En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

03.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

04.

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

05.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

06.

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

07.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 31 min 4 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 14 heures 7 min
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 14 heures 54 min
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 16 heures 22 min
pépites > Santé
Cour de justice de la République
Coronavirus : l'enquête judiciaire de la CJR contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn est ouverte
il y a 18 heures 53 min
décryptage > Environnement
Wiki Agri

Julien Denormandie : un proche d'Emmanuel Macron devient ministre de l'Agriculture

il y a 20 heures 31 min
décryptage > Environnement
Politique climatique

Le Pacte vert : le bon, la brute et le truand

il y a 21 heures 7 min
décryptage > France
Raison garder

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

il y a 21 heures 52 min
décryptage > High-tech
Espionnage chinois ?

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

il y a 22 heures 33 min
décryptage > Politique
Castex 1

Un nouveau gouvernement qui envoie moult signaux... mais y aura-t-il des Français pour les détecter ?

il y a 1 jour 22 sec
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 46 min 19 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 14 heures 20 min
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 15 heures 22 min
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 17 heures 12 min
pépite vidéo > Justice
Ministre de la Justice
Eric Dupond-Moretti : "Mon ministère sera celui de l’antiracisme et des droits de l’Homme"
il y a 19 heures 29 min
décryptage > Environnement
Bonne méthode

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

il y a 20 heures 47 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

L'impérialisme turc à l'assaut de la Libye

il y a 21 heures 28 min
décryptage > Sport
Activité physique

Et les sports les plus tendances de l’été 2020 sont...

il y a 22 heures 15 min
décryptage > France
Ordre Public

Sécurité : maîtriser la spirale de violences dans laquelle s’enfonce la France est-il vraiment hors de portée ?

il y a 23 heures 13 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

il y a 1 jour 21 min
© FRANCK FIFE / AFP
© FRANCK FIFE / AFP
Victoire méritée

Manchester United/PSG: 0-2. les Parisiens, intraitables, s'imposent à Old Trafford.

Publié le 13 février 2019
Avec un coeur gros comme ça, au terme d'une seconde période parfaitement maîtrisée, sans Neymar et sans Cavani , le club Parisien a pris une grosse option sur la qualification pour les quarts de finale.
Olivier Rodriguez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Rodriguez est entraîneur de tennis... et préparateur physique. Il a coaché des sportifs de haut niveau en tennis.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec un coeur gros comme ça, au terme d'une seconde période parfaitement maîtrisée, sans Neymar et sans Cavani , le club Parisien a pris une grosse option sur la qualification pour les quarts de finale.
En football, les choses vont vite. En quelques semaines et autant d'épisodes, ce qui passe a priori pour un tirage favorable peut vite devenir un cadeau empoisonné. Moribond il y a deux mois, avec aussi peu d'idées que de résultats, Manchester United traversait l'hiver en errant dans son championnat et en étalant la morosité de son jeu. A sa tête, José Mourinho était alors à la hauteur du désastre et au centre de tout. Depuis, en changeant d'entraîneur, ce club prestigieux avait aussi changé de dynamique. Aussi, avant de recevoir le Paris Saint Germain, l'équipe d'Ole Gunnar Solskjaer, affichait une mine superbe et restait sur dix matchs sans défaites. Pour le club Parisien, la trajectoire était quasiment inverse. Ce club qui caracolait en tête de la Ligue 1 en battant il y peu records sur records, présentait récemment un collectif en régression et une infirmerie riche de certains de ses meilleurs éléments. Neymar et Cavani absents, du triumvirat qui affolait l'Europe du football, il n'en restait qu'un: Kylian Mbappe. En lui confiant les clefs de l'attaque et en titularisant un Marco Verratti revenant juste de blessure, Thomas Tuchel présentait hier soir à Old Trafford un PSG théoriquement très diminué. L'entraîneur Allemand, dont les options étaient réduites, devait donc repenser toute son animation en composant une équipe certes imprévisible pour l'adversaire mais également inconnue d'elle-même... C'est donc dans ce cadre grandiose, cet antre sacrée d'un des rares clubs à pouvoir entrer dans le passé par la grande porte, que le PSG allait jouer gros. Revenons maintenant sur les évènements...
 
La première période convoque une analyse paradoxale. Vivante, sous tension, intense, elle fut surtout un haletant faux suspense: un condensé de possibles avortés, de moitiés d'occasions ratées et de bons ballons presque exploités. Plutôt solides, les Parisiens, contenaient finalement les velléités anglaises sans se donner trop de frayeurs. Seuls bémols, les latéraux étaient un peu trop sages offensivement et les performances de Di Maria et Draxler plombaient l'ensemble. A tout comparer, on ne savait pas s'il fallait préférer leurs fausses aisances à leurs vraies maladresses. Au final, puisque aucune des deux équipes ne regagnait les vestiaires en menant soit au score, soit aux points, on pressentait, en estimant le poids des cartons (cinq distribués !) et celui des blessures, que tout pouvait se décanter sur un coup du sort ou sur un exploit. 
 
Cette action d'éclat, comme un acte de foi, vint de l'inattendu Kimpembe. En s'engageant corps et âme pour couper un centre parfait de Di Maria à la 53ème minute, il changeait toute la donne en inscrivant son premier but en pro (!). Ce but marqué à l'extérieur pesait désormais bien lourd pour des locaux qui sentaient peu à peu que les conditions de la victoire devenaient insalubres. Manchester était dans les cordes. Et Manchester allait finir au tapis... Sur une action ciselée, Di Maria, qui réussissait soudain tout ce qu'il avait raté jusqu'alors, offrait à Mbappe (60ème) l'occasion de se rappeler au bon souvenir de tout le monde. Dominés dans l'engagement physique et perdant la bataille du milieu, la suite du match allait être un long calvaire pour les Mancuniens. Avec les blessures de Lindgard, de Martial et l'expulsion de Pogba, les Anglais allaient signer au final un bien mauvais match, une adaptation ratée des meilleurs succès d'un club légendaire. Comme un symbole, cadenassé par Kehrer, muselé par Marquinhos, Paul Pogba n'aura au final pas existé, passant une grande partie de la soirée à courir à côté de son ombre.
 
En devenant la première équipe Française à s'imposer à Old Trafford, le PSG signe là une véritable performance. Alors que l'on pouvait penser comme insurmontables les absences de Neymar et Cavani, le club Parisien prouve que l'on peut chérir les effets dont on déplore les causes. Ce PSG a donc parfaitement démontré qu'en perdant des stars, on pouvait aussi gagner un esprit d'équipe. Si la meilleure formation a gagné au terme d'un match plein, c'est aussi parce que certains ont pris autant leurs responsabilités que la mesure de l'évènement. Kimpembe (buteur), Di Maria (pour ses deux passes décisives), Verratti (à un niveau incroyable pour une reprise ), Silva (intraitable dans les airs) et surtout Marquinhos (pour l'ensemble de son oeuvre et pour ses progrès constants à un poste qui n'est pas le sien) ont tous livré des copies exemplaires. Puisqu'on évoque les dépassement de fonction, il faut aussi citer Mbappe pour son match joué à la pointe de l'attaque. Gavé de talent comme d'autres ont été gavés de lait maternel, il confirme sa capacité à peser sur les grands évènements. Meilleur dans son attitude, toujours sidérant de vitesse, il démontre formidablement que la jeunesse est la seule activité vraiment bonne pour la santé. Nous finirons le tour des coups du chapeau par Thomas Tuchel. Sans banc, inventif et mobilisateur, le coach a réussi son pari (!). En s'adaptant aux circonstances et aux absences, il est récompensé par la victoire et on lui doit le splendide repositionnement de Marquinhos. 
 
Alors que l'enfer leur était promis, les Parisiens sont ce soir presque au paradis. Leur victoire, quoique logique au final, reste un grand coup. En ballotage plus que favorable, le PSG peut désormais raisonnablement ambitionner d'intégrer le top huit européen. Une performance qu'il n'a pas réalisée depuis la saison 2015-2016. Alors réjouissons-nous et ne boudons surtout pas notre plaisir. Car le résultat de ce soir autorise ce qu'il y a de plus précieux pour tous les supporters: le droit au rêve. Pourquoi ? Parce que rêver c'est vivre... à moins que cela ne soit l'inverse... Le sujet vous inspire ? Très bien. Prenez une feuille, un stylo... C'est fait ? Vous avez deux heures.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires