En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

04.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

05.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

06.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

07.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

06.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

01.

Cette dénonciation frénétique de l’islamophobie qui masque si souvent un islamo-mépris qui s’ignore

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

04.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

05.

Débat sur l’immigration : le gouffre d’une société moralement désarmée

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
pépites > Europe
A contre courant
Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe
il y a 10 heures 29 min
pépites > Education
Urgence
Violence scolaire : "entre 20 et 30 incidents graves" chaque jour, selon Jean-Michel Blanquer
il y a 11 heures 2 sec
pépites > International
Danger
Syrie : 800 proches de djihadistes se seraient échappés d'un camp
il y a 11 heures 52 min
pépite vidéo > International
Catastrophe
Japon : images de désolation après le passage du typhon Hagibis
il y a 12 heures 38 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

« Les sanglots longs », ou l’art et la manière de passer l’automne en compagnie des meilleurs esprits de ce temps

il y a 16 heures 51 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Connecter les habitats naturels : un véritable espoir pour sauver la biodiversité
il y a 17 heures 12 min
décryptage > Société
Monde malade

De Mickaël Harpon, au pilote de Germanwings, en passant par les tueurs de masse : la crise du sens qui ébranle le monde occidental

il y a 17 heures 44 min
décryptage > Media
Tribune

Lynchage sur les réseaux, retour sur l'affaire de la Ligue du LOL

il y a 18 heures 39 min
décryptage > France
Coûteux principe de précaution

Lubrizol : qui va payer l’addition pour les exploitations agricoles touchées ?

il y a 18 heures 41 min
light > People
Carnet rose
Nabilla a accouché d’un petit garçon
il y a 10 heures 42 min
pépites > Environnement
Pas désintéressés
A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine
il y a 11 heures 11 min
pépite vidéo > Politique
Islam
L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demander à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté
il y a 12 heures 20 min
pépite vidéo > Histoire
Historique
Israël : découverte d'une grande cité vieille de 5.000 ans
il y a 12 heures 49 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
On ne migrera pas vers d'autres planètes selon Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019 ; Sur Mars, Curiosity découvre les traces des dernières étendues d’eau ; Saturne a plus de lunes que Jupiter : découverte de 20 nouveaux satellites naturels
il y a 13 heures 46 min
décryptage > Santé
Perte de chance

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

il y a 17 heures 1 min
décryptage > Environnement
Mutins de Panurge

Cette épidémie de pensée magique qui se répand chez les activistes de l’environnement

il y a 17 heures 33 min
décryptage > Sport
Surhumain

Un marathon en moins de deux heures : jusqu’où pourra-t-on repousser le corps humain en matière d’exploits sportifs ?

il y a 18 heures 39 min
décryptage > Economie
Sans vision

Budget 2020, une occasion ratée

il y a 18 heures 39 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

il y a 18 heures 42 min
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
Lunatiques

Après les Chinois, l’Europe : comment s’explique ce retour de flammes pour la Lune ?

Publié le 23 janvier 2019
L'agence spatiale européenne (ESA) l'a annoncé ce lundi 21 janvier : l'Europe spatiale vise la Lune, à l'horizon 2025.
Olivier Sanguy est spécialiste de l’astronautique et rédacteur en chef du site d’actualités spatiales de la Cité de l’espace à Toulouse.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Sanguy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Sanguy est spécialiste de l’astronautique et rédacteur en chef du site d’actualités spatiales de la Cité de l’espace à Toulouse.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'agence spatiale européenne (ESA) l'a annoncé ce lundi 21 janvier : l'Europe spatiale vise la Lune, à l'horizon 2025.

Atlantico : L'agence spatiale européenne (ESA) l'a annoncé ce lundi 21 janvier : l'Europe spatiale vise la Lune, à l'horizon 2025. Une annonce qui survient peu de temps après que la Chine ait réussi l'exploit de faire alunir sur la face cachée de la Lune un rouvert. Pourquoi un tel regain d’intérêt européen pour le satellite lunaire ?

Olivier Sanguy : La Lune est une destination qui est désormais visée par plusieurs agences spatiales. La NASA en a fait clairement une priorité de l'après-ISS (Station Spatiale Internationale) avec son projet de station habitée autour de la Lune et qui a, pour le moment, le soutien de la Maison-Blanche. Elle a aussi annoncé fin 2018 avoir sélectionné plusieurs sociétés privées afin qu'elles développent une prestation de service de cargo automatique vers notre satellite naturel. L'idée est que, si l'agence américaine veut mener une mission scientifique à la surface de la Lune, elle puisse faire appel "sur catalogue" à un fournisseur qui se chargera d'amener le ou les instruments nécessaires à destination selon une grille tarifaire définie à l'avance. La Chine s'est en effet posée sur la face cachée de la Lune début janvier et a de plus annoncé qu'elle mènerait d'autres missions, comme un retour d'échantillons à la fin 2019 si le planning est respecté. L'Inde doit aussi envoyer un atterrisseur vers la Lune cette année. Pour quelles raisons ? La Lune reste une destination scientifique intéressante. Étudier notre voisine céleste c'est aussi comprendre la formation de la Terre. La Lune est de plus considérée comme une sorte d'entraînement pour, plus tard, envisager le voyage habité vers Mars. Par exemple, sur la Lune, on pourra essayer des techniques permettant d'utiliser les ressources locales. Ne pas avoir à tout transporter sur place (eau et carburant par exemple) pourrait bien révolutionner la façon de mener les futures missions d’exploration, qu’elles soient robotiques ou habitées. C'est d'ailleurs un des objectifs affichés par l'annonce de l'ESA : tenter d'extraire de l'eau et de l'oxygène du sol lunaire. Attention toutefois aux termes exacts employés dans le communiqué de presse officiel. Le contrat passé entre l'ESA et ArianeGroup est, je cite, "dédié à l'étude et à la préparation d'une mission visant à aller sur la Lune". Autrement dit, on parle ici d'une étude et pas de la mise en route d'une mission.

Seuls 3 pays ont réussi à envoyer des hommes ou du matériel sur la Lune : les États-Unis, la Russie et la Chine. L'ESA et ArianeGroup souhaitent donc prouver que l’Europe n'a besoin de personne pour se poser sur la Lune. Quels sont les autres enjeux de cette mission ?

L'enjeu est déjà de montrer comme vous le dites que l'Europe n'a besoin de personne pour se poser sur la Lune. Comme dit précédemment, on constate un intérêt important pour la Lune. Si l'ESA souhaite participer à cet effort en ayant une place de choix, ou au moins être un partenaire de haut niveau, elle doit montrer qu'elle est capable d'assumer une telle ambition. Je rappelle que mener une mission spatiale ou être un partenaire de premier rang d'une mission est le seul moyen d'en avoir des retombées industrielles et scientifiques significatives. Même si l'ESA a déjà démontré son savoir-faire avec des missions d'exploration réussies (comme Rosetta) ou encore avec des programmes très complexes à l'image des vols cargo à destination de l'ISS (5 vaisseaux ATV de 2008 à 2014), rien ne remplace la réalité du terrain. Or, la seule mission lunaire de l'ESA fut la petite sonde SMART-1 qui tourna autour de notre satellite naturel de novembre 2004 à septembre 2006 sans s'y poser (elle s'y écrasa de façon volontaire, mais ce n'est pas un atterrissage). À plus long terme, ce type de mission fait progresser le tissu industriel, technologique et universitaire européen, ce qui est un atout pour l'avenir.

L'ESA ne gagnerait il pas à concentrer ses efforts sur une mission 100 % européenne vers Mars au lieu de viser la Lune ?

Il est du spatial comme il est d'autres domaines. Il est impossible de ne faire qu'une seule activité. Imaginez demain que la médecine ne se concentre que sur la grippe. Un sujet important, personne ne le niera, mais qu'en est-il des autres maladies ? En fait, on aboutirait très vite à un énorme problème de santé publique si on délaissait les autres initiatives de recherche médicale. Un programme spatial doit donc être multiple avec certes des arbitrages en fonction des budgets disponibles. Ici, l'approche prise semble prudente puisqu'on mène une étude, qu'on peut voir comme une étude de faisabilité, avant de se lancer dans un programme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

04.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

05.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

06.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

07.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

06.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

01.

Cette dénonciation frénétique de l’islamophobie qui masque si souvent un islamo-mépris qui s’ignore

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

04.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

05.

Débat sur l’immigration : le gouffre d’une société moralement désarmée

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 23/01/2019 - 23:13
Quand l'ESA montre la Lune, je regarde le doigt
L'homme n'a rien à faire sur la Lune, et rien sur Mars non plus.
Il y a tellement de choses à faire sur Terre, et on consacre un pognon de dingue pour aller là où il n'y a rien, ou rien qui vaille.
Les Américains y sont allés par orgueil nationaliste en 1969, y sont retournés quelquefois pour essayer de prouver qu'il y avait un intérêt, et ont arrêté parce qu'il n'y avait rien.
Et on veut recommencer ?
"Ce type de mission fait progresser le tissu industriel et technologique..." C'est sûr que c'est mieux que faire la guerre ! Mais nourrir et soigner correctement des milliards de gens qui en ont besoin, c'est pas plus important ?