression semble s’éloigner pour le moment via les déclarations du chef d’état-major, tout en restant un sujet de préoccupation, à juste titre.

Reste la démocratisation sincère et la libéralisation contrôlée. Pour le moment, la seconde option, qui passerait par une acceptation du « 4+ », est refusée en bloc dans les déclarations des manifestants. Les jours suivants nous diront si les forces sociales mobilisées suffiront à imposer un processus démocratique sincère.

 La perception que certains Français ont du régime de Bouteflika comme une dictature sans aucune liberté ni opposition correspond-elle à la réalité ?

Lounes Guemache :L’Algérie n’est pas tout à fait une dictature. C’est un régime autoritaire qui autorise certaines libertés de manière très limitée. C’est un régime qui n’a pas d’idéologie. Il veut juste contrôler le pays et la rente pétrolière pour la distribuer à sa clientèle. 

Si libéralisation du pays il y aura, à quel niveau cette dernière pourrait se faire ? Sur quel(s) exemple(s) pourrait-on s'appuyer pour se risquer à esquisser un futur ?

Thibault Delamare : Soyons prudents, les précédents peuvent nous aider à imaginer les grandes lignes d’évolution sans être pour autant une boule de cristal. Les exemples suivants sont plus des indications que des affirmations péremptoires.

D’abord, évoquons les exemples d’échecs récents dans la région.

Les manifestants algériens ne sont pas dupes, ils ont adopté très consciemment un argumentaire de refus des modèles syrien ou égyptien : d’un côté, un régime libérant des terroristes pour résumer les manifestations populaires à la volonté d’instaurer un califat islamique ; de l’autre côté, une armée et une haute fonction publique (ne pas oublier le rôle de la Cour constitutionnelle égyptienne en 2012-2013) tolérant un processus démocratique où des acteurs impréparés créent d’eux-mêmes de l’insatisfaction, avant que l’armée ne reprenne le pouvoir en s’affichant comme unique et ultime garant. Enfin, une situation « à la marocaine », c’est-à-dire la reconnaissance du caractère monarchique ou aristocratique du pouvoir nuancé par une vie politique réelle (le Maroc fait mieux que l’Algérie dans les classements internationaux de respect des libertés civiles et de démocratie), est aussi un exemple dénoncé par les manifestants.

L’absence d’une figure politique d’opposition, comme au Venezuela, et la déclaration de « neutralité bienveillante » par le chef d’état-major algérien, semble rendre la comparaison avec ce pays non-pertinente.

Ensuite, les exemples de réussite. Les exemples de l’ex-Europe soviétique semblent dépasser, étant donné que l’Algérie a depuis longtemps dépassé le stade d’Etat à parti unique et que son armée n’a jamais été totalement inféodé au politique.

Bien entendu, vient en premier la Tunisie, où sur le plan politique la transition a globalement fonctionné au regard de l’organisation d’élections nationales et locales sincères. Ombre au tableau : la justice transitionnelle fait face à une résistance autant de membres de la classe politique que des institutions de sécurité nationale. Ce pays cherche aujourd’hui à remporter les combats de la réforme économique et de la décentralisation.

On pourrait aussi évoquer le Mexique, où un système à parti hégémonique a réussi à se libéraliser, jusqu’au point où l’ancien parti est revenu au pouvoir lors d’élections sincères, avant de, par la grâce de l’alternance, laisser la place à un parti de gauche.

 

En tout état de cause et en croisant les précédents historiques et les techniques juridiques habituelles, on peut identifier plusieurs procédés sincères de canalisation des revendications politiques de la population :

  • Election d’une Assemblée nationale constituante
  • Désignation d’un gouvernement de technocrates
  • Débat autour d’un processus de justice transitionnelle, notamment sur les disparus, mais au risque de la déstabilisation sociale
  • Désignation d’administrateurs dans les collectivités locales pour remplacer les anciens notables du régime, avec potentiellement organisations autonomes locales par action spontanée des citoyens.

 

L’Algérie est un pays unique, fier de son passé révolutionnaire, qui trouvera sa propre voie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 13/03/2019 - 17:46
culture politique
Comment voulez-vous que les Français comprennent les Algériens alors qu'ils ne connaissent même pas leurs propres concitoyens? Regardez la récente découverte qu'ils ont fait de Gilets jaunes qu'ils connaissaient moins bien que les Jivaros du bassin amazonien.
Benvoyons
- 13/03/2019 - 15:36
En effet une grande différence de culture politique
Avec un peu d'humour:
Quand ils manifestent en Algérie ils le font sans rien casser, même en balayant gratuitement après.
Quand ils manifestent en France ils cassent, brûlent, & ils se font payer pour nettoyer.
tubixray
- 13/03/2019 - 14:50
ce que les français comprennent ... complément
Les accord d'Evian devraient être déchirés pour en finir avec cette exception qui procure tant d'avantages aux ressortissants algériens dont les ancêtres ont fait la guerre contre le France.
Un enfant né en France, français donc, de parents algériens obtient la double nationalité !!!
Un curieux mélange de droits (du sol et du sang).
Il y aurait tant à dire sur ces "droits de l'homme" qui ravalent le citoyens français autochtones au rang de vaches à lait.