En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Flickr/Bradhoc
Gouffre public
France stratégie : le gaité fonction publique s’enferme dans ses dénis sur la dépense publique
Publié le 21 janvier 2019
La note de France Stratégie, organisme gouvernemental, sur la baisse des dépenses publiques, résonne comme une vraie provocation par ces temps de Gilets Jaunes. Elle propose de continuer la politique de baisse des retraites et de soutien aux collectivités locales, et passe sous silence le poids démesuré de notre administration.
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La note de France Stratégie, organisme gouvernemental, sur la baisse des dépenses publiques, résonne comme une vraie provocation par ces temps de Gilets Jaunes. Elle propose de continuer la politique de baisse des retraites et de soutien aux collectivités locales, et passe sous silence le poids démesuré de notre administration.

Elle annonce la résistance de la technostructure à toute révision de la politique fiscale. 

Si une leçon est à retirer des dernières semaines agitées en France, c’est bien l’idée que la pression fiscale est allée trop loin et l’intervention publique a trop frappé certaines catégories. On mettra en premier lieu les retraités qu’une hausse non compensée de la CSG à décider à rejoindre les rangs des Gilets Jaunes. 

Manifestement, cette leçon n’a pas porté dans la haute fonction publique. 

Face aux Gilets Jaunes, la haute fonction publique s’enferme dans ses dénis

La note de France Stratégie, organe rattaché au Premier Ministre, propose en effet de continuer et même de durcir toutes les recettes qui ont mis les Français dans la rue. Cette cécité idéologique ne manque pas de poser problème. Elle montre en tout cas que la technostructure française n’a rien entendu à la grogne des Français et s’apprête à appliquer ses recettes sans aucune forme de retenue. 

Ainsi, on lira en conclusion du document officiel:

« Il est possible d’imaginer un troisième scénario, plus équilibré. Celui-ci autoriserait une baisse plus modérée et sans doute plus réaliste du poids des dépenses de santé, qui passerait davantage par une restructuration globale de notre système de soins. Il permettrait une augmentation du poids des dépenses d’éducation et de défense. Il autoriserait également une stabilisation du poids de l’investissement public, car sa baisse, a priori souhaitable à l’aune de ce que l’on observe chez nos partenaires, pourrait être légitimement contrecarrée par les nouveaux besoins liés à l’organisation de la transition écologique et énergétique. Ce scénario, pour être crédible, suppose d’élargir les économies aux prestations sociales en espèces (y compris retraites) et à l’accueil et à l’aide aux personnes. Les décisions prises par le gouvernement de désindexer partiellement les retraites en 2019 et 2020, de même que la volonté de mieux maîtriser les dépenses d’assurance-chômage, vont dans ce sens.« 

Plaider officiellement pour une désindexation des retraites et une baisse des dépenses de chômage en pleine crise des Gilets Jaunes n’est pas anodin. 

Dans le même temps, les mêmes hauts fonctionnaires minorent de façon concertée le coût réel de la suradministration française. Selon eux, les sureffectifs dans la fonction publique ne coûteraient pas plus cher que 10 ou 15 milliards € par an.  

Résultat: demandez aux chômeurs et aux retraités de faire les efforts qu’on ne demandera pas aux fonctionnaires. Pas sûr que cette logique dure longtemps. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
03.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
04.
De mystérieux investissements immobiliers de Qatar Charity en France
05.
Pourquoi la fonte du permafrost pourrait avoir des conséquences encore pires que prévues
06.
Notre-Dame : quand du recueillement on passe au cirque !
07.
Les vrais objectifs de la sulfureuse ONG Qatar Charity
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
05.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
06.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 21/01/2019 - 21:33
STRATÉGIE OU GABEGIE?
Avec France Stratégie, qui n'est rien de plus qu'une officine gouvernementale, vous pouvez tout réformer à condition de ne toucher ni au nombre des fonctionnaires, ni à leurs attributions, ni à leurs salaires, ni aux très juteuses primes des mieux placés, ni enfin aux retraites de la fonction publique. Tout ceci excepté, vous pouvez dynamiter les retraites, matraquer sans relâche le contribuable, essayer de faire payer un loyer au propriétaire, augmenter à l'infini les aides et les assistances et toutes autres sortes d'inepties du même acabit de la part de gens qui sont toujours du côté du manche et largement à l'abri du besoin. France Stratégie fait tout simplement partie de ces 1200 agences, autorités, commission et autres instances dont , dés qu'on aura décidé l'audit qui s'impose, on s'apercevra qu'elles sont pour la plupart bien plus utiles au train de vie de leurs personnels qu'à l'intérêt de la Nation.
J'accuse
- 21/01/2019 - 16:11
15 milliards ? Une paille
Ils reconnaissent quand même un gaspillage d'argent public de 10-15 milliards chaque année, et ça ne les gêne pas !
Pour admettre ce montant, ça veut dire qu'en réalité c'est 3 ou 4 fois plus.