En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

03.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

06.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

07.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

03.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 5 heures 24 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 6 heures 37 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 7 heures 24 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 8 heures 19 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 9 heures 32 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 9 heures 58 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 2 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 4 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 5 heures
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage au personnel soignant
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 5 heures 54 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 7 heures 1 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 7 heures 48 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 9 heures 1 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 9 heures 43 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 1 heure
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 2 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 4 heures
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 1 jour 6 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 1 jour 8 heures
© MEHDI FEDOUACH / AFP
© MEHDI FEDOUACH / AFP
Qu'importe le flacon

Comment les bouteilles réutilisables design sont devenues l’objet fétiche d’une génération

Publié le 18 février 2019
Des gourdes pour remplacer les bouteilles d'eau et lutter contre la pollution plastique? C'est la nouvelle tendance qui a émergé aux Etats-Unis et bientôt dans la France des métropoles.
Benoît Heilbrunn
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Heilbrunn est professeur de marketing à l’ESCP Europe. Il enseigne également à l’IFM et au CELSA. Consultant en stratégie de marque, il est notamment l’auteur de "Je consomme donc je suis?" (Nathan, 2013).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des gourdes pour remplacer les bouteilles d'eau et lutter contre la pollution plastique? C'est la nouvelle tendance qui a émergé aux Etats-Unis et bientôt dans la France des métropoles.

Atlantico : Aux Etats-Unis comme en France, le phénomène des gourdes pour remplacer les bouteilles d'eau semble maintenant bien ancré dans les habitudes des populations des grandes métropoles riches. Pourtant, l'eau est un bien facilement accessible dans ces zones. En quoi cet achat qui paraît "inutile" est-il emblématique de l'époque contemporaine ?

Benoît Heilbrunn : Je vous confirme que je vois dans les salles de cours de plus en plus de gourdes en plastiques… et de moins d’ordinateurs Apple (même si les deux phénomènes n’ont a priori rien à voir). La gourde en plastique illustre un certain nombre de paradoxes et de contradictions l’époque contemporaine.

Elle illustre tout d’abord l’ingéniosité du capitalisme et des marques pour créer de la valeur économique à partir des marchandises qui sont à l’origine des commodités. C’est ce que l’on appelle le processus de décommodification qui renvoie au fait de s’abstraire du caractère brut et indifférencié d’une marchandise pour projeter du sens, de l’émotion et in fine capturer davantage de valeur économique. C’est ce qui se passe quand on vend non plus du café en vrac, mais sous forme d’un produit packagé, de service voire d’expérience. Or force est de constater que les marques sont capables de décommodifier n’importe quoi afin d’en extraire une rente économique. L’eau en est une magnifique illustration.

Beaucoup sont prêts à payer 5 ou 10 fois le prix de référence de la catégorie pour acheter une bouteille dont la marque leur promet la vitalité, la jeunesse éternelle  ou encore d’être leur partenaire minceur. L’élasticité du prix est donc très importante dans cette catégorie, si bien qu’il est possible de vendre de l’eau plusieurs centaines d’euros le litre, à partir du moment où on lui donne une autre signification culturelle et symbolique en l’appelant par exemple non plus de l’eau mais un produit cosmétique. Libre alors aux marques de la positionner dans l’esprit des clients comme du caviar pour la peau ou comme son meilleur allié contre la vieillesse. Tout est donc une question de manipulation des perceptions. L’industrie agro-alimentaire fait en sorte depuis des décennies de décrédibiliser l’eau du robinet pour nous vendre des eaux minérales, des sodas qui sont des substituts permettant de multiplier la valeur économique par plusieurs centaines. N’oublions pas qu’une bouteille d’eau processée (c’est-à-dire de l’eau du robinet dont on enlève le goût de chlore et dans laquelle on peut rajouter des vitamines ou autres substances) est vendue de l’ordre de 4000 fois le prix de l’eau potable.

Mais la gourde d’eau illustre également notre rapport très ambivalent à l’égard du plastique. Rappelons-nous de ce que disait Roland Barthes du plastique dans ses Mythologies. Il rappelait que derrière des noms de berger grec (Polystyrène, Polyvinyle, Polyéthylène) se cachait une substance proprement alchimique. Il montrait que davantage qu'une substance, le plastique était l'idée même de sa transformation infinie ou pour le dire plus exactement « l'ubiquité rendue visible ». Toujours selon Barthes, il est une « matière miraculeuse » qui « est moins objet que trace d'un mouvement ». Le plastique qui était glorifié il y a 50 ans quand Barthes écrivait ses Mythologies est aujourd’hui honni, du moins dans sa version jetable. Le plastique est devenu l’ennemi à abattre, celui qui est responsable de la pollution des mers, de l’étouffement des poissons, etc. Les individus semblent avoir enfin compris que nous vivons dans une démocratie carbone qui a pratiquement tout plastifié. C’est pourquoi on ne peut s’extraire à court terme du plastique et qu’il importe de lui trouver des usages qui soient déculpabilisants. C’est exactement ce qu’emblématise la gourde en plastique qui permet d’envisager le plastique dans sa dimension durable et de redonner ainsi une certaine forme d’innocence à cette matière. 

Et puis notre époque est aussi celle qui aime les paradoxes et c’est pourquoi les pratiques de consommation qui illustrent l’imaginaire de notre époque intègre des contradictions. L’une des ces contradictions consiste à considérer que quelque chose qui est a priori inutile est en fait très utile. L’utilité de l’inutile est d’ailleurs le titre d’un ouvrage (excellent d’ailleurs) de Nuccio Ordine qui a eu un énorme succès dans plusieurs pays. Même si le propos de l’auteur est de revaloriser les pans entiers de la culture et de l’apprentissage qui sont délaissés par le culture marchande car considérés comme non profitables (ce qui est le principe clé de l’utilité dans notre société), on peut appliquer cette idée aux pratiques de consommation. C’est d’ailleurs le rôle des marques de nous convaincre que quelque chose qui peut apparaître inutile revêt en fait une forte utilité sociale.

Cet achat est souvent lié à des préoccupations environnementales : quelle est la part de cette préoccupation dans les nouveaux phénomènes de consommation ?

Cet achat s’appuie évidemment sur la culpabilité qui est un insight majeur de notre société judéo-chrétienne. N’oublions pas le rôle de l’Eglise dans la création et la diffusion de cette technologie puissante qu’est le marketing. La culpabilité est avec la paresse et le narcissisme le principal moteur consommatoire des sociétés occidentales. De même que l’économie du bonheur s’appuie sur une responsabilisation des individus quand au fait de se sentir malheureux, de nombreuses industries ont compris que la responsabilisation des individus permet d’oblitérer leur responsabilité dans le processus de saccage des ressources naturelles et de pollution lié au processus de fabrication de produits qui sont pour la plupart inutiles et fortement substituables. Ainsi l’assèchement de certaines nappes phréatiques pour fabriquer des sodas et la dépendance des consommateurs mexicains à The Coca-Cola Company pour pouvoir accès à de l’eau. Le fait de se doter d’une gourde est perçu par  beaucoup comme un acte malin qui permet de ne pas dépendre des marques vendues dans les distributeurs automatiques. Mais cette pratique est aussi liée à une évolution des rituels de consommation. Je pense notamment à la ritualisation de la consommation d’eau qui a été largement initiée par le marketing  des marques d’eau embouteillée. L’industrie s’évertue à nous faire consommer plus souvent et donc à boire de l’eau tout au long de la journée et plus seulement au moment des repas. D’où l’idée de cette gourde qui devient un petit compagnon du quotidien.

Le succès de Marie Kondo, essayiste japonaise spécialisée dans le rangement et le développement personnel, semble indiquer que le fait d'avoir un récipient pour chaque chose a pris culturellement de l'importance. L'engouement pour les- gourdes fait-il partie de ce phénomène culturel de contrôle de sa consommation ?

Je pense que cela fait partie d’une logique de personnalisation qui consiste à vouloir singulariser les objets pour mieux se les approprier symboliquement. C’est ce qu’on appelle l’extension symbolique du soi dans les possessions qui est un mécanisme fondamental permettant aux individus d’exprimer leur narcissisme à travers les objets. Mais cela participe également d’une segmentation des usages qui est l’une des caractéristiques du déploiement de la société de consommation et de son embourgeoisement. Comme l’a montré Abraham Moles dans son ouvrage Psychologie du kitsch,  le cadre de la vie bourgeoise s'établit avec un mode de vie et une étiquette, mode de vie qui fait le plus large appel à un stock d’objets représentant l'ultime raffinement dans la division des fonctions : un objet pour chaque usage. D’où l’apparition au cours de l’histoire d’objets aussi divers que la fourchette à poisson, le verre à bordeaux. La gourde fait partie de ce système d’objets qui se développent sur la base d’une fonction mais aussi d’une certaine tendance à l’inutile.  La gourde est la duplication la duplication d’un objet existant (la bouteille) qui correspond) à une segmentation des usages largement initiée par la culture marchande s’enrichit en permanence par la création et l’entretien de rituels de consommation pour accroître les quantités consommées. Mais la duplication des objets dans leur version dégradée est aussi annonciatrice du kitsch dans lequel l’objet n’est plus un système de signes mais devient un simulacre. Or notre époque est celle qui se caractérise par la croyance généralisée dans l’utilité et la dimension inévitable des simulacres.  C’est un autre paradoxe de notre époque qui consiste à s’éveiller à la conscience de l’utile tout en glorifiant les objets inutiles et les paradoxes.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires