En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

02.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

05.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

06.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

07.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Laïcité
Loi sur le séparatisme : pour Jean-Luc Mélenchon, "ce qui est visé, c'est l'islam"
il y a 12 heures 28 min
pépites > Politique
Lui aussi
2022 : Jean-Christophe Cambadélis est "vraiment" intéressé par la présidentielle
il y a 15 heures 45 min
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 17 heures 14 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 18 heures 28 min
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 19 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 20 heures 22 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 21 heures 16 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 21 heures 19 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 21 heures 19 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 21 heures 20 min
pépite vidéo > Insolite
La tour infernale
Rennes : les habitants d'un immeuble dont le bardage émet un bruit de scie circulaire vivent un enfer
il y a 14 heures 47 min
décryptage > Religion
Tribune

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

il y a 17 heures 3 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 17 heures 31 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 18 heures 42 min
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 19 heures 27 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 20 heures 31 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 21 heures 16 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 21 heures 19 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 21 heures 20 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 21 heures 23 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Bonnes feuilles

Pouvoir d'achat : les racines de la perception inflationniste de l'euro chez les consommateurs en France

Publié le 17 février 2019
Jean Quatremer publie "Il faut achever l’Euro : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’euro (sans oser le demander)" chez Calmann-Lévy. Ce livre est une plongée dans la grande histoire de la construction monétaire européenne. Si les gouvernements n’ont pas le courage d’achever la construction de l’euro, cette monnaie disparaîtra. À l’heure du Brexit, Jean Quatremer lance un avertissement : ce qui se joue, c’est l’avenir de notre argent. Extrait 2/2.
Jean Quatremer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Quatremer est journaliste.Il travaille pour le quotidien français Libération depuis 1984 et réalise des reportages pour différentes chaînes télévisées sur les thèmes de l'Europe.Il s'occupe quotidiennement du blog Coulisses de Bruxelles.Il est l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Quatremer publie "Il faut achever l’Euro : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’euro (sans oser le demander)" chez Calmann-Lévy. Ce livre est une plongée dans la grande histoire de la construction monétaire européenne. Si les gouvernements n’ont pas le courage d’achever la construction de l’euro, cette monnaie disparaîtra. À l’heure du Brexit, Jean Quatremer lance un avertissement : ce qui se joue, c’est l’avenir de notre argent. Extrait 2/2.

Personne ne peut nier que tous les citoyens ont été confrontés, en 2002, à un dérapage des prix dans les achats quotidiens (pain, café, restaurant, salon de coiffure, débit de boissons, etc.), notamment en France, en Italie ou en Grèce, où le taux de conversion à l’euro était infiniment plus complexe qu’en Allemagne (où il suffisait de multiplier le prix par deux pour avoir l’équivalent en mark, alors qu’il fallait multiplier le prix par 6,56 pour obtenir son équivalent en franc). Autrement dit, plus la perte de repères des consommateurs était grande, plus les prix ont eu tendance à déraper. Le 21 janvier 2002, Laurent Fabius, ministre de l’Économie et des Finances, dénonce d’ailleurs les « eurotricheurs » : « Je veux lancer un appel aux consommateurs eux-mêmes. Lorsqu’il y a un commerçant qui a dérapé de façon indue, il faut lui demander de faire revenir son prix à un niveau normal ou faire jouer la concurrence. » Pourtant, les autorités européennes ont nié, chiffres à l’appui, tout effet inflationniste au lieu de traiter politiquement le problème. Ainsi, interrogé dès le 3 janvier 2002, Wim Duisenberg évacue le sujet par une plaisanterie : « Lorsque j’ai acheté un Big Mac hier soir, accompagné il est vrai d’un milk-shake à la framboise, vous saurez tout, cela m’a coûté 4,45 euros, c’est-à-dire exactement le prix que j’ai déjà payé pour le même repas en deutschmarks. » 

De fait, cet effet inflationniste ne s’est pas retrouvé dans l’indice des prix à la consommation, montrant ainsi qu’il y avait une divergence forte entre la variation mesurée et la perception par le consommateur. En janvier 2007, dans une étude sur le sujet, la Banque de France explique que les prix n’ont augmenté que de 0,2 % en janvier 2002, mais reconnaît que « le saut a été particulièrement fort pour les produits à faible prix en raison des effets d’arrondi : + 6 % en moyenne pour le café servi en salle d’août 2001 à avril 2002. Cette poussée s’est produite dans tous les autres pays de la zone. Partout, elle est restée temporaire et l’inflation est vite revenue à son rythme antérieur ». Une étude confirmée en mai 2017 par l’Insee, qui affirme que « les évaluations menées sur des données micro-économiques de prix ont conclu à un impact modéré du passage à l’euro de l’ordre de + 0,1 % à + 0,2 % sur les prix ». 

Surtout, poursuit l’Insee, depuis le passage à l’euro, les prix n’ont augmenté en moyenne que de 1,4 % par an, ce qui « est nettement inférieur au rythme moyen de l’après-guerre au milieu des années 1980 (+ 10,1 % par an en moyenne). C’est aussi un peu moins qu’au cours des quinze années précédentes (+ 2,1 % de 1986 à 2001), période au cours de laquelle le contre-choc pétrolier, les baisses de TVA, les politiques de convergence et de stabilité des prix, à la suite du traité de Maastricht, avaient permis d’entrer dans une phase d’inflation modérée ». L’inflation, depuis le passage à l’euro, n’a dépassé 2 % qu’à quatre reprises : 2003, 2004, 2008 et 2011 et elle a quasiment stagné en 2009, 2015, 2016 et 2017. Mieux, l’inflation sous-jacente, celle qui exclut les composantes volatiles comme l’énergie, n’a été que de  1,2 % en moyenne et de 0,5 % depuis 2013. Bref, s’il y a bien eu une monnaie historiquement inflationniste, c’est le franc.

Le sentiment inflationniste

Alors, comment expliquer ce sentiment populaire, qui a longtemps perduré ? Selon l’Insee, c’est parce que « l’indice des prix à la consommation se réfère à un panier de consommation moyen alors que les consommateurs retiennent probablement leur propre structure budgétaire ». La Banque de France, dans son étude de 2007, note que « depuis 1996, 40 % des ménages auraient subi une inflation plus forte que l’indice, 40 % une inflation équivalente à l’indice et 20 % une inflation inférieure. Ces écarts peuvent alimenter l’impression d’une inflation générale plus élevée ». Ensuite, toujours selon l’Insee, « les ménages accorderaient plus d’importance aux prix en hausse qu’aux prix en baisse ou stables, car ce sont les premiers qui peuvent constituer une menace pour l’équilibre de leur budget ». Et il est vrai que les commerçants, pour atteindre des prix « ronds », ont très souvent ajusté leurs prix à la hausse plutôt qu’à la baisse. 

De même, selon l’Institut, le consommateur observe d’autant mieux les variations de prix que les produits sont achetés plus fréquemment : ainsi, il est plus sensible aux hausses du prix du pain qu’aux baisses des appareils électroménagers. Enfin, « les ménages ont gardé ancré dans leur mémoire le dernier prix connu en francs : pour la baguette, par exemple, ils auraient tendance à comparer son prix actuel (0,87 euro en moyenne) à son dernier prix de 2001, d’en moyenne un peu plus de 4,30 francs (0,66 euro). Par nature, cet écart s’amplifie au fil des ans à mesure que la date du passage à l’euro fiduciaire s’éloigne ; un tel ancrage dans le temps n’est susceptible de se produire qu’à l’occasion d’un changement de monnaie ». Or, l’augmentation de plus de 30 % du prix de la baguette depuis 2002 correspond en réalité à une hausse annuelle de 1,9 %, soit légèrement plus que l’inflation. Ajoutons que le double affichage des prix, qui se prolonge en France, par exemple sur les relevés bancaires, ne facilite pas les choses, la somme en francs renvoyant à un taux de conversion vieux de vingt ans… 

Reste que la solution pour prévenir un tel sentiment d’inflation était d’une rare simplicité : instaurer un contrôle temporaire des prix. Chypre, Malte, la Slovaquie et les trois pays baltes l’ont fait lorsqu’ils ont rejoint l’euro, sur une base obligatoire ou volontaire, alertés par ce qui s’est passé en 2002. En France, en septembre 2000, lors d’un conseil informel des ministres de l’Économie et des Finances à Versailles, Laurent Fabius a écarté avec fermeté une telle solution. On ne saura jamais si c’était parce que le contrôle des prix était peu conforme à la doxa « libérale » en vogue à l’époque ou s’il a sciemment cherché à saboter le passage à l’euro, lui qui, quatre ans plus tard, appellera à voter non au traité constitutionnel européen et à cette Europe trop libérale à son goût…

Extrait du livre de Jean Quatremer, "Il faut achever l’Euro : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’euro (sans oser le demander)", publié chez Calmann-Lévy.   

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 17/02/2019 - 15:22
La gestion des Etats de l'€ sont idem aux Etats $
"La crise économique frappe la Californie en 2008: en juin2009, 2,1 millions de personnes sont sans emploi et le taux de chômage s’élève à11,2 %de la population25, soit2points de plus que la moyenne nationale26. Le bâtiment et la construction sont particulièrement touchés : entre mars 2007 et mars 2008, le nombre d’emplois dans ce secteur a diminué de9,1%.
Ensuite, le budget2009-2010de l’État de Californie est déficitaire de26,3Mds$. La loi budgétaire adoptée par les deux assemblées du congrès californien en juillet 2009 prévoit une diminution des dépenses de 15 Mds$ en réduisant notamment le salaire des fonctionnaires"
Aucune intervention de l’État Fédéral, l’État Californien s'est ressaisi par lui même en adoptant un Budget pour réduire le déficit & donc la dette & cela sans le concourt des autres États. Le $ ne sait pas adapté à la situation de la Californie. La France refuse ça & préfère accuser les autres pays de tous les maux & de continuer d'aller dans le mur
Les accords de Maastricht contiennent le fait que les États devaient converger sans pour cela dénaturer ce qu'ils sont. Des États l'ont fait d'autres non. France & d'autres ont préféré croire que les autres paieront
Benvoyons
- 17/02/2019 - 15:17
La France aime & a aimé l'inflation en Franc mais
déteste une inflation en € qui n'a jamais existé sauf dans l'ajustement des premiers mois.
En fait la France depuis 40ans est mal gérée avec de l'inflation galopante en Francs, puis sans avec l'€. Bilan pour les commentateurs & certains Journalistes c'est de la faute de l'UE & de l'€.
Bon nous voulons bien garder l'UE même voir l'€ mais il faut que l'UE soit géré comme la France.
En fait il faut que l’Allemagne , les Danois, Pays Bas, etc qui sont bien gérés payent plus pour financer la France même s'endettent pour elle.
Enfin nous pourrons être vraiment pour l'UE & encore,pas sûr , car comme en France nous voudrons toujours plus des autres qui payent.