En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© ATTA KENARE / AFP
A droite toute
Que signifie la demande de démission du Ministre iranien des affaires étrangères ?
Publié le 27 février 2019
Lundi soir, Mohammad Javad Zarif, le ministre des Affaires étrangères iranien a remis sa démission. Si le président Hassan Rohani a rejeté cette demande, cette démission symbolise un possible changement de cap dans la politique iranienne.
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lundi soir, Mohammad Javad Zarif, le ministre des Affaires étrangères iranien a remis sa démission. Si le président Hassan Rohani a rejeté cette demande, cette démission symbolise un possible changement de cap dans la politique iranienne.

Lundi soir à minuit, heure de Téhéran, par l’intermédiaire d’un message publié sur Instagram (qui ordinairement est interdit aux iraniens), Javad Zarif, le Ministre des affaires étrangères de l’Iran a annoncé sa démission. Il semble qu’il s’agit d’une décision murement réfléchie et pas simplement la traduction d’une colère. En effet, signe précurseur de cette décision, il était absent lors de la rencontre surprise, de ce jour, entre le président iranien et son homologue syrien, Bachar Al-Assad. Cette demande de démission est loin d’être banale. Zarif était quasiment le numéro deux du gouvernement iranien et l’architecte principal de l’accord nucléaire du 14 juillet 2015. En effet, alors que cet accord était mort-né dès sa signature du fait du maintien des sanctions américaines non liées au nucléaire et fut définitivement enterré avec le retrait américain le 5 mai dernier,  Zarif a toujours soutenu l’idée que sa signature a mis un terme à l’ostracisme international de l’Iran.

Il n’en demeure pas moins que, ce faisant, le ministre des affaires étrangères iranien a uni contre lui le front du refus, le front de ceux qui ne voulaient pas que l’Iran réintègre la communauté internationale ni que le marché iranien s’ouvre à des investisseurs étrangers. Les durs du régime ont toujours vu en lui leur bête noire. Ils n’ont cessé de lui reprocher que l’accord nucléaire n’a rien apporté à l’Iran et que de vaines promesses d’ouverture économique du pays grace aux investissements occidentaux ont poussé l’Iran d’abandonner, à tort, cent milliards de dollars d’investissements dans son industrie nucléaire. Il est vrai que l’accord n’a pas livré ses promesses. Au lieu des centaines de milliards d’investissement que l’Iran aurait dû recevoir, le pays n’en a reçu que quelques milliards dans les deux ans qui ont suivi sa signature. Avec l’élection de Donald Trump et le retrait américain, au mois de mai dernier, les quelques miettes annoncées se sont évaporées et l’Iran s’est retrouvé dans une situation pire que celle que le pays a connu avant la transposition des sanctions internationales.

Le refus de l’Iran de transposer dans son droit interne les dispositions du Gafi (groupe d’action financière) visant à combattre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme a dû rajouter au sentiment de frustration et au désespoir du ministre exaspéré qui considérait, à juste titre, qu’une telle démarche était nécessaire en vue d’assurer l’intégration des banques iraniennes dans le système financier international. Or, les conservateurs iraniens considèrent que du fait du maintien des sanctions américaines sur les échanges en USD, Gafi ou pas, le système financier iranien ne se connecterait pas au système bancaire et financier international et que l’heure des compromis avec l’occident est désormais révolue.

Cette démission, pour l'instant refusée par le Président iranien, marquerait incontestablement un tournant majeur dans la diplomatie iranienne. Le départ d’un des principaux personnages de l’Etat iranien, de la branche dite modérée et pragmatique, signifierait que la ligne dure a emporté la victoire. Le choix de son successeur ne manquera pas de donner les indications nécessaires dans ce sens. Depuis quelques mois déjà, on constate l’arrivé des conservateurs à des postes de responsabilité. Ainsi, on a vu Sadegh Larijani, un pur conservateur, prendre outre la présidence du conseil de discernement de l’intérêt du régime qui est une sorte de conseil constitutionnel, la direction du système judiciaire iranien.

Avec le départ de Zarif, la politique de main tendue envers l’occident prendrait fin. Dans ce cas, il est fort à parier que le pouvoir iranien s’engagerait dans un virage serré à droite, de manière à opposer un front à tout le moins aussi agressif face à un Benjamin Netanyahu belliqueux et un Donald Trump hostile.

Le bruit des bottes devient de plus en plus audible…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Un bilan dont il “n’y a pas à rougir” : radioscopie des performances économiques de la France depuis l’élection d’Emmanuel Macron
07.
Cancer : Non, on ne peut pas affamer les cellules malades, mais il est possible d’optimiser son alimentation
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
06.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 28/02/2019 - 10:03
Degré, Probabilité, Tactique
Mon texte d'hier est tout simplement un analyse ''au premier degré'' de l'information qui nous est donnée !
C'est tellement simple et évident que cela me paraît incontestable !

Après, il y a le deuxième, et même le troisième degré, et les suivants.
Un président des États-Unis est tout de même mieux informé qu'un simple particulier.
La question essentielle, c'est : depuis le temps que dure cette histoire, n'est-il pas probable que l'Iran dispose dès maintenant de la capacité matérielle de déclencher une guerre nucléaire ?

La tactique de Trump serait alors de faire comprendre au peuple iranien l'extrême urgence de se débarrasser de leurs dirigeants religieux, qui risquent, un jour prochain, de presser (par inadvertance ?) sur le ''bouton rouge'' ?
Marie-E
- 27/02/2019 - 20:06
Ganesha
Ce serait bien si vous arrêtiez d'écrire n'importe quoi
Ganesha
- 27/02/2019 - 16:47
Trump
En fait, il s'agit d'un pas en direction d'une guerre nucléaire entre l'Iran et Israël.

Et Trump est directement responsable de cette évolution. Est-il conscient du risque ?