En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

03.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

04.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

05.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

07.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

ça vient d'être publié
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 11 heures 47 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 13 heures 50 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 14 heures 48 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 16 heures 31 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 17 heures 48 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 18 heures 47 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 19 heures 14 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 20 heures 2 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 20 heures 48 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 12 heures 34 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 14 heures 22 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 16 heures 9 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 16 heures 44 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 18 heures 32 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 19 heures 4 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 19 heures 46 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 20 heures 31 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 21 heures 11 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 1 jour 10 heures
© FAYEZ NURELDINE / AFP
© FAYEZ NURELDINE / AFP
Délicat

A quoi pourraient mener les tensions grandissantes entre le roi Salman d’Arabie saoudite et MBS, son fils et héritier

Publié le 07 mars 2019
Selon un article du Guardian du 5 mars, certaines frictions existeraient entre le roi Salman et son prince héritier et homme fort du régime Mohammed Ben Salman.
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un article du Guardian du 5 mars, certaines frictions existeraient entre le roi Salman et son prince héritier et homme fort du régime Mohammed Ben Salman.

 Atlantico : Quelles seraient l'ampleur des tensions entre le roi et son héritier ? Par quoi se traduisent-elles ?

Alain Rodier : 

Les jeux de palais ont toujours existé en Arabie saoudite. Parfois, ils ont atteint des sommets, comme par exemple lorsque Mohamed Ben Salman (MBS) a fait arrêter sous le prétexte de "corruption" de nombreux princes, hommes d'affaires, etc. en les regroupant sous bonne garde dans l'hôtel cinq étoiles Ritz Carlton de Riyad en novembre 2017 avant de les relâcher contre rançon (pardon, me terme officiel est une "caution"). Il avait alors montré à tout le monde qui commandait désormais. Il n'a pu le faire qu'avec l'accord du roi Salman bin Abdulaziz Al Saoud, son père...

En effet, s'il est officiellement le successeur du roi Salman âgé de 83 ans et à la santé fragile, c'est par la volonté de ce dernier qui a fait ses choix. Il est difficile de répondre à la question : pourquoi lui ? en dehors du fait que MBS s'était toujours occupé de son père étant de ce fait très proche de lui. Il serait donc devenu le choix "préféré" du souverain vieillissant. Ensuite, le roi a laissé MBS choisir son équipe pour diriger le royaume même si cela a fait des vagues en interne.

Je ne pense pas que les tensions évoquées par votre confrère viennent du roi mais plutôt de son entourage direct qui tente d'influencer son jugement.

L'affaire du Caire est d'ailleurs symptomatique. Selon le Guardian, trente membres de la garde rapprochée  - jugés comme des "fidèles" de MBS - du roi alors en visite officielle en Égypte les 23 et 24 février, ont soudainement été remplacés par une équipe du ministère de l'Intérieur dépêchée en urgence sur place. Certains responsables égyptiens chargés de la couverture sécuritaire de cette visite auraient aussi été écartés. Et, signe jugé révélateur, MBS n'était pas présent à l'aéroport lors du retour de son père alors que protocolairement, il aurait dû être là. Des observateurs en ont immédiatement déduit une mise à l'écart du prince héritier soupçonné avoir voulu monter un "coup" contre son père lors de son séjour en Égypte.

Sauf nouvelles informations, cela semble être très exagéré. Pour l'incident égyptien, il est arrivé par le passé que des gardes du corps escortant de hautes autorités à l'étranger (comme le président des États-Unis) soient relevés pour "conduite inadéquate" (beuveries en galante compagnie dans le cas évoqué). Il n'est pas impossible que cela ait été le cas avec certains membres de l'escorte du roi Salman en Égypte. Dans l'urgence, on ne relève pas que les "fautifs", mais on remplace l'équipe toute entière, c'est techniquement plus efficace. Les comptes avec les contrevenants sont ensuite réglés après le retour à domicile... Pour être bien sûr, il serait intéressant de savoir ce qui leur est arrivé une fois rentrés à Riyad.

Bien sûr, il se dit aussi que le roi n'a été informé de la nomination durant son ansence de nouveaux responsables politique (la princesse Reema bint Bandar bin Sultan, la première femme saoudienne accréditée comme ambassadrice du Royaume aux États-Unis) et sécuritaire (son jeune  frère, Khalid bin Salman désigné comme son adjoint direct au ministère de la Défense) qu'à la télévision. Il en aurait été profondément irrité.

Mais ce n'est pas non plus la première fois que la rumeur de désaccords avec son fils filtre dans la presse internationale. Il n'approuve certainement pas tout ce que décide son héritier mais il le laisse faire n'ayant plus guère le choix. En effet, si MBS tombe, il est plus que probable qu'il sera entraîné dans sa chute car jugé comme étant le responsable de sa mise à l'étrier, ce qui est parfaitement exact. 

Selon le Guardian, c'est notamment la gestion de l'affaire Khashoggi qui aurait incité le roi et ses partisans à reprendre la main sur certaines affaires nationales. La toute-puissance de MBS est-elle fragilisée par le meurtre du journaliste du Washington Post ?

Il est vrai que le meurtre du journaliste Khashoggi à Istanbul en octobre de l'année dernière a jeté un froid. D'ailleurs, si une affaire de cette nature a pu avoir lieu , c'est que cela avait déjà dû être pratiqué par le passé mais "sans anicroches" avec d'autres "gêneurs" (on a parfois parlé de la "disparition" de "princes" qui s'étaient trop fait remarquer pour une conduite dissolue).

Mais dans cette affaire, MBS se retrouve dans la position du "donneur d'ordres" ce qui gêne apparemment plus ses interlocuteurs occidentaux que lui-même.

D'ailleurs, il l'a bien fait comprendre en effectuant un voyage officiel au Pakistan, en Inde puis en Chine à la mi-février. Ces pays comptent près de trois milliards d'habitants sur les 7,53 milliards qu'abrite la planète et ils ne peuvent en aucun cas être considérés comme "pauvres" ou peu influents. Les chiffres des contrats signés sont très importants (20 milliards au Pakistan, un espoir de 100 milliards en Inde, 10 milliards en Chine). Surtout, le projet de MBS "Vision 2030" qui devrait diversifier l'économie saoudienne en la détachant progressivement de l'industrie pétrolière, serait désormais lié à celui de la "nouvelle route de la Soie" (ou la "ceinture et la route" cher au président Xi Jinping) dont la partie maritime doit transiter par la Mer Rouge .

Mais c'est avant tout le geste politique qui est important, surtout celui adressé aux Occidentaux. Aujourd'hui, les exportations (hydrocarbures) saoudiennes vont à 69% vers l'Asie, 13% vers l'Europe et 10% vers les USA. Dans l'autre sens, Riyad importe 44% de biens d'Asie, 40% d'Europe et 8,5% des USA. Tout cela pourrait bien changer si les capitales occidentales (en dehors de Washington qui sait rester pragmatique quand ses intérêts sont en jeu) continuent à "bouder" MBS. Lors du périble réussi de MBS en février, les dirigeants pakistanais, indien et chinois se sont montrés beaucoup moins sensibles à la disparition du journaliste saoudien et n'ont même pas abordé le sujet. MBS qui a été reçu avec des honneurs auxquels il n'aurait pas eu droit en Occident n'a pas parlé du sort réservé aux populations musulmanes en Inde et de celui des musulmans du Xinjiang en Chine. L'avertissement est clair : il n'hésitera pas, s'il en ressent le besoin, à changer ses alliances dans l'avenir.

 Je vois donc mal le roi reprocher quoique ce soit à son héritier qui a, certes, la main un peu "lourde", mais qui dirige efficacement le royaume.

Alors que le roi Salman a 83 ans et a toujours soutenu son fils cadet, au point de déshériter les prétendants précédents, peut-on imaginer une remise en question du statut de MBS ?

Je crois avoir répondu à votre question précédemment. Le roi ne remet pas en cause MBS. Toutefois, ce dernier a beaucoup d'ennemis intérieurs, en particulier des princes (on parle beaucoup d'Ahmed Ben Abdelaziz - ancien ministre de l'Intérieur - et Moukrine Ben Abdelaziz - ancien prince héritier qui avait été relevé de cette charge à sa demande en 2015 -) qu'il a humilié et qui rêvent sans doute de "le transformer en chaleur et lumière" (expression employée par les spécialistes en explosifs). Il a d'ailleurs senti le vent tourner après une attaque du palais Ouja à Riyad où il résidait en avril 2018. Depuis, il a considérablement renforcé sa protection rapprochée et limité ses apparitions à l'intérieur du Royaume.

Il a aussi beaucoup d'autres ennemis à l'intérieur et à l'extérieur : les religieux conservateurs, les salafistes-djihadistes, les Frères musulmans, les chiites (9 à 10% de la population saoudienne), etc. Et tout peut arriver à n'importe quel moment. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
MBS, Mohammed ben Salman
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 08/03/2019 - 17:58
C'est un autre monde dont il est difficile
de connaître tous les méandres d'un pouvoir pour nous Occidentaux.