En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© REUTERS/Stephane Mahe
Conservatisme

Blocage de grands projets, le symptôme d’une nation qui a peur d’avancer

Publié le 21 février 2019
Depuis une vingtaine d’années en France, chaque projet d’investissement public ou privé -initialement soutenu par les Elus - se voit entravé par des mécanismes similaires. Le symptôme d’une nation qui n’a toujours pas fait l’aggiornamento de ses erreurs stratégiques en économie.
Marcel Kuntz est biologiste, directeur de recherche au CNRS. Ses propos n'engagent pas son employeur. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marcel Kuntz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marcel Kuntz est biologiste, directeur de recherche au CNRS. Ses propos n'engagent pas son employeur. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis une vingtaine d’années en France, chaque projet d’investissement public ou privé -initialement soutenu par les Elus - se voit entravé par des mécanismes similaires. Le symptôme d’une nation qui n’a toujours pas fait l’aggiornamento de ses erreurs stratégiques en économie.

C’est une pièce de théâtre politico-médiatico-judiciaire déjà vue. Le décor ? Une innovation ou un projet d’équipement, un financement acquis, un environnement politique initialement favorable. Les acteurs ? Des entrepreneurs, des responsables politiques et … des militants autoproclamés défenseurs de l’environnement et représentants des « citoyens ». Les dialogues ? Forcément de sourds puisque les activistes décrètent unilatéralement le projet « inutile » et « dangereux ». La mise en scène ? Idéologiquement prévisible : négation de la notion de progrès, nouveauté devenue synonyme de risque, conception fixiste d’une nature déifiée, passé mythifié (souvent via une agriculture idéalisée). Les médias et les juges entrent rapidement en scène. Les premiers souvent complaisants avec les opposants ; les seconds saisis dans le feuilleton des moult recours possibles pour entraver le projet.

Après le lâche abandon de Notre-Dame-des-Landes, la dernière pièce en date est-elle Europacity, le gigantesque espace culturel et de loisir qui doit ouvrir aux portes de Paris dans les prochaines années ? Un investissement privé, mais décidé par la puissance publique, qui souhaite développer économiquement un territoire en difficulté, le Val-d’Oise, tout en répondant à la saturation touristique de la capitale. Les opposants à Europacity sont déjà prêts, avec les mêmes têtes d’affiche, les mêmes mouvements politiques, les mêmes réseaux associatifs. Soyons clair : je n’ai pas d’opinion définitive sur ce projet. Je constate simplement que cela fait trente ans que céder aux opposants a conduit les entreprises et l’État à faire des erreurs stratégiques considérables.

En 1981, le nouveau gouvernement socialiste cédait une première fois à la pression de la « société civile » en abandonnant le projet de centrale nucléaire à Plogoff, dans le Finistère. Résultat ? Aujourd’hui, la région Bretagne est toujours déficitaire dans sa production d’électricité, faisant reposer sa consommation énergétique sur le reste du parc nucléaire français, voire sur des centrales à charbon.

Même scénario à propos de la centrale nucléaire à neutrons rapides Superphénix de Creys-Malville, dans l’Isère. La France faisait alors partie des leaders mondiaux dans cette technique de production énergétique. Après une mobilisation des militants écologistes, des années d’atermoiements politiques, la centrale est piteusement transformée en laboratoire de recherche, puis fermé en 1997. Aujourd’hui, la France a accumulé des décennies de retard technologique dans ce domaine tandis que des pays comme la Chine et la Russie ont poursuivi la filière des réacteurs à neutrons rapides, plus économes en uranium que les autres modèles de centrales.

Rappelons aussi le cas des OGM, qui bénéficient en France d’une image déplorable depuis le milieu des années 90, sous les coups de communication efficace des lobbies de l’écologie politique. Après un soutien politique initial, suivi de reculs, c’est finalement Nicolas Sarkozy en 2008 puis François Hollande en 2014 qui scelleront l’interdiction des cultures OGM sur le sol français. Quand le principe de précaution vire à l’absurde : la France est désormais en retard sur la recherche sur les biotechnologies végétales, ce qui était encore son point fort il y a une trentaine d’années. Ce qui n’empêche pas la France d’autoriser la commercialisation et la consommation de médicaments fabriqués à base d’OGM, comme l’insuline. Aujourd’hui, les États-Unis et la Chine sont désormais en pointe dans ce domaine de recherche incontournable dans le domaine alimentaire ou médical. Par dogmatisme, Paris est désormais à la remorque scientifique et économique de Washington et Pékin. Belle réussite !

Cette liste non exhaustive démontre à quel point une minorité active, en surfant sur les peurs et profitant de l’inculture scientifique, technique, économique des Français, fait peser sur la nation et les générations suivantes un véritable fardeau. Nous sommes devenus une nation qui a oublié que la puissance technologique est avant tout gage de liberté : liberté de la Nation, souveraineté de l’État, protection de la liberté des individus. Inversement, les peuples asservis sont ceux qui n’ont pas pu, ou qui n’ont pas su, développer à temps un pouvoir scientifique et économique suffisant.

D’un point de vue industriel, sur les grands enjeux du numérique, dans le domaine médical, la France accumule depuis 30 ans un retard considérable. La nation de Descartes et d’Auguste Comte abandonne la raison et la confiance dans le progrès humain pour une peur panique incarnée par le principe de précaution et par un déferlement ininterrompu de normes et règlements bloquant toute perspective d’avenir. Face aux GAFAM, face aux États-Unis, face à la Chine, les nations européennes, et en premier lieu la France, doivent reprendre en main leur destinée économique et technologique.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

02.

Finale de la CAN : 48% des Français pensent qu'il est normal pour des personnes d'origine algérienne de manifester leur joie et leur attachement à leur pays lors des victoires de l'Algérie en football

03.

Le pape François a transmis un message "très touchant" à Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert

04.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Contamination au tritium des rivières françaises : anatomie d’une opération destinée à générer une peur infondée sur le nucléaire

07.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 21/02/2019 - 13:53
espérance
Ne désespérez pas, Monsieur Kuntz. Quand le Président Macron aura liquidé la lèpre populiste, rétabli l'autorité de Bruxelles et fini d'étrangler les Gilets jaunes, tout reviendra comme avant et en mieux, même en beaucoup mieux.