En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© DR
Décision de justice

Mur des Cons : la dérive militante du syndicat de la magistrature condamnée par la justice

Publié le 01 février 2019
Dans l'affaire du "Mur des Cons" révélée par Atlantico en avril 2013, les juges de la 17e chambre ont condamné l'ex-présidente du Syndicat de la magistrature pour injures à l'encontre du père d'une jeune fille tuée. Le tribunal n'a donc pas suivi le parquet qui avait requis la relaxe de la prévenue.
Clément Weill-Raynal  est un journaliste de France 3. Il est l'auteur de la vidéo du "mur des cons" filmée au siège du Syndicat de la magistrature.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Clément Weill-Raynal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Clément Weill-Raynal  est un journaliste de France 3. Il est l'auteur de la vidéo du "mur des cons" filmée au siège du Syndicat de la magistrature.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans l'affaire du "Mur des Cons" révélée par Atlantico en avril 2013, les juges de la 17e chambre ont condamné l'ex-présidente du Syndicat de la magistrature pour injures à l'encontre du père d'une jeune fille tuée. Le tribunal n'a donc pas suivi le parquet qui avait requis la relaxe de la prévenue.

Atlantico : Dans l'affaire dite du "Mur des Cons" révélée par Atlantico en avril 2013, la 17e chambre a condamné l'ex-présidente du Syndicat de la magistrature pour injures faites au père d'une jeune fille tuée. Les politiques, eux, ont été déboutés de leurs demandes. Ce jugement vous parait-il satisfaisant?

Clément Weill-Raynal : Je tiens d'abord à rappeler que dans cette affaire, je n'étais pas partie civile mais juste témoin. Maintenant, si vous me demandez mon avis, je considère que l'on peut saluer l'indépendance des juges qui ont rendu ce jugement. Contrairement a ce qui a été avancé insidieusement et de manière inexacte par certains journaux, ce n'est pas une relaxe, mais bien un jugement de condamnation!  Le tribunal a considéré que le Mur des Cons constituait  une injure publique à l'encontre de tous ceux qui y étaient épinglés et il a motivé son jugement de manière très sévère à l'égard du Syndicat de la Magistrature. Les juges de la 17e chambre correctionnelle ont rejeté l'argument  selon lequel il ne s'agirait que d'une "blague de potache" ou encore d'une réaction de légitime défense de la part de magistrats agressés par le pouvoir politique… Mais surtout, le tribunal a souligné que ce Mur des Cons était une oeuvre "collective"  et que la faute morale retombe non seulement sur la présidente du Syndicat mais sur tous ceux qui ont participé à l'édification de ce pilori politico-judiciaire. A mon sens, ce jugement est bien la condamnation d'une dérive militante dans laquelle se sont laissé entraîner des magistrats qui avaient pourtant fait le serment de rendre une justice impartiale. 

Beaucoup de plaignants ont été déboutés, pour quelles raisons? 

Certes, tous les politiques ont été déboutés, mais pour des raisons de pure forme. Le tribunal a néanmoins reconnu qu'ils avaient été, eux-aussi, injuriés. L'affaire du Mur des Cons relève du droit de la presse qui est un droit très complexe, plein de chausse-trappes procédurales…Il restait le cas du Général Schmitt, le père d'une jeune fille assassinée par un multirécidiviste. Les "magistrats-potaches" avaient considéré qu'il méritait d'être épinglé sur ce mur de l'injure car il avait eu le grand tort de critiquer le laxisme de la justice. Là, les juges de la 17e chambre correctionnelle ont considéré qu'on ne pouvait pas jeter un pudique manteau de Noé sur cette ignominie. Le cas du Général Schmitt est le plus emblématique. Il résume à lui seul le scandale du Mur des Cons.

L'affaire du Mur des Cons a suscité une vive polémique et a eu un retentissement considérable. En quoi, cela a été bénéfique?

Les images du Mur des Cons ont provoqué un choc dans l'opinion parce que les images vidéos étaient édifiantes. Ces images étalaient sur la place publique une réalité que certains dénonçaient depuis des lustres mais qu'il n'était toujours aisé à démontrer: au nom d'une conception très militante de la justice, des magistrats - heureusement minoritaires au sein de l'institution - se sont laissés entrainer dans une dérive idéologique inquiétante. S'ils épinglent en ricanant des justiciables en fonction de critères politiques, sont-ils en mesure de rendre la justice de manière équitable? C'est la question que l'opinion s'est légitimement posée. L'affaire a jeté une lumière très crue sur le Syndicat de la Magistrature qui bénéficiait d'une image positive, entretenue complaisamment par une parte de la presse. Je pense que le jugement du 31 janvier 2019 est une sorte de carton rouge, de rappel à l'ordre. Et c'est une bonne chose. On se souviendra longtemps du Mur des Cons. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

02.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

05.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

06.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

07.

Les relations entre frères et soeurs : un lien primordial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Sidewinder
- 02/02/2019 - 06:41
Justice Française
Que peut-on attendre de notre système judiciaire ? Simplement le pire. D'une part il dépend de l'exécutif (le ministère de la Justice fait partie de l'exécutif) d'où une séparation des pouvoirs clownesque, d'autre part ces gens-là se jugent entre eux…ce qui garantit les "retours d'ascenseur". Mais bon, ne regardons pas ce qui se fait ailleurs ou parlons-en en mal, comme ça nous pouvons nous acheter une bonne conscience à pas cher.
Anouman
- 01/02/2019 - 20:07
Mur
Condamnée à quoi exactement?
AZKA
- 01/02/2019 - 14:45
C'est clair que pour ces raclures
De gauche, la fille assassinée d'un général est une contingence surtout que des jeunes de banlieue, sainte minorité sociétale, en étaient les auteurs.
Syndicat National de Merde.