En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Dans la tête des Français

Une France à cran : ce clivage dur comme de la pierre créé par Emmanuel Macron autour de sa personne

Publié le 29 janvier 2019
Dans la lignée de la séquence POP2017, Bruno Cautrès accompagne BVA pour suivre le quinquennat. Sa dernière chronique :
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans la lignée de la séquence POP2017, Bruno Cautrès accompagne BVA pour suivre le quinquennat. Sa dernière chronique :
La dernière enquête de l’Observatoire de la politique nationale réalisée par BVA pour Orange, RTL et La Tribune, montre une hausse de la popularité d’Emmanuel Macron (+ 4 points, soit 31% de bonnes opinions). Après avoir stabilisé sa chute le mois dernier, cette légère remontée de popularité permet-elle à Emmanuel Macron de sortir de la saison en enfer qu’il vient de passer ? En adressant sa lettre aux Français et en lançant le Grand débat national, Emmanuel Macron a appuyé sur le siège éjectable… à quelques secondes du crash ! Éjecté en catastrophe de l’avion de l’impopularité radicale en flamme, il semble reprendre des couleurs. 
 
Le Président a pu atterrir et repartir sitôt au combat, mais dans quel état ? Emmanuel Macron souhaite renouer avec la méthode de la grande marche du printemps / été 2016 qui lui avait tant réussi, mais beaucoup de Français souhaitent qu’il modifie le plan et la direction de départ. La grave crise que nous avons traversée a marqué la fin du macronisme triomphal, celui qui donnait le sentiment d’invincibilité. Les gilets jaunes ont faire mettre un genou à terre à Emmanuel Macron et sa popularité en légère hausse est toujours marquée par un niveau très bas (69% d’opinions négatives). Si l’on regarde le contenu qualitatif de l’image d’Emmanuel Macron aujourd’hui, aucune des annonces et aucune des images du Président se jetant à corps perdu dans l’arène du Grand débat n’a fait bouger les lignes en fait !
 
Les réponses données par les Français à la question ouverte posée par BVA sur l’image du Président nous en disent long. Le répertoire des mots les plus fréquemment utilisés à propos d’Emmanuel Macron, en positif ou en négatif, semble figé et n’a pas subi d’évolution depuis le mois dernier. Reprenant la posture du candidat qui tombe la veste, remonte les manches, va « au contact », multiplie les expressions voulant incarner la proximité avec le peuple (« les enfants »), mettant les rieurs de son côté ou affrontant la contradiction, Emmanuel Macron n’a pas ménagé sa peine. Un marathonien du meeting électoral qui veut mettre KO ses contradicteurs en leur en imposant physiquement et intellectuellement. Mais les Français, même s’ils reconnaissent ces qualités athlétiques à Emmanuel Macron, doutent toujours du résultat final et beaucoup lui disent « so what ? ».
 
Comment expliquer cet état de l’opinion ? Un fossé, rapidement apparu au début de son mandat, n’a en fait cessé de s’approfondir entre deux grandes narrations à propos d’Emmanuel Macron. D’un côté, la narration élogieuse mais minoritaire, admirative d’Emmanuel Macron et qui le décrit sous les traits du réformateur dont la France a besoin (le mot « réforme » est cité 42 fois dans les verbatims des réponses à la question ouverte), de la jeunesse (l’adjectif « jeune » est utilisé 24 fois) et du courage (15 fois). De l’autre côté, la narration négative très largement majoritaire, celle qui le rejette en bloc voire éprouve de la détestation à son égard : les verbatims négatifs débordent de mots qui évoquent, à propos d’Emmanuel Macron, le « président des riches » (le mot « riches » est cité 120 fois !), « l’arrogance » (le mot est utilisé 49 fois), le « mépris » dans lequel il tiendrait les Français (40 fois), l’absence d’écoute. Pour beaucoup de Français, Emmanuel Macron n’est en fait qu’à l’écoute des « riches » ou de lui-même et pour certains cela revient au même.
 
Ces deux narrations à propos d’Emmanuel Macron sont comme deux planètes, deux « mondes », que rien ne semble plus pouvoir aligner. Au centre de cette cosmologie, Emmanuel Macron en point de mire de tout : le salut ne peut venir que de lui ou c’est par sa faute que nous vivons l’enfer. La personnalisation du pouvoir, pour le meilleur et pour le pire.
 
La force des mots utilisés par les Français raconte la capacité qu’aura eu le plus jeune Président de la Vème République à créer autour de sa personne un clivage aujourd’hui dur comme de la pierre. Emmanuel Macron voulait opposer le progressisme au conservatisme et être le rassembleur du premier. Mais l’interprétation qu’il en a donné tourne au clivage sur sa personne. En s’impliquant et en s’exposant autant dans le démarrage du Grand débat national, il a pris le risque d’accentuer encore ce trait. Des interrogations à propos du Grand débat national transparaissent d’ailleurs clairement à travers la discussion en ligne qu’ont eu les membres de la communauté POP by BVA : « Il y a débat, chacun peut y participer et faire valoir son point de vue. Qu'en sortira-t-il ? Nous ne le savons pas. Sera-t-il tenu compte des demandes qui finiront en tête du Grand débat ? Je ne vais pas faire de procès d'intention et je vais participer au débat. Je dois dire que je suis réservé sur ce qu'il en sortira », nous dit un retraité de la région PACA.
 
Décidément, plus que jamais se pose la question de l’évolution de notre système démocratique. Le coût humain de la grande crise que nous traversons est unique en Europe ; aucun autre pays de l’UE ne voit la contestation des choix du pouvoir tourner à une hécatombe de blessés, d’estropiés, de dégâts matériels et économiques. Les insultes fusent, même chez ceux qui défilent pour appeler à la réconciliation ! Ce système qui porte (tous les cinq ans) aux nues un homme destiné à concentrer sur sa personne tous les espoirs, toutes les tensions, tous les rêves, toutes les déceptions est-il si bon ? Nous en sommes plutôt fiers en France mais le reste de l’Europe nous regarde effaré par l’écart abyssal entre ce que nous montrons de nous et notre aspiration à guider l’Europe. Le débat qui s’engage pourrait être celui de la dernière chance pour Emmanuel Macron et pour un système politique qui semble à court (à bout ?) de souffle. Le fameux génie français doit se réveiller…
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

02.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

03.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

04.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

05.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

06.

Psychogénéalogie : comment les générations familiales qui nous précèdent laissent leur empreinte sur notre identité

07.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ullman
- 29/01/2019 - 19:12
IMPOSTURE
Le Grand Débat N’A PAS LIEU D’ÊTRE : l’instauration de ce Débat sous-entend que le PR a été élu en ignorant qu’il y a des problèmes en France, et leur nature, et qu’il n’a pas spontanément l’amorce d’une solution à proposer.
Il aurait besoin que les Français lui expliquent deux mois durant… Sérieux ?
PIRE : depuis 2 mois que les Gilets Jaunes lui gueulent ce qui ne va pas à pleins poumons, il n’aurait rien entendu ni rien compris ?
ENCORE PIRE : venez causer et vider votre sac, mais RIEN NE SERA DÉTRICOTÉ. – En plus, IL NE DÉBAT PAS, il explique EN QUOI IL A RAISON.
Goog luck, Mister President !
cloette
- 29/01/2019 - 14:40
Changement de constitution ?
Moi, je n'en sais fichtrement rien , tout ce que je pressens, c'est que l'ancien monde à été remplacé par le nouveau, à moins que nous soyons dans l'entre deux, un clair obscur où Hollande puis Macron sont apparus , et qu'il nous faut encore juste un peu patienter pour que l'aurore naisse.
BienVu
- 29/01/2019 - 13:56
Simplisme
Comme le montrent les événements de ces derniers jours et, avant, la dernière élection présidentielle, la société française est complètement disloquée et politiquement éclatée. Qui peut penser que cette situation est due à « un système politique qui semble à court ou à bout de souffle » et qu'il suffirait d'en changer pour que tout revienne rose ? C'est de l'ultra-courte vue d'un spécialiste qui ne lève pas le nez de ses comptes quotidiens. Qui a toujours applaudi à «ce système qui porte (tous les cinq ans) aux nues un homme » ? Certainement le système médiato-politique (incluant les sondeurs) auquel ça rapporte un max. Déjà en 2000, le « Peuple » (comme il est de bon ton de l'écrire aujourd'hui) avait manifesté par son abstention un désintérêt pour ces questions politiciennes. Aujourd'hui encore, si j'ai bien lu Ch. Guilluy dans son interview à Atlantico, il n'est aucunement question de changement constitutionnel pour résoudre les "Fractures françaises". J'approuve donc totalement Henri Guaino pour son article dans RT . Si « le genie français doit se réveiller », ce n'est pas en changeant de Constitution qu'il se manifestera. Le problème est bien plus grave... et plus complexe.