En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

03.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

06.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

07.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

06.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 5 heures 52 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 7 heures 5 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 7 heures 52 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 8 heures 46 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 9 heures 59 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 10 heures 25 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 2 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 4 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 5 heures
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage au personnel soignant
il y a 1 jour 7 heures
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 6 heures 22 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 7 heures 29 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 8 heures 15 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 9 heures 29 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 10 heures 11 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 1 heure
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 3 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 5 heures
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 1 jour 6 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 1 jour 9 heures
© REUTERS / Neil Hall
© REUTERS / Neil Hall
"Politique du pire"

Brexit: le rejet de l'accord proposé par Theresa May ouvre la voie à un "no-deal"

Publié le 13 mars 2019
Les députés britanniques ont entamé mardi 12 mars une série de 3 votes concernant l'avenir du Royaume Uni (vote sur l'accord avec l'union européenne ce mardi 12, sur un Brexit sans accord le 13 mars, et sur le report d'une sortie de l'UE le 14). L'échec du premier vote ouvre la voie à une sortie brutale du Royaume-Uni de l'UE.
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les députés britanniques ont entamé mardi 12 mars une série de 3 votes concernant l'avenir du Royaume Uni (vote sur l'accord avec l'union européenne ce mardi 12, sur un Brexit sans accord le 13 mars, et sur le report d'une sortie de l'UE le 14). L'échec du premier vote ouvre la voie à une sortie brutale du Royaume-Uni de l'UE.

Atlantico: Comment l'issue de ce premier vote préfigure-t-il de la forme que pourrait prendre le Brexit ? 

Cyrille Bret : Par ce premier vote, la Chambre des Communes vient de prononcer un nouvel arrêt de mort pour la vocation européenne du Royaume-UNi. En refusant par 391 voix contre 242 l’accord avec l’Union européenne, les conservateurs tories et les pro-européens ont infligé un nouveau camouflet à Theresa May et ont ouvert la voie à un processus de sortie de l’Union particulièrement chaotique pour l’économie et la société britanniques. D’autant plus que le vote de ce soir risque d’être négatif concernant une sortie sans accord. Une sortie sans accord apparaissant néfaste à l’économie britannique déjà entrée en difficulté, les Tories souhaitent un accord. Mais ils ne donnent pas à Theresa May les moyens de le conclure. En somme, encore une fois, la classe politique britannique risque de se décrédibiliser aux yeux de son opinion nationale. Boris Johnson défend en effet une « politique du pire » : une sortie sans accord pour tout à la fois apparaître comme respectueux du choix du peuple et pour transformer le Royaume-Uni en Singapour à proximité de l’UNion.


 De la rencontre de "dernière minute" entre Theresa May et Jean-Claude Juncker ce lundi 11 mars, aux deux votes qui s'annoncent ces 13 et 14 mars, quels sont encore les points essentiels qui détermineront l'issue du Brexit ? 

La situation est aujourd’hui confuse sur le processus. Mais elle est claire sur ce qui pose problème entre l’Union et le Royaume. Premièrement le sort de la frontière irlandaise, seule limite terrestre entre l’UE et le RU. Si la frontière est étanche, les échanges seront découragés au prix d’un respect formel de la souveraineté britannique. Si elle est poreuse, le Brexit sera illusoire. Deuxièmement, l’accord financier entre l’UNion et le Royaume : si la facture est trop élevée pour le Royaume, l’UNion apparaîtra comme ayant puni celui-ci pour le Brexit, alimentant les discours populistes dans l’Union. Si elle est trop légère, alors la sortie de l’UNion paraîtra aisée voire souhaitable et alimentera les fantasmes sur la fin de l’UNion  à quelques semaines des élections européennes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 13/03/2019 - 17:01
Pourquoi s'étonner?
Pourquoi s'étonner de tout ce désordre? Il faut dire qu'il était ahurissant de voir confier par nos voisins la sortie de l'Union à une Thérésa May qui voulait y rester.