En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

01.

La Panthère rose jaune

02.

Vélib': une marque est née

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 2 heures 16 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 2 heures 59 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 5 heures 28 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 6 heures 11 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 7 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 8 heures 19 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 8 heures 42 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 8 heures 54 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 9 heures 17 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 9 heures 34 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 2 heures 40 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 4 heures 10 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 5 heures 43 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 6 heures 40 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 7 heures 37 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 8 heures 34 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 8 heures 47 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 9 heures 8 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 9 heures 27 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 9 heures 38 min
© Caroline BLUMBERG / POOL / AFP
© Caroline BLUMBERG / POOL / AFP
L’œuf ou la poule ?

Petit bras de fer Juppé / Macron sur les finances publiques : qui des collectivités locales ou de l’Etat s’est le plus mal comporté ces dernières années ?

Publié le 02 mars 2019
Lors du grand débat qui s'est tenu vendredi 1er mars à Bordeaux, le désormais ancien maire de la ville a interpellé le Président sur la situation précaire des collectivités locales. Mais selon le Président, le mal ne viendrait pas de l'Etat, mais des collectivités elles-mêmes.
Jean-Luc Boeuf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Bœuf est administrateur général. Auteur de nombreux ouvrages, son dernier livre : les très riches heures des territoires (2019), aux éditions Population et avenir. Il est actuellement directeur général des services du conseil départemental de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors du grand débat qui s'est tenu vendredi 1er mars à Bordeaux, le désormais ancien maire de la ville a interpellé le Président sur la situation précaire des collectivités locales. Mais selon le Président, le mal ne viendrait pas de l'Etat, mais des collectivités elles-mêmes.

Atlantico : Alain Juppé et Emmanuel Macron étaient réunis ce 1er mars, dans le cadre du Grand Débat National. A cette occasion, les deux hommes ont échangé sur la question des dotations. Alain Juppé a ainsi déclaré : "La part des dotations reçues de l’Etat est passée en moins de dix ans de 39 % à 17 %, c’est un séisme budgétaire (...) Nous nous y sommes adaptés, un certain nombre d’entre nous ont contractualisé comme vous nous l’avez proposé. A une condition : que la règle du jeu soit respectée par tout le monde, et qu’on ne continue pas à nous transférer des responsabilités et des charges, sans nous transférer les recettes qui vont avec, et ce n’est pas toujours le cas il faut le dire. »", ce à quoi Emmanuel Macron a répondu : " Durant plusieurs années il a fallu baisser les dotations, reconnaît-il, en 2010, puis sur la période 2013-2017. Sur cette dernière période, les dotations ont baissé pour les collectivités de près de 12 milliards d’euros, mais en parallèle, il y a eu 18 milliards d’euros d’augmentation de fiscalité, toutes collectivités confondues. Et cela a plutôt favorisé les grosses collectivités, celles qui avaient la possibilité d’augmenter les impôts pour compenser la baisse." Entre ces deux visions, comment faire la part des choses ? 

Jean-Luc Boeuf : Comptablement tout d'abord, les chiffres évoqués par l'ancien maire de Bordeaux ne sont pas exacts. Au niveau macro, les dotations de l'Etat n'ont pas été divisées par deux. Il convient de savoir de quoi l'on parle : s'agit il uniquement de la dotation globale de fonctionnement  - DGF - ou dr toutes les dotations ? A quelle collectivité on l'applique-t-on : ville ou intercommunalité ? Prend-on en compte le fait que, lorsqu'une collectivité prend son essor (en l'occurrence la métropole), il n'est pas illogique que la collectivité de base (la commune) voit son champ se rétracter. Et sur combien d'années : uniquement le quinquennat 2002-17 ou bien depuis 2014 ? Les propos du  chef de l'Etat présentent une partie seulement de la corbeille de la mariée, en évoquant "la" fiscalité, mais en se gardant bien de préciser ce que cela comporte : ne s'agit-il que de la fiscalité directe ? Ou bien de la fiscalité directe et indirecte ? Cela comprend-il les compensations fiscales de l'Etat qu'il décide lui-même, rappelons le ! Les montants évoqués par le président de la République prennent en compte les recettes que l'État octroie aux collectivités pour s'occuper à sa place d'actions dont il ne veut plus : transport ferroviaire notamment, cartes d'identité, mineurs non accompagnés...

Comment évaluer les parts de responsabilité dans la problématique rencontrée, entre une baisse rapide des dotations accompagnée d'un transfert de prérogatives de la part de l'Etat d'une part, et les différences façons dont les collectivités s'y sont adaptées, d'autre part ? 

Les collectivités locales ont découvert ou plus exactement ont mis en place les règles de l'économie de marché... sous le quinquennat de François Hollande (2012-2017). En effet,  la principale dotation des collectivités locales, la dotation globale de fonctionnement ou DGF, a connu une forte baisse, passant de 40 à 30 milliards d'euros par an. Cela a concerné tous les niveaux de collectivités locales (communes, intercommunalités, départements et régions) sauf les communes nouvelles (CN) et, pour la derniere année du quinquennat seulement, les communes. De ce fait, le monde local a du s'adapter en inversant le mécanisme : au lieu s'adapter les recettes aux dépenses et en augmentant la fiscalité et l'emprunt, les collectivités ont maîtrisé leurs dépenses dont, au premier rang desquelles les dépenses de personnel. Le résultat a été spectaculaire : En 2016 et 2017, pour la premiere fois de leur histoire, les dépenses du bloc local ont baissé. Cela mérite d'être salué car cela infirme l'idée selon laquelle les collectivités ne font que dépenser. 

Quelle serait la marche à suivre, eu égard à la situation actuelle, pour rétablir un équilibre satisfaisant ? 

On pourrait plaquer aux relations entre l'Etat et les collectivités locales la phrase qu'André Fontaine appliquait aux relations entre l'Union Soviétique et les États Unis selon laquelle ils dorment dans le même lit mais ne font pas les mêmes rêves. Dit autrement, l'Etat veut contrôler les collectivités depuis que l'Etat est en construction.Et puis, quelques petits rappels historiques permettent de remettre les choses en place. Tout d'abord, la principale des dotations aux collectivités a été créée en 1979. Les collectivités votent l'impôt depuis 1980, une année où la formation politique de l'ancien maire de Bordeaux avait voté... contre le budget de la majorité parlementaire à laquelle elle appartenait. Cette même dotation globale de fonctionnement a été réformée en 1986-88, dans un sens restreignant le pouvoir des collectivités, et alors que le ministre du budget s'appelait Alain Juppé. Cette toujours même dotation globale de fonctionnement a été refondue en 1994, sous le gouvernement d'Edouard Balladur dont l'un des piliers était ministre des affaires étrangères, quelques mois avant de devenir maire de Bordeaux. Pour prendre en compte le poids grandissant de l'intercommunalité. Quant au président de la République, il a souhaité que les collectivités s'engagent dans la maîtrise  des dépenses, en limitant la hausse des dépenses de fonctionnement à 1,2% par an. Certes. Mais il ne faut pas oublier que les collectivités concernées représentent  80% des budgets locaux. Seules les deux tiers ont signé. Et celles qui ont signé font des pieds et des mains pour retirer de l'assiette éligible... les depenses faites pour le compte de l'Etat. La boucle est bouclée : l'Etat demande de respecter une consigne tout en sachant qu'elle ne peut être respectée à la seule condition .... de ne pas prendre en compte les dépenses que le même État impose aux collectivités... en résumé, plus bel l'avis... de réforme de la fiscalité locale. Pour rétablir l'équilibre, l'Etat devrait arrêter de considérer les collectivités comme ses supplétifs. Et les collectivités doivent accepter qu'une réforme des finances locales qui concerne 60.000 acteurs locaux ne peut pas faire que des gagnants, dans le contexte de raréfaction  de l'argent public.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
caustik317
- 03/03/2019 - 03:29
Pourquoi
les dotations ont encore diminué en 2013 et la suite ? Parce que la gestion économique de Macron est une catastrophe pour le pays: un service national et "universel", totalement inutile ; 2fois 8 jours pour 8 Mds !! Une abolition mensongère, partielle: opération ridicule oû tout le monde est perdant, et qu'il faudra bien remplacer par un autre prélèvement !
Anouman
- 02/03/2019 - 12:29
Polémique...
Inutile qu'ils se chamaillent. Etat et collectivités sont tout aussi incompétents et prêts à gaspiller l'argent du contribuable.