En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
Pierre précieuse
Peut-on encore s’enrichir autrement qu’avec l’immobilier en France ?
Publié le 21 janvier 2019
C’est bien connu les Français ont une passion pour la pierre à moins que cela soit l’inverse.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C’est bien connu les Français ont une passion pour la pierre à moins que cela soit l’inverse.

C’est bien connu les Français ont une passion pour la pierre à moins que cela soit l’inverse. 61 % du patrimoine des ménages est en effet constitué de logements et de terrains. 7039 milliards d’euros sur un total de 11 494 milliards d’euros en 2017 selon les dernières statistiques publiées par l’INSEE.

En quelques générations le patrimoine des ménages a fortement progressé, c’est avant tout à la pierre qu’il le doit. En effet, en vingt ans le prix de la pierre a doublé et le patrimoine net des ménages est passé de 5,6 à 8,5 fois le revenu disponible brut annuel. A la sortie de la Seconde guerre mondiale, la fortune des ménages ne dépassait pas quelques mois de revenus. Tous les Français ne sont pas égaux devant la hausse du patrimoine. Les 20 % les plus modestes ne sont guère concernés par ce phénomène qui concerne les 20 et surtout les 1 % les plus aisés. Ce sont les propriétaires urbains vivant dans les grandes villes ou à proximité d’un littoral, plutôt âgés. Le patrimoine, c’est une question de patience. Il se construit par accumulation. Or, avec une population vieillissante, il est logique que le patrimoine augmente. Mais, un propriétaire d’un appartement à Paris ou au bord de la mer ne fait pas de lui un riche. C’est avant la conséquence d’une rareté.

Bien évidemment, la montée en puissance du patrimoine immobilier est le produit d’une préférence répétée des Français pour la pierre. Ainsi, près de 59 % des ménages sont propriétaires ou accédants à la propriété de leur logement, alors que cette proportion s’établissait à moins de 55 % quinze ans plus tôt. Mais, ce taux n’explique pas tout loin de là. En effet, dans bien d’autres pays, le taux de propriétaires est supérieur, en Espagne, en Italie ou au Royaume-Uni. Cette surreprésentation de l’immobilier est avant tout la conséquence d’un phénomène de rareté des biens immobiliers et de la faiblesse du patrimoine financier. L’immobilier est cher en France, du moins dans certaines villes car tout le monde veut habiter au même endroit. La métropolisation et la tertiarisation du pays ont accentué ce phénomène. Par ailleurs, de plus en plus de Français veulent habiter près de la mer. La façade atlantique comme celle de la Méditerranée sont de plus en plus prisés favorisant la hausse des prix dans ces régions. Il en est de même pour les cœurs des grandes agglomérations Dans le même temps, la réglementation sur le foncier, les normes dans le bâtiment ont réduit les possibilités de construction et ont en renchéri les coûts. L’existence depuis plus de vingt ans d’une crise du logement est la preuve d’un déséquilibre structurel du marché. De nombreux rapports ont souligné que les aides aux logements loin de résoudre le problème contribuaient à la hausse des prix.

Les Français privilégient la pierre car elle est à leurs yeux une valeur refuge. Ils ont oublié qu’elle pouvait connaître d’amples fluctuations. Ainsi, de 1993 à 1997, le prix des logements à Paris, après une forte hausse, a baissé de 50 %. Plus près de nous, la crise de 2008 / 2009 a entraîné un fort recul des prix aux Etats-Unis comme en Espagne.

Malgré les taxes, l’IFI, les normes, la pierre reste une valeur refuge. Les Français se méfient en revanche des placements financiers, par crainte de la survenue inopinée d’un krach, d’un changement de fiscalité, etc. De ce fait, les placements financiers ne font pas recettes et encore moins les actions. Depuis quarante ans, les pouvoirs publics tentent de réorienter une partie du patrimoine des ménages vers les entreprises. A cette fin, de nombreux mécanismes ont été inventés, le Compte d’Epargne en Actions par René Monory en 1978, le Plan d’Epargne en Actions de Pierre Bérégovoy, les contrats DSK et NSK, les fonds euro-croissance, etc. Jusqu’à maintenant, les Français privilégient la pierre qui est censée à tort ou à raison être moins sensibles aux évolutions de l’économie et de la politique. L’épargne est un acte de confiance, une renonciation au présent et donc un pari dans le futur. Le changement des habitudes, des comportements repose donc sur la diffusion d’un climat pérenne de confiance. Pour cela, la stabilité des normes, de la fiscalité est indispensable. Or, ces vingt dernières années, les changements de législation ont été incessants

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires