En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Pas si simple
Pourquoi le plan gouvernemental de lutte contre le harcèlement et la haine en ligne sous-estime les difficultés technologiques pour y parvenir
Publié le 17 février 2019
Derrière les projets de régulation d'Internet par l'intelligence artificielle, on trouve principalement une armée de "petites mains", le tout supervisé par des algorithmes.
Fabrice Epelboin est enseignant à Sciences Po et cofondateur de Yogosha, une startup à la croisée de la sécurité informatique et de l'économie collaborative.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Epelboin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Epelboin est enseignant à Sciences Po et cofondateur de Yogosha, une startup à la croisée de la sécurité informatique et de l'économie collaborative.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Derrière les projets de régulation d'Internet par l'intelligence artificielle, on trouve principalement une armée de "petites mains", le tout supervisé par des algorithmes.

Atlantico : Vous pointez du doigt avec ironie l'idée que le gouvernement accède aux alogrithmes facebook pour "réguler la haine" sur Internet. Au niveau purement technique, cette volonté de vouloir réguler les réseaux sociaux via une IA est-elle seulement crédible ?

Fabrice Epelboin : Il n'y a pas que le gouvernement à vouloir faire ça. Facebook en a l'ambition mais les premiers à vouloir faire ça sont les Chinois. Et les Chinois en sont encore à une approche humaine. Derrière les projets d'intelligence artificielle, ce que vous trouvez principalement c'est une armée de "petites mains", le tout supervisé par des algorithmes. On appelle ça des IA mais il s'agit en réalité de programmes de "deep-learning", donc une sous-catégorie, qui observent le travail des "petites mains" pour apprendre et un jour les remplacer.

On remarque ce cas de figure dans de nombreux secteurs d'activité comme les banques par exemple. Le projet est de remplacer de nombreuses professions par le deep-learning. Pour certains métiers cela fonctionnera très probablement, pour d'autres il faut être plus circonspect. Mais une chose est certaine, ça n'est pas pour un avenir proche et l'on va d'abord passer par un traitement humain, et c'est le cas pour les réseaux sociaux.

Concernant cette volonté de lutte contre la haine, au milieu de plusieurs polémiques, quel est l'objectif principal du gouvernement selon vous ?

C'est assez drôle que cela survienne au moment de la polémique de la Ligue du Lol. On s'aperçoit que cette haine a été notamment construite au cours des années par des gens qui travaillent aux Inrocks ou à Libération. Nous sommes dans une situation où la haine a été instillée par les deux camps et on veut lutter contre ça à travers une loi qui se profile comme une loi de censure. Cette loi va faire en sorte qu'il y ait une autorité administrative qui décidera d'un point de vue arbitraire (car la décision ne sera pas judiciaire mais administrative) de supprimer la liberté d'expression à certains.  

Est-ce qu'on va supprimer "la haine" ou est-ce qu'on va supprimer des adversaires ? Pour l'instant l'usage qui a été fait par ce camp de ce genre de pouvoir ne laisse pas présager que l'on s'attaque principalement à la haine. Pour l'instant on ne fait que l'instrumentaliser.

L'objectif est une loi de censure. La volonté est que l'Etat français, à défaut de la justice, soit en mesure de revenir sur ce qui se discute sur Internet et notamment les réseaux sociaux pour pouvoir, sur des critères plus ou moins transparents, supprimer la parole de certains.

La supprimer d'avantage que simplement ce qui tomberait sous le coup de la loi ?

Il n'y a pas de justice dans ce processus, il n'y a donc pas de loi. Il n'a pas de juge ou de procédure. Nous sommes dans la situation d'Hadopi mais en plus dangereux. Car autant, il est aisé de déterminer que vous téléchargez un MP3 de manière illégale sur une plateforme de peer-to-peer, autant déterminer la haine c'est bien plus discutable. Un juge peut le faire, nous sommes dans une démocratie, mais pas une autorité administrative.

Selon vous, la judiciarisation de toutes ces démarches serait-elle la solution ? Les moyens nécessaires (humains et économiques) ne seraient-ils pas disproportionnés ?

Sans même parler que nous n'avons pas les ressources humaines, non ça ne serait pas une solution non plus. Évidemment dans une volonté démocratique, ça serait la solution idéale mais nous n'en avons pas les moyens.

Si toutes les solutions proposées sont inapplicables, comment lutter contre ces phénomènes que sont par exemple le cyberharcèlement ?

En luttant contre ça, on lutte hélas contre une caractéristique humaine contemporaine. L'idée que le politique pourrait terraformer la société d'un simple coup de baguette magique a vécu. Selon moi il faudrait avant tout comprendre comment nous en sommes arrivés là. C'est une opportunité unique. La Ligue du Lol vient de sortir mais ça n'est pas la seule organisation de ce type, au contraire. Il y a 10 ans, Twitter était le Far-West. Twitter a donné à tout ça une amplitude énorme. Le harcèlement, les carrières détruites, les gens poussés au suicide, ça a toujours existé, ça n'est pas un problème lié spécifiquement à Twitter.

Ce type de comportement est-il lié intrinsèquement à Internet ?

Pas du tout. C'est une caractéristique des sociétés humaines et une caractéristique de ce qu'on appelle les pervers narcissiques. Ces technologies ont permis à cette perversité de résonner et de s'enfermer au sein de groupes pour attaquer des personnes, avec souvent un intérêt personnel en ligne de compte.
Je fais personnellement de l'activisme et les techniques que l'on emploie peuvent être les mêmes. Simplement les cibles changent, nous on s'attaque aux puissants. C'est la grande différence.

Quelles solutions possédons-nous à ce problème ?

Je n'ai pas de solution miracle à ce qu'il se passe en ce moment mais il faudrait avant tout commencer par comprendre et mettre au jour le cheminement de la construction de la haine en France. Les responsables de la haine ne sont pas forcément dans le seul camp des "méchants".

Un exemple frappant est le cas du community-manager de la campagne d'Emmanuel Macron. Il fait partie de la Ligue du Lol ! C'est absolument incroyable, nous avons affaire à un  Benalla du numérique. L'experte social-média de Hanouna, qui est aussi chroniqueuse dans ses émissions, est une ancienne de la Ligue du Lol ! On ne peut que remarquer à quel point Hanouna est capable de faire des "trending-topics" (sujets tendances) tous les soirs et déclencher des "raids" avec ses fans. On remarque une certaine similitude et un certain savoir-faire… D'où a-t-il hérité ce savoir-faire ? La réponse parait évidente aujourd'hui.

C'est ce genre de questions qu'il faut se poser et regarder notre société en face. Le numérique a apporté une puissance de feu considérable et a complètement transformé notre société. Il est temps de changer de prisme "camp du bien/camp du mal" et de voir la "Big Picture" dans son ensemble.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
Une femme et son bébé percutés par une trottinette électrique à Paris
06.
Les vraies raisons pour lesquelles Bruno Le Maire estime que « l’euro n’a jamais été aussi menacé »
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 17/02/2019 - 18:49
Haine
Il faut vraiment être idiot pour croire que l'on supprime la haine en empêchant son expression. Par ailleurs rien n'interdit aux gens de se détester...
jurgio
- 17/02/2019 - 14:29
Internet est le reflet de la nation
Il a encore sa gourme et ses boutons de jeunesse. Mais l'État ne veut pas voir ce reflet de la mentalité du pays dont il est de facto le responsable et va s'acharner à masquer ses faiblesses. Nous sommes loin d'en avoir fini avec les bêtises du socialisme.
adroitetoutemaintenant
- 17/02/2019 - 13:22
Le pervers narcissique
Est-ce une allégorie IA pour désigner le mari de la pédophile ?