En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

07.

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 6 heures 10 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 8 heures 26 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 9 heures 59 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 11 heures 41 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 14 heures 4 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 14 heures 25 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 14 heures 48 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 15 heures 12 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 15 heures 28 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 15 heures 49 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 7 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 9 heures 25 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 11 heures 11 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 12 heures 44 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 14 heures 14 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 14 heures 29 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 14 heures 52 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 15 heures 13 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 15 heures 46 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 16 heures 10 min
© JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
© JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Pour aider toutes les victimes

Pourquoi la pédophilie est loin de n’être qu’une violence masculine

Publié le 12 mars 2019
Dans un entretien donné au journal Le Monde, Denis Pelletier, historien, explique que la pédophilie est un problème masculin et qu'il est prépondérant dans l'Eglise, car elle s'est construite autour de la masculinité du pouvoir.
Philippe Genuit
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Genuit est psychologue clinicien au Centre Ressource pour les Intervenants auprès des Auteurs de Violences Sexuelles (Criavs) de Midi-Pyrénées à Toulouse.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un entretien donné au journal Le Monde, Denis Pelletier, historien, explique que la pédophilie est un problème masculin et qu'il est prépondérant dans l'Eglise, car elle s'est construite autour de la masculinité du pouvoir.

Parce qu'elle est plus visible, la pédophilie masculine retient exclusivement l'attention, est-ce parce qu'il existe un tabou autour de la pédophilie féminine ? D'où vient-il ?  Est-il prépondérant en France et pour quelles raisons essentielles ?

Philippe Genuit: La pédophilie masculine est prépondérante dans la judiciarisation des actes. Valentin Magnan, qui est un psychiatre français, dans son Traité des perversions, évoque trois cas de pédophilie féminine. Donc dire que la pédophilie est essentiellement masculine est un point de vue par rapport à la judiciarisation des faits. Sur la question de l'attirance érotique vers les enfants, ce n'est pas aussi évident. la pédophilie féminine existe autant, mais elle se voit moins, est moins judiciarisée et elle peut-être moins violente. Mais au cours des âges il suffit de lire l'Education du Roi Henri IV tel que pouvait le dire Philippe Ariès, pour s'apercevoir que l'éducation des petits garçons dans la petite noblesse commençait très tôt par les femmes. Cela dépendait des classes et des castes sociales. Donc au niveau quantitatif et du judiciaire, c'est la question masculine qui est en avant. Mais il faut revoir la copie sur la définition de la pédophilie en termes médicaux et sur le fait que les femmes sont tout autant présentes dans ces questions là. Est-ce que c'est moins traumatisant ? C'est une autre question. On entend aujourd'hui nombre de religieuses aujourd'hui évoquer le fait que dans l'église il n' y a pas que de l'homosexualité il a de l'hétérosexualité et je ne pense pas que ça soit une question essentiellement masculine. 

Au Royaume-Uni, les cas de pédophilie féminine sont nombreux et cela semble surprendre. Si l'on souhaite réellement aider les victimes d'actes pédophiles, ne doit-on pas considérer le problème dans son ensemble et briser ce tabou ? De quelle manière ? Les victimes de pédophilie féminine sont-elles victimes de représentations collectives qui induiraient une moins grande indignation de la part de l'opinion ? 

La question du tabou, ça serait l'interdit. Est-ce que c'est bien ou mal ? Je pense que ça pose des problèmes. Souvent on met sous le terme de tabou quelque chose qu'on méconnaît. C'est plus une méconnaissance qu'un tabou. Les tabous, on les met où l'on veut. Il y a quelque chose qu'on veut peut-être ne pas connaître, en cela il y a peut-être quelque chose du tabou. Ce n'est pas un interdit comme le totem-tabou de Freud. C'est davantage quelque chose de l'ordre d'une Tartufferie: cachez ce sein que je ne saurais voir. On ne veut pas le voir. Je connais des victimes hommes ou femmes qui ont été abusées par des femmes qui en sont moins traumatisées et d'autres qui le sont davantage, car c'était quelque chose qui était inavouable au sens où la parole ne pouvait pas être homologuée. En grec, homo logia, la même parole, traduit la notion d'aveu. C'est quelque chose qu'on ne pouvait pas dire. On ne se permet pas de le dire, inconsciemment ou consciemment car on considère que ce n'était pas entendable par les autres. Quelques fois des personnes me disent qu'elles s'aperçoivent maintenant qu'elles ont été abusées en considérant au moment que c'était normal. On est dans des codes où il y a encore peu de temps ce n'étaient pas des choses qui se révélaient. C'était inentendable. Aujourd'hui on commence à les entendre.

La pédophilie masculine et la pédophilie féminine constituent-elles un seul et même problème auquel il faut répondre strictement de la même manière ou bien existe-t-il des spécificités, des schémas différents, qui nécessitent de bien les distinguer ?

On pourrait penser en termes de genre masculin/féminin, mais regardez bien le masculin en occident, en orient et le féminin. Il faut penser ça de façon anthropologique. L'anthropologie suppose à la fois la communauté d'actes et des différences. Les singularités peuvent être de genre, de classe sociale, de mode d'éducation, de civilisation. Le genre est une singularité. Selon les sociétés, les modes de théorisation, on va découper, sectoriser, sectariser de façon différente. Je ne vais pas dire qu'on va traiter de la même façon un homme ou une femme pédophile, pas plus qu'on ne traitera une femme et un homme paranoïaques de la même façon. Si la personne vient de la paysannerie ou de la bourgeoisie, il va y avoir des différences. Il faut tenir compte des différents phénomènes de sectarisation de l'humain. D'autant qu'on continue à offrir des barbies roses aux filles et des camions bleus aux garçons. Il y aura toujours de la différenciation. La place de la femme peut varier selon les pays. C'est intéressant de percevoir le phénomène de la pédophilie en perspective dans le monde en général. Il faut voir la relativité clinique de la situation. Ce qui est intéressant c'est que certains pensent la pédophilie en fonction du genre alors qu'en étant clinicien on pense au mode de rencontre, de la même façon que l'on peut penser le mode de rencontre amoureux chez un adulte. Là on pense le mode de rencontre entre le pédophile et l'enfant. Ce sont des échos de vulnérabilité. Le prêtre pédophile, par exemple, ne va pas vers n'importe qui. Je ne veux pas dire que la victime participe de cela. Les vulnérabilités se rencontrent. Cela ne se passe pas de la même manière pour les hommes et pour les femmes. Je pense pas qu'il faille réduire la question à cela. Je vous parlais de la méconnaissance. Dans la mesure où ce n'est pas envisageable, même les victimes ne l'envisagent pas. Elles pensent avoir vécu autre chose que cela. Chez les Anglais ils parlent de Lover Teacher qui initient les enfants dans un mode de relation qui n'est pas considéré comme un abus. Ce n'est que plus tard que les enfants s'en rendent compte. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Forbane
- 13/03/2019 - 23:54
Peur de rien!
Non monsieur Benvoyons, je n’ai peur de rien et ne nie l’existence de rien. Vous en revanche , semblez avoir des comptes à régler. Pour une bonne santé mentale, il est important de savoir se remettre en question, en particulier dans son couple. Il est rare que l’un des deux soit responsable de tout le malheur de l’autre (il existe bien quelques pervers narcissiques dans les deux sexes ou paranos décompensés de plus de 40 ans, mais ces derniers sont exclusivement masculins DSM 4..)
Benvoyons
- 13/03/2019 - 09:45
Forbane - 12/03/2019 - 23:28 Votre réaction est étonnante :)
Des années lumières ?? Se sont ces années lumières qui ont exister pour les hommes & que les femmes ont dénoncé dont vous voulez parler??
Car en effet cela est encore plus insupportable & tétanisant d'imaginer de la pédophilie par une femme & donc plus encore caché par les familles & autres intervenants. Maintenant concernant les violences vous imaginez que violence physique mais il n'en est rien car la violence d'une femme vers un homme n'est pas souvent une violence physique mais une violence psychique systématique jusqu'à l'overdose pour l'homme (suicide,burnout, ou aussi une disjonction violente de l'homme vers la femme qui se retourne contre lui).
Le sujet est complexe & vous semblez avoir peur que la parole puisse se délier plus facilement sur le sujet de la pédophilie femme.
Moreau Jean Luc
- 13/03/2019 - 04:23
"Ce n'est que plus tard que les enfants
s en rendent compte ?" : JE CONFIRME… j'ai même arrêté la musique et ne sais plus lire une partition à cause d'un curé à l'âge de 12 ans. J'en ai bientôt 73 et ce n'est maintenant que je me rends compte de certains dégoûts qui ont ponctué ma vie parce que ces dégoûts étaient liés à ce qui était arrivé lorsque je me suis laissé faire parce que tétanisé. Ce qui est écrit n'est absolument pas une bêtise et depuis que je suis sensibilisé à la chose, c'est à dire depuis peu, j'entends ou je lis beaucoup d'"expériences" similaires