En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

02.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

03.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

04.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

05.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

06.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

07.

Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Qualité nutritionnelle : et voilà la liste des 100 meilleurs aliments au monde

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Toutes ces erreurs que le Défenseur des droits commet dans son rapport sur la discrimination en France

05.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Ouvrir un nouveau chemin"
Emmanuel Macron se confie à la presse quotidienne régionale avant le remaniement et dévoile ses priorités pour la fin du quinquennat
il y a 25 min 16 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Cafard" de Ian McEwan : une fable mordante sur les politiciens britanniques et le Brexit, par un des maîtres du roman anglo-saxon contemporain

il y a 6 heures 6 min
pépites > Politique
Retrait stratégique
Municipales à Marseille : Martine Vassal se retire, Les Républicains vont présenter le député Guy Teissier pour la mairie
il y a 6 heures 54 min
pépites > Santé
Lourdes accusations
Covid-19 : le Conseil scientifique et la Haute autorité de santé dénoncent des propos "infamants" de Didier Raoult devant les députés
il y a 8 heures 9 min
pépite vidéo > International
Tragédie
Birmanie : un glissement de terrain provoque la mort d’une centaine de mineurs
il y a 9 heures 50 min
décryptage > Politique
Formation politique

Les 4 piliers : un parti libéral souverainiste se crée et recrute des candidats pour les régionales

il y a 10 heures 43 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Affaire Fillon : Hollande a envisagé de reporter la présidentielle; Dati a cherché le soutien de l'Elysée contre Hidalgo; Ecologie : truc de riches ou cauchemar vert ?; Cyberhaine sur les réseaux sociaux : le marché plus fort que la loi
il y a 11 heures 15 min
décryptage > International
Soft power

Comment les Émirats arabes unis sont devenus curieusement le partenaire économique et commercial incontournable de Damas

il y a 11 heures 38 min
décryptage > Histoire
Rivalité

Et si on s’était trompé de Voltaire ?

il y a 12 heures 35 min
décryptage > Santé
Vives inquiétudes

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

il y a 13 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 5 heures 51 min
light > Justice
Espoir pour les victimes
Affaire Jeffrey Epstein : Ghislaine Maxwell, sa complice présumée, a été enfin arrêtée par le FBI
il y a 6 heures 28 min
pépites > Media
Critiques
Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam
il y a 7 heures 42 min
pépites > Justice
Condamnation
Scandale de la Dépakine : la justice reconnaît la responsabilité de l'Etat
il y a 8 heures 28 min
décryptage > France
Bataille de chiffres

Pourquoi les comparaisons internationales sur la mortalité du Covid-19 sont moins fiables qu’on ne le pense

il y a 10 heures 29 min
décryptage > Société
Mobilisation planétaire

Antiracisme et environnement : l’été 2020 sera radicalement exigeant ou ne le sera pas

il y a 10 heures 56 min
décryptage > Politique
Macron - Le Pen

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

il y a 11 heures 26 min
décryptage > France
Exercices de coloriage

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

il y a 12 heures 26 sec
décryptage > Consommation
Sucre caché ?

Eaux parfumées : comment repérer celles qui vous font grossir l’air de rien ?

il y a 12 heures 57 min
décryptage > Europe
Menace pour l'Etat allemand ?

L’Allemagne a-t-elle un problème d’infiltration de son extrême droite dans les rouages de l’Etat ?

il y a 14 heures 21 min
© Geoffroy VAN DER HASSELT / POOL / AFP
© Geoffroy VAN DER HASSELT / POOL / AFP
Etrange

“Quitter l’Europe doit être douloureux” : Valérie Pécresse ou le gaullisme génétiquement modifié ?

Publié le 08 février 2019
"Je souhaite une Europe qui ne cède pas à la pression du Royaume-Uni, car quand on la quitte, cela doit être douloureux !" a déclaré Valérie Pécresse ce mercredi 6 février lors de ses voeux à son mouvement "Libres !". Étrange pour quelqu'un membre d'un parti se revendiquant du gaullisme et pour quelqu'un s'étant rendu à Colombey-les-deux-Eglises à l'occasion du 60e anniversaire de la Ve République.
Maxime Tandonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet est historien, auteur de nombreux ouvrages dont Histoire des présidents de la République (2013) et André Tardieu, l'incompris (2019) aux éditions Perrin. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Je souhaite une Europe qui ne cède pas à la pression du Royaume-Uni, car quand on la quitte, cela doit être douloureux !" a déclaré Valérie Pécresse ce mercredi 6 février lors de ses voeux à son mouvement "Libres !". Étrange pour quelqu'un membre d'un parti se revendiquant du gaullisme et pour quelqu'un s'étant rendu à Colombey-les-deux-Eglises à l'occasion du 60e anniversaire de la Ve République.

Atlantico : A l'occasion de la présentation de ses vœux à son mouvement "Libres !", Valérie Pécresse a déclaré : "Je souhaite une Europe qui ne cède pas à la pression du Royaume-Uni car quand on la quitte, cela doit être douloureux !". Comment comprendre une telle déclaration -impliquant une forme de soumission de la souveraineté britannique à l'Union européenne- dans un parti se revendiquant du gaullisme ?

Maxime Tandonnet : Cette déclaration, si décevante de la part de Valérie Pécresse, s'explique par plusieurs facteurs. Elle est dans le sens du vent dominant en tout cas dans les élites françaises, qui n'aiment pas la Grande-Bretagne, éternel empêcheur de tourner en rond au regard de leur idéal fédéraliste. Par ailleurs, elle reflète la faible conscience historique d'une partie de la classe politique qui balaye d'un revers de main ce que l'Europe et la France doivent aux Britanniques, en particulier l'invention des libertés, la démocratie parlementaire et plus récemment, la victoire contre le nazisme. Elle exprime aussi le mépris croissant d'une partie des élites pour les peuples: le Brexit a été décidé par référendum. A travers ces mots, qui consistent à vouloir châtier un peuple pour son choix démocratique, Mme Pécresse, hélas, rejoint l'arrogance d'une partie de la classe dirigeante envers la voix des peuples, le suffrage universel et la démocratie – le pouvoir du peuple. Elle se conforme à une image totémique de l'Europe, réduite au système bruxellois, en négation avec la réalité d'une Europe authentique, définie comme une solidarité entre des hommes et des femmes qui partagent le même continent, la même histoire, une culture et un destin commun face aux grands périls planétaires. Quant au message du général de Gaulle, fondé sur le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes et le culte des indépendances nationales, mieux vaut ne même plus en parler tant il est bafoué par de tels propos.

En quoi une telle déclaration peut-elle souligner, une nouvelle fois, une évolution idéologique de certains courants internes aux LR au cours de ces dernières années ? Ces mouvements peuvent-ils encore réellement se revendiquer de l'héritage de la droite française ? 

Ce qu'on appelle la droite, comme l'observait René Rémond, est en réalité un amalgame entre des courants d'opinion très divers. Il y a une droite nationaliste et anti-libérale qui a toujours détesté le Royaume-Uni, la perfide Albion, accusée de tous les maux de la création. « Je n’aime point les Anglais. Je les hais même beaucoup plus que les Allemands » écrivait le nationaliste Paul de Cassagnac à la fin du XIXe siècle. Et puis il existe un autre courant dite de droite qui méprise le peuple à l'image d'Adolphe Thiers parlant de la "vile multitude" sous la Deuxième République et obtenant le vote d'une loi qui écarte du suffrage universel les indigents ou les sans domiciles fixes, c'est-à-dire, à l'époque, une partie de la classe ouvrière et les travailleurs agricoles. La rencontre entre ces deux sensibilités se traduit par des paroles qui prônent de punir le peuple britannique pour son choix.

En quoi la question européenne est-elle fondamentalement une difficulté pour la droite française ?

La droite française est fondamentalement parcourue, sur la question européenne, par une ligne de partage entre deux courants distincts. Cela remonte au minimum au début du XXe siècle. Il y a dans les années 1920 et 1930 deux sensibilités qui se font face. L'une est nationale, autour de Clemenceau, Poincaré, Tardieu. L'autre est européenne, internationaliste et pacifiste, notamment avec Briand, ministre des Affaires étrangères de Poincaré, qui dès la fin des années 1920 prônait, en harmonie avec le chancelier Streseman, une Union européenne. Après la guerre, le clivage s'est retrouvé dans les années 1950, entre le MRP, pro européen, et le RPF gaulliste, qui se sont lourdement affrontés à l'occasion des débat sur l'armée européenne, la CED en 1954. L'arrivée au pouvoir du général de Gaulle en 1958 a fait pencher le balancier en faveur de l'Europe des Nations, une politique qui s'est traduite par le refus de la supranationalité, la politique de la "chaise vide" pour parvenir au compromis de Luxembourg de 1966, selon lequel, aucune décision de l'Europe des Six, même à la majorité qualifiée, ne pouvait être imposée à un Etat sans son accord. Le départ de de Gaulle a rouvert la cicatrice et le conflit entre partisans d'une Europe respectant la souveraineté des Etats (UDR, RPR), et ceux d'une Europe intégrée, notamment l'UDF giscardienne. En 1992, le ralliement global du parti héritier du général de Gaulle au traité de Masstricht fondant l'Union européenne, derrière Chirac, la défaite politique des trublions Pasqua-Séguin lors du référendum approuvant ce traité a fait basculer la droite, globalement, dans le camp pro-bruxellois. Mais cette uniformisation du discours de la droite sur la question européenne a favorisé l'essor de l'extrême droite qui a récupéré le sujet de la souveraineté abandonné par la droite. Aujourd'hui, dans une période de profond chaos et d'incertitude, en l'absence de leader charismatique et rassembleur de toutes les sensibilités, à l'image de Sarkozy, la fracture se rouvre presque naturellement.

Comment les LR peuvent-ils aborder cette thématique ?

Il y a deux façons de l'aborder. La première, qui a fonctionné longtemps, permettant à la droite d'exercer le pouvoir, notamment entre 2002 et 2017, est de faire taire les divergences en mettant l'accent sur d'autres sujets, comme la sécurité. On a bien vu ses limites. L'autre est au contraire de faire le choix de la lucidité et du courage en cherchant à développer une vision commune de l'Europe. Il faut partir des faits. L'idée politique européenne a eu des résultats positifs pendant un temps: la modernisation de l'économie française grâce à l'ouverture à la concurrence, voulue par le général de Gaulle dans les années 1960, la démocratisation et le développement rapide de l'Espagne, les échanges universitaires à travers Erasmus, le maintien d'une agriculture avec la PAC, les programmes de recherche, les succès d'Ariane et d'Airbus. Aujourd'hui, cette Europe est plongée dans la tragédie: Brexit bien entendu, mais aussi drame franco-italien, quasi-dissidence de la Pologne et de la Hongrie, crise migratoire, démantèlement de fait de la libre circulation Schengen, poussée nationaliste en Allemagne... En pleine désintégration, elle serait bien incapable de refaire ce qui a été accompli dans les années 1960 à 1980. Admettre les faits, la simple réalité, serait un formidable progrès pour l'ensemble de la droite. Et sur cette base, ouvrir une réflexion sur la refondation de l'Europe en partant des solidarités intergouvernementales, de politiques communes, en incluant bien entendu le Royaume-Uni, et du destin partagé de ses nations... Mais bon, nous n'en sommes pas là...

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Olivier62
- 08/02/2019 - 14:06
"quitter l'Europe, cela doit être douloureux"
Le problème c'est qu'y rester l'est encore plus ! Pécresse est typique de la "fausse droite", donneuse de leçon et hypocrite, et en connivence totale avec le mondialisme, l'immigrationisme et la finance. Tous ces gens-là ont un profond mépris pour le peuple qui est censé se soumettre docilement à leurs plans et à leurs élucubrations. Les Anglais ont dit "non" comme les Français et les Hollandais avaient dit "non" au référendum de 2005 sur la constitution européenne, et sur lequel des politiciens du style Pécresse se sont assis sans vergogne.
assougoudrel
- 08/02/2019 - 13:00
Pécresse et la bande
Je les vois plus pétainistes que gaullistes.
J'accuse
- 08/02/2019 - 11:07
L'UE s'oppose à l'Europe
De Gaulle est une figure que tout le monde veut récupérer, sans considérer qu'il soit nécessaire de voir le monde et la politique comme lui. Chacun le met à sa sauce.
Et le peuple britannique ne veut pas quitter l'Europe, mais l'UE ! L'Europe est un continent constitué de dizaines de peuples voulant conserver leurs spécificités; l'UE est une technostructure artificielle créée par des politiciens pour contrer et nier les volontés populaires, et exercer le pouvoir sans leur rendre de comptes.
Il y a DES droites comme il y a DES gauches, comme il y a DES centres: ce sont des constructions politiciennes inventées pour récupérer les suffrages des citoyens en les abusant. Une fois porté au pouvoir, le parti vainqueur se l'approprie, et veut le conserver à tout prix, sans souci de tenir ses promesses électoralistes et idéologiques.
Voilà ce qu'on appelle la démocratie, tandis que les volontés populaires sont nommées populistes pour mieux les rejeter.