En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

04.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

05.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

06.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

07.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 29 min 37 sec
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique",
il y a 38 min 39 sec
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 1 heure 52 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 3 heures 47 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 4 heures 27 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 4 heures 54 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 5 heures 6 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 5 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 13 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 13 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 33 min 29 sec
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 1 heure 19 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 2 heures 43 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 4 heures 6 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 4 heures 44 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 5 heures 2 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 5 heures 7 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 5 heures 7 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 14 heures 16 min
PPE 2019

Transition écologique : ce discret retour au réel que marque la nouvelle feuille de route énergétique de la France

Publié le 04 février 2019
Le projet de Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) publié le 25 janvier acte le report de l’objectif de réduction du nucléaire, en raison de l’impossibilité d’y parvenir sans nous exposer à être privés d’électricité.
Jean-Pierre Riou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Riou est membre du bureau énérgie du collectif Science Technologies Actions (STA) et l'auteur du blog lemontchampot.blogspot.com.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le projet de Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) publié le 25 janvier acte le report de l’objectif de réduction du nucléaire, en raison de l’impossibilité d’y parvenir sans nous exposer à être privés d’électricité.

Atlantico: Le projet de Programmation Pluriannuelle de l’Énergie rendu public vendredi 25 janvier 2019 défend la transition du nucléaire vers le renouvelable. La synthèse publiée annonce ainsi : « Le développement des énergies renouvelables doit permettre de produire plus d’énergies à partir de sources présentes sur le territoire et de réduire progressivement la part du nucléaire. » L’objectif de la PPE est la réduction des émissions de CO2. Est-ce qu’une transition entre nucléaire et renouvelable est à même de le réaliser ?

Jean-Pierre Riou: La loi de transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) prévoyait la réduction de la part du nucléaire à 50% de l’électricité produite dès 2025, au lieu de 75% actuellement et visait à compenser cette réduction notamment par un objectif de 40% de l’électricité produite à partir d’énergies renouvelables (EnR) à horizon 2030.

C’est donc sans surprise que ce projet de PPE, dont l’objet est de mettre en œuvre cette loi, vise à doubler les capacités renouvelables électriques installées (en 2017) pour les amener à 36% de la production d’électricité en 2028.

Mais, après bien des débats, cette PPE acte le report de l’objectif de réduction du nucléaire en raison de l’impossibilité d’y parvenir sans nous exposer à être privés d’électricité.

Car si on peut programmer le fonctionnement d’un réacteur selon les besoins de la consommation, on ne contrôle pas celui du vent, qui alimente les éoliennes, pas plus qu’on ne programme l’heure de coucher du soleil.

Et il faut y voir la raison de la seule confirmation de la fermeture des 2 réacteurs  symboliques de Fessenheim, deux autres réacteurs devant être l’objet d’une fermeture anticipée en 2027 et 2028. D’autre part, il est mentionné que 2 réacteurs supplémentaires pourraient devoir fermer leurs portes pour raison économique dès 2025 2026, en fonction de l’impact des énergies renouvelables sur les cours du MWh.

Le texte prévient pourtant « Si la mise en service de l’EPR prenait du retard, les deux réacteurs de Fessenheim seront dans tous les cas arrêtés au printemps 2020, mais le calendrier de l’arrêt des tranches au charbon devrait être revu, afin de respecter le critère de sécurité d’approvisionnement ».

Car le 10 octobre 2018, les dix principales associations professionnelles européennes du secteur électrique, réunies à Berlin, avaient tiré la sonnette d’alarme sur ces problèmes de sécurité que le développement de l’intermittence de production des EnR faisait peser l’approvisionnement, et attiraient l’attention sur la nécessité d’augmenter les capacités programmables disponibles, à défaut de moyens de stockage suffisants.

En regard des enjeux climatique, le GIEC vient de rappeler l’intérêt du nucléaire en raison de ses très faibles émissions de CO2, dont il estime la moyenne du cycle complet à 12g/kWh, et 11g/kWh pour l’éolien. En raison de la sobriété en carbone du procédé d’enrichissement de l’uranium en France, l’étude 2014 de Ch. Poinssot & al chiffre même le cycle complet du nucléaire français à 5,45gCO2/kWh.

C’est pourquoi le remplacement du nucléaire par des éoliennes ne saurait en aucun cas participer à la lutte en faveur du climat.

Mais pire encore, les moyens thermiques qui compenseront les périodes sans vent ou sans soleil sont de nature à augmenter significativement les émissions de CO2 du parc électrique français, à l’inverse du résultat espéré.

Alors que l’action publique serait extrêmement efficace sur cette réduction en insistant davantage sur les économies d’énergie.

Le défaut des sources d’énergies renouvelables est qu’elles sont intermittentes et fatales. Ces deux spécificités ne vont-elles pas conduire à une augmentation des coûts de réseau ? N’est-ce pas le contribuable ou le consommateur qui devra payer, tôt ou tard, la facture ?

En 2015, le rapport Derdevet avait déjà relevé la nécessité de redimensionner le réseau électrique européen afin de lui permettre, non plus seulement d’alimenter les consommateurs, mais de refouler les excédents des énergies renouvelables « vers les niveaux de tension supérieure pour les répartir sur l’ensemble des territoires ». Le coût de cette restructuration qui se chiffre en centaines de milliards incombera effectivement au consommateur, notamment via le « Tarif d'Utilisation des Réseaux Publics d'Électricité » (TURPE), qui peut peser jusqu’à 46% sur les factures d’électricité et dans lequel sont notamment incluses les dépenses R&D du gestionnaire de réseau RTE.

Ces coûts s’ajoutent d’ailleurs à ceux des conditions d’achat des énergies renouvelables.

La Cour des Comptes a chiffré à 121 milliards les charges encore engagées par les seuls contrats déjà passé jusqu’à fin 2017 pour les EnR électrique (et biométhane).

Mais le plus grave est très probablement la perte de compétitivité des centrales programmables en raison des régimes partiels et à coups de fonctionnement que leur imposent les énergies intermittentes, et ce point est particulièrement sensible pour les réacteurs nucléaires. En effet, contrairement à une idée reçue, la plupart d’entre eux est capable de moduler sa puissance de 80%, en plus ou en moins, en moins de 30 minutes.

Et la puissance éolienne installée sera déterminante sur la rentabilité de ce parc, comme le remarque le rapport franco allemand « L'Energiewende et la transition énergétique à l’horizon 2030 »qui relève : « En France, le développement visé des énergies renouvelables et le réinvestissement dans le parc nucléaire au-delà de 50 GW comporterait un risque important de coûts échoués dans le secteur électrique. » Et tout en confirmant l’indispensable présence d’importantes capacités programmables, confirme une des raisons qui le pénalisera : « En 2030, un parc nucléaire maintenu à des niveaux élevés devra opérer plus fréquemment en suivi de charge, contribuant à la flexibilité du système électrique »

L’autre raison étant la baisse du cours du MWh provenant d’une situation rendue globalement surcapacitaire.

Comment expliquer alors ce projet ? Y a-t-il des intérêts privés à l’œuvre dans ce genre de planifications ?

Les intérêts privés sont incontournables et présents lors de toute décision politique. Et il convient de se garder du conspirationnisme qui consiste à voir la main des lobbies derrière chacune d’elle.

Qu’il s’agisse des laboratoires pharmaceutiques lors des campagnes de vaccination, ou des produits phytosanitaires lors de leurs autorisations de mise sur le marché, la défiance systématique de l’action publique nuit à l’évolution permise par les progrès de la science et des technologies.

Bien évidemment, chaque filière fait son possible pour être représentée au mieux dans les instances décisionnaires.

En l’occurrence, force est de constater que le fameux « lobby nucléaire » représente des entreprises presque entièrement détenues pas l’État, qu’il s’agit d’une filière à forte valeur ajouté et pourvoyeuse d’emplois hautement qualifiés sur la totalité de son cycle et qu’il ne semble pas que sa voix soit bien audible actuellement. Tandis que les éoliennes et panneaux photovoltaïques par eux mêmes sont presque exclusivement importés, largement exploités par des fonds privés et bénéficient d’une couverture médiatique incomparable.

Mais ce n’est pas à l’aune de cette différence qu’il convient de juger de la pertinence de leur planification.

La sortie du nucléaire des Allemands ne s’est pas faite sans un maintien de leurs centrales à lignite ou à charbon : n’y a-t-il pas une volonté de leur part, via leur appui au développement des énergies renouvelables, de faire croire à leur bonne conscience écologique ?

Les allemands ont une longue tradition antinucléaire. On peut même parler d’une coopération antinucléaire franco allemande dans la vallée du Rhin Supérieur qui fête son cinquantenaire cette année. Et l’Allemagne n’avait pas attendu le tsunami de Fukushima pour décider de se passer de l’atome.

En raison de sa grande dépendance au charbon, la politique climatique européenne imposait implicitement à l’Allemagne de miser sur les énergies renouvelables malgré leur intermittence et il n’y a aucune raison de douter de leur bonne foi, malgré l’évidence que leur réduction du nucléaire allait mécaniquement entraver leurs efforts visant à réduire leurs émissions.

Mais il ne semble pas que les allemands aient anticipé de telles difficultés pour fermer leurs centrales programmables, qu’ils n’ont encore pas réussi à réduire d’un seul MW en 15 ans, malgré le doublon intermittent de plus de 100 000 MW éolien/solaire. Car cette formidable puissance est susceptible de s’effondrer à moins de 1 % de sa capacité installée au moment où ils en auraient le plus besoin, comme ce 25 janvier, avec un passage à moins de 1 GW de puissance effective.

Par contre, la récente réforme du marché du carbone, qui s’accompagne déjà de l’envolée de son cours, pourrait amener l’Allemagne à une sortie accélérée du charbon. Mais, ainsi que l’analyse le spécialiste Hartmut Lauer, le gaz devrait tenir une large place pour le remplacer, dans la mesure où les gestionnaires de réseaux allemands craignent déjà de ne plus pouvoir faire face à leurs propres pics de consommation dès 2021, par manque de moyens programmables.

Et en tout état de cause, notre parc nucléaire confère désormais à la France un avantage compétitif sur ses voisins, qui sera d’autant plus important que le cours du carbone sera plus haut, ainsi qu’on doit s’y attendre.

C’est en regard de ces considérations qu’il faut s’interroger sur la pertinence du développement éolien dont l’effet pervers sera de forcer ce parc nucléaire à réduire sa puissance, pour cause de rentabilité, ainsi que le découvre désormais la PPE, et de devoir le remplacer, au moins partiellement, par le gaz qui ne demande pas de si lourdes contraintes sur la sécurité des investissements.

Et c’est en regard de cette réflexion qu’il faut s’efforcer d’interpréter les différentes incitations susceptibles d’infléchir notre politique énergétique.

A cet effet, le groupe des Républicains a acté le principe d’une Commission d’enquête à l’Assemblée Nationale sur les dessous de la Transition énergétique.

Le député Julien Aubert, instigateur de cette demande de transparence, vient de se demander dans les colonnes d’Atlantico  « pourquoi depuis 20 ans on s’entête à investir à fonds  perdus dans ces énergies tout en détériorant notre nucléaire » en évoquant « tout un écosystème de cabinets et de consultants qui ont grandement prospéré à l’ombre de cette transition écologique ».

Il semble que la même question se pose au sein du Sénat.

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 04/02/2019 - 23:38
Demain sera nucléaire
L'éolien et le solaire ne sont rentables que par des subventions publiques financées par des taxes (pour acheter chinois). Ça donne un prix de l'énergie exorbitant pour une production aléatoire à 99%, sur laquelle aucune économie ne peut reposer.
En plus, personne ne sait recycler les éoliennes et les panneaux photovoltaïques, qui ont une durée de vie de 25 ans, bien moins qu'une centrale nucléaire.
Revenons à 80% d'énergie nucléaire: c'est la seule solution.