En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 21 min 26 sec
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 3 heures 46 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 4 heures 28 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 4 heures 58 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 5 heures 44 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les dividendes 2020 seront aussi confinés : les dirigeants politiques veillent au grain, par démagogie ou par nécessité

il y a 6 heures 31 min
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 18 heures 24 min
pépites > International
Israel
Coronavirus: Benjamin Netanyahu placé en quarantaine
il y a 1 jour 11 min
décryptage > International
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Les Virus, l’économie, les politiques et la mort. Premières leçons de la gestion de la pandémie

il y a 1 jour 1 heure
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 54 min 40 sec
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 2 heures 10 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 4 heures 14 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 4 heures 43 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 5 heures 16 min
décryptage > Politique
Certitudes

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

il y a 6 heures 9 min
décryptage > Santé
Gestion de crise

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

il y a 6 heures 43 min
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 23 heures 27 min
Les marques sont elles aussi solidaires
Coca-Cola et d'autres marques créent des logos de «distance sociale»
il y a 1 jour 23 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Le cauchemar

il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
© Reuters
Très cher baril

Hausse de 30% des prix du pétrole en quelques semaines : le retour du déclencheur de la crise des Gilets jaunes ?

Publié le 28 février 2019
Depuis la fin du mois de décembre 2018, les prix du pétrole, après une baisse considérable lors des mois précédents, a entamé une nouvelle hausse qui atteint aujourd’hui 30%, passant de 50 dollars le baril à 65 dollars en quelques semaines.
Francis Perrin a travaillé pendant plusieurs années comme journaliste et consultant indépendant sur l’énergie et les matières premières. Il est chercheur associé au Policy Center for the New South (Rabat) et directeur de recherche à l'IRIS (Paris).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Favennec est un spécialiste de l’énergie et en particulier du pétrole et professeur à l’Ecole du Pétrole et des Moteurs, où il a dirigé le Centre Economie et Gestion. Il a publié plusieurs ouvrages et de nombreux articles sur des sujets...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Perrin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Perrin a travaillé pendant plusieurs années comme journaliste et consultant indépendant sur l’énergie et les matières premières. Il est chercheur associé au Policy Center for the New South (Rabat) et directeur de recherche à l'IRIS (Paris).
Voir la bio
Jean-Pierre Favennec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Favennec est un spécialiste de l’énergie et en particulier du pétrole et professeur à l’Ecole du Pétrole et des Moteurs, où il a dirigé le Centre Economie et Gestion. Il a publié plusieurs ouvrages et de nombreux articles sur des sujets...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis la fin du mois de décembre 2018, les prix du pétrole, après une baisse considérable lors des mois précédents, a entamé une nouvelle hausse qui atteint aujourd’hui 30%, passant de 50 dollars le baril à 65 dollars en quelques semaines.

Atlantico: Comment expliquer une telle variation dans un temps aussi réduit ? 

Francis Perrin : Cette forte remontée des prix s'explique par la conjonction de quelques facteurs clés:

  • L'OPEP (14 pays) et dix pays non-OPEP dont la Russie ont commencé à réduire leur production pétrolière à partir du 1er janvier 2019. L'objectif est de retirer 1,2 million de barils par jour (b/j) du marché, dont 800 000 b/j par l'OPEP et 400 000 b/j par les pays non-OPEP.
  • Du fait des sanctions américaines, les exportations de pétrole de l'Iran devraient continuer à baisser à l'avenir.
  • L'économie du Venezuela continue à s'effondrer et sa production pétrolière devrait encore baisser en 2019.
  • Les marchés pétroliers sont actuellement assez optimistes sur l'évolution des négociations commerciales entre les deux plus grandes puissances mondiales, les Etats-Unis et la Chine. Un accord entre ces deux pays éloignerait le risque d'une guerre commerciale et serait positif pour la croissance économique mondiale et, donc, pour la consommation pétrolière.
  • Les stocks pétroliers ont fortement baissé aux Etats-Unis au cours de la semaine dernière, ce qui a eu un impact haussier sur les cours de l'or noir.

 

Jean-Pierre Favennec : Le prix du pétrole a considérablement augmenté à partir de l'été jusqu'au début d'octobre. Cette augmentation était liée à la crainte des opérateurs qui anticipaient les sanctions américaines sur l'Iran à la suite de la décision de Donald Trump de se retirer de l'accord sur le nucléaire et de remettre en place les sanctions sur Téhéran. Les sanctions qui devaient conduire à un arrêt des exportations de brut iraniennes devaient entrer en vigueur le 5 novembre, à la veille des élections de midterm aux Etats Unis qui ont eu lieu le 6 novembre. Pour éviter une hausse trop forte du prix de l'essence qui aurait eu des effets très négatifs sur l'électorat, Donald Trump a  fait pression sur l'Arabie Saoudite (affaiblie par l'affaire Kashoggi) et sur la Russie pour que ces deux grands producteurs augmentent leur production. En outre et à la surprise de beaucoup, le Président américain a accordé des exemptions, a permis aux grands importateurs de brut iranien de continuer (en principe pour 6 mois) à s'approvisionner en brut iranien.

Le prix du brut a alors chuté de 85 à 50 dollars par baril, un prix insuffisant pour les pays producteurs qui ont progressivement ajusté leur production de manière à faire remonter les prix au niveau actuel qui apparaît satisfaisant à la Russie par exemple.

 

Alors que les prix à la pompe, en France, avaient été l’élément déclencheur de la crise des Gilets jaunes, quel est aujourd’hui le risque de voir ces mêmes prix retrouver des niveaux "contraignants" pour les consommateurs français ? 

Francis Perrin : L'augmentation des prix du pétrole brut depuis le début de l'année a d'ores et déjà entraîné une hausse des prix des carburants à la pompe. Pour l'instant, on est encore loin des prix du brut constatés au début octobre 2018, peu de temps avant le début du mouvement des ''Gilets jaunes'' en France. Le pétrole Brent de la mer du Nord était alors monté jusqu'à $85 par baril environ. Le 26 février en fin de journée, ce prix était de $66/b. Mais la hausse actuelle des cours n'est clairement pas une bonne nouvelle pour les autorités françaises même si celles-ci ont renoncé à l'augmentation des taxes sur les carburants qui était prévue au 1er janvier 2019. On comprend aisément la grande prudence du président Emmanuel Macron sur la taxe carbone. Le sujet est potentiellement explosif.

 

Jean-Pierre Favennec : Le gouvernement a renoncé aux augmentations de taxes (taxe carbone) destinées à augmenter les prix et à réduire les consommations donc les émissions de gaz à effet de serre. Néanmoins les augmentations du prix du baril se traduisent automatiquement par une augmentation de plusieurs centimes d'euros du prix du litre d'essence ou de gazole. Dans la mesure où le prix du baril ne devrait pas augmenter trop rapidement dans les prochains mois, les prix des carburants pourraient rester stables.

Le gouvernement, conscient de l'impact d'une hausse des prix des carburants sur les consommateurs, étudie la possibilité d'une "taxe flottante". La taxe dite TICE (Taxe intérieure sur les consommations énergétiques) qui représente environ 60 % du prix des carburants pourrait être réduite quand le prix du pétrole augmente

 

Peut-on d'ores et déjà anticiper les évolutions à court moyen terme des prix du baril, pour anticiper également ce qui pourrait se produire au niveau du consommateur final ? 

Francis Perrin : Il est impossible de prévoir les prix du pétrole et, ce, même à court terme. Par contre, on peut mettre en évidence les principaux facteurs qui auront une influence significative sur les prix. Les éléments haussiers sont notamment l'augmentation de la consommation pétrolière mondiale, l'évolution de la production de l'OPEP, les difficultés auxquelles font face l'Iran et le Venezuela et les tensions au Moyen-Orient. Le principal facteur baissier est l'accroissement continu de la production de pétrole brut des Etats-Unis, qui vient de dépasser les 12 millions de b/j. Ce pays, qui est devenu le premier producteur mondial de brut devant la Russie et l'Arabie Saoudite, devrait poursuivre cette impressionnante progression en 2019 et 2020. Entre ces facteurs haussiers et baissiers, il y a les incertitudes sur la croissance économique mondiale, les négociations commerciales et un certain nombre d'évolutions géopolitiques.

Le prix du Brent s'est établi à $71/b en moyenne sur l'année 2018, son niveau le plus élevé depuis 2014. L'année 2019 a commencé assez fort mais les jeux ne sont pas faits.

 

Jean-Pierre Favennec : Le prix actuel du pétrole semble raisonnable pour les prochains mois. A plus long terme il ne faut pas oublier que la consommation de pétrole continue à augmenter dans les pays émergents alors que les investissements dans le secteur de la production ont considérablement chuté depuis 2014 date de la chute du prix du pétrole de plus de 100 à moins de 50 dollars par baril quelques mois plus tard. Ce manque d'investissements ne permet pas de renouveler les installations de production au niveau nécessaire pour maintenir et accroître la production. Une augmentation modérée des prix est donc possible

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires