En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© FRANK PERRY / AFP
Avec le recul
Garde alternée : bonne pour les parents, moins pour les enfants
Publié le 15 janvier 2019
La résidence alternée en constante augmentation : quels effets chez les enfants?
Catherine Perelmutter est avocate au barreau de Paris et est spécialisée en droit de la famille, des personnes et de leur patrimoine.Son site personnel : avocat-perelmutter.com
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catherine Perelmutter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catherine Perelmutter est avocate au barreau de Paris et est spécialisée en droit de la famille, des personnes et de leur patrimoine.Son site personnel : avocat-perelmutter.com
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La résidence alternée en constante augmentation : quels effets chez les enfants?

Atlantico : Au vu des résultats que l'on commence à voir sur les enfants ayant des parents séparés, quelle est la meilleure solution pour eux :  une garde alternée ou passer plus de temps chez l'un des parents ?

Catherine Perelmutter : Tout d’abord , il ya lieu de rappeler l’article 373-2-9 (modifié par la loi du 14 mars 2016), qui prévoit la résidence alternée:


"En application des deux articles précédents, la résidence de l'enfant peut être fixée en alternance au domicile de chacun des parents ou au domicile de l'un d'eux.
A la demande de l'un des parents ou en cas de désaccord entre eux sur le mode de résidence de l'enfant, le juge peut ordonner à titre provisoire une résidence en alternance dont il détermine la durée. Au terme de celle-ci, le juge statue définitivement sur la résidence de l'enfant en alternance au domicile de chacun des parents ou au domicile de l'un d'eux.
Lorsque la résidence de l'enfant est fixée au domicile de l'un des parents, le juge aux affaires familiales statue sur les modalités du droit de visite de l'autre parent. Ce droit de visite, lorsque l'intérêt de l'enfant le commande, peut, par décision spécialement motivée, être exercé dans un espace de rencontre désigné par le juge.
Lorsque l'intérêt de l'enfant le commande ou lorsque la remise directe de l'enfant à l'autre parent présente un danger pour l'un d'eux, le juge en organise les modalités pour qu'elle présente toutes les garanties nécessaires. Il peut prévoir qu'elle s'effectue dans un espace de rencontre qu'il désigne, ou avec l'assistance d'un tiers de confiance ou du représentant d'une personne morale qualifiée ».

Actuellement une nouvelle proposition de loi a été déposée par un député le 17 octobre 2017 en vue de privilégier une nouvelle fois la résidence alternée:
« La résidence de l’enfant est fixée au domicile de chacun des parents, selon les modalités déterminées par convention d’un commun accord entre les parents ou, à défaut, par le juge.

 Si la résidence de l’enfant ne peut être fixée, pour une raison sérieuse, au domicile de chacun de ses parents du fait de l’un deux, elle est fixée au domicile de l’autre.

 Dans ce cas, le juge aux affaires familiales statue sur les modalités du droit de visite. Ce droit de visite, lorsque l’intérêt de l’enfant le commande, peut être exercé dans un espace de rencontre qu’il désigne, ou avec l’assistance d’un tiers de confiance ou du représentant d’une personne morale qualifiée. »


La résidence alternée n’est pas  le remède miracle du conflit parental , et il vaudrait mieux parfois que  le juge  tranche entre les père  et mère en évitant de laisser l’enfant au cœur du conflit.

 En réalité,  Il n’y a pas de réponse unique car chaque cas est différent, mais il convient de relever que la résidence alternée ne convient pas aux jeunes enfants , aux  situations conflictuelles et de violences des parents et en cas d’absence.
Il est regrettable que certains critères spécifiques de la résidence alternée apportées par la pratique tombent en désuétude au profit d’une idéologie à tout prix égalitaire entre les parents.

Ainsi Il conviendrait  de l’écarter aux cas de grande distance entre les domiciles des parents et  d’indisponibilité d’un des parents, de mésentente entre les parents.

Le docteur Eugénie ISARD, pédopsychiatre  observe, dans sa pratique professionnelle, "que les résidences alternées mises en place même d’un commun accord montre certaines limites notamment de par le cadre rigide, de l’application de ces résidences".

 
Lorsque les conditions le permettent, peut-il être souhaitable de privilégier une garde principalement maternelle pour des enfants en bas âge, pour ensuite basculer sur une garde alternée ?

Oui il est souhaitable de privilégier une résidence de l’enfant en bas âge chez la mère.

En effet, Il y a  des constantes relevées  par des spécialistes de la petite enfance et notamment des pédopsychiatres comme les docteurs Maurice BERGER et Bernard GOLSE.

Or selon les analyses du Docteur Berger, l’application de la résidence alternée ne va pas sans dommages pour les enfants entre zéro et six ans  . Selon lui, père et mère ne sont pas à égalité dans les besoins psychiques des enfants. Et la pratique de la co-parentalité instaurée par la résidence alternée irait justement à l’encontre des besoins essentiels du petit enfant.

Pour le Docteur Berger, "la résidence alternée agit comme un élément qui perturbe et déstabilise la construction de la relation d’attachement avec la mère, qui est une figure d’attachement préférentielle pour l’enfant. Si une résidence alternée est mise en place trop précocement, dit-il, cette base de sécurité est inaccessible à l’enfant pendant une durée trop longue . Et l’absence de sentiment de sécurité risque alors d’entraîner la constitution d’un attachement dit désorienté-désorganisé ». 

La solution qu’il propose est le « fractionnement évolutif des temps d’hébergement chez le père », la mise en place d’un « droit d’hébergement évolutif chez le père ».

De même, pour le docteur Bernard GOLSE,  "l’enfant , surtout avant trois ans, a besoin pour construire son système relationnel d’une figure de référence, continue et cohérente. »

 
A-t-on constaté des comportements particuliers liés aux modes de garde ?

L’équilibre d’un enfant dépend en premier lieu de l’entente des parents sur l’autorité parentale qui comprend la fixation de la résidence, quelque soit le mode de résidence adopté.

Forcément, si les parents parviennent à s’accorder sur les conditions du divorce, les tensions seront moindres pour les enfants et cela exclue tous les cas de violences entre époux ou violences sur les enfants.

Le docteur Maurice BERGER a pris appui sur son expérience de praticien. Il a ainsi été saisi de cent cinquante  cas pathologiques concernant des enfants de moins de six ans. Ceux-ci présentaient des troubles psychiques suite à une décision de résidence alternée.

 
La garde alternée peut-elle être une solution pour diminuer les familles monoparentales, majoritairement dirigée par les femmes, confrontées à la pauvreté ?

La résidence alternée n’est pas une solution pour diminuer le nombre de familles monoparentales constituées principalement par des femmes pauvres car déjà ce mode de résidence impose aux deux parents d’avoir tout un matériel en double.

Ce mode de résidence s’adresse, au contraire, à des familles de milieux plus aisés.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
03.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
04.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
05.
Le "chat renard", une nouvelle espèce de félin découverte en Corse
06.
Stars ET milliardaires : quand la puissance de la célébrité transforme Jay Z ou Rihanna en magnats des affaires
07.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
01.
L'ancien, c'est la ruine
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
03.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
06.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires