En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
LaREM
Et la loi anticasseurs révéla le doute installé au cœur de La République En Marche
Publié le 06 février 2019
La proposition de loi a été adoptée mardi dans l'après-midi par 387 voix "pour", 92 voix "contre" et 74 abstentions. Fait intéressant, 50 députés de la majorité se sont abstenus.
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La proposition de loi a été adoptée mardi dans l'après-midi par 387 voix "pour", 92 voix "contre" et 74 abstentions. Fait intéressant, 50 députés de la majorité se sont abstenus.

On connaissait les réserves d'un certain nombre de députés de La Rem à propos de "la proposition de loi visant à prévenir les violences lors des manifestations et à sanctionner leur auteurs", plus communément appelée Nouvelle Loi Anti-casseurs. Ils les avaient exprimées à de multiples reprises devant micros et caméras au cours du débat...Mais on avait grandement sous-estimé leur nombre. Aussi y atil eu un moment de stupeur dans les rangs de la majorité en découvrant que, là où on en attendait au maximum une trentaine, cinquante membres du Parti majoritaire s'étaient abstenus et qu'une dizaine d'entre eux n'avaient pas pris part au vote. Le texte a néanmoins été largement adopté par 347 voix contre 92, les Républicains ayant massivement voté en faveur de ce texte émanant de leurs rangs... puisque la proposition de Loi avait été déposée par le sénateur Bruno Retailleau et rejetée à l'époque par LaRem. "C'est un évènement, pas un schisme, il n'y a pas eu de vote contre dans nos rangs et cela ne fait que 16% des voix de notre groupe", commentait aussitôt le porte parole du groupe Jean-Baptiste Djebarri, député de la HauteVienne. Oui, mais avec les non votants, la statistique grimpe à 18%,presque 20, soit deux dixièmes du groupe majoritaire qui compte 307 membres au total, lui fait-on observer. Et l'élu de concéder, à l'instar des autres responsables du groupe "Ce n'est pas facile de gérer une majorité de plus de 300 personnes".

Car ce vote 'est clairement un revers pour le gouvernement. Juste avant le scrutin, Jean-François Eliaou, le porte parole du groupe pour le texte, (élu de l'Hérault) vantait le " fruit d'un travail et d'une négociation acharnés avec le gouvernement"(sous entendu pour adoucir le texte initial). Mais cela n'a pas été jugé suffisant pour ceux qui contestent l'article 2 du texte, autorisant les préfets à interdire le droit de manifester aux individus jugés dangereux (membres des fameux Vlaams Blok notamment): pour eux cette interdiction relève de la seule Justice et non d'une décision administrative. L'interview très critique dans le Monde de l'avocat François Sureau (pourtant proche d'Emmanuel Macron), affirmant que ce texte "établit (...) un véritable contrôle administratif du droit de manifester", alors qu'il s'agit d'un droit constitutionnel, a pesé sur la décision de certains députés réticents et encore hésitants. Certains tentent de se justifier en expliquant, comme une partie des opposants au texte que "cette proposition de loi est inutile car il " existe déjà un délit de préparation"... de manifestations violentes...

 Parmi les abstentionnistes on trouve les élus de la mouvance écologiste, avec à leur tête Barbara Pompili, présidente de la Commission du Développement Durable, Mathieu Orphelin, proche de Nicolas Hulot, ainsi que des membres de l'aile gauche de LaRem, appelés "Groupe de Poitiers", anciens du PS et élus de la région, mais des élus qui mettent en avant leurs valeurs. Pour l'heure ils espèrent, disent-ils que le Sénat réécrira le fameux article 2 en introduisant la notion d'interdiction de manifester aux seuls individus ayant déjà fait l'objet d'une condamnation préalablement, comme l'avait suggéré la députée Modem et ancienne magistrate, Laurence Vichnievsky ( qui a voté en faveur du texte). Une position d'attente, mais tout de même un signe de défiance à l'égard du gouvernement et... d'Emmanuel Macron. L'exécutif a dû aller puiser dans le " stock" des propositions de l'opposition LR un texte pouvant être adopté rapidement, ce qui apporte de l'eau au moulin de ceux qui parlent de loi de circonstance. Il n'en reste pas moins que ces fissures mettent en lumière la grande disparité du groupe LaRem. En 2017, la victoire d'Emmanuel Macron suivie de l'élection massive de députés à son effigie, devaient envoyer aux oubliettes les clivages entre la Droite et la Gauche. Les différences d'origine des élus macronistes s'étaient fondues dans l'euphorie de la victoire d'Emmanuel Macron et étaient supposées se noyer à jamais avec l'ancien monde. Les clivages sont réapparus timidement avec la loi sur l'asile et l'immigration. Depuis, l'étoile d'Emmanuel Macron a pali avec la crise des Gilets Jaunes, et les députés ont mûri." En 2017 le Groupe en était à l'enfance, aujourd'hui il est adolescent et un adolescent, c'est rebelle !", analyse un macroniste. Qu'en sera-t-il lorsqu'il sera complètement adulte ? Pour l'heure il n'est question ni d'exclusion ni de scission, mais dans les rangs de LaRem on critique sévèrement ceux qui ne prennent pas en compte la radicalité nouvelle" des manifestations depuis la naissance du mouvement des Gilets Jaunes". Les plus lucides prédisent qu'il se formera des "groupes de contestation lorsque nous aurons à voter des textes difficiles, comme la nouvelle loi bioéthique avec la PMA, ou encore une loi sur les cultes". Et cette élue souhaite " bien du plaisir à ses collègues abstentionnistes lorsqu'ils devront expliquer leur vote aux commerçants victimes des gilets jaunes".

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
05.
Cet autre mea culpa que devrait envisager Emmanuel Macron pour préserver la fin de son quinquennat
06.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
07.
L'association WWF accusée de stériliser des populations aux abords de parcs nationaux en Afrique et en Inde
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
04.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
05.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 07/02/2019 - 14:23
Anticasseurs
Loi anticasseurs, ok, mais la France est en marche vers quoi? Provoquer des excès scandaleux pour instaurer des lois répressives à la société ne date pas d'aujourd'hui.
Avant Macron, pas de gilets jaunes, quelques casseurs plutôt pillards.
Avec Macron, gilets jaunes, casseurs et lois répressives. A quand la réédition de la Loi "Anisuspects" de 1793.
Macron, c'est Robespierre. Incorruptible, ça peut se discuter.
lasenorita
- 06/02/2019 - 16:26
C'est une loi ''anti-gilets-jaunes''...
Les ''vrais'' casseurs, eux, pourront CONTINUER à TOUT casser, ce sont les Antifas, l'islamo-racaille, etc.. On l'a vu lors de la première manifestation des GJ aux Champs Elysées, nos policiers ont ''gazé'' les retraités,qui marchaient tranquillement sur les Champs Elysées, et ils ont laissé les anarchistes saccager l'Arc de Triomphe, l'islamo-racaille a pu démolir les vitrines des magasins et voler tout ce que contenaient ces commerces!...Les ''zones de non-droit'',où nos policiers sont reçus à coups de kalach ou de pierres,CONTINUERONT d'exister en France, avec la bénédiction des islamo-collabos qui nous gouvernent!
cloette
- 06/02/2019 - 13:42
Pour plus de démocratie, il faudrait une proportionnelle
intégrale, mais dans un tel cas, une gouvernance serait elle possible? On ne le sait pas, essayons donc ! Et pourquoi pas changer aussi les pouvoirs du président, on voit bien qu'ils sont trop importants .