En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"

06.

Coronavirus : l’après crise sera violente

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

ça vient d'être publié
décryptage > International
Le bon vieux temps ?

Coronavirus : où l’on apprend qu’en Afrique du Sud les heures les plus sombres de l’apartheid sont revenues…

il y a 30 min 33 sec
décryptage > International
Enseignements

Si l’union (européenne) fait la force, mais comment survivent la Corée du Sud, Taïwan… dans la compétition internationale ?

il y a 1 heure 7 min
décryptage > International
Règles strictes

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

il y a 1 heure 56 min
décryptage > France
Libertés publiques

Non la démocratie n’a pas été dissoute en France. Mais des questions sérieuses se posent sur l’État de droit

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 1er avril en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 4 min
light > Culture
Impact de l’affaire Matzneff
Jean-Marie Gustave Le Clézio décide de quitter le jury du Prix Renaudot
il y a 14 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Boussole" de Mathias Enard : un livre d’une érudition éblouissante

il y a 16 heures 29 min
pépites > International
Bataille de chiffres
Coronavirus : les autorités américaines estiment que la Chine a menti sur le nombre de morts et falsifié les chiffres
il y a 17 heures 10 min
pépites > Economie
Nouvelles demandes
Les Etats-Unis comptabilisent désormais 6,6 millions de chômeurs de plus en une semaine
il y a 18 heures 55 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
La droite réfléchit à sa stratégie de rebond, Valeurs Actuelles l’enfonce (en même temps que les autres); Marine Le Pen surfe sur la colère des réseaux sociaux, le gouvernement balance sur elle; Tracer sans fliquer ?; Tensions sur l’approvisionnement
il y a 20 heures 20 min
décryptage > Science
Prouesse

Super décodeur : une machine réussit désormais à traduire des ondes cérébrales en phrases

il y a 48 min 35 sec
décryptage > Politique
Premier ministre face à la crise

Edouard Philippe joue la carte de l'humilité (et s'avère meilleur acteur qu'Emmanuel Macron)

il y a 1 heure 41 min
décryptage > High-tech
Confiance

Espionnage et renseignement par temps de Coronavirus (ou comment ne pas rater informations et matériels essentiels quand il faut même se méfier de ses alliés)

il y a 2 heures 13 min
pépites > Politique
Lucidité
Baccalauréat, confinement, élections municipales, pénurie de masques : les principales annonces d’Edouard Philippe sur TF1 sur la crise du coronavirus
il y a 12 heures 18 min
pépites > Terrorisme
Rebondissement
Meurtre de Daniel Pearl : le Pakistan annule la peine de mort d’Omar Sheikh, le citoyen britannique condamné
il y a 13 heures 55 min
light > Science
Découvertes scientifiques
Selon des chercheurs allemands, l'Antarctique était recouvert d'une forêt luxuriante qui abritait des dinosaures
il y a 15 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le grand écart, Chronique d’une démocratie fragmentée" de Pascal Perrineau : une analyse en profondeur des revendications et colères sociales

il y a 16 heures 44 min
pépites > Défense
Ennemi invisible
Opération Barkhane : quatre soldats français ont été contaminés par le coronavirus
il y a 18 heures 29 min
pépites > Europe
"Mea Culpa"
Coronavirus : la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'excuse auprès de l'Italie
il y a 20 heures 14 sec
pépites > Santé
Chiffres inquiétants
Covid-19 : 570 décès auraient déjà été enregistrés dans les Ehpad depuis le début de l'épidémie dans le Grand Est
il y a 20 heures 52 min
© Reuters
© Reuters
Defcon

Inde-Pakistan : pourquoi les risques d’escalade militaire sont significatifs

Publié le 28 février 2019
La crise du Cachemire met aux prises deux puissances nucléaires. S'il n'y a pas de risque immédiat de guerre généralisée, la possibilité d'escalade est loin d'être nulle.
Directeur-adjoint à la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS).Spécialiste des questions stratégiquesDernier ouvrage paru : La revanche de l'Histoire, aux Editions Odile Jacob 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Tertrais
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Directeur-adjoint à la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS).Spécialiste des questions stratégiquesDernier ouvrage paru : La revanche de l'Histoire, aux Editions Odile Jacob 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise du Cachemire met aux prises deux puissances nucléaires. S'il n'y a pas de risque immédiat de guerre généralisée, la possibilité d'escalade est loin d'être nulle.

Atlantico: Dans le contexte actuel de tension entre Inde et Pakistan, comment évaluer les risques d'escalade ?

Bruno Tertrais : Ils sont significatifs, pour des raisons à la fois politiques et militaires.

Du côté indien, la pression de l’opinion et des milieux politiques est très forte. On estime volontiers que Delhi a trop longtemps été faible face à des provocations considérées comme ordonnées ou à tout le moins autorisées par Islamabad – ce qui reste à démontrer pour l’épisode cachemiri récent, mais peu importe. Et le BJP, le parti nationaliste qui est aux commandes, est en campagne électorale… La doctrine militaire indienne prévoit désormais un raid rapide et massif en territoire pakistanais en cas d’escalade.

Du côté pakistanais, ce sont les militaires sont aux commandes : le Premier ministre Imran Khan n’a pas la capacité de leur tenir tête. Or ils sont enclins à mettre de l’huile sur le feu. C’est très ostensiblement qu’a été annoncée hier (26 janvier) la tenue d’une réunion de la National Command Authority, qui contrôle les forces nucléaires…  

Dans ce cadre, la possession de l’arme nucléaire peut encourager des initiatives malencontreuses : on peut se sentir protégé « à l’ombre » de l’arsenal nucléaire.

Et il y a bien sûr le risque inhérent à toute crise : la mauvaise interprétation de l’intention adverse à un moment donné, le déficit d’information, les accidents non prévus… Bref le « brouillard de la guerre » cher à Clausewitz.

Or il y a, à l’inverse, peu de « freins » à l’escalade. Les Etats-Unis ont souvent joué un rôle clé, en faisant l’intermédiaire entre les deux capitales, en faisant pression sur le Pakistan, ou en leur faisant peur en évacuant leurs ambassades comme cela s’était passé en 2002. Pour l’instant, ils sont aux abonnés absents. Et leurs moyens de pression sur Islamabad sont plus limités aujourd’hui. L’Arabie saoudite pourrait être un médiateur utile mais il n’est pas sûr qu’elle ait le savoir-faire et l’expérience nécessaires. Quant à la Chine, elle joue un jeu prudent, mais s’abstient en tout cas de soutenir le Pakistan.  

 

Concernant la question nucléaire, quels sont les seuils d'engagement des deux pays, et comment évaluer la situation actuelle à l'aune de ces seuils ? 

Il y a une forte asymétrie entre les deux, qui découle largement des potentiels économiques et militaires classiques, ainsi que de facteurs géographiques.

Tout en restant assez vague, le Pakistan a fait savoir que si certains seuils étaient franchis – pénétration en profondeur des forces indiennes, dislocation de l’appareil militaire… - il n’hésiterait pas à employer l’arme nucléaire en premier, sans doute de manière limitée dans un premier temps, y compris, si nécessaire, sur le contingent blindé indien qui auraient pénétré sur son territoire.

L’Inde a, elle, une doctrine très rigide : si elle a affirmé depuis l’origine que, comme la Chine, elle aurait une doctrine de « non-emploi en premier », elle n’en a pas moins précisé les contours de son seuil nucléaire en 2003. Elle déclare que tout emploi de l’arme nucléaire, même de faible ampleur – sur ses forces au Pakistan, par exemple – déclencherait une riposte massive. Et ne s’interdit pas de riposter avec des armes nucléaires en cas d’emploi d’armes chimiques ou biologiques.

Ces doctrines comportent une large part d’affichage politique – et d’ailleurs Delhi et Islamabad ne croient pas nécessairement que la doctrine affichée de l’autre partie soit nécessairement la « vraie » doctrine qui serait appliquée en temps de guerre. D’ailleurs le non-emploi en premier est de plus en plus critiqué en Inde. Et les Pakistanais le voient…    

 

Alors que les deux pays détiennent l'arme nucléaire, dont le rôle est précisément de s'inscrire dans une logique de dissuasion, peut-on estimer en l'espèce que ces armes rempliront à nouveau ce rôle dans la crise actuelle ? 

J’avais écrit dès 2001, dans un ouvrage intitulé L’Asie nucléaire – qui était d’ailleurs le premier en Europe à traiter de l’ensemble de la problématique nucléaire asiatique – que ce que les stratèges appellent le « paradoxe de la stabilité-instabilité » jouerait probablement en Asie. Derrière cette expression abstraite se cache une thèse simple, inspirée du comportement des Américains et des Soviétiques au temps de la guerre froide : une fois deux Etats dotés de l’arme nucléaire, le risque de guerre majeure diminue (stabilité), mais le risque d’affrontement indirect ou d’escarmouches augmente (instabilité). C’est exactement ce qui s’est passé en Asie du sud, où les deux protagonistes semblent ne pas craindre l’escalade en raison du risque nucléaire.

On constate d’ailleurs que si les deux Etats ont agité le spectre du nucléaire à plusieurs reprises depuis 1998, ils ne semblent pas – en dépit de ce qui a parfois été dit dans la presse occidentale – qu’ils aient jamais mis leurs forces nucléaires en alerte. Ce qui est plutôt un signe de sagesse.

Mais s’il n’y a pas de risque immédiat de guerre nucléaire, l’excès de confiance en soi, qui caractérise les deux parties est toujours dangereux. On peut donc dire que si le risque d’une escalade vers le conflit à grande échelle est limité par la possession des armes nucléaires, il est loin d’être nul. Et que le risque nucléaire – l’échec de la dissuasion – dans un tel scénario, serait alors très fort.   

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"

06.

Coronavirus : l’après crise sera violente

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
BienVu
- 28/02/2019 - 14:22
Je dirais même plus...
Excellent ! vraiment ! Un : Il nous change des sempiternels problèmes franco-français totalement insolubles, qui permettent aux "spécialistes" français de présenter encore et encore leurs critiques et leurs propositions (qui ne seront jamais mises à l'épreuve des faits). Et deux : quand il s'agit de questions aussi graves qu'une guerre nucléaire, les acteurs s'obligent à quelque prudence et les commentateurs rappellent régulièrement que rien n'est jamais assuré. On pourrait en prendre de la graine...
Benvoyons
- 28/02/2019 - 12:12
Excellent article !
Excellent!