En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

04.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

05.

Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique

06.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

07.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

06.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

ça vient d'être publié
Régal pour les papilles
Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement
il y a 4 heures 36 min
pépite vidéo > Science
"Star mondiale" de la microbiologie
Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique
il y a 10 heures 16 min
pépites > Santé
"Le combat ne fait que commencer"
Retrouvez les principales annonces d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran sur le Covid-19
il y a 13 heures 16 min
pépites > Société
Ravages des "fake news"
Plus d'un quart des Français considèrent que le Covid-19 a été fabriqué dans un laboratoire
il y a 15 heures 43 min
pépite vidéo > Religion
Solidarité avec les malades
Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"
il y a 17 heures 42 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Traquer et terrasser le fléau : la lutte acharnée de Pasteur et d’Adrien Loir contre le mal rouge des porcs dans le Vaucluse

il y a 19 heures 49 min
décryptage > Economie
Choix cornéliens

Covid-19 : des morts plutôt que la crise ?

il y a 20 heures 15 min
décryptage > Economie
En toute sécurité

Comment les grandes entreprises ont parfois changé de locaux pour se cacher dans des bureaux "secrets"

il y a 20 heures 46 min
décryptage > Finance
Nerf de la guerre

Crise de trésorerie généralisée : tensions (évitables) sur le secteur bancaire

il y a 21 heures 29 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad
il y a 22 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le bon sens" de Michel Bernard : un récit imprégné de la vie de Jeanne d’Arc

il y a 4 heures 59 min
pépite vidéo > Santé
Pédagogie et mobilisation du gouvernement
Coronavirus : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 11 heures 23 min
décryptage > Société
Egoïsme ?

Pourquoi il est si compliqué d’accepter les règles du confinement même quand on en a compris l’intérêt

il y a 21 heures 9 min
pépites > Politique
Solidarité européenne
Coronavirus : Emmanuel Macron défend la stratégie de la France face à l’épidémie
il y a 16 heures 23 min
pépites > Santé
Soulager les soignants et les travailleurs
Covid-19 : la France s’engage à commander un milliard de masques auprès de la Chine
il y a 18 heures 19 min
décryptage > Société
Tentation

Coronavirus : la dérive totalitaire ?

il y a 20 heures 1 min
décryptage > Défense
Terrorisme

Afrique : malgré le coronavirus, la guerre continue

il y a 20 heures 35 min
décryptage > Santé
Exemple chinois

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

il y a 21 heures 3 min
décryptage > Science
Hécatombe

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

il y a 21 heures 47 min
décryptage > Santé
Nembro

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

il y a 22 heures 48 min
© PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
© PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Atlantico Business

Grand débat : Si le mariage d’une démocratie directe et du pouvoir d’achat ressemblait aux ressorts du « capitalisme californien. »

Publié le 30 janvier 2019
Après 3 semaines d’incertitudes, le grand débat s’installe un peu partout en France et il n’y a pas de raison pour que le besoin profond de ce pays ne corresponde pas à l’ambition de ses dirigeants.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après 3 semaines d’incertitudes, le grand débat s’installe un peu partout en France et il n’y a pas de raison pour que le besoin profond de ce pays ne corresponde pas à l’ambition de ses dirigeants.

Après 3 semaines de polémique et de doutes, le grand débat national, qui a été inventé par le gouvernement pour occuper le terrain, calmer le jeu social et par conséquent, apporter des réponses à la mobilisation des Gilets jaunes, pourrait bien finalement accoucher d’un système d’organisation totalement nouveau.  

Un système où pourraient se marier des formes de démocratie directe avec des mécanismes puissants de création de pouvoir d’achat. Un système qui se rapprocherait d’un capitalisme à la californienne. Pourquoi pas ?

On serait loin de la culture traditionnelle française fondée sur un capitalisme de connivence et un centralisme d’Etat, mais on ne serait pas très éloigné de ce à quoi rêvait Emmanuel Macron pendant sa campagne présidentielle. Pas très éloigné non plus de ce que demande la majorité des Gilets jaunes quand on décode leur diatribe.  

D’un côté, une demande de réussite et d’épanouissement personnel, de l'autre, une ambition de dépoussiérer les vieilles structures françaises. Les uns et les autres devraient quand même finir par se rencontrer.

Dans l'histoire des idées économiques, le «  capitalisme californien » est né, comme son nom l'indique, entre Los Angeles et San Francisco, du mariage improbable entre les hippies (ou leurs enfants) des années 1960 et l’arrivée de l'ordinateur et de l’internet dans les années 1980/90.

Cette cohabitation a donné naissance à une multitude d’innovations technologiques et surtout, à des type d’organisations sociales très originales fondées sur les rapports de partage et de collaboration (dont Uber, Airbnb ou Blablacar en sont les illustrations les plus connues aujourd'hui), fondés sur une expression très libre, une grande transparence, une protection acharnée de la liberté individuelle, d’où la concurrence de marché comme un des leviers du progrès et une méfiance maladive des pouvoirs d’Etat. Le tout dans un écosystème structuré par les lois du capitalisme financier.

Ce capitalisme financier a profité à des couches de populations très larges, à commencer par les salariés et les retraités (via les fonds de capitalisation) et a permis de dégager de marges de financement des investissments à long terme. Ce capitalisme californien a échappé à la malédiction du court termisme mais il a bouleversé aussi tous les rapports sociaux sur l’ensemble de la planète.

Ces dernières années, le capitalisme californien a tellement bien réussi dans un univers mondialisé qu’il a donné naissance à des énormes entreprises (les GAFA), capables de capturer le résultat des efforts fournis par tous ses partenaires, les clients et les prestataires. Elles ont aussi installé des systèmes mondiaux, pour capturer les fruits de l’action publique sur les marchés où elles  opèrent sans avoir à payer leur quote-part d’impôts.

Si on s’arrête à la Californie qui a servi de terrain à cette nouvelle économie, on ne peut que constater l'immense richesse produite par l’Etat tout entier : le plein emploi, avec un pouvoir d’achat moyen par tête qui met la Californie parmi les 5 pays les plus riches de la planète.

Le capitalisme californien est donc un système libéral surdopé à l’individualisme, oxygéné par la mondialisation et surtout alimenté par l’innovation. Cette forme d’organisation est contagieuse, l’uberisation ne touche pas que le secteur des taxis ou de l’hôtellerie, elle peut aussi se répandre dans le système de production des services à la personne (santé et éducation) et pourquoi pas demain, dans les services sociaux et public.

 

Alors, quel rapport avec ce que nous vivons aujourd’hui en France ? Le rapport est très simple.

 1erpoint, si on considère que les mouvements populistes auquel on peut rattacher celui des Gilets jaunes sont le fait de populations déclassées par les effets de la mondialisation et du progrès technologique, on peut parfaitement comprendre que le desir profond de ses populations serait bien sûr de profiter des avantages de ces modernités. La colère se nourrit du manque de liberté pour disposer des bienfaits du progrès et de l’injustice qu’ils ressentent  par rapport à ceux qui sont montés dans le train.

Par conséquent, la réponse qu’il faut apporter passe forcement par les moyens et les clefs d’accès à un système dont ils se sentent exclus. Ces moyens, ça n’est pas forcément de la redistribution ou du service public. Ces moyens, ça peut être de la liberté individuelle. Liberté de disposer de la totalité de la richesse crée par le travail, liberté d’échapper à la tutelle de l’Etat jusqu’à la liberté de choisir ses dépenses sociales et publiques. Liberté aussi d’accéder au capital des entreprises où ils travaillent. La participation et la redistribution des richesses créées dans l‘entreprise  reste un des ressorts les plus puissants de l’économie américaine.

Les revendications multiples qui fleurissent dans les réunions du grand débat traduisent en fait une demande de liberté individuelle. C’est d’ailleurs ce qui explique que les mouvements de gauche soient aussi gênés par cette explosion sociale d’un nouveau genre. Que les syndicats s’interrogent aussi fortement de leur côté.

 

2e point, si on accepte de penser que cette colère était latente dans ce pays depuis de nombreuses années, on peut aussi considérer qu’Emmanuel Macron est un enfant de cette colère. Il est arrivé de nulle part , en balayant toutes les structures politiques précédentes, avec un programme de rénovation fondée sur la nécessité de renforcer la compétitivité des entreprises, fondé sur le business comme levier de redressement, fondé sur la prise en compte de la mondialisation et la nécessité de s’y adapter, fondé sur l‘idée que la France n’avait pas trouvé les ressorts de son redressement de son bonheur collectif dans son modèle social. Toutes les réformes lancées par Emmanuel Macron concourent à rénover le capitalisme français en s’inspirant de ce qui s’est passé en Californie et les premiers résultats de 2018 ne sont pas si médiocres. Le chômage n’a, certes, pas baissé, mais le nombre de créations d’entreprises a explosé pour atteindre les 691 000 entreprises. Les levées de fond, c’est à dire les demandes de capitaux pour financer les jeunes entreprises ont battu des records à plus de 3,7 milliard d‘euros. Il y a d’ailleurs des coïncidences intéressantes, si on rapproche le montant de ces levées de fonds à celui de l‘ISF dont les grandes fortunes  financières ont été exonérées. Sans commentaire ! On ne peut pas dire que l’ISF non payé a servi aux financements des entreprises du futur, mais enfin il a bien fallu trouvé les fonds quelque part pour couvrir ces augmentations de capital.

 

Conclusion. Si d’un côté, il y a un besoin d’expression évident et une colère légitime qu’il faut écouter et si de l’autre, il existe une ambition  vers un capitalisme plus efficace, ces deux cotés du débat pourraient finir par se rencontrer.

Se rencontrer oui, à une condition, qu’on retrouve dans ce pays des élites et des corps intermédiaires, parce que l’action politique a évidemment besoin d’experts, de réalisateurs sinon les grands débats tourneront en rond très rapidement et fabriqueront de la frustration.

Les élites ne sont plus crédibles aux yeux des Gilets jaunes et de tous les Français qui les soutiennent. Quant aux corps intermédiaires et aux contre-pouvoirs, Emmanuel Macron les a explosés.

Les corps intermédiaires et les contrepouvoirs, ça se fabriquent. Les élites aussi. C’est aux organisations associatives ou syndicales de devenir « désirables », elles sont capables de le devenir pourvu qu'on les laisse faire. Quant aux élites, c’est au système éducatif de le produire. On ne peut pas dire que le ministre de l’Education nationale ne s’en occupe pas. C’est son principal chantier. Fabriquer des produits issus de la scolarité pour qu'ils soient en phase avec la modernité. C’est la première fois depuis 25 ans.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

04.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

05.

Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique

06.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

07.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

06.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lémire
- 01/02/2019 - 18:06
La Californie comme modèle ?
C'est un état où :
- à force de baisses d'impôts votées par référendum, la police et les pompiers sont en sous-effectif chronique (cf. les récents incendies), alors que la justice oblige à vider les prisons
- le bon peuple californien a voté un référendum imposant la prison à vie automatique pour la 2ème récidive d'un délit (horresco referens)
- les travailleurs "pauvres" (ni informaticiens, ni vendeurs de choc) ne trouvent pas à se loger dans la région de San Francisco, et sont nombreux à coucher dans leur voiture (pas électrique...)
- les producteurs font leurs marges en tournant à Vancouver, Seattle ou dans les Carolines et autres états "trumpiens", permettant de sur-salarier les stars, les uns et les autres gardant leur supériorité morale
- les "premiers de cordée" sont les bénéficiaires du gigantesque siphonnage des impôts de l'Europe, ce qui ne gêne pas leur posture "libérale"
Bref, le capitalisme californien génère de gigantesques inégalités et repose sur des "externalisations" permises par son appartenance aux USA. Les gilets jaunes apprécieront...
A tout prendre, je préfère le Canada, malgré son complexe de supériorité à la scandinave et son reniement du bilinguisme
Sidewinder
- 30/01/2019 - 21:37
Californie
Pour information : le taux de chômage en Californie est de 4.1%, ce qui est la moyenne Américaine. Amazon et Microsoft ont leur siège social dans l'Etat de Washington (pas la capitale).
La Californie n’est pas le seul Etat à produire de bonnes start-up : le Texas n’est pas mal non plus.

COUKOUCéMOI
- 30/01/2019 - 21:04
En Californie il y a des... Californiens !
et pas de gauchos-socialos et autres communistes qui gangrènent la France depuis des décennies. Uber et Airbnb sont justement les entreprises sur lesquelles, en France, ça tire à volonté de la part des professionnels des secteurs concernés, des syndicats, jusqu'au fisc etc... C'est donc pas gagné ! Question de culture et de mentalités. Le copier/coller, ça fonctionne, mais uniquement sur un PC !
Quant au rapport peuple/"élite", c'est précisément par là qu'il faut commencer. Ceci suppose un changement radical du système électoral français. La Démocratie est un système politique dans lequel la souveraineté émane du peuple. Ce n'est pas le cas. Pour que cette souveraineté s'exerce, SEULE l'application du concept de la CME le permettra, dans le cadre d'une absolue légitimité. Cela implique la responsabilité réciproque élus/électeurs et l'équilibre entre Droits et Devoirs de chacun. Le concept de la CME est pacifiquement révolutionnaire, aux antipodes du gadget démago-anarcho-populiste qu'est le RIC, qui est la vraie fausse bonne piste, n'étant qu'une composante supplémentaire du système que ses promoteurs pourfendent; ce qui est contradictoire et un non sens.