En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Defcon

Inde-Pakistan : pourquoi les risques d’escalade militaire sont significatifs

Publié le 28 février 2019
La crise du Cachemire met aux prises deux puissances nucléaires. S'il n'y a pas de risque immédiat de guerre généralisée, la possibilité d'escalade est loin d'être nulle.
Directeur-adjoint à la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS).Spécialiste des questions stratégiquesDernier ouvrage paru : La revanche de l'Histoire, aux Editions Odile Jacob 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Tertrais
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Directeur-adjoint à la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS).Spécialiste des questions stratégiquesDernier ouvrage paru : La revanche de l'Histoire, aux Editions Odile Jacob 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise du Cachemire met aux prises deux puissances nucléaires. S'il n'y a pas de risque immédiat de guerre généralisée, la possibilité d'escalade est loin d'être nulle.

Atlantico: Dans le contexte actuel de tension entre Inde et Pakistan, comment évaluer les risques d'escalade ?

Bruno Tertrais : Ils sont significatifs, pour des raisons à la fois politiques et militaires.

Du côté indien, la pression de l’opinion et des milieux politiques est très forte. On estime volontiers que Delhi a trop longtemps été faible face à des provocations considérées comme ordonnées ou à tout le moins autorisées par Islamabad – ce qui reste à démontrer pour l’épisode cachemiri récent, mais peu importe. Et le BJP, le parti nationaliste qui est aux commandes, est en campagne électorale… La doctrine militaire indienne prévoit désormais un raid rapide et massif en territoire pakistanais en cas d’escalade.

Du côté pakistanais, ce sont les militaires sont aux commandes : le Premier ministre Imran Khan n’a pas la capacité de leur tenir tête. Or ils sont enclins à mettre de l’huile sur le feu. C’est très ostensiblement qu’a été annoncée hier (26 janvier) la tenue d’une réunion de la National Command Authority, qui contrôle les forces nucléaires…  

Dans ce cadre, la possession de l’arme nucléaire peut encourager des initiatives malencontreuses : on peut se sentir protégé « à l’ombre » de l’arsenal nucléaire.

Et il y a bien sûr le risque inhérent à toute crise : la mauvaise interprétation de l’intention adverse à un moment donné, le déficit d’information, les accidents non prévus… Bref le « brouillard de la guerre » cher à Clausewitz.

Or il y a, à l’inverse, peu de « freins » à l’escalade. Les Etats-Unis ont souvent joué un rôle clé, en faisant l’intermédiaire entre les deux capitales, en faisant pression sur le Pakistan, ou en leur faisant peur en évacuant leurs ambassades comme cela s’était passé en 2002. Pour l’instant, ils sont aux abonnés absents. Et leurs moyens de pression sur Islamabad sont plus limités aujourd’hui. L’Arabie saoudite pourrait être un médiateur utile mais il n’est pas sûr qu’elle ait le savoir-faire et l’expérience nécessaires. Quant à la Chine, elle joue un jeu prudent, mais s’abstient en tout cas de soutenir le Pakistan.  

 

Concernant la question nucléaire, quels sont les seuils d'engagement des deux pays, et comment évaluer la situation actuelle à l'aune de ces seuils ? 

Il y a une forte asymétrie entre les deux, qui découle largement des potentiels économiques et militaires classiques, ainsi que de facteurs géographiques.

Tout en restant assez vague, le Pakistan a fait savoir que si certains seuils étaient franchis – pénétration en profondeur des forces indiennes, dislocation de l’appareil militaire… - il n’hésiterait pas à employer l’arme nucléaire en premier, sans doute de manière limitée dans un premier temps, y compris, si nécessaire, sur le contingent blindé indien qui auraient pénétré sur son territoire.

L’Inde a, elle, une doctrine très rigide : si elle a affirmé depuis l’origine que, comme la Chine, elle aurait une doctrine de « non-emploi en premier », elle n’en a pas moins précisé les contours de son seuil nucléaire en 2003. Elle déclare que tout emploi de l’arme nucléaire, même de faible ampleur – sur ses forces au Pakistan, par exemple – déclencherait une riposte massive. Et ne s’interdit pas de riposter avec des armes nucléaires en cas d’emploi d’armes chimiques ou biologiques.

Ces doctrines comportent une large part d’affichage politique – et d’ailleurs Delhi et Islamabad ne croient pas nécessairement que la doctrine affichée de l’autre partie soit nécessairement la « vraie » doctrine qui serait appliquée en temps de guerre. D’ailleurs le non-emploi en premier est de plus en plus critiqué en Inde. Et les Pakistanais le voient…    

 

Alors que les deux pays détiennent l'arme nucléaire, dont le rôle est précisément de s'inscrire dans une logique de dissuasion, peut-on estimer en l'espèce que ces armes rempliront à nouveau ce rôle dans la crise actuelle ? 

J’avais écrit dès 2001, dans un ouvrage intitulé L’Asie nucléaire – qui était d’ailleurs le premier en Europe à traiter de l’ensemble de la problématique nucléaire asiatique – que ce que les stratèges appellent le « paradoxe de la stabilité-instabilité » jouerait probablement en Asie. Derrière cette expression abstraite se cache une thèse simple, inspirée du comportement des Américains et des Soviétiques au temps de la guerre froide : une fois deux Etats dotés de l’arme nucléaire, le risque de guerre majeure diminue (stabilité), mais le risque d’affrontement indirect ou d’escarmouches augmente (instabilité). C’est exactement ce qui s’est passé en Asie du sud, où les deux protagonistes semblent ne pas craindre l’escalade en raison du risque nucléaire.

On constate d’ailleurs que si les deux Etats ont agité le spectre du nucléaire à plusieurs reprises depuis 1998, ils ne semblent pas – en dépit de ce qui a parfois été dit dans la presse occidentale – qu’ils aient jamais mis leurs forces nucléaires en alerte. Ce qui est plutôt un signe de sagesse.

Mais s’il n’y a pas de risque immédiat de guerre nucléaire, l’excès de confiance en soi, qui caractérise les deux parties est toujours dangereux. On peut donc dire que si le risque d’une escalade vers le conflit à grande échelle est limité par la possession des armes nucléaires, il est loin d’être nul. Et que le risque nucléaire – l’échec de la dissuasion – dans un tel scénario, serait alors très fort.   

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
BienVu
- 28/02/2019 - 14:22
Je dirais même plus...
Excellent ! vraiment ! Un : Il nous change des sempiternels problèmes franco-français totalement insolubles, qui permettent aux "spécialistes" français de présenter encore et encore leurs critiques et leurs propositions (qui ne seront jamais mises à l'épreuve des faits). Et deux : quand il s'agit de questions aussi graves qu'une guerre nucléaire, les acteurs s'obligent à quelque prudence et les commentateurs rappellent régulièrement que rien n'est jamais assuré. On pourrait en prendre de la graine...
Benvoyons
- 28/02/2019 - 12:12
Excellent article !
Excellent!