En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Vers une nouvelle crise alimentaire?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 8 heures 8 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 9 heures 17 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 10 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 12 heures 50 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 13 heures 47 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 15 heures 10 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 20 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 19 heures 11 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 19 heures 11 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 19 heures 13 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 8 heures 37 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 9 heures 46 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 11 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 12 heures 56 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 14 heures 32 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 16 heures 15 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 16 heures 54 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 19 heures 11 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 19 heures 12 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 19 heures 14 min
© DAMIEN MEYER / AFP
© DAMIEN MEYER / AFP
Court-terme

Taxe française sur les GAFA : comment Bruno Le Maire court-circuite le travail de l’OCDE tout en cherchant à s’attribuer les fruits politiques d’une initiative américaine

Publié le 13 mars 2019
Alors que Bruno Le Maire a pu présenter le projet de loi d'une taxe sur les GAFA, l'OCDE avait annoncé en janvier dernier que La communauté internationale cherchait à "trouver une solution coordonnée au débat grandissant sur la manière la plus adaptée d’imposer des entreprises multinationales dans le cadre d’une économie qui se numérise rapidement".
Pascal Saint-Amans est Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales (CTP) de l'OCDE depuis le 1er février 2012.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Saint-Amans
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Saint-Amans est Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales (CTP) de l'OCDE depuis le 1er février 2012.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que Bruno Le Maire a pu présenter le projet de loi d'une taxe sur les GAFA, l'OCDE avait annoncé en janvier dernier que La communauté internationale cherchait à "trouver une solution coordonnée au débat grandissant sur la manière la plus adaptée d’imposer des entreprises multinationales dans le cadre d’une économie qui se numérise rapidement".

Atlantico: Dans quelle mesure l’initiative française peut-elle venir troubler l'effort de l'OCDE ?

Pascal Saint-Amans : Les questions des conséquences fiscales de la numérisation de l’économie sont sur la table depuis 2012. L’OCDE a travaillé sur cette question et a produit un rapport en 2015 qui n’était pas très concluant, ce qui a conduit beaucoup de pays à se dire que puisque les Etats-Unis ne veulent pas négocier une solution, il faudra prendre des mesures unilatérales. C’est ainsi que beaucoup de pays se sont mis à réfléchir à de telles mesures unilatérales en 2017 et en 2018. Le projet de directive européenne réalisé par la Commission a été mis sur la table en mars 2018. Mais du fait de la complexité du processus de décision, de l’hétérogénéité des acteurs et du droit de veto en matière fiscale, cette directive a été en échec. Cela a conduit la France à se dire que puisque cela ne fonctionnerait pas pour l’Europe, elle allait le faire seule. Reste à savoir comment cette position s’accorde dans le contexte international. Dans la perspective d’une impossibilité d’accord, si les mesures unilatérales ne plaisent pas à tout le monde, elles restent logiques.

Mais aujourd’hui, il faut se rendre compte qu'il y a une dynamique différence à l’OCDE, c’est que les Etats-Unis -et cela est très paradoxal - de Donald Trump, contrairement aux Etats-Unis de Barack Obama, sont favorables à une discussion et ont même fait une proposition très ambitieuse. Ce qui rend la perspective d’une solution globale possible.

Si on veut comprendre pourquoi ce revirement a eu lieu, il faut revenir à la réforme fiscale américaine. Elle a abouti à réduire le taux d’imposition des sociétés américaines de 35% à 21%, mais pour financer cette réforme, ils ont été obligés d’élargir les bases fiscales. Dans un premier temps, l’élargissement des bases fiscales a largement consisté à mettre en place les mesures "BEPS" développées par l’OCDE. Et dans un second temps, les Etats-Unis se sont dit qu’ils voulaient encore aller au delà, en donnant plus de droits aux pays de marchés pour prélever les impôts. (C’est à dire les pays consommateurs, dont font partie les Etats-Unis, cela est donc à leur avantage). Les Etats-Unis validaient alors l'idée que quand d'autres pays veulent taxer Google, c’est parce qu’ils sont un marché pour Google, et justifiaient ainsi cette position de vouloir taxer dans les pays de marché. A ce moment, les Etats-Unis ont montré qu’ils étaient prêts à débloquer la discussion en donnant le droit de taxer Google, mais en indiquant que cela ne pouvait avoir lieu qu’en élargissant la réflexion au delà du numérique, parce que le problème vaut pour toutes les entreprises multinationales. Et c’est cette proposition qui est aujourd’hui sur la table et qui fait réfléchir les européens. Parce que jusqu'à présent, les européens veulent bien taxer Google mais se demandent si cela est bien raisonnable de faire taxer Louis Vuitton ou Mercedes par d'autres pays qui en consomment les biens et services, ce qui serait la conséquence de la position américaine. Dans ce contexte, la position française est un peu en décalage, parce qu’il y a une vraie volonté globale de négocier une solution. On ne sait pas encore quelle sera la solution globale, nous avons simplement un accord pour travailler sur cette question. Cela étant, la France pourrait justifier une telle mesure française en disant que si l’OCDE doit aboutir en 2020, et qu’il est possible que cela prenne un peu plus de temps, alors elle se couvre en attendant parce que l’opinion a besoin d’un message politique fort. Cette décision ne crée pas réellement de troubles dans la négociation, mais cela ne facilite pas non plus la conversation.

 

Pourrait-on imaginer que la France, en ciblant exclusivement des entreprises américaines, chercherait à restreindre le champ d'application d'une telle refonte de la fiscalité des multinationales pour éviter que les grandes entreprises françaises ne soient concernées ?

C’est toute la différence entre des mesures de court-terme et des mesures de long terme. La directive européenne, ou la mesure française en question, sont des mesures de court terme, c’est à dire qu’elles cherchent, dans le cadre fiscal international qui ne permet pas vraiment de taxer ces entreprises, à combler le vide de façon temporaire.  Mais le fait qu’elle soit ciblée sur certaines sociétés n’est pas absurde et ne signifie pas que les européens veulent cibler exclusivement ces compagnies sur le long terme. Maintenant il y a une autre question discutée à l’OCDE qui est de savoir à quoi devrait ressembler une solution de long terme. Et ici, il y a deux positions. La première position est celle des Etats-Unis qui disent que cela ne peut en aucun cas être limité au numérique parce que le problème est global et qu’il n’y a rien de spécifique concernant les entreprises numériques. Parce qu’un fois qu’un volume de profits est rattaché à un marché alors le problème est le même que cela soit dans le cas de Google, Mcdonald's ou Louis Vuitton. Toute les entreprises doivent être concernées. La seconde position est celle des européens qui sont eux-mêmes partagés. D’une part, le Royaume Uni ne veut changer les règles que dans les cas où les utilisateurs fournissent des données, en considérant que c’est cette donnée qui crée de la valeur. Par exemple, Google regroupe des données en échange d’un service gratuit au Royaume Uni et va ensuite monétiser de la donnée par de la publicité qui est enregistrée en Irlande. Le Royaume Uni veut récupérer une partie de ce profit  en considérant qu’il reflète la valeur des utilisateurs qui sont situés au Royaume Uni. On voit qu’une telle proposition est très limitée, parce qu’elle ne se limite même pas qu’au digital, mais simplement à quelques entreprises numériques. Cela ne concerne pas Amazon par exemple, ni Apple ou Netflix. C’est donc une solution très limitée. Puis, la France et l’Allemagne qui ont soutenu cette approche pour les mesures de court terme parce que cela était plus facile à identifier et que cela ne mettait pas en cause les fondamentaux de la fiscalité internationale, semblent prêts pour les mesures de long terme. Même s’ils n’aiment pas vraiment les conséquences pour leurs entreprises, ils semblent prêts à discuter sur une approche large.

 

Qu'est ce que les recettes fiscales françaises auraient à perdre avec une telle refonte de la fiscalité des multinationales ?

Il faudrait faire des études d’impact pour en évaluer les conséquences. Si les valeurs intangibles (marketing intangibles) sont touchées par cette nouvelle approche, cela pourrait pénaliser davantage les grandes marques (françaises) que les grandes industries (allemandes) par exemple. Ainsi, avec une telle approche “marketing intangibles” et en dépit de son déficit commercial, la France pourrait peut-être perdre plus de revenus fiscaux que l’Allemagne. Mais  fondamentalement, une telle refonte de la fiscalité basée sur le marché, devrait favoriser les pays qui consomment plus qu’ils ne produisent (comme la France qui affiche un déficit commercial). La France peut y gagner tout ce qui est numérique, ce qui est déjà important. Un pays comme l’Allemagne, a priori, serait perdant net en raison de ses excédents commerciaux. Et peut être de façon plus importante, des petites économies ouvertes, mais qui taxent lourdement, comme le Danemark, la Suède ou la Finlande, auraient sans doute encore plus à perdre parce qu’ils n’ont qu’un petit marché. .    

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Vers une nouvelle crise alimentaire?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 14/03/2019 - 01:26
Boomerang.
A la fin ce sont les fisc US et Chinois qui vont taxer les entreprises Françaises en appliquant la jurisprudence Le Maire (primauté du CA sur la valeur crée sur place).
hoche38
- 13/03/2019 - 16:53
Ne nous affolons pas
Ce n'est qu'une simple opération de "com" à usage hexagonal.
DANIEL74000
- 13/03/2019 - 16:09
Objectif LUNE
Poutre ou paille ? Les GAFA investissent et produisent contrairement aux capitalistes de connivence qui ne savant que détruire ! Le bon sens voudrait que tous les ex : présidents, ministres et tous les hauts fonctionnaires qui ont et contribuent à la déchéance de notre pays voient tant que la dette qu'ils ont crée n'est pas remboursée, leurs revenus, retraites, pensions, salaires écrêtés à 10 000 €/mois. Le surplus versé dans la CRDS. Mais le biob seb est-il de gauche ou droite ou simplement Français